En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Start-ups filantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 1 heure 59 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 2 heures 34 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 3 heures 3 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 6 heures 12 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 10 heures 36 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 11 heures 2 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 2 heures 16 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 2 heures 44 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 6 heures 2 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 7 heures 53 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 11 heures 23 min
© REUTERS/Christian Hartmann
Edouard Martin conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2014 .
© REUTERS/Christian Hartmann
Edouard Martin conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2014 .
L'intrus

L'Union fait la force... oui, mais en s'y prenant comment exactement ? Ce que pourra réellement faire Edouard Martin pour l'industrie française une fois député européen

Publié le 19 décembre 2013
Syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin avait mené la lutte pour le maintien des hauts-fourneaux du site mosellan de Florange. Il conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2014 dans la circonscription du Grand Est pour "poursuivre le combat pour la sauvegarde de l'industrie au niveau européen." Pas sûr qu'il ait les moyens de ses ambitions.
Alain Fabre est à la tête d’une société indépendante de conseil financier aux entreprises. Il a commencé sa carrière comme économiste à la Banque de France avant de rejoindre la Caisse des Dépôts et Consignations, puis la Cie Financière Edmond de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre et Laurent Pinsolle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre est à la tête d’une société indépendante de conseil financier aux entreprises. Il a commencé sa carrière comme économiste à la Banque de France avant de rejoindre la Caisse des Dépôts et Consignations, puis la Cie Financière Edmond de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin avait mené la lutte pour le maintien des hauts-fourneaux du site mosellan de Florange. Il conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2014 dans la circonscription du Grand Est pour "poursuivre le combat pour la sauvegarde de l'industrie au niveau européen." Pas sûr qu'il ait les moyens de ses ambitions.

Atlantico : Edouard Martin, qui conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2004, a déclaré "avoir envie de poursuivre le combat pour la sauvegarde de l'industrie au niveau européen, parce que c'est là que se prennent les grandes décisions qui nous impactent". Mais quel est le pouvoir des députés dans ce domaine ? 

Laurent Pinsolle : Les députés européens ont un pouvoir extrêmement limité pour sauvegarder l’industrie au niveau européen :

- Tout d’abord, l’initiative des lois vient presque exclusivement de la Commission européenne. Si elle ne souhaite pas prendre d’initiative dans ce domaine, alors le Parlement ne pourra pas agir;

- Ensuite, les traités européens ne permettent pas de mesures de protection puisqu’ils organisent une concurrence libre et non faussée qui empêche toute action de sauvegarde. Dès qu’un Etat essaie d’agir, il se fait poursuivre et est condamné par la Cour de Justice

- Enfin, la Commission, qui détient l’essentiel des pouvoirs, poursuit un agenda d’ouverture toujours plus forte des marchés européens au commerce avec l’étranger (traité transatlantique, traité avec le Canada, traité avec la Corée…) qui va complètement à l’inverse de toute politique de sauvegarde de notre industrie mais qui contribue au contraire à continuer à l’affaiblir plus encore.

Alain Fabre : Le choix d’Édouard Martin comme tête de liste PS aux Européennes est avant tout un exercice politique qui consiste à solder le malentendu créé autour de Florange entre le gouvernement et l’électorat ouvrier. Cet électorat a vu dans cette affaire un indice de plus que le PS poursuivait un cycle amorcé à la fin des années 1990 d’éloignement du monde de l’industrie et de ses travailleurs pour se focaliser sur les "bobos". La concomitance du mariage pour tous et du recul sur Florange a renforcé l’idée que les priorités politiques du PS ne se situaient plus dans l’industrie et le social mais dans les réformes de société, dont la priorité en période de forte montée du chômage et de fermetures d’usines n’apparaît pas très évidente. Étrange climat aussi que cette affaire qui symbolisait à elle seule le capitalisme en crise et le visage de la mondialisation détestée. Un sentiment d’abandon, d’impuissance qui a alimenté ce sentiment.

Compte tenu des contraintes institutionnelles,  que pourrait vraiment faire Edouard  Martin s'il était élu ? Peut-il par exemple espérer relancer le dossier Florange ?

Laurent Pinsolle : La seule chose qu’il pourra faire, c’est utiliser son droit de parole pour témoigner. Il pourra au mieux essayer de sensibiliser l’opinion publique sur le sujet. En revanche, dans le cadre des traités actuels, il ne pourra pas faire grand chose de concret à part cela.

Alain Fabre : Le dossier Florange est clos. Edouard Martin a cru et a "vendu" aux salariés de Florange l’idée que le gouvernement nationaliserait le site. Cette équivoque a coûté cher et sa désignation cherche pour une part à réparer la casse. On voit mal l’Europe communautaire soutenir ce type de projet. En revanche, on peut espérer qu’Édouard Martin, venant de la société civile, contribue à faire évoluer la vision économique du PS vers une conception plus réaliste. On ne peut que se féliciter au demeurant que le PS ouvre la représentation politique à des hommes issus de la société civile et du syndicalisme en particulier. Le syndicalisme en Allemagne a joué un rôle décisif dans les adaptations de l’économie et du fonctionnement des entreprises. Peter Hartz, dont le nom constitue un chiffon rouge en France, et qui fut l’inspirateur des réformes du marché du travail en 2003 en Allemagne, est membre de IG Metall et du SPD. Jacques Delors est issu du syndicalisme mais sa voix, si estimée soit elle au PS, y a peu de poids politique.

Est-ce vraiment à Bruxelles que se prennent les grandes décisions européennes en matière d'industrie ?  Qui en Europe a réellement un pouvoir d'influence  sur la politique industrielle européenne ? S'agit-il d'une compétence du parlement, des chefs d'Etat ou de la Commission ?

Laurent Pinsolle : Aujourd’hui, il s’agit d’une compétence essentiellement aux mains de la Commission et des Etats. La principale compétence européenne est commerciale car la Commission négocie les traités. Mais le problème est que son seul souci, ou presque, est d’ouvrir les marchés européens à la concurrence internationale. Parfois, elle prend des sanctions mais cela est extrêmement rare. Dans le cas des panneaux solaires chinois, la Commission s’est réveillé bien trop tard. En 2005, l’Europe dominait ce marché avec le Japon. Aujourd’hui, la Chine a plus de 70 % de parts de marché et l’Europe moins de 10 %, alors que nous sommes les premiers clients.

En fait, Il n’existe pas vraiment de politique industrielle à l’échelle européenne car elle n’est pas vraiment compatible avec les traités et que ce sujet n’est pas vraiment à l’agenda. Du coup, il reste encore une certaine latitude pour les Etats, mais dans la limite des traités européens qui interdisent beaucoup de choses, et notamment les aides directes ou toute forme de protectionnisme.

Alain Fabre : Il existe une dimension européenne industrielle qui tient à la taille du marché unique et aux aspects réglementaires communautaires, qui jouent un rôle. Depuis la CECA en 1951, l’Europe industrielle est une réalité. C’est même la première chronologiquement. A travers les fonds structurels, l’Europe a un rôle autonome par rapport aux Etats. Edouard Martin vient d’une région qui fut le berceau de l’Europe industrielle et de l’accompagnement de sa restructuration. Sa présence au Parlement aura certainement une forte charge symbolique. De plus, l’agenda de Lisbonne, qui demeure la stratégie "officielle" de l’Europe fait de la compétitivité fondée sur l’innovation, le fer de lance de la croissance européenne.

Comme je le disais, Edouard Martin peut contribuer à faire évoluer le PS pour sortir d’une vision "bobo" et aller vers une ligne plus réaliste, en accordant une importance politique plus grande au monde de la production. En revanche il est illusoire de penser qu’Édouard Martin, même allié aux autres partis proches du PS, va peser sur les événements institutionnels. Le PS français est idéologiquement minoritaire au sein de la gauche européenne.

Ensuite l’Europe ne se substitue pas aux Etats qui détiennent les moyens les plus importants d’action. On le voit bien dans la différence de stratégie entre la France qui concentre ses efforts sur la demande et ses voisins qui privilégient l’offre. En privilégiant l’offre on hisse forcément le monde productif et l’industrie dans l’échelle des priorités. La France a largement sacrifié son industrie au nom de l’illusion de la fin du travail. Et les 35 heures constituaient une mesure qui officialisait l’indifférence au monde du travail productif. Après l’Allemagne, c’est l’Italie qui est la grande puissance industrielle européenne. L’Espagne et le Royaume-Uni affichent clairement un objectif de réindustrialisation de l’économie fondée sur la compression des coûts et la flexibilisation du travail. Bruxelles n’est pas un frein à ce que la France redécouvre la priorité industrielle. Au contraire, l’Europe communautaire au nom de la stabilité de la zone euro attend de pied ferme que la France mette ses actes en accord avec ses proclamations de foi.

Edouard Martin va devoir travailler avec les socialistes européens. L'industrie européenne est-elle vraiment une priorité de ces derniers ? Comment les socialistes français se sont-ils positionnés sur les dossiers industriels européens ?

Alain Fabre : On peut douter de la capacité d’Édouard Martin, et au-delà, du PS, de faire école à Bruxelles. Les gauches européennes à Berlin ou à Rome sont largement sur une autre ligne que le PS français. Le PD italien opère dans le cadre d’un accord de gouvernement avec la droite modérée et Enrico Letta cherche à baisser les cotisations sociales. Le SPD est allié à la CDU et ne remet nullement en cause les réformes du marché du travail.

Laurent Pinsolle : L’industrie est l’angle mort de tous les promoteurs de cette construction européenne et donc notamment des socialistes. Paradoxalement, la construction européenne a commencé sur un projet industriel, la CECA, mais depuis 1957 le sujet est largement oublié. Les seules initiatives industrielles (Ariane, Airbus) l’ont été hors du cadre européen. Il faut dire que les traités européens y sont plutôt hostiles. En outre, il est très difficile de mener des initiatives concrètes avec un trop grand nombre de pays.

Certains socialistes français ont un discours un peu plus volontariste, comme Arnaud Montebourg, mais on voit mal en quoi cela change grand chose à la situation de l’industrie automobile, pneumatique ou de l’acier. Les délocalisations se poursuivent.

Lorsqu'il était syndicaliste, Edouard Martin était favorable à la nationalisation temporaire de Florange et au protectionnisme européen. Sa vision de la politique industrielle européenne est-elle vraiment compatible avec celle du PS et du SPD allemand ?

Laurent Pinsolle : Sur ces deux questions, la position d’Édouard Martin quand il était syndicaliste est contradictoire avec celle du PS ou du SPD. Ces partis parlent parfois d’un juste-échange et de mettre fin à la concurrence déloyale. Mais on cherche les cas concrets d’application de ces belles paroles. Le recul sur la question des panneaux solaires chinois le montre bien, d’autant plus que l’Europe est intervenue beaucoup trop tard, alors que la Chine a pris plus de 70 % du marché .

Alain Fabre : Il est clair que les réformes mises en place un peu partout en Europe visent dans une large mesure à réindustrialiser l’Europe et rendre l’industrie compatible avec l’Etat social.  Mais vous observez qu’au lieu de subventionner ou de cibler les mesures, nos voisins choisissent plutôt des mesures réduisant le poids de la dépense publique et des prélèvements et tendant à flexibiliser le marché du travail. La France n’est pas absente de cette prise de conscience mais elle est chez nous très timorée, pas assez avouée. L’Allemagne a réussi à rétablir la compétitivité de son industrie en raison de la cohérence d’ensemble des mesures prises.

De manière générale, le thème de l'Industrie a-t-il trop longtemps été délaissé par l'Europe ?  L'industrie allemande étant déjà très dynamique, reste-t-il de la place pour une industrie forte dans les autres pays européens ? Comment relancer l'Europe de l'industrie ?

Laurent Pinsolle : Oui, ce thème est beaucoup trop délaissé. Rien de concret n’a véritablement été fait sur la question. L’industrie allemande est dynamique et a pris des parts de marchés aux quatre autres grands pays européens (France, Italie, Espagne, Grande-Bretagne), mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de place pour d’autres. Tout d’abord, quelques secteurs industriels se portent bien ailleurs (luxe en France et en Italie, aéronautique en France, industrie automobile en Grande-Bretagne et en Espagne). Tout est question de priorité et de moyens.

Le risque aujourd’hui est qu’au niveau européen, l’Allemagne concentre la majeure partie de l’industrie haut de gamme (laissant le luxe à la France et un peu l’Italie) et que l’Europe de l’Est, où les coûts salariaux sont beaucoup plus bas (80 à 90 % moins élevés qu’en France) aspire au fur et à mesure tout le bas de gamme et, à terme le milieu de gamme, ne laissant que les productions fortement liées au pays producteur.

Pour relancer l’Europe de l’industrie, plusieurs impératifs :

- comme les pays asiatiques ou d’Amérique latine (ainsi, que dans une certaine mesure, les Etats-Unis), protéger les industries stratégiques de la concurrence internationale;

- au sein même de l’Europe, établir un sas entre les pays à bas coûts et les autres pour éviter que le mouvement de délocalisations ne se poursuive

- mettre en place des projets industriels sur le modèle d’Airbus ou Ariane, avec des structures ad hoc, uniquement avec les pays qui le souhaitent, en nombre limité;

- enfin, créer un environnement propice aux entreprises industrielles, avec des pôles de compétitivité associant public et privé, entreprises et écoles, ainsi qu’un cadre législatif et fiscal qui favorise l’activité industrielle et non les délocalisations

Alain Fabre : Un peu comme en France, l’Europe a été habitée par le doute il y a quinze ans. Au Royaume-Uni, c’était le temps du "cool Britannia" célébré par Tony Blair. Même les Allemands ont craint d’être has been. Les meilleurs esprits, notamment sous l’influence de Jeremy Rufkin, ont prophétisé la fin du travail dans un âge post-industriel. En fait la mondialisation est un âge hyper-industriel. Les échanges de produits industriels représentent les 2/3 des échanges mondiaux. Même en Allemagne, les services représentent les 2/3 de l’économie. Mais dans une économie d’échange, on comprend que les machines outils et les produits de luxe se prêtent plus à l’échange que les coupes de cheveux ou les conseils juridiques. Cette remarque est intéressante parce qu’on considérait que l’échange international avait perdu à l’âge de la mondialisation la singularité que lui trouvaient les classiques comme David Ricardo. Mais la mondialisation souligne au contraire cette singularité en mettant en évidence le rôle clé des produits industriels. La crise de la zone euro – cela a été dit par Patrick Artus notamment – est aussi une crise de la désindustrialisation. Exemple peu usité : l’Italie, qui peine sur le chemin de la croissance, a trouvé en ses forces industrielles un facteur décisif d’amortissement de la crise et rééquilibrage de ses déficits par les exportations industrielles. C’est un exemple à suivre pour la France.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Start-ups filantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
casanova
- 21/12/2013 - 10:27
"L'Union fait la force..."
ou l'imposture d' Edouard Martin qui , après avoir "vendu" aux ouvriers de Florange la soupe socialiste sur les nationalisations du site, récidive en leur vendant sa "trahison", car ," il ne pourra pas faire grand chose de concret", le PS étant minoritaire dans les institutions européennes..
Par deux fois, il a fait cocu les ouvriers de Floranges.
berstettoi
- 20/12/2013 - 20:44
C'est qui qui lui a fait crac... crac...
Martin tu va bientôt être un riche sur le dos de tes camarades.
Je parie que tu chantera plus " c'est la lutte finale "
PIF31
- 20/12/2013 - 18:17
Sacré CFDT
Il fallait s'y attendre , un homme seul ne peut tenir tète au pouvoir de l'argent surtout s'il est encarté à la CFDT .Ce syndicat a mainte fois trahis ; demandez aux cheminots ce qu'ils en pensent . A Toulouse et ailleurs leurs délégués se font éjecter des assemblées générales parce qu'ils pactisent avec les patrons .
Cela dit je me suis toujours demandé ce que faisait ce responsable syndicale à la CFDT .......Tout comme je me demande toujours ce que faisais Mr Mélanchon au Parti Socialiste !!!!!!!????
Parce qu'au final qu'est ce qui reste de tout ce remue ménage pré et post élection .......Des vedettes qui appellent à voter Hollande et d'autre qui rejoignent le PS ...malgré une évidente trahison .