En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le Rafale a connu un nouvel échec commercial au Brésil.
Décod'Eco

L'échec du Rafale est-il une chance pour l'Europe de la défense ?

Publié le 23 décembre 2013
S'il est un véritable motif de fierté nationale, le Rafale, fleuron de la technologie aéronautique militaire française, a connu un nouvel échec commercial au Brésil. Pourtant, ce soufflet pourrait bien représenter une opportunité d'une autre ampleur, politique celle-là.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il est un véritable motif de fierté nationale, le Rafale, fleuron de la technologie aéronautique militaire française, a connu un nouvel échec commercial au Brésil. Pourtant, ce soufflet pourrait bien représenter une opportunité d'une autre ampleur, politique celle-là.

Brésil, Inde, Qatar, en attendant Abu Dhabi et la Malaisie... on ne compte plus les pays où le Rafale - l'avion de chasse de Dassault Aviation - est, ou a été, en "pôle position" pour remporter l'appel d'offres de pays étrangers. Le Brésil est venu rappeler une nouvelle fois que ce statut de favori n'est en rien un gage de succès. Brasilia a annoncé le 18 décembre dernier que c'est finalement le Gripen NG, l'avion du Suédois Saab, qui équipera l'armée brésilienne.

Pourquoi le Rafale a-t-il été balayé ?

Le ministre de la Défense française, Jean-Yves Le Drian a rapidement relativisé l'échec, en précisant que le marché brésilien n'était pas "la cible prioritaire" de la France. En ligne de mire les contrats indien et qatari. Pourtant les leçons de cet échec sont riches.

L'argument brandi par Celso Amorim, le ministre brésilien de la Défense, pour expliquer le choix du Gripen a concerné le prix. Si la différence de prix entre le Rafale et le Gripen n'a pas encore été révélée, on sait qu'elle avait atteint 25% lors d'un précédent appel d'offres organisé par la Suisse. Si la différence de prix est effectivement grande, l'écart technologique l'est tout autant. L'avion suédois reste un monomoteur, et emporte 4,2 tonnes de matériels de moins en vol que le Rafale. Au final, une flotte 18 Rafales peut effectuer le travail de 22 Gripen. Louis Gallois a résumé l'équation dans une phrase lapidaire: "le Gripen ne se compare pas au Rafale".

C'est peut-être là le problème en vérité. Bombant le torse devant les performances du Rafale, les ingénieurs français ont peut-être négligé les besoins du marché. Comme le note Hassan Meddah de L'Usine Nouvelle, "[les Brésiliens] ont opté pour un appareil capable d'accomplir le cahier des charges fonctionnel sans être un bijou de technologie aéronautique". Remplir le cahier des charges, n'est-ce pas le premier critère des industriels ?

Cet épisode me rappelle l'échec du consortium de l'industrie nucléaire regroupant EDF, GDF-Suez, Total, Areva, Vinci et Alstom, consortium qui s'était échoué sur les plages d'Abu Dhabi lorsque l’émirat avait choisi l'offre du Coréen Kepco contre les EPR français. Sophistiqués, l'offre française l'était peut-être trop. La France va peut-être être forcée de reconsidérer enfin sa stratégie à l'international.

Hausse des dépenses, baisse des rentrées

Car ces échecs à répétition- je rappelle que le contrat avec l'Inde court depuis trois ans, bientôt 4 - vont finir par peser sur le budget de la Défense. Déjà le ministre délégué aux relations avec le Parlement, Alain Vidalies a reconnu après l'annonce du Brésil que cet échec pourrait peser sur "loi de programmation militaire", dont la rédaction avait pris en compte la vente de Rafale à l'étranger.

L'annonce arrive d'ailleurs alors que les premiers chiffres sur le coût des interventions militaires françaises commencent à être publiés. Après les 647 millions d'euros de l'opération Serval selon la Cour des comptes, c'est 150 millions d'euros qui pourraient être dépensés pour l'opération Sangaris, l'opération en Centrafrique.

Bien entendu le secteur de la défense n'a pas pour vocation première à présenter un budget équilibré, et encore moins à être un vecteur d'exportation du made in France. Toutefois, dans une situation de rigueur budgétaire, le hiatus qui est en train de se créer entre dépense et recette va rapidement devenir intenable. C'est tout l'objet de la demande d'aide financière par la France à ses partenaires européens dans son opération en Centrafrique. Cette demande s'inscrit dans un retour plus large du projet d'Europe de la défense.

La "lente hibernation" s'achève

Sans parler de "printemps" de la défense européenne, "l'hibernation", selon l'expression d'un diplomate européen, de la défense européenne est en train de prendre fin. Les différentes opérations dans lesquelles s'est lancée la France et plusieurs autres pays européens ces dernières années, en Libye, au Mali et aujourd'hui en Centrafrique, ont renforcé l'idée selon laquelle l'Europe doit être capable de s'impliquer dans son "étranger proche".

Cette mise en commun est également dictée par des considérations financières. Tous les pays européens connaissent des difficultés financières, et n'hésitent plus à sabrer dans le budget des armées. Le budget de la Défense en Europe a encore baissé, de 3% en 2012 par rapport à 2011. Côté industriel, la suppression de 5 000 emplois chez EADS a également jeté un froid dans plusieurs pays européens. Mutualiser ce qui peut l'être est ainsi devenu vital.

La France s'est engouffrée dans la brèche. François Hollande a ainsi proposé lors du Conseil européen de cette semaine de faire passer l'opération Sangaris sous pavillon européen. Pour l'instant seule la Pologne s'est montrée prête à envoyer des troupes en Centrafrique. De même, la France a avancé l'idée d'un Fonds pour financer les opérations de maintien de la paix de l'Union européenne.

L'industrie en avance sur le politique

Malgré les luttes de clocher dans le ciel européen, l'industrie de la défense en Europe est déjà partiellement intégrée. Ainsi le groupe européen EADS est un actionnaire important de Dassault, à hauteur de 46,3%. EADS profiterait ainsi du succès du Rafale aux Emirats Arabes Unis alors même que son propre avion, l'Eurofighter Typhoon, vient tout juste d'être écarté de la sélection. Que ce soit Dassault ou EADS qui soit retenu, l'UE gagne sur les deux tableaux.

Et à l'avenir, de nouvelles pistes d'intégration sont visibles. Certains pays sont spécialistes de quelques segments particuliers, créant une bonne complémentarité au niveau européen. Ainsi, la Belgique est spécialisée dans l'aéronautique, la Finlande et la Pologne dans les véhicules blindés, la République tchèque et la Pologne dans les hélicoptères, l'Estonie dans le cyber, etc. Cette complémentarité pourrait donner lieu à une industrie de la défense véritablement européenne. C'est tout l'objectif d'un projet de drone européen.

[Les drones ont le vent en poupe dans les armées du monde entier. L'armée américaine en comprend déjà 8 000, un chiffre qui devrait monter à 20 000 d'ici 2020. A cette date, un tiers des effectifs de l'armée américaine sera constitué de robots. L'avantage de ces drones : réduire les pertes humaines, une tendance forte depuis plusieurs années. Dans Défis & Profits, Cécile Chevré a donc investigué sur un spécialiste de la robotique américain, qui fournit à la fois l'armée américaine en drone d'exploration que votre foyer en robot ménager ou, bientôt, les hôpitaux en robots capables d'effectuer le diagnostic et le suivi de patients. Une entreprise innovante qui est à découvrir dans Défis & Profits...]

Un drone européen pour 2025 ?

Si la proposition française d'un fonds commun n'a pas suscité l'enthousiasme de l'Angleterre ou de l'Allemagne, les chefs d'Etats et de gouvernement se sont cependant accordés sur le lancement de plusieurs programmes industriels. Ils se sont notamment entendus autour du développement de capacités de ravitaillement en vol et d'un drone européen.

Le projet d'un drone européen MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) est déjà porté par EADS (Cassidian) et Dassault ainsi que par l'Italien Finmeccanica, les Français Sagem et Thales, et tout récemment le Polonais WB Electronics. Ce projet, qui effectue son retour après un premier abandon en 2012, évite de reproduire les mêmes erreurs que pour les avions de chasse. Dassault et EADS seraient désormais partenaires. Reste à savoir ce que décidera l'Anglais BAE systems, un temps partenaire de Dassault.

Contrainte et forcée, la France est aujourd'hui le premier promoteur d'une Europe de la défense. Reste à savoir comment Dassault pourra réintégrer le jeu européen, lui qui a longtemps joué individuel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Xenophon
- 24/12/2013 - 18:28
Un beau rêve
Ce serait passionnant de voir si on pourrait se mettre d'accord sur les missions!
Le Lampiste
- 24/12/2013 - 13:04
Le refus européen du Rafale signe les divisions et la sujestion
C'est surtout la preuve de la soumission de l'ensemble de l'Europe aux USA, via l'OTAN.
Hormis la GB, qui toutefois en est sortie en état de ruine, tous les pays d'Europe étaient vaincus mais aussi ruinés en 45. On parle de Yalta, mais on oublie le pendant économique, Bretton Woods et l'OMC.

Depuis, la paix est inévitable dans ce petit sous-continent sur-développé, bien incapable de supporter l'idée d'un conflit, si ce n'est le conflit lui-même. Contrairement au ridicule délire verbal de Tonton-la-prostate avant le vote sur Maastricht, ce n'est pas l'UE qui a apporté la paix, mais la paix forcée qui a transformé les conflits ouverts en guerre économique larvée, les colonnes blindées en exportations. Il faut se rappeler la définition de Clausewitz, et dire que l'économie est une autre forme de la guerre, un autre prolongement de la politique. Ainsi, Airbus, et EADS auparavant, sont bien des défaites françaises face aux Allemands qui en ont pris le contrôle.

L'argument d'un Rafale "trop fort, dessiné pour contrer l'URSS" ne résiste pas au fait que les Polonais et voisins aient acheté des fers à repasser US, eux qui disent ne craindre que les SU Russes. L'UE est un leurre mortel.
bp50lecture
- 23/12/2013 - 22:30
L'échec du Rafale EST l'échec de la défense européenne
Voilà un avion dont même les pilotes de Top Gun considèrent qu'il est le meilleur, et à un coût inférieur au F35 u.s. dont les coûts se sont envolés en raison de difficultés techniques que Dassault n'a pas connu. Le seul "bon" avion qui a été fait en coopération était le Jaguar franco-anglais, mais surtout très franco, car les Anglais se sont essayé sans nous avec le Tornado, remake du Phantom sans plus. Le Typhoon n'apporte rien de nouveau et c'est un échec encore plus coûteux qui avait pour but surtout, de couler Dassault! Alors? La solution, lorsque l'Allemagne aura usé tous les MIG et SUKHOI ex-Allemagne de l'Est, est de faire un avion franco-allemand prévu pour des missions au-dessus de l'Europe ( jusqu'à l'Oural ..sic) basé sur le Rafale: Les autres pays suivront en leur donnant des participations, il faudra aussi une "intégration Armée de l'Air - Luftwaffe" pour que les autres suivent. Cela existe déjà avec la Belgique pour la formation de leurs pilotes à Salon de Provence.