En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
80 % des utilisateurs de bitcoins se revendiquent de la mouvance libertarienne.
L'enfer est pavé de bonnes intentions
Ce que le Bitcoin nous révèle de l'enfer terrestre que serait le paradis libertarien
Publié le 11 juin 2014
80 % des utilisateurs de bitcoins se revendiquent de la mouvance libertarienne. Un chiffre qui en dit long sur la société dont ils rêvent, surtout lorsque l'on voit les fins auxquelles est bien souvent utilisée la monnaie numérique sans contrôle étatique : trafics divers, blanchiment d'argent, engagement de tueurs à gages...
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
80 % des utilisateurs de bitcoins se revendiquent de la mouvance libertarienne. Un chiffre qui en dit long sur la société dont ils rêvent, surtout lorsque l'on voit les fins auxquelles est bien souvent utilisée la monnaie numérique sans contrôle étatique : trafics divers, blanchiment d'argent, engagement de tueurs à gages...

Au Panthéon des utopies libertariennes, la monnaie privée occupe une place tout à fait particulière.

Alors que Maurice Allais, l’inventeur de la rationalité économique, a plaidé pour une interdiction de la production monétaire par les banques, et pour la limitation stricte de la monnaie au seul périmètre des banques centrales, l’école monétariste a pris des positions tout à fait inverses. Le gourou du libertarisme, Friedrich von Hayek, a par exemple prôné le développement des monnaies privées, produites par les banques et non par les Etats (ce qui recouvre en partie le rôle du crédit), afin de limiter le rôle de la puissance publique dans l’économie.

Ces oppositions doctrinales entre défenseurs de la liberté d’entreprendre montrent bien la complexité et la sensibilité d’un débat que l’on croyait jusqu’ici très théorique. Le rôle de la monnaie est un sujet inachevé, polémique et mal défini politiquement.

Dans la réalité, les partisans d’une monnaie centrale ont laissé filer des logiques d’endettement grâce auxquelles les banques ont pu augmenter de façon colossale la masse monétaire en circulation. Les banques ont procédé ainsi à l’émission déguisée de monnaies privées garanties par la puissance publique. Ces petits jeux d’ombre et de lumière prouvent une fois de plus que les découpages schématiques entre Etat et secteur privé, entre libéralisme et étatisme, sont très arbitraires.

En France, en tout cas, il n’est pas possible d’imaginer le secteur bancaire sans la protection réglementaire de l’Etat ou de ses sbires. La condamnation récente du blogueur Jean-Pierre Chevallier l’a rappelé : la dépendance, et même la porosité entre les deux mondes est extrêmement forte, et les pouvoirs publics n’hésitent pas à outrepasser les libertés publiques pour défendre les intérêts de nos champions bancaires nationaux.

Sans surprise dans ce contexte, la Banque de France a récemment mis en garde contre une concurrence monétaire tout à fait inattendue pour les banques, et longtemps occultée: le bitcoin. Cette caricature de monnaie privée est l’un des produits de la révolution numérique. Elle repose sur un système de "peer to peer", c’est-à-dire d’échange direct, non intermédié, qui connaît un véritable succès auprès des internautes.

Pour beaucoup de libertariens, le bitcoin démontre tout l’intérêt et toute la pertinence des théories de Hayek. Cette monnaie virtuelle, née de nulle part, totalement décentralisée, c’est-à-dire sans "commissaire-priseur" installé dans une banque centrale, est le pur produit de l’initiative privée. Elle incarne l’une des premières utopies de notre siècle : l’idée que la société pourrait s’organiser sans Etat, sans pouvoir public, sans arbitre dans les relations entre individus.

Dans la pratique, l’expansion colossale de cette monnaie qui n’est garantie par aucun billet de banque, par aucune masse de métal, et qui concurrence directement les monnaies publiques, est un phénomène tout à fait intéressant. Si l’émission globale de bitcoin ne devrait pas dépasser les 21 millions d’unités, l’utopie qui la porte lui a d’ores et déjà offert non seulement une belle publicité, mais aussi une postérité : elle demeurera dans l’histoire comme la première tentative de monnaie numérique sans intervention de l’Etat.

On notera au passage que le bitcoin est l’illustration la plus emblématique d’une traînée de poudre qui comporte de nombreux avatars. Les monnaies virtuelles locales, par exemple, fleurissent un peu partout. L’époque est à la décentralisation monétaire, quand le centralisme triomphe partout, jusqu’à imposer au niveau international une petite poignée de monnaies en circulation.

Faut-il se réjouir de ce phénomène ? Il est bien probable que les péripéties que les bitcoins traversent donnent le signal prématuré d’une mort doctrinale pour le libertarisme, et d’un scepticisme généralisé pour les monnaies privées.

Premier problème : le bitcoin est accusé de couvrir les pires activités mafieuses. Alors que le secret bancaire est de plus en plus fragilisé, et que tout flux financier doit, de façon grandissante, être "blanchi", le caractère totalement privé du bitcoin attire les convoitises. Quel système mieux adapté que la relation "peer to peer", loin des règles contraignantes de la puissance publique, pour recycler de l’argent sale ?

Deuxième problème : le bitcoin est une monnaie extrêmement spéculative qui enrichit quelques détenteurs futés. Selon certaines sources, la moitié de la masse de bitcoin serait détenue par moins de mille particuliers. Un tiers du stock serait détenu par moins de cinquante personnes. Cette extrême concentration souligne le premier intérêt du système : enrichir ses créateurs, et rien de plus.

Car, troisième problème : le bitcoin est extrêmement volatil. En quelques jours, il peut perdre une part importante de sa valeur. C’est le cas en ce moment : ce mercredi, le bitcoin a perdu 50 % de sa valeur, après des annonces inquiétantes en Chine.

Cet épisode marquera les esprits. Un monde sans Etat et sans pouvoir public est toujours possible. Mais c’est un monde opaque, inégalitaire, et fondamentalement instable. Or la stabilité et la confiance sont des conditions nécessaires à la prospérité.

 

A LIRE : La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? de Philippe Herlin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
03.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
elvin
- 24/12/2013 - 17:35
Consternant
Cet article m'avait échappé, ce qui n'aurait pas été une grande perte.
D'accord, tout le monde a le droit d'avoir son opinion, mais il vaudrait quand même mieux savoir de quoi on parle, ce qui en l’occurrence n'est pas le cas d'Eric Verhaeghe. Son article est une suite d'affirmations péremptoires reposant sur quelques ragots, une ignorance de ce qu'est le bitcoin et les idées reçues bien dans l'esprit de l'ENA, mais sans aucun argument véritable dont on puisse utilement discuter.
A oublier le plus vite possible, tout en se demandant comment Atlantico a pu laisser passer un article aussi nul. Je me suis d'ailleurs posé la même question à propos du dernier hymne à Keynes dont nous a gratifié Nicolas Goetzmann.. Fort heureusement les deux articles ont disparu aussi vite qu'ils étaient apparus.
pachakamac
- 23/12/2013 - 17:02
Article consternant de bêtise !
C'est étonnant de constater combien les élites françaises sont systématiquement opposées aux innovations et idées nouvelles. Cela explique sans doute l'état dans lequel se trouve la France aujourd'hui.
On peut rapidement opposer 3 arguments à cette thèse médiocre :
1/ le Bitcoin permet le blanchiment et les activités illicites -> Faux car toutes les transactions sont publiques. La traçabilité est donc totale et largement supérieure aux autres monnaies.
2/ le Bitcoin est spéculatif -> Pas plus que les autres monnaies ! La BRI fait état d'une spéculation de 4 trilliards de dollars sur l'euro par jour. Autant dire que le Bitcoin a encore du chemin à parcourir pour atteindre ces niveaux...
3/ Le Bitcoin est volatil -> Défaut de jeunesse ! Une fois que le Bitcoin aura atteint un niveau d'utilisation normal, son cours se stabilisera mécaniquement.
Pas besoin de faire l'ENA pour comprendre ça !
bitcoin.fr
- 23/12/2013 - 12:40
Erreur dans les données
Contrairement à ce que vous annoncez dans votre introduction, un sondage réalisé sur bitcoin.fr nous apprend que seuls 31% des utilisateurs de bitcoin se sentent proche de la mouvance libertarienne. Il semblerait par ailleurs qu'un grand nombre d'utilisateurs se sentent proches de mouvements altermondialistes.

Le sondage : http://www.bitcoin.fr/post/Bitcoin-et-le-libertarianisme#main

Les résultats partiels : https://docs.google.com/forms/d/1oX5CK-Tlp1vmGaiRqcwNcK8fMx6NXadlKuyYQa8ltVQ/viewanalytics