En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 59 min
© Reuters
Corinne Lepage.
© Reuters
Corinne Lepage.
Nouveau départ

UE, un conseil restreint pour mieux décider à 28 : l'avis de Corinne Lepage

Publié le 19 décembre 2013
Dans un article paru sur Atlantico, Michel Guénaire propose la constitution d’un Conseil européen de six membres, inspiré du Conseil de sécurité des Nations unies, dont l’Allemagne et la France seraient les deux membres permanents. La député européenne Corinne Lepage a souhaité réagir.
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage a été ministre de l'Environnement et membre de Génération écologie. Elle est par ailleurs fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996. Après avoir co-fondé et présidé le Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article paru sur Atlantico, Michel Guénaire propose la constitution d’un Conseil européen de six membres, inspiré du Conseil de sécurité des Nations unies, dont l’Allemagne et la France seraient les deux membres permanents. La député européenne Corinne Lepage a souhaité réagir.

Dans un article paru sur Atlantico le 17 décembre, Michel Guénaire propose la mise en place d'une forme de conseil de sécurité de six membres pour la gestion de l’Europe dont la France et l’Allemagne seraient les deux membres permanents. Les autres pays seraient représentés dans quatre groupes et participeraient par roulement à ce conseil. La contrepartie serait de faire de la Commission une forme de secrétariat général.

 Si cette solution cherche à répondre à un véritable problème, il est en revanche probable qu’elle ne puisse aboutir. On ne peut que partager le constat de Michel Guénaire sur le fait qu’il n’existe pas d’Europe politique et qu’il n’est pas possible d’envisager une transformation des institutions avec 28 membres, tout au moins au niveau de l’exécutif. En effet, sur le plan parlementaire, le nombre d’Etats ne constitue pas un problème majeur dans la mesure où c’est la loi de Hondt qui s’applique. Ainsi, la représentation se fait en fonction du pourcentage de députés par groupes politiques et non en fonction des nationalités ….mêmes si celles-ci ne sont pas tout à fait absentes de la répartition des présidences et vice-présidences.

A lire aussi : Un conseil restreint pour mieux décider à 28 : la proposition qui pourrait tout changer dans l'Union européenne (et la sauver ?)

Il est tout aussi exact que nous sommes au milieu du gué. Si nous voulons que sur le plan international l’Europe puisse réellement peser ,il est indispensable d’aller au-delà des considérations économiques et de permettre à l’Union de parler d’une seule voix, ce qui signifie dépasser le cap de l’inter-étatique que représente le Conseil des Ministres. Or, le poids du Conseil n’a cessé de se renforcer et la codécision- mécanisme faisant intervenir le seul organe élu à savoir le Parlement - n’a de loin pas produit tous les effets escomptés. Nous devons donc changer de braquet et bien évidemment la question du fédéralisme se pose, même si le mot constitue un épouvantail en France.

Pour autant, la solution proposée paraît peu satisfaisante et surtout impraticable. Il suffit d'observer les susceptibilités  nationales pour constater que personne n’acceptera jamais un organisme dans lequel la France et l’Allemagne seraient les seuls à avoir un siège de membre permanent, et les autres Etats devraient se contenter de sièges tournants dans quatre groupes pré- constitués. La Grande-Bretagne bien sûr, mais aussi l’Italie et la Pologne qui compte aujourd’hui plus de 40 millions d’habitants, n'accepteront jamais un système de cette nature. De plus, imaginer que des États concèderaient   d’être représentés par un autre mais  que ce représentant pourrait être mis en minorité par une majorité simple est tout simplement impossible.

Il n’en demeure pas moins qu’il est indispensable de réfléchir à l’institution qui pourrait répondre à cette nécessité d’une Europe politique. En l’état actuel, un noyau dur à vocation politique pourrait se constituer autour du couple franco-allemand, car c’est évidemment là que se trouve le moteur de l’Europe. Ce dernier n’aurait évidemment pas vocation à accueillir les 28 Etats de  l’Union, au moins au départ. De même que l’euro ne concerne pas tous les Etats de l’Union européenne , cette Europolitique ne concernerait que les Etats signataires du Traité de Rome initial et quelques autres. Ce noyau dur pourrait constituer des institutions propres, comme l’Eurogroupe, lesquelles pourraient ensuite peser au niveau des institutions prévues dans le Traité de Lisbonne. Dans un second temps, ce traité pourrait être modifié, mais les énormes difficultés liées à son accouchement et le traumatisme qui s’en est suivi doit rendre particulièrement prudent.

Car en définitive, le sujet essentiel est bien celui de la démocratie en Europe et des conditions dans lesquelles nos concitoyens pourraient à nouveau se retrouver  dans l'idée européenne. La reconquête de la confiance sera laborieuse et se fera non sur des belles paroles mais sur des preuve. Les prochaines élections européennes donneront certainement lieu à des débats houleux , peut-être même violents, remettant en cause le bien-fondé de la construction européenne elle-même. Tous ceux qui sont convaincus que, malgré ses immenses faiblesses, la construction européenne est indispensable devront alors être en capacité de proposer des directions claires, des solutions réalistes. Il s’agira en effet de convaincre nos concitoyens de leur intérêt individuel et collectif à poursuivre cette œuvre essentielle, ce qui signifie les convaincre que la bonne santé de chacun des Etats, voire leur maintien dans la compétition internationale, ne pourra se faire qu’avec une Europe forte et en aucune manière avec une Europe affaiblie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 20/12/2013 - 06:45
Dépassée
Le couple franco allemand, c'est fini.
L'Allemagne est le poids lourd en Europe.
La France considérée comme le boulet.
Die welt. :"Qui regarde l’autre rive du Rhin vers la France est saisi d’horreur. Ce pays qui croupit depuis des années est en voie de décomposition rapide. Depuis près d’une décennie, les experts ont mis en garde la France contre sa relégation, mais rien n’a changé. Vous pouvez constater le champ de ruines qui ne cesse de s’agrandir. La France ne tremble pas en dépit du fait que depuis 2009, plus de mille usines ont fermé ! (la plus récente étant celle de Peugeot à Aulnay qui a arrêté sa chaîne de production jeudi dernier)"

http://www.chaos-controle.com/archives/2013/11/07/28380219.html
un_lecteur
- 20/12/2013 - 06:45
Dépassée
Le couple franco allemand, c'est fini.
L'Allemagne est le poids lourd en Europe.
La France considérée comme le boulet.
Die welt. :"Qui regarde l’autre rive du Rhin vers la France est saisi d’horreur. Ce pays qui croupit depuis des années est en voie de décomposition rapide. Depuis près d’une décennie, les experts ont mis en garde la France contre sa relégation, mais rien n’a changé. Vous pouvez constater le champ de ruines qui ne cesse de s’agrandir. La France ne tremble pas en dépit du fait que depuis 2009, plus de mille usines ont fermé ! (la plus récente étant celle de Peugeot à Aulnay qui a arrêté sa chaîne de production jeudi dernier)"

http://www.chaos-controle.com/archives/2013/11/07/28380219.html
naejnaej
- 19/12/2013 - 17:54
Du vent...
Elle demande a s'exprimer pour ne rien dire...
Qu'elle nous expliques déjà comment ça se fait qu'elle n'a même pas accès aux textes du traité trans atlantique en négociation... Apparemment même F.Hollande n'a pas accès a ces textes. Il n'y a aucune démocratie au sein de l'UE et dire qu'on montre du doigt Poutine... au moins il veille aux intérêts de son pays pas comme les traîtres que nous avons élus.