En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 heures 53 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 18 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 32 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 9 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 7 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 23 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 47 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 22 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 43 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 44 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 22 min
© Reuters
Des salariés de Goodyear ont séquestré leurs dirigeants.
© Reuters
Des salariés de Goodyear ont séquestré leurs dirigeants.
Question de point de vue

Mais si, Jean-Claude Mailly, séquestrer des dirigeants est bien un drame pour la France contrairement à ce que vous en dites et voilà pourquoi

Publié le 08 janvier 2014
Interrogé mardi par la radio RTL sur la séquestration des dirigeants de Goodyear par des salariés en grève, le secrétaire général du syndicat Force ouvrière Jean-Claude Mailly a répondu : "quand ça se passe correctement sur le plan humain, ce n’est pas un drame".
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interrogé mardi par la radio RTL sur la séquestration des dirigeants de Goodyear par des salariés en grève, le secrétaire général du syndicat Force ouvrière Jean-Claude Mailly a répondu : "quand ça se passe correctement sur le plan humain, ce n’est pas un drame".

L’affaire de la séquestration chez Goodyear à Amiens a évidemment nourri la polémique. On en retiendra cette défense massive à gauche de l’idée bien-pensante selon laquelle, au fond, quand des ouvriers séquestrent les dirigeants avec lesquels ils négocient, ils doivent être pardonnés. Ils agissent sous le coup d’une colère juste et après tout, comme dit Jean-Claude Mailly, séquestrer des dirigeants d’entreprise, "ce n’est pas un drame".

Qu’on me permette d’abord de pousser un coup de gueule contre cette vision discrètement bourgeoise, mais profondément insultante pour le monde ouvrier, qui domine les milieux bobos parisiens. Pour un Mailly, comme pour les autres intellectuels qui dirigent FO, et qui ne mettront jamais les pieds dans une usine, en tout cas pas pour y travailler, l’ouvrier n’est pas vraiment un humain. Ou alors pas un humain comme les autres. Il est une sorte de chaînon manquant entre la bête et l’Homme : dominé par ses passions, par ses colères, on ne peut évidemment pas attendre de lui un comportement raisonnable. Quand il franchit les limites, cela ne peut lui être opposé comme à un citoyen ordinaire : l’ouvrier n’a pas atteint un degré de conscience équivalent à celui des gens responsables. Il n’est pas un adulte comme les autres.

Cette vision-là, qui résulte d’une digestion tardive et appauvrie du corpus marxiste (l’ouvrier, l’homme aliéné), m’a toujours révulsé. Sous couvert de défendre le progrès et la solidarité, sous couvert de générosité, elle véhicule les clichés les plus dégradants pour ceux qui travaillent dans un atelier et pas dans un bureau. Il suffit généralement de gratter, auprès de ceux qui se gargarisent de cette pseudo-bonté, de cette fausse bienveillance pour le monde ouvrier, pour comprendre que pas un de ses défenseurs n’a jamais travaillé à la chaîne, ni n’accepterait de rentrer chez lui avec des ongles sales et des mains caleuses.

Dans le cas de Jean-Claude Mailly, ce refuge facile et si prévisible derrière le préjugé parisien du "il ne faut pas leur en vouloir" est d’autant plus coupable qu’il sait parfaitement combien les représentants de la CGT chez Goodyear sont instrumentalisés par des gens qui leur mangent la laine sur le dos. Je pense particulièrement à Fiodor Rilov, leur avocat. Mailly sait que Rilov pousse systématiquement les syndicalistes qui le choisissent comme conseil à une confrontation rigide. Rilov leur fait croire qu’ils gagneront plus aux prud’hommes que par un accord négocié dans de bonnes conditions avec leur patron. D’où des situations qui s’enkystent et dégénèrent, attisées par une espérance de gain dont Rilov fait un commerce dégoûtant au mépris des intérêts réels des victimes qu’il représente.

On ne peut évidemment pas en vouloir à Jean-Claude Mailly de prendre la défense de ce syndicalisme fondé sur la confrontation directe avec les patrons. Tant que le dialogue social d’entreprise ne fonctionne pas, on a besoin de grands machins nationaux pour organiser un pseudo-dialogue entre syndicats de salariés et employeurs. Tant que l’entreprise ne devient pas autonome, les relations sociales ont besoin d’intermédiaires nationaux, bien au chaud dans les bureaux parisiens, qui se livrent à leur sport préféré: les petits arrangements entre amis, à l’abri des regards militants.

Dans le désastre économique qui tord la société française et ses valeurs, le moment vient pourtant d’évaluer le coût final de ces corps intermédiaires dont la légitimité est auto-proclamée ou presque. Avec notre Code du Travail inapplicable à force de lourdeur et de complexité, avec nos normes sociales définies par des intellectuels et des ratiocineurs éloignés du travail, les entreprises françaises s’épuisent, et le pays se vide de ses forces vives.

Je ne parle pas ici des grandes entreprises de réseau, protégées du marché ou dépendantes de la commande publique et qui hébergent d’ordinaire les fédérations syndicales les plus puissantes : EDF, la SNCF, la Poste, et quelques autres où une armée de juristes est payée à simplement vérifier que l’entreprise applique le droit du travail. Je parle de la start-up, de la TPE ou de la PME traditionnelle, où chaque loi votée est vécue dans la stupeur et le tremblement, car elle ajoute une complexité de plus à un labyrinthe qui rend fou.

Si Jean-Claude Mailly avait dû une seule fois créer une entreprise, il saurait le tombereau d’absurdités que représente une réglementation décidée à Paris, dans des arrangements de couloir dont lui et son syndicat raffolent. Il faudrait ici faire parler les portes du MEDEF pour qu’elles racontent l’engouement de FO pour les conciliabules entre les séances officielles de négociations nationales. 

Eh bien oui, Monsieur Mailly, eh bien oui, cher Jean-Claude, séquestrer un employeur est un drame! C’est un drame français. C’est le résultat en bout de chaîne d’une logique mortifère pour l’emploi, pour la prospérité, pour le pays tout entier, où l’entreprise est la variable d’ajustement pour des états-majors parisiens qui vivent sur le dos de la bête. Ce luxe-là, nous ne pouvons plus nous l’offrir: pendant des années, nous l’avons financé à crédit, à coups de dettes et de laissez-aller financier. L’heure vient de solder les comptes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
BonSensPaysan
- 09/01/2014 - 11:45
Refonte complète des syndicats
Le seul moyen de s'en sortir c'est de tout réformer en profondeur : seuil de représentativité, financements, statut juridique, contrôle de leur comptabilité, durée et nombre des mandats, simplification des structures (DP, CE, CHSCT....)...
Oui, il est indispensable d'avoir des représentants des salariés pour pouvoir discuter et progresser. Encore faut il qu'ils représentent quelque chose et que leur objectif ne soit pas dévoyé (politique, intérêt personnel).
MauvaiseFoi
- 09/01/2014 - 07:02
Comment faut-il le dire ?
La France, sous couvert d'un soi-disant modèle d'économie mixte (pourtant ce dernier mot est plus que révélateur) servant à masquer la réalité, est de fait et depuis longtemps un pays communiste internationaliste avec sa Nomenklatura, ses tribunaux populaires et révolutionnaires, ses services de propagande et d'espionnage de la population et ses milices de la délation.
Nous sommes sur la bonne voie pour forger enfin l'homme nouveau. Un peu plus de terreur judiciaire et populaire, de collectivisation générale, de paupérisation et de famine pour tous, quelques goulags et nous y seront.
la saucisse intello
- 09/01/2014 - 04:51
Les leaders syndicaux..................
Ont TOUS un prix (voir edouard martin, chérèque, blondel et le reste !), exactement comme les élu(e)s. J'ai fait mon marché assez longtemps pour savoir de quoi je parle. Je peux vous dire que lorsque je présidais les réunions de D.P ou de C.E en qualité de représentant de la direction, la VERITABLE réunion se faisait AVANT dans mon bureau avec les meneurs. Quand nous sortions de là, c'était emballé et pesé. Le nervis syndicaux avaient gratté quelques miettes et moi j'avais la paix pour deux mois. Et personne n'en demandait plus.