En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 39 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 37 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 40 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 57 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 57 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 4 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 42 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 12 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 19 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 23 heures 22 min
Bonnes feuilles

Comment parler de Dieu aujourd'hui ?

Publié le 29 décembre 2013
Dieu peut-il être un sujet de conversation ? Au moins deux espèces de personnes ne s'embarrassent pas de ces difficultés : le fondamentaliste et l'athée. Tous deux parlent de Dieu à tort et à travers. Si bien que deux autres types vont s'insurger contre une telle arrogance : l'agnostique et le chrétien enfoui. Extrait de "Comment parler de Dieu aujourd'hui ?" (1/2).
Fabrice Hadjadj
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Hadjadj, essayiste et dramaturge, dirige Philanthropos (Institu européen d’études anthropologiques à Fribourg, Suisse). Il collabore aussi au Figaro littéraire et à Art press, ainsi qu’à Panorama et à Prier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dieu peut-il être un sujet de conversation ? Au moins deux espèces de personnes ne s'embarrassent pas de ces difficultés : le fondamentaliste et l'athée. Tous deux parlent de Dieu à tort et à travers. Si bien que deux autres types vont s'insurger contre une telle arrogance : l'agnostique et le chrétien enfoui. Extrait de "Comment parler de Dieu aujourd'hui ?" (1/2).

Pourquoi « Comment » ?

Il me faut toutefois revenir un peu plus formellement à la question qui m’a été posée. Avant d’y répondre, à supposer qu’on puisse y répondre, je voudrais la questionner à mon tour, non dans le but de m’en débarrasser – plutôt pour intensifier son questionnement. Qu’est-ce qui frappe, dès l’abord, dans sa formulation ? Elle contient plusieurs présupposés discutables. J’en distingue au moins trois.

Le premier, c’est que l’on pose la question « Comment » et non pas « Pourquoi », ni non plus « Qu’est-ce que » parler de Dieu (ni même « Qu’est-ce que Dieu ? », ou encore plus simplement « Qu’est-ce que parler ? »). On fait comme si les questions du quoi et du pourquoi étaient déjà réglées. On saurait par avance exactement ce dont il s’agit et pourquoi il faut le faire, et il n’y aurait plus maintenant qu’à chercher comment le faire, c’est-à-dire à s’interroger sur les moyens.

La question du comment n’est pas méprisable. C’est même la question « prisable » et prisée par excellence, celle qui cherche à avoir prise et à donner du prix. Elle nous oriente directement vers la pratique, tandis que le quoi et le pourquoi ont le fâcheux inconvénient de nous laisser au niveau de la théorie : je cherche à savoir ce que c’est, pourquoi c’est, je cherche donc à le savoir, non à le vivre, je ne passe pas à l’action. Le comment nous oblige à descendre des nuées spéculatives et abstraites pour nous rapporter sans ambages au concret de notre existence.

Cependant, on ne peut pas l’ignorer, la science moderne est marquée par la tendance générale à négliger le quoi et le pourquoi au proÞ t du comment. Elle ne demande plus « pourquoi c’est ainsi », elle veut saisir « comment ça marche », « comment ça fonctionne »,aÞ n d’avoir une plus grande emprise sur le monde. Rien n’est plus utile, sans aucun doute, mais justement, cela restreint notre regard à une vision utilitaire ; une vision qu’on peut appeler « fonctionnelle » ou « technicienne ». Son interrogation fondamentale n’est plus celle des vieilles lubies métaphysiques : Quelle est la cause des êtres ? Elle s’énonce en termes pragmatiques, dont le caractère concret et constructif saute immédiatement aux yeux : Où est la télécommande ?

Mettre le comment avant le pourquoi fait insensiblement succomber à cette fascination de la télécommande. Ce qui arrive à l’intérieur de l’Église même. Beaucoup s’imaginent que le point décisif de la « nouvelle évangélisation » (ce qui la rendrait vraiment « nouvelle ») consiste à adopter les « nouveautés », à améliorer nos méthodes de communication, à mieux maîtriser les plus récentes technologies. L’Évangile ne fonctionne pas assez bien en lui-même : ce qu’il faut, c’est l’Évangile plus le multimédia, la Face de Dieu plus Facebook, le Saint-Esprit plus Twitter… L’Heureuse Nouvelle attendait les News.

Nos jours roulent sur ces rails. On y multiplie les moyens, mais, comme on ne sait plus la banalité de tout ça, ces moyens deviennent des Þ ns. Ils ne cessent de se perfectionner et d’augmenter notre « pouvoir », et ne servent en vérité qu’à nous divertir de la perte de tout sens. L’hagiographie de Steve Jobs et la gloire de la pomme croquée vont dans cette direction insensée : on ne sait plus ce qu’il est important de communiquer, dès lors on ne communique plus que sur la communication. Il faut que les gens communiquent entre eux, voilà l’impératif, et que le moyen de communication soit de plus en plus fluide et attrayant. Il devient si attrayant qu’il finit par se mettre en travers de la communication elle-même, et sa fluidité comme l’eau fait que nous ne recueillons rien de solide. La télécommande est dans vos mains, qu’importe le programme, vous pouvez choisir vos chaînes. Le multimédia est la chose en soi : peu nous chaut s’il est le médium de quelque chose qui en vaut la peine, pourvu qu’il soit « multi », « cool », « fun », « hype »… Il se vide de tout contenu, et ce vide ne semble plus cause d’angoisse, il est occasion d’amusement : le moyen sans fin se fait toujours plus ludique. Aussi, quand vous passez près d’un homme, vous ne le voyez plus, tant vous êtes captivé par l’écran que vous tenez dans votre paume. Du reste, les avatars numériques de cet homme ne sont-ils pas beaucoup plus « fun », « cool », « multi », que cet homme lui-même, astreint à la cage thoracique (même pas téléchargeable) ? Et puis qu’est-ce que vous auriez à vous dire ? C’est dangereux la conversation. Ça risque d’un détour à l’autre de vous rappeler que vous devez mourir tout à l’heure. Ne serait-ce que de voir en face le visage de ce type, et vous seriez trop renvoyé aux aspérités de la vie. Le mieux est donc de vous éloigner pour pouvoir vous connecter avec lui sur un forum, chater, partager des vidéos sur vos murs, c’est-à-dire faire en sorte que les gadgets de votre communication dissimulent la nullité de ce qu’elle communique. Ivresse du flacon.

Commencer par la question du comment nous piège donc dans le refus du quoi et du pourquoi. On cherche à savoir comment parler de Dieu en ce siècle hi-tech, mais, dès le départ, le siècle a gagné, c’est lui qui imperceptiblement nous a convertis.

Extrait de "Comment parler de Dieu aujourd'hui ?", Fabrice Hadjadj (Editions Salvator), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 30/12/2013 - 00:00
Mon dieu...j'ai rien compris!!!!!!!!!

je ne suis pas pratiquant , mais préféré lire les paraboles de l'homme Jésus ou les tentative de notre nouveau pape , au langage emberlificoté de ce Mr .(le cerveau plus développé que le foie..pardon la foi)
comment parler de dieu aujourd’hui : il n'est pas nécessaire d'en parler
pascalou2
- 29/12/2013 - 21:09
bonjour @ Benvoyons
tu dis vrai , dieu n est ni demontrable ni indemontrable, c est une croyance qui suructure la foi ...et la foi reste un intuition personnel ...qui certe fini par ce regrouper ceux qui la vivent ...
-
mais il n y a pas d obligation a se positionner sur le sujet , d autre vive tres bien et tres ethiquement sans ...il y a 1 million d année l homme a su faire societer sans ...mais depuis 3500 ans ,c est plus organiser sans etre essentiel pour l humaniter ...c est une voie positive quand elle eleve l homme et negative quand elle conduit a la guerre ....le bien et le mal reuni ,quel comble ...restera une quetion est il utile cde l inventer ?(je n ai pas la reponse..)
-
pascalou
Benvoyons
- 29/12/2013 - 20:56
gliocyte29/12/2013 19:05 Tu écris " on sent l'existance de Dieu
mais elle est indémontrable"

"On sent ( toucher, sentir est un état de conscience ) donc qu'il y a une réel existence pour pouvoir sentir) "veut dire que tu as conscience de l’existence de Dieu et donc tu ne peux plus dire indémontrable.
Autre version
C'est comme si tu disais je sens la merde mais je ne peux pas démontrer qu'elle existe.
Par contre
Personne ne peut prouver l'existence de Dieu, mais personne ne peut démontrer qu'il n'existe pas.
Mais bon je vais rester à mon niveau je vais faire silence.