En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le cœur de l'Europe bat à Kiev.
C'est quoi Bruxelles ?

Le cœur de l'Europe ne bat pas à Bruxelles mais à Kiev

Publié le 20 décembre 2013
En ce moment, un sommet européen se tient à Bruxelles. De quoi y parle-t-on ? Peu importe. C’est à Kiev et non pas à Bruxelles que bat le cœur de l’Europe.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ce moment, un sommet européen se tient à Bruxelles. De quoi y parle-t-on ? Peu importe. C’est à Kiev et non pas à Bruxelles que bat le cœur de l’Europe.

L’Europe est morte une première fois pendant la guerre mondiale de 1914-1918. Une abominable boucherie qui la laissa pantelante, vidée de son sang. Son plus beau requiem fut écrit par Stefan Zweig dans "Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen". Le grand écrivain visionnaire prit pour toujours le deuil de l’empire austro-hongrois. Une Europe miniature où Allemands, Hongrois, Juifs, Tchèques, Slovaques, Polonais, Ukrainiens et Bosniaques cohabitaient sous le règne du débonnaire François-Joseph.

L'Europe est morte une deuxième fois pendant la guerre mondiale de 1939-1945. Elle fut assassinée par Adolf Hitler qui voulut une Europe de l'Atlantique à Auschwitz. Des dizaines de millions de morts. Et parmi eux le seul peuple qui avait l’Europe chevillée à l’âme. Le peuple juif massacré, humilié, opprimé dans des patries qui le considéraient comme un intrus ou un ennemi. Et qui, en raison de cette souffrance, rêvait d’une autre patrie, d’un continent sans frontières. Plus de Juifs, plus de Polonais, plus d'Allemands, plus de Tchèques, plus de Russes... Tous des Européens.

De cette perte l’Europe ne se releva pas. Et Stefan Zweig, qui savait tout, se donna la mort. Puis, après la guerre et la Shoah, l’Europe tenta de se refaire une jeunesse. Maladroitement. De façon besogneuse. Avec des dosages d'apothicaires. Car il n’y avait plus d’âme. De là d'âpres négociations tarifaires, des compromis laborieux sur les subventions, des discussions techniques et interminables sur la monnaie et sur les banques. Cela s’appelle aujourd'hui l’Union européenne. Elle est ce qu’elle est. Et elle n’est que ce qu’elle est. Ce qu’elle a de mieux, c’est l’Hymne à la joie de Beethoven.

Depuis hier se tient à Bruxelles un sommet européen qualifié de "crucial" comme tous ceux qui l’ont précédé et comme tout ceux qui lui succéderont. Bruxelles est, paraît-il, la capitale de l’Europe. C’est ce qui nous est dit. Et c’est ce que nous sommes fermement invités à croire. Eh bien - et en tout cas ces jours ci - telle n’est pas la vérité. Aujourd’hui la vraie capitale de l’Europe c’est Kiev, où des centaines de milliers d’Ukrainiens se rassemblent pour crier "Europe, Europe !".

Non il ne manifestent pas juste pour avoir l’euro. Pas plus que pour avoir une TVA à tant et tant de pour cent. Pas plus que pour bénéficier de la PAC pour leur blé. Et encore moins pour connaître les règlements tatillons qui prétendent homologuer les taxes sur le diesel.

Ils manifestent contre le passé communiste qu’ils ont subi et dont ils craignent, même si c’est sous une autre forme, le retour. Ils manifestent contre la Russie de Poutine dont ils redoutent les ambitions impériales. Ils manifestent contre l'arriération dont ils veulent se libérer. Ils manifestent contre... C’est à dire pour quelque chose d’autre. En cela ils partagent la même passion, le même désir que tous les autres citoyens de l’ex bloc soviétique. Polonais, Hongrois, Tchèques, Slovaques, Ukrainiens mais pas les Juifs qui ont disparu... Le rêve d’un retour de la monarchie des Habsbourg dont la fin laissa Stefan Zweig inconsolable à jamais ?

Bien sur que non. Car ils savent tous instinctivement que les rivages de l'Atlantique ne sont pas les frontières du continent européen. Ils comprennent que l’Europe ce n’est ni l’Afrique noire ni le monde arabe. Ils voient loin. Large. Le grand large. C’est à dire les Etats-Unis, modèle admiré, le Canada, tout le continent latino-américain. Des centaines et des centaines de millions d’Européens. Des frères, des cousins, des proches. Géographiquement et politiquement cela ne s’appelle pas l’Europe et encore moins l’Union européenne. Cela s’appelle l’Occident. Et c’est bien ainsi. Et c’est même mieux.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 21/12/2013 - 18:54
La fin de l'Empire Austro-Hongrois est celle de l'Europe
C'est vrai, mais ce n'est pas Staline qui l'a voulue. Cela ne s'est pas joué à Yalta en 45, mais à Versailles en 1919. Et c'est Clemenceau, qui ne pouvait supporter le caractère chrétien du successeur du Saint-Empire, qui a imposé les conditions extrémistes et imbéciles d'un traité-diktat qui amènera Hitler au pouvoir, et la guerre 20 ans plus tard, ainsi que le prédit alors Bainville. Le même personnage qui a rejeté les offres de paix de l'Autriche en 1917, prolongeant la guerre et préparant la prochaine en voulant imposer la force brute, dans la tradition des "libérations" révolutionnaires.
On ne peut donc accuser Staline, mais c'est bien Roosevelt qui a fini le boulot à Yalta, en abandonnant l'Europe centrale, en trahissant les européens. Pour l'URSS, ces pays étaient avant tout des tampons, des zones de combats futurs, pour éviter ce qui s'était passé en 41. Mais si la sujétion de ces pays du Pacte de Varsovie était évidente, celle des vassaux des USA est-elle moindre? L'UE, c'est l'Europe de l'impuissance sous le parapluie US, de la soumission à l'OMC et Washington. Est-ce cela l' "Occident"?
Et Kiev est RUSSE d'abord. Le reste est rêverie romantico-holywoodienne. Du vent.
titine
- 21/12/2013 - 14:47
Allo Rayski !
Coucou... Ici la Terre... "L'Europe fut assassinée par Hitler"...dites vous et achevée à Yalta par les anglos saxons (GB + USA), lâchement ! Précisez le.
Aujourd'hui, elle a perdu définitivement son âme. Hélas.
Benoit 2011
- 20/12/2013 - 21:25
Gliocyte
Vous pédalez dans la choucroute.Ou plutôt dans le borchtch pour faire couleur locale ! Qui a demandé 20 milliards d'euros à l'U.E ? Le gouvernement ukrainien pro-Poutine ! C'est contre ce gouvernement hostile à l' Europe que les Ukrainiens manifestent.Vous avez d'autres arguments de cet acabit qu'on rigole un peu ?