En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Europe 1
Le Zap'Éco
Christian Noyer - Banque de France : "Maintenir le livret A à 1,25%, c’est moins bien pour la croissance et l’emploi, c'est une décision politique"
Publié le 16 janvier 2014
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Christian Noyer était l’invité d’Europe 1 ce matin. Le gouverneur de la Banque de France était interrogé, tout d’abord, sur l’annonce de François Hollande visant à diminuer le nombre de région. "Oui, c’est une réelle source d’économie pour le pays. Si on regarde autour de nous, nous avons 15 landers en Allemagne, l’Italie a divisé par deux le nombre de province. Il en est de même pour les communes, il y en a 12.000 en Allemagne, 8000 en Italie, nous 36.000. Nous pouvons, avec cela, allé vers une France plus dynamique et plus efficace, j’en suis partisan."

Christian Noyer fut ensuite questionné sur le livret A. Alors que Pierre Moscovici maintient le taux à 1,25%, la Banque de France recommandait de l’abaisser à 1%. "Nous avons proposé 1% parce que la BCE a baissé fortement ses taux. Nous avons fait cela pour soutenir la croissance et l’emploi. Pierre Moscovici a pris en compte, plus que je ne l’ai fait, la psychologie des épargnants. 1,25%, c’est moins bien pour la croissance et l’emploi mais c’est une décision politique que je respecte." 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
02.
Dick Rivers est décédé des suites d'un cancer
03.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
04.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires