En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 22 min 54 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 25 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 53 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 51 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 20 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 2 heures 59 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 50 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 28 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 43 min
© Reuters
Google s'immisce encore un peu plus dans la vie privée.
© Reuters
Google s'immisce encore un peu plus dans la vie privée.
Don't be evil

Google s'offre Nest et rentre dans les foyers américains : le moment de penser à limiter l'emprise du géant du web est-il arrivé ?

Publié le 15 janvier 2014
Google vient d'acheter Nest, la start-up à l'origine du thermostat intelligent qui ajuste la température de votre maison en fonction de l'heure de la journée et de vos habitudes. Si certains s'enthousiasment de ce grand pas domotique, d'autres posent la question légitime de l'utilisation des données des utilisateurs après les épisodes de la NSA.
Bernard Lamon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamon est avocat spécialiste en droit de l’informatique et des télécommunications, animateur du cabinet Lamon & Associés, fondé en 2010. Il assiste ses clients (prestataires informatiques ou entreprises utilisatrices) dans le domaine du conseil...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Google vient d'acheter Nest, la start-up à l'origine du thermostat intelligent qui ajuste la température de votre maison en fonction de l'heure de la journée et de vos habitudes. Si certains s'enthousiasment de ce grand pas domotique, d'autres posent la question légitime de l'utilisation des données des utilisateurs après les épisodes de la NSA.

Atlantico : Google règne en maître sur la toile et s'attaque maintenant  à l'internet des objets avec  le rachat de Nest, start-up connue pour son thermostat intelligent. Le géant du web au slogan "Don't be evil" veut mieux répondre à nos besoins et… mieux nous connaître. Une intrusion dans la vie privée qui représente certes des avantages mais qui pose également la question de l'utilisation de la collecte des données personnelles  - quand bien même Nest assure que les données ne seront utilisées que pour améliorer les produits. Quelle est la limite à ne pas franchir par Google pour ne pas devenir Big Brother ? Quelle limite imposer à Google pour rester maître chez soi ?

Bernard Lamon : Dès aujourd'hui, la loi informatique et libertés en France (et ses équivalents en Europe, à la suite d'une directive de 2004) encadre l'utilisation des données personnelles par Google. D'ailleurs, la commission nationale informatique et liberté vient d'infliger une sanction pécuniaire à Google pour avoir violé la loi. Google n'est pas d'accord et vient de former un recours devant le conseil d'État.

Du côté des citoyens, chacun est responsable. Il est évident que si vous confiez votre messagerie, vos documents, votre navigation Internet, le système d'exploitation de votre téléphone portable et demain la régulation de votre logement par un thermostat intelligent à la même entreprise, vous ne pouvez pas vous plaindre que cette maison possède beaucoup de données personnelles sur vous. On peut tenter de brouiller les pistes en installant par exemple un navigateur chrome (de la maison Google) sur une tablette de la maison Apple, ou en utilisant sur un Smartphone équipé d'Androïd une messagerie d'un autre prestataire

Par quels procédés peut-on obliger Google à protéger la vie privée des citoyens ?

 Google a une puissance économique considérable et ne comprendra que le langage de la loi et son application obligatoire. En d'autres termes, il faut appliquer les lois existantes, s'opposer aux modifications en cours de négociation qui serait favorable à une imitation du respect de la vie privée, et chaque citoyen peut agir de son côté en mettant en place les stratégies que j'évoquais juste avant.

La situation monopolistique de Google ne cesse de croître et Google ne se gêne pas pour passer le palier des foyers américains avec la domotique. Alors quand va-t-on l'arrêter d'acheter à-tout-va la planète ? Et par quels moyens institutionnels peut-on limiter le "tout-Google" ?

Google accompagne le mouvement de l'Internet des objets qui est en même temps très intéressant et qui peut causer des inquiétudes. En effet, jusqu'à présent, l'Internet était assez visible : vous voyez à quoi correspond votre navigateur Internet, votre téléphone portable, votre messagerie. L'Internet des objets qui aboutira à ce que tous les objets courants de la vie quotidienne soient connectés à Internet recèle un nouveau risque : l'invisibilité. Quant à la puissance économique de Google, elle ne sera probablement pas remise en cause dans les prochains mois.

Sur la crainte que ces 2 dominations soient éternelles, je rappelle simplement que les discours contenaient à l'encontre de Microsoft il y a 10 ans sont aujourd'hui ceux qui sont tenus contre Google mais aussi Apple ou Facebook… Les choses peuvent donc évoluer concernant la composition du podium des entreprises les plus puissantes. Mais il est évident que les grandes entreprises du numérique ont un pouvoir d'accumulation capitalistique tout à fait considérable depuis la fin du XXe siècle.

Un moyen de contrebalancer cette de toute-puissance serait que le politique reprenne le dessus dans un monde globalisé, et que les autorités de régulation face leur office. Du côté de la politique, Google est en train de mener une bataille de lobbying tout à fait considérable pour que la réglementation européenne sur les données personnelles et la vie privée soit moins stricte. Ce sujet sera un des défis du prochain parlement européen qui siégera à partir de l'été 2014. Quant aux autorités de régulation (les juges, les autorités de la concurrence…), elles répondent globalement aux défis en condamnant régulièrement Google pour abus de position dominante (la commission européenne a par exemple ouvert des enquêtes sur ce sujet).

Comment Google, qui est devenu une institution, pourrait-il avoir une démarche plus morale, éthique, à l'instar des Etats tout en conservant ses intérêts ?

De manière assez cynique, on peut estimer que Google n'a pas à avoir une position morale ou éthique. On peut en discuter à perte de vue, les dirigeants de l'entreprise faisant part de leur position à ce sujet (qui sera évidemment contraire). La situation de Google fait renaître une question qui est constante depuis l'avènement du capitalisme moderne (milieu du XIXe siècle), qui est la question de la détermination de la primauté du politique sur l'économique. En d'autres termes, qui commande ? Les Etats (avec leurs parlements, leur pouvoir, leur contre-pouvoir, leurs autorités de régulation), souvent dans un monde multilatéral (que ce soit dans un cadre européen ou dans des institutions internationales du type de l'ONU), ou le pouvoir économique. On peut être optimiste pessimiste. Dans tous les cas, la grande entreprise globalisée s'est très bien s'adapter si la contrainte de la loi lui est imposée. Mais la contrainte de la loi n'existe qu'autant qu'il y a une volonté politique. Dès que le politique est faible, l'économique gagne du terrain… Tout n'est que combats.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires