En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 4 min 12 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 18 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 16 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 5 heures 40 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 12 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 6 heures 43 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 7 heures 50 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 7 heures 57 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 2 heures 57 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 6 heures 33 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 4 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 7 heures 40 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 8 heures 56 min
© Reuters
90 % des tests de dépistage à des substances illicites réalisés sur les détenus sont positifs.
© Reuters
90 % des tests de dépistage à des substances illicites réalisés sur les détenus sont positifs.
En cage

Un psychiatre en prison : "90% des tests de dépistage à des substances illicites réalisés sur les détenus sont positifs"

Publié le 18 décembre 2013
Le docteur Baratta, psychiatre, livre son expérience du milieu carcéral français tirée de son travail d'expert judiciaire et nous aide à démêler le vrai du faux en ce qui concerne les trafics, les toxicomanies et les cas de schizophrénie non pris en charge.
Alexandre Baratta
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychiatre, praticien hospitalier, Alexandre Baratta est expert auprès de la Cour d'appel de Metz, et expert associé à l'Institut pour la Justice. Il est également correspondant national de la Société médico-psychologique.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Baratta, psychiatre, livre son expérience du milieu carcéral français tirée de son travail d'expert judiciaire et nous aide à démêler le vrai du faux en ce qui concerne les trafics, les toxicomanies et les cas de schizophrénie non pris en charge.

Atlantico : Votre travail d'expert judiciaire vous amène régulièrement en prison. Pouvez-vous décrire les conditions de détention des prisonniers telles que vous les voyez ? 

Alexandre Baratta : En réalité, j’interviens en milieu pénitentiaire dans deux cadres bien distincts :

  • Celui de psychiatre traitant à la Maison d’Arrêt de Sarreguemines
  • Celui d’expert judiciaire pour évaluer les détenus demandant des mesures d’aménagement de peine. J’interviens sur la plupart des établissements pénitentiaires d’Alsace et de Lorraine (centres de détention, maisons d’arrêt et une maison centrale).


Les conditions de détention sont très variables en fonction du type d’établissement. Classiquement, les centres de détention ne présentent pas de surpopulation carcérale. Les conditions sanitaires sont acceptables, sans insalubrité notoire. Des panneaux d’affichage notifient les droits des détenus et proposent les formations disponibles. Plusieurs types d’emplois sont accessibles aux détenus qui en font la demande (ce qui n’est pas systématique). Il en va autrement des maisons d’arrêt, qui sont des établissements de courte peine ou pour les détenus en attente d’être jugés. C’est dans ces établissements que  nous retrouvons la classique image d’Épinal de la prison surpeuplée. Une telle surpopulation représente un stress majeur, tant pour les personnes y travaillant (administration pénitentiaire) que pour les détenus. La plupart des locaux sont anciens voire inadaptés (évasion par une brèche dans le toit de la maison d’arrêt de Colmar le 31 décembre 2012). Toutefois je n’ai jamais constaté de locaux insalubres : les sols étaient toujours propres et exempts de déchets…

Le trafic de drogue et la consommation de substances illicites y sont-ils aussi répandus que l'on imagine ?

La réponse est simple : oui, le trafic est fréquent ! Dans le cadre de mes premières fonctions (prescripteur de traitement et évaluation expertale), je mets en œuvre des tests de dépistage urinaire de drogue. Dans 90 à 95 % ils sont positifs à au moins un stupéfiant. Il s’agit dans la grande majorité des cas de cannabis, mais il peut aussi s’agir de cocaïne, héroïne, LSD… Les murs de la prison n’empêchent pas la drogue d’entrer ; et la drogue ne fait pas sonner les portiques de détection d’objets métalliques. En résumé nous dénombrons 3 moyens de faire entrer de la drogue :

  • Les "parachutes" : balles de tennis, voire balles de foot préalablement remplies de drogue puis jetées dans la cour de la prison. Des détenus préposés se déploient pour réceptionner le parachute. Toutefois l’installation de filets au dessus des cours tend à limiter ce flux entrant, au profit des 2 suivants.
  • Les visites lors des parloirs. Les familles et amis des détenus apportent régulièrement les stupéfiants à cette occasion. Seule la fouille des détenus à la sortie des parloirs permettait (éventuellement) de limiter ce flux entrant. Toutefois cette pratique tend à se multiplier du fait de la pose systématique des filets au dessus des cours ; mais surtout en raison de l’interdiction de la fouille des détenus depuis le mois d’octobre 2013. En effet, la Cour constitutionnelle estime que ces fouilles pouvaient porter atteinte à l’interdiction de traitement dégradant des détenus.
  • Lors des sorties de courte durée des détenus (permissions, semi- liberté). Je suis régulièrement confronté dans ma pratique à des détenus sortant le matin et entrant le soir en prison ivres, ayant consommé toutes sortes de substances. Mais en tant que médecin traitant, je suis tenu par le secret médical et ne peux en référer à l’administration pénitentiaire. Là encore l’absence de fouille facilite un tel flux entrant.

 

Résultat final : il est fréquent, lors de mes déplacements dans les couloirs des établissements pénitentiaires, de sentir de fortes odeurs de cannabis flottant dans l’air. Tout comme il est fréquent de me faire insulter par des détenus expertisés par le passé et à qui mes conclusions ne convenaient manifestement pas.

Vos rapports privilégiés avec les détenus vous permettent d'obtenir certaines confidences. Vous racontent-ils comment faire entrer en prison téléphone, drogue etc, ? 

Oui, ceci est vrai dans ma fonction de médecin traitant : les détenus savent que je suis astreint au secret professionnel. Contrairement dans les cas d’expertise (où tout est rapporté au juge), les détenus parlent librement. Ils m’expliquent quels efforts de stratégies ils déploient pour faire entrer téléphones portables, clés USB ou encore stupéfiants. Les trafics d’alcool sont également une réalité. Un vieux pull trempé dans une boisson anisée est ensuite mis à sécher toute une nuit. Apporté en prison via des parloirs, il suffira de le faire tremper dans l’eau pour en récupérer l’alcool. Des trafics de drogue ou d’alcool (en bouteille cette fois-ci) à grande échelle ont également été menés avec complicité de membres du personnel pénitentiaire : les protagonistes ont été identifiés et sanctionnés.

On parle beaucoup de la présence de détenus atteints de maladies psychiatriques dont la place ne serait pas en prison. Quel est votre regard ? 

Il est vrai que de nombreux détenus souffrent de maladie mentale de type schizophrénie en prison. Toutefois cette proportion de malades mentaux ne dépasse pas les 10 %. En théorie, les expertises psychiatriques identifient les malades mentaux : s’il est établi un lien direct entre schizophrénie et délit, un non-lieu est prononcé et le sujet est orienté en psychiatrie. Toutefois il est possible d’être schizophrène et d’agresser une vieille dame pour lui voler son sac à main dans le but de se payer un peu de cannabis. Dans ce cas de figure l’auteur du délit reste accessible à la sanction pénale. Comment expliquer qu’il y a 10 fois plus de schizophrènes en prison que dehors ? Les études ad hoc y ont répondu depuis plusieurs années : la présence d’une schizophrénie augmente le risque de commettre des actes violents. Des structures de soins psychiatriques existent en prison (UCSA, SMPR, UHSA), et les détenus souffrant de schizophrénie peuvent y bénéficier d’un suivi. Hélas, il est vrai que plusieurs établissements carcéraux manquent de moyens à ce niveau. Et ce ne serait pas du luxe que de leur allouer davantage de moyens (locaux plus grands, plus de vacations médicales).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Adi Perdu
- 19/12/2013 - 01:31
Encore un discours d'extrëme gauche !
S'occuper de la précarité des gens qui travaillent et qui sont honnêtes est une des priorités, pas le traitement des délinquants !
C'est incroyable de suggérer que les délinquants devraient être soignés en priorité !
Quel discours indécent !!!
LeditGaga
- 18/12/2013 - 23:40
@glop-glop
On appelle ça des "chances pour la France" et c'est bien à cause de leur propre bol qu'ils sont en prison !
Glop Glop
- 18/12/2013 - 19:12
Sur la photo...
... pas un Breton, pas un Normand, pas un Alsacien, pas un Ch'ti... seulement cent pour cent d'exotisme.