En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 54 min 26 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 1 heure 49 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 2 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 1 heure 46 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 3 heures 49 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 18 heures 49 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 19 heures 49 min
© Reuters
L'Europe se fait attendre sur le dossier de la régulation bancaire.
© Reuters
L'Europe se fait attendre sur le dossier de la régulation bancaire.
Deux pas en avant, trois pas en arrière

Régulation bancaire : les Etats-Unis avancent et l'Europe recule… mais qu'attend-elle ?

Publié le 08 janvier 2014
La séparation des activités de dépôt et d'investissements en Europe devrait être bien moins stricte qu'initialement prévu, rapporte le Financial Times.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La séparation des activités de dépôt et d'investissements en Europe devrait être bien moins stricte qu'initialement prévu, rapporte le Financial Times.

Atlantico : Le Financial Times a révélé ce lundi 6 janvier que la séparation des activités de dépôt et d'investissements serait bien moins stricte qu'initialement prévu. Cette mesure a pourtant été présentée depuis longtemps comme l'un des actes-clés d'une meilleure régulation du monde financier. Peut-on expliquer cette actuelle timidité européenne alors que les Américains ont déjà obtenu de nombreuses avancées dans ce domaine ?

Michel Ruimy : Tout d’abord, rappelons qu’aucun texte n’est encore, à ce jour, publié. Sur la foi des informations qui ont été diffusées par la presse allemande et britannique, le projet de régulation des activités bancaires se concentrerait, dans un premier temps, sur une trentaine de banques systémiques et non sur l’ensemble des banques comme le préconisait le rapport Liikanen (séparation des activités de banque de dépôts et de banques d’investissement). Pour ces entités, la Commission souhaiterait interdire les transactions pour compte propre à partir de 2018 – c’est exactement que ce préconise la règle Volcker ! - et séparer automatiquement, dès que certains seuils auront été franchis, les activités les plus risquées - comme la spéculation sur les produits dérivés - de celles de banque de détail - comme les prêts aux particuliers et entreprises. En fait, sur le fond, la séparation automatique des activités des établissements bancaires est toujours présente mais la nouveauté réside dans la latitude donnée aux régulateurs nationaux dans l’application des nouvelles normes. Autrement dit, un établissement financier pourrait continuer son activité de trading si ses arguments convainquent suffisamment l’Autorité de supervision.

Si les avancées peuvent paraître faibles aujourd’hui, il faut considérer que la Commission n’est qu’au début d’un long processus de maturation. En effet, si le projet de directive est présenté pour le début du mois de février, ce sera, par la suite, aux États et au Parlement européen d’amender le texte. Entre-temps, les élections européennes viendront interrompre ce processus. Au final, rien ne sera conclu avant 2015 au mieux.

 

Par ailleurs, les fameux "stress test" qui seront menés dans le courant de l'année 2014 inquiètent de nombreux responsables politiques, notamment à Berlin où l'on redoute que l'évaluation de plusieurs banques allemandes déclenche une série de faillites. Cette supposée fragilité peut-elle aussi expliquer la frilosité européenne ?

La crise a été le révélateur des fragilités du secteur bancaire allemand : l’émiettement du marché bancaire - il est composé de trois piliers étanches : un secteur privé, un secteur public et un secteur dit « coopératif » - et la faible rentabilité des banques expliquent que l’Allemagne ait été plus touchée que d’autres pays par la crise financière. La plupart des Landesbanken, Hypo Real Estate et Commerzbank ont dû solliciter une aide massive de l’Etat évaluée à près de 40 milliards d’euros selon Eurostat. De plus avec réforme Bâle III, les banques allemandes sont à un tournant historique avec un business model à revoir. Ainsi, pour une fois, l’Allemagne est un mauvaise élève. Cela se fera discrètement et sans turbulences car l’Etat allemand a toujours été là lorsqu’il a fallu soutenir ses banques. Néanmoins, il juge prioritaire de mettre à contribution les créanciers des établissements concernés. Donc, dire que la fragilité bancaire allemande est derrière la frilosité européenne est un peu réducteur. Il faut bien comprendre que Bruxelles n’est qu’au début d’une course d’endurance et que d’ici la ligne d’arrivée, de nombreuses choses peuvent se passer.

La complexité des organes de décision européens peut-elle aussi être la cause des lenteurs actuelles ?

Il convient de ne pas de se polariser uniquement sur les lenteurs éventuelles des organes de décision. Au plan européen, l’enjeu sera de contourner les divergences de points de vue qu’elles soient d’ordre politique, juridique, technique…

Faut-il en déduire que Bruxelles se trouve aujourd'hui dans une impasse et a tout intérêt à ne pas avancer trop vite dans la régulation bancaire ?

Non, je ne le crois pas. Étant donné que rien ne sera fait avant 2015, cela laisse des possibilités d’évolution significative. Qu’adviendra-t-il du texte si le contexte économique de reprise venait à se dégrader ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
florius
- 08/01/2014 - 13:08
So what?
Merci Michel Ruimy, très bon article sans fin, sans début, sans histoire et sans analyse....

Bref un SANS FAUTE....
Ganesha
- 08/01/2014 - 12:14
Obsession
Je vais certainement finir par me faire critiquer comme étant un ''troll'' continuellement poursuivi par une seule obsession, mais que nous dit cet article ?
Que les élections européennes du 25 Mai prochain et la nouvelle répartition parlementaire européenne qui s'en suivra, seront vraiment décisives pour notre avenir à tous !
vangog
- 08/01/2014 - 11:52
Les journaleux complices du système ne vont tout
de même pas dénoncer ce qui les fait vivre!
L'avalanche de normes Européenes pseudo-écologistes la dérégulation financière, le dumping fiscal et social organisés et encouragés par l'Europe à travers leurs multiples aides structurelles, aides au développement et lois sur les plombiers et autres travailleurs déportés, ils ne vont certainement pas déconstruire ce qu'ils ont construit si patiemment?...
Non, le lobbying Bruxellois anti-régulation financière a bien fonctionné en protégeant les Madoffs de la finance internationale complices des delocalisateurs et optimisateurs dans les paradis fiscaux, qui ont encore de beaux jours devant eux...avant que leur pyramide ne s'écroule!
Et c'est avec vos impôts qui renflouent les banques, avec vos honoraires inflationnistes payés pour des services bancaires de plus en plus pauvres, que vous payez ces gras Lobbyistes Bruxellois!
L'Europe marche sur le bout des cheveux de la tête, et avec un boulet socialiste attaché au cou...en plus!