En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 9 heures 33 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 13 heures 45 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 14 heures 22 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 16 heures 18 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 17 heures 35 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 19 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 21 heures 43 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 9 heures 48 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 13 heures 59 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 15 heures 27 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 16 heures 56 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 19 heures 59 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 20 heures 28 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 22 heures 7 min
© Reuters
Les combats s'intensifient en Syrie.
© Reuters
Les combats s'intensifient en Syrie.
Horrible équation

Syrie : pourquoi le mois à venir pourrait bien être le plus sanglant depuis le début de la guerre civile

Publié le 19 décembre 2013
La Syrie, déchirée depuis plus de deux ans par la guerre, vit un paradoxe au travers de l'intensification des combats, à l'approche pourtant de la conférence Genève II pour la paix en Syrie, à la fin du mois de janvier prochain. Un phénomène qui, s'il est courant dans les conflits, a des conséquences terribles.
François Géré est historien.Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géré est historien.Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Syrie, déchirée depuis plus de deux ans par la guerre, vit un paradoxe au travers de l'intensification des combats, à l'approche pourtant de la conférence Genève II pour la paix en Syrie, à la fin du mois de janvier prochain. Un phénomène qui, s'il est courant dans les conflits, a des conséquences terribles.

Atlantico : Alors que la conférence Genève II pour la paix en Syrie est fixée au 22 janvier, les combats s'intensifient d'une manière quelque peu paradoxale à son approche. Comment expliquer ce phénomène ? Est-ce courant dans les conflits ?

François Géré : Bien sur cela apparaît comme paradoxal puisque cette conférence est supposée apporter une solution à un conflit qui dure depuis deux ans et demi. Dans la réalité, cela se passe presque toujours, parce dans une situation de guerre, les parties en présence cherchent soit à "gagner le plus" soit à "perdre le moins". Ainsi, les combats s'intensifient pour que le poids des armes et des positions militaires acquises pèsent dans les négociations. Bien sûr, selon les conflits cela agit de manière différente sur les négociations. Dans les guerres israélo-arabe de 1949 à 1973 par exemple, chaque fois qu'ont été annoncés des cessez-le-feu ou des négociations, les combats se sont intensifiés afin de gagner des territoires qui pourront ensuite être rétrocédés dans les négociations en apportant ainsi la preuve d'un effort qui est en fait un gain.

Dans le cas syrien, la configuration est différente, il s'agit de gagner en légitimité représentative. De pouvoir arriver dans la négociation au motif que l'on est un acteur qui compte sur le terrain. On comprend donc aujourd'hui cette intensification des combats puisque les forces loyalistes sont à l'heure actuelle sur l'offensive alors que l'opposition est déchirée. Il y a donc là pour Assad une opportunité extraordinaire de se présenter comme l'homme sans lequel on ne peut rien faire.

Au-delà de Bachar el-Assad, qui sont ceux qui ont intérêt à se faire entendre par les armes et par la conquête de territoires dans cette conférence ?

Du côté des laïques, ils espèrent probablement que cette négociation puisse leur donner la légitimité politique et diplomatique qu'ils sont en train de perdre sur le terrain. Cela apparaît toutefois difficile au vu des récentes positions prises par l'Arabie saoudite qui visiblement n'attend elle rien de la conférence de Genève. Elle joue là son jeu pour renforcer ceux qu'elle considère de "son clan" tout en rejetant la branche la plus radicale d'Al-Qaïda. On peut ainsi penser que l'Arabie saoudite attend que les groupes qu'elle soutient reprennent de la force sur le terrain pour rentrer vraiment dans une négociation qui sera à leur avantage, et dans cette logique la date du 22 janvier est bien trop proche de nous.

Les djihadistes sont loin d'être unifiés et même s'entredéchirent ; certains n'étant pas directement dans la mouvance d'Al-Qaïda au Moyen-Orient et particulièrement la branche mésopotamienne, certains revendiquant même une certaine "modération", qui toutefoiss ne ressemble en rien à l'Armée de libération syrienne qui a volé en éclat. Dans la situation actuelle, lorsque l'on voit le comportement de ces différentes composantes djihadistes dans le conflit, il ne me semble pas qu'elles attendent quoi que ce soit de la date du 22 janvier…

Russie, Etats-Unis, Arabie saoudite ou autres : à qui ces différents groupes s'adressent-ils vraiment ? De qui ont-ils besoin de se faire entendre ?

Ils s'adressent effectivement à la Russie mais également à l'Iran qui souhaite le maintien de Bachar el-Assad mais en élargissant le spectre politique syrien. Ainsi, s'il y a des composantes d'opposition, y compris radicales, et qu'elles acceptent certains conditions - dont une Syrie toujours contrôlée par Assad mais assouplie politiquement -, elles pourraient y trouver une oreille iranienne.

En plus des acteurs régionaux, parmi lesquels on peut aussi évoquer le Hezbollah, ces actions et ces négociations peuvent aller rebondir jusqu'à la Chine, et en fin de parcours aux Etats-Unis. A ces derniers, il s'agit de dire : nous sommes prêts à arrêter les violences et à nous asseoir autour d'une table. Cela afin de marginaliser complètement les factions djihadistes liées à Al-Qaïda et celles qui sont trop proches des positions de l'Arabie saoudite ou du Qatar qui n'envisagent même pas le dialogue avec Assad.

De quoi cette logique témoigne-t-elle malgré tout ? Ne s'agit-il pas d'un signal négatif quant à la réussite de la mise en place d'un processus de paix ?

Il faut s'en désoler mais j'ai tendance à penser que la situation n'est pas "mûre" pour un processus de paix et que de nombreux acteurs considèrent que l'on ne s'est pas assez battu. Beaucoup, à l'intérieur et à l'extérieur du conflit, pensent par ailleurs que la solution devra venir du terrain et que la diplomatie devra entériner cette dernière. C’est-à-dire un rapport de force bien établi en faveur des uns ou des autres, mais clairement acté par une réédition ou l'abandon de positions. Or, pour cela le 22 janvier est une échéance trop courte, tant les acteurs en présence ne sont pas fatigués de se battre.  

Quelles sont les conséquences pour les populations, et plus globalement pour le pays ?

La population syrienne est aujourd'hui une population martyre qui compte des centaines de milliers de personnes tuées ou blessées. En plus de la souffrance atroce de ces gens, ce sont des conséquences terribles pour un pays que de mutiler ainsi son peuple. Sur un plan plus matériel, il est clair que le patrimoine syrien est en grande partie détruit et ne se restaurera bien sûr pas. Quant à la construction, quand elle viendra, s'il y a des soutiens internationaux et des fonds, elle pourra être mise en place dynamiquement. Mais les populations décimées ou déplacées, elles, ne reviendront pas et cela ne sera pas sans conséquences sur le développement. Il est probable que le pays connaisse ainsi une régression de dix à quinze ans pour retrouver son niveau de 2010…

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
langue de pivert
- 19/12/2013 - 16:23
Zorro n'est pas arrivé : tant mieux !
Je souhaite sincèrement aux Syriens de se réconcilier et de vivre en paix. Mais si ils veulent s'étriper jusqu'au dernier faut pas qu'ils se gênent pour moi !
Heureusement que M. Poutine a rendu impossible et injustifié une intervention armée de "Flanby le Magnifique" ! C'était juste ! On devrait le proposer pour le prochain prix Nobel de la paix !
cednono
- 19/12/2013 - 15:09
voilà le résultat des magouilles saoudiennes
pour étendre le règne de L'Islam rigoriste.
Des milliers de morts, quinze années de retard, des mémoires qui garderont longtemps la trace des atrocités et qui alimenteront des fractures et des haines tenaces. Bravo l'Islam, bravo les dirigeants occidentaux aveugles et stupides. Tant pis pour les espoirs de Paix entre les hommes.
myc11
- 19/12/2013 - 13:41
Le retrait des Etats-Unis en dit long,
Sur le glissement dangereux de ce conflit, dont les tenants sont des positionnements géo-politiques intimement liés à la question énergétique. Franchement, le qatar n'en a que faire de la mouvance djihadiste, et l'Arabie Saoudite, des bédouins à la mentalité plutôt arriérée quand il s'agit d'islam, finissent par mal représenter l'intérêt politique de ce conflit. Le peuple syrien paie très cher, c'est vrai, le prix de ce chamboulement , car même réfugiés ils ne trouvent grâce auprès de la France, pour des raisons politiques. Les droits de l'homme sont peu compatibles avec les intérêts géo-politiques!