En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Priés d'écrire leur propre nécrologie

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 12 min 54 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 23 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 2 heures 43 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 8 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 20 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 26 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 11 heures 58 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 37 min 27 sec
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 7 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 24 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 5 heures 45 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 12 heures 15 min
© Reuters
L'Élysée et Matignon tablent toujours sur l'inflexion de la courbe du chômage avant cette fin d'année.
© Reuters
L'Élysée et Matignon tablent toujours sur l'inflexion de la courbe du chômage avant cette fin d'année.
Radiographie sociale

(Non) Inversion de la courbe du chômage : ceux qui peuvent espérer une amélioration, ceux pour qui ça va rester dur

Publié le 24 décembre 2013
Avec
Michel Sapin et Pierre Moscovici se sont montrés optimistes ce lundi sur les chiffres du chômage pour le mois de novembre qui doivent être dévoilés jeudi 26 décembre. L'occasion de vérifier, au-delà des polémiques politiques, quels sont ceux qui ont le plus bénéficié des dispositifs utilisés.
Maryse Bresson est enseignant-chercheur en sociologie à l'UFR des sciences sociales et au laboratoire Printemps, UVSQ. Titulaire d'un prix d'excellence scientifique en 2011, elle est notamment l'auteur de Sociologie de la précarité aux Editions Armand...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryse Bresson est enseignant-chercheur en sociologie à l'UFR des sciences sociales et au laboratoire Printemps, UVSQ. Titulaire d'un prix d'excellence scientifique en 2011, elle est notamment l'auteur de Sociologie de la précarité aux Editions Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Sapin et Pierre Moscovici se sont montrés optimistes ce lundi sur les chiffres du chômage pour le mois de novembre qui doivent être dévoilés jeudi 26 décembre. L'occasion de vérifier, au-delà des polémiques politiques, quels sont ceux qui ont le plus bénéficié des dispositifs utilisés.
Avec

Atlantico : Comptant sur de bons chiffres au mois de novembre, l’Élysée et Matignon tablent toujours sur l'inflexion de la courbe du chômage avant cette fin d'année. Pour y parvenir, le Président Hollande a fait principalement appel aux emplois et contrats aidés afin de sortir les plus précaires du sous-emploi. Peut-on commencer par définir quelles ont été les catégories sociales les plus avantagées par cette politique ? 

Maryse Bresson : Les contrats aidés sont un dispositif traditionnel et central des politiques de l’emploi, qui a été mobilisé par tous les gouvernements depuis une quarantaine d’années et qui a aussi été mobilisé à l’étranger, y compris, en Allemagne par exemple. Créés dès le milieu des années 1970, ils se proposent de soutenir des populations qui n’accèdent pas à l’emploi ou qui n’arrivent pas à s’y maintenir. Les jeunes sont les premiers visés par ces dispositifs, mais ce ne sont pas les seuls, puisque d’autres catégories de demandeurs d’emploi et certains salariés âgés sont également concernés.

Parler de catégories “avantagées” par cette politique est donc paradoxal, puisque ces aides sont justement ciblées sur les publics défavorisés, par rapport l’emploi.

Deux remarques peuvent être faites cependant.

Premièrement, concernant le choix de recourir aux contrats aidés ; si cette politique n’est pas nouvelle, elle va aujourd’hui en effet, à contrecourant de la tendance dominante ces dernières années. Elle va d’abord bien sûr, à contrecourant de la montée d’un discours libéral, critique vis-à-vis de l’interventionnisme de l’État – dans tous les domaines des politiques publiques. Dans le domaine de l’emploi, comme le rappelle Fabrice Colomb dans un récent ouvrage sur Les politiques de l’emploi (1960-2000), publié en 2012, il est aussi possible de distinguer plusieurs périodes. En simplifiant, dans les années 70, la représentation dominante est celle du chômeur victime que l’État doit protéger ; alors qu’à compter des années 80 et 90, l’image du “chômeur golfeur” et la théorie libérale d’une supériorité du marché tendent à s’imposer. Donc, en ce sens, on peut comprendre en effet que ces mesures peuvent sembler “datées”.  Pour autant, le choix d’y recourir n’est pas seulement un choix idéologique mais aussi pragmatique; et la conjoncture économique joue aussi un rôle. En effet, les emplois aidés sont un moyen efficace de faire reculer le chômage, au moins à court terme, en cas de dégradation subite. C’est pourquoi, il y avait 800 000 contrats en 2000 contre 265 000 en 2008. Mais, la crise de 2008-2009 a freiné cette baisse, tout en simplifiant ces contrats en une forme unique, le contrat unique d’insertion (CUI), depuis le 1er janvier 2011. Et le nombre de contrats aidés avait déjà recommencé à augmenter avant l’élection de François Hollande, avec un pic à 414 000 contrats en cours mi-2010.

Deuxièmement, en ce qui concerne les profils des bénéficiaires, il faut distinguer selon le dispositif. De manière générale, il s’agit de publics “éloignés de l’emploi’. Mais plus précisément, le dispositif des contrats uniques d’insertion, qui existait déjà et a été reconduit, est prévu notamment pour les demandeurs d’emploi de longue durée, les demandeurs d’emplois séniors (plus de 50 ans) et les allocataires du RSA. Les deux nouveaux types de contrats aidés créés sont ciblés pour les jeunes et les séniors. Les emplois d’avenir sont prévus pour les jeunes exclus de 16 à 25 ans peu (CAP, BEP) ou pas diplômés, la limite d’âge étant repoussée à 30 ans pour les personnes handicapées.

Les contrats de génération doivent permettre l’embauche dans les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes de moins de 26 ans de tous niveaux de qualification (30 ans s’il s’agit d’un doctorant ou d’une personne handicapée), ainsi que le maintien dans l’emploi de salariés de 57 ans ou plus jusqu’à leur départ à la retraite. Le senior doit en théorie accompagner le jeune recruté, mais le "référent" du jeune peut, en pratique, être un autre salarié.

Enfin, puisqu’il s’agit des publics les plus éloignés de l’emploi, ce sont aussi les personnes les moins qualifiées qui en bénéficient. C’est là encore, une volonté politique. A l’inverse des  “emplois jeunes” de Martine Aubry de 1997 à 2002 qui visaient aussi les jeunes diplômés, l’objectif des “emplois d’avenir” est de "favoriser l'insertion professionnelle des jeunes faiblement qualifiés" ou qui ont carrément "quitté le système scolaire sans qualification", notamment ceux des quartiers défavorisés. Ces deux critères peuvent se neutraliser. Pour les jeunes résidant dans une zone urbaine sensible (ZUS), une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou outre-mer, le niveau de formation maximum accepté est ainsi porté à bac+3.

Philippe Crevel : L’inversion de la courbe du chômage, toujours en parler pour lui donner de la consistance, tel est le leitmotiv du pouvoir actuel. Ce ne sont pas un ou deux mois positifs qui créent une tendance, surtout quand la baisse est avant tout le produit d’artifices et de circonstances. Côté artifices, il y a la recrudescence des radiations administratives des demandeurs d’emploi pour non respect des règles. Cette pratique n’est pas nouvelle. Tous les gouvernements en usent et en abusent. Autre artifice, il y a le recours assumé aux emplois aidés. Cette politique du traitement du chômage est une marque de fabrique de la gauche. En 2013, un peu plus de 90 000 emplois d’avenir auraient été signés, auxquels s’ajoutent les contrats de génération qui ont rencontré un moindre succès. En cette fin d’année, la France compterait près de 400 000 emplois aidés qui coûteraient aux finances publiques 3,5 milliards d’euros. Le dernier point sur lequel s’appuie le Président pour obtenir l’inversion du taux de chômage est la démographie. L’année 2013 se caractérise par un nombre élevé de départs à la retraite qui interviennent essentiellement au dernier trimestre. Le nombre de départs devrait atteindre 720 000 contre 600 000 en 2012 du fait de l’entrée en vigueur progressive de la retraite à 62 ans qui créée des paliers et du dispositif de carrière longue adopté au moment de l’arrivée au pouvoir de François Hollande, l’année dernière.

Il n’en demeure pas moins qu’au troisième trimestre, l’emploi marchand a continué de baisser avec la destruction de 15 600 postes qui succède à une destruction de 37 700 postes au deuxième trimestre.

Ce sont les ouvriers et les employés, travaillant essentiellement dans des PME qui sont particulièrement touchés par les pertes d’emploi. Les salariés des sous-traitants qui ne peuvent pas accéder aux marchés d’exportations sont évidemment en première ligne.

Le gouvernement se félicite d'avoir déjà pu inverser la courbe du chômage depuis cinq mois pour les jeunes. Qu'en est-il concrètement ? 

Maryse Bresson : Les chiffres du chômage sont un enjeu politique majeur. On connait les débats et les contestations qui apparaissent aussitôt. Pour un sociologue, c’est donc une question piège, et je préfère ne pas y répondre. Ce que je peux dire, de manière abstraite, c’est que les biais sont nombreux ; il y a plusieurs manières de définir les chômeurs (plusieurs catégories) ; il y a aussi des biais au moment de compter (les radiations, par exemple). A court terme, et sans croiser les informations, il n’y a aucune conclusion qui peut être tirée de mon point de vue. Cependant, si une courbe s’inverse durablement, et sensiblement, et si d’autres données sont convergentes, cela aura du sens. Par ailleurs, comme je l’ai dit, la politique des emplois aidés est réputée efficace, au moins à court terme. Donc pour ma part, avec toutes les réserves que j’ai mentionnées, je n’exclus pas que l’ont ait vraiment une baisse récente du nombre de personnes sans emploi (la “catégorie A").

Concernant les profils jeunes, séniors, je serai encore plus prudente. Ce qui est certain, c’est que les jeunes sont et restent, en dépit des évolutions récentes, les premières victimes de la crise et aussi, des embauches en emploi précaire (dont les contrats aidés font partie, il faut le rappeler). Mais les séniors sont également fragiles, surtout parce qu’ils ont des difficultés plus grandes à retrouver un emploi quand ils l’ont perdu. Par ailleurs, compte-tenu de cette difficulté, l’augmentation de l’âge de la retraite comporte le risque mécanique d’augmenter le taux de chômage des séniors puisque ceux qui perdent leur emploi à 50 ou 55 ans restent au chômage plus longtemps. 

Philippe Crevel : Le taux de chômage des 16 – 25 ans est passé de 25,5 à 24,5 % du 4ème trimestre 2012 au 3ème trimestre 2013. Au sein de l’OCDE, le taux de chômage des jeunes est de 16 %. Le chômage des jeunes constitue un point de faiblesse récurrent de l’économie française. Ce taux est avant tout le symbole de l’échec du système de formation. En effet, il mesure les jeunes qui sont sur le marché du travail et ne prend pas en compte, par définition, ceux qui poursuivent leurs études. Les jeunes de moins 25 ans qui sont sur le marché du travail ont peu ou prou rencontré des problèmes scolaires. En France, le diplôme conditionne l’accès à l’emploi d’autant plus que la situation conjoncturelle se dégrade. L’amélioration constatée ces derniers trimestres n’est que la traduction de la montée en puissance des emplois aidés. En 2013, 116 000 nouveaux emplois de ce type ont été budgétés. Pour 2014, 40 000 emplois supplémentaires sont prévus. S’adressant en priorité aux jeunes, il est donc assez logique que le taux de chômage des 16/25 ans baisse.

La situation en ce qui concerne les seniors est plus contrastée. Il faut noter la hausse du taux d’activité de 50 à 64 ans de 1,3 points, du fait que la montée en puissance de la retraite à 62 ans commence à porter ses fruits. L’âge de départ à la retraite intervient désormais autour de 61 ans contre 59 ans il y a quelques années. Le taux d’emploi des 55-64 ans est de 46 % en 2013, en hausse de 8 points par rapport à 2007, la moyenne de l’OCDE est de 56 %. Ce taux est de 63 % en Allemagne. Même pour les plus de 60 ans des progrès sont constatés. Le taux d’emploi des 60-64 ans a doublé en dix ans en passant à 21,7 %. Il demeure inférieur à la moyenne de la zone euro qui est de 32 %. Il n’en demeure pas moins que la situation des seniors se dégrade assez rapidement avec un taux de chômage qui est passé de 6,9 à 8 % en un an. Ce taux reste, néanmoins, inférieur au taux de chômage moyen qui était de 10,5 % au sens du Bureau Internationale du Travail au troisième trimestre 2013.

Ces chiffres nationaux sont évidemment répartis différemment en fonction des territoires. Quelles sont les régions qui ont pu bénéficier le plus de la politique de l'emploi actuel ?

Philippe Crevel : Les villes centres abritant des pôles administratifs importants ont été moins impactées que des villes industrielles de banlieue. Les villes administratives qui accueillent des structures scolaires ont pu profiter également des créations de postes publics dans ce domaine. Les emplois d’avenir se concentrent, par ailleurs, sur les grandes agglomérations. Les sites liés à l’automobile ont été, en revanche, confrontés à des destructions en chaîne d’emplois tant industriels que dans les services. Les petits villes rurales reposant sur une ou deux activités sont très vulnérables. La Bretagne, qui dépend fortement de la filière agro-alimentaire en a fait l’amère expérience.

Quels sont les secteurs d'activité qui en ont le plus bénéficié ?

Maryse Bresson : Je ne connais pas de données statistiques récentes suffisamment précises pour vous répondre en 2013, je donnerai donc brièvement quelques indications sur des périodes plus anciennes.

Selon un rapport présenté au Sénat en 2007, à partir de données datant de 2005, le profil des bénéficiaires de contrats aidés était le suivant ; les femmes représentaient environ la parité, sachant toutefois que le taux de chômage des femmes est plus élevé ; par ailleurs, elles étaient surtout employées dans le secteur non marchand, mais minoritaires dans le secteur marchand. Les habitants des zones urbaines sensibles étaient sur-représentés (17 % des contrats aidés pour 8 % dans la population totale). De plus, le rapport rappelait qu’en général, les régions dont le nombre de bénéficiaires de contrats aidés pour 10 000 habitants est le plus important sont aussi celles qui ont le taux de chômage le plus élevé. Les secteurs où l’on trouvait le plus de contrats aidés étaient l’apprentissage, le bâtiment, et l’industrie. Le secteur tertiaire ne représentait ”que” la moitié des contrats employeurs – soit moins que son poids dans l’économie.

Cependant, ce profil a fortement évolué avec la politique de remise en cause des contrats aidés et la forte baisse du nombre de ces contrats entre 2005 et 2010. D’après une publication récente de la DARES en novembre 2012, les contrats aidés (sur le seul modèle, depuis 2010, des contrats uniques d’insertion) étaient en 2011 beaucoup plus nombreux dans le secteur non marchand puisque sur 444 000 contrats uniques d’insertion signés en 2011, 391 000 l’étaient dans ce secteur, et 53 000 dans le secteur marchand. A l’intérieur du secteur non marchand, les associations et fondations avaient signé en 2011 un peu plus de la moitié des aides (51 %) et la fonction publique, un peu moins de la moitié. Dans le secteur marchand, les entreprises du tertiaire avaient embauché en 2011, 7 salariés en contrat aidé sur 10. On voit donc que les profils ne sont pas stables mais évoluent rapidement en fonction des politiques menées. Ce sera certainement le cas aussi, quand nous aurons les données pour analyser les profils des bénéficiaires des nouveaux contrats.

Philippe Crevel : L’industrie continue de perdre des emplois. Sur un an, plus de 56 000 emplois ont été détruits. Le secteur du bâtiment subit une érosion depuis plus d’un an avec la perte de plus de 26 000 emplois. Il faut noter que ce secteur avait enregistré une hausse de ses effectifs de 2000 à 2009 de 25 %. Pour le premier semestre 2014, aucune amélioration n’est attendue avec la perte de 16 000 emplois dans l’industrie et de 8 000 pour la construction.

Les services marchands, y compris l’intérim, sont sur le fil du rasoir avec une croissance nulle à légèrement positive. Le  commerce arrive à sauver la face avec le secteur de l’assurance en enregistrant une petite croissance.

Dans les faits, c’est le secteur tertiaire non marchand (associatif, collectivités publiques) qui est responsable des bons résultats de ces derniers mois. La croissance de l’emploi a été positive de 0,2 % au deuxième et au troisième trimestre. Elle devrait même atteindre 0,7 % avec 76 000 emplois aidés prévus.

Les collectivités locales et les organismes sociaux (hôpitaux) figurent parmi ceux qui ont ces dernières années créé de nombreux emplois. Ainsi, la fonction publique territoriale a augmenté ses emplois de 1,6 % en 2012.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Priés d'écrire leur propre nécrologie

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Claire Voyant
- 25/12/2013 - 18:44
Fraude fiscale c’est 10 millions de chômeurs.
En voilà la raison !
Le service de la dette c'est 50 milliards d'€
La fraude fiscale c'est 80 milliards d’€.(dixit un fonctionnaire de Bercy à la télé)
La somme 130 milliards d'€ c'est le salaire annuel de 10 millions de Français.
Nous voyons bien que sans la fraude il n'y aurait plus de dettes.
Sans les dettes, il n'y aurait plus de chômage.
Sans le chômage il y aurait + de policiers, d’enseignants, de personnels soignants, de juges de chercheurs,.
Sans la fraude la France serait donc en bonne santé.
Le problème des retraite n’existerait pas plus que le trou de la sécu !

La France a perdue sa souveraineté
Le premier acte fondateur d'un état souverain est la levée de l'impôt.
Tout état incapable de levé l'impôt n'est plus un état souverain.
La fraude fiscale, l’évasion fiscale, les paradis fiscaux, sont des actes de guerre contre la démocratie et la souveraineté de la France.
Se sont des actes de terrorismes contre la nation!
Ils doivent être combattus comme tel !
Anguerrand
- 25/12/2013 - 06:35
A cacloche
Oui à tous vos "oui" .
J'ajouterais oui à la liberté de penser impensable aujourd'hui de critiquer une Taubira, car noire, impossible de critiquer les les iniques sur la GPA, le mariage pour tous...
OUI à des VOTATIONS à la Suisse, seules garantes de la liberté du peuple,contre ces " élites " qui veulent nous imposer l'immigration, les retraites des fonctionnaires que nous leur finançons,
Oui à la possibilité de révoquer un président incapable qui va nous met tôt sur les rotules et ce pour des générations.
Oui à une baisse réelle des impôts par des économies et le licenciement de 700 000 fonctionnaires pour nous mettre au niveau européen.
Voir le livre d'une fonctionnaire bordelaise ( Zoé Sheppard ) qui affirme
qu'elle et ses collègues travaillent 35 heures.....par mois!.
Oui à la fin des 35 heures et la retraite à 65 comme avant les années Mitterrand.
çàcloche
- 25/12/2013 - 04:43
OUI
oui aux emplois aidés dans le secteur marchand
oui a l"alignement des retraites du public avec le privé
oui à la fin des administrations millefeuilles
oui à l'ouverture des formations pour les chomeurs
oui au plafonnement des allocs chomages
oui a la fin de l'emploi a vie des fonctionnaires
le monde a changé eux ils n'ont pas changés