En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Bonnes feuilles

Pourquoi il est nécessaire de supprimer l'emploi à vie des fonctionnaires

Publié le 14 décembre 2013
En poursuivant les schémas politiques actuels, la France ne pourra pas enrayer son déclin. François Audouze propose des mesures radicales et courageuses pour entraîner les citoyens dans un élan de réformes qui permettront à leur pays de redevenir numéro 1. Extrait de "La France de l'excellence" (1/2).
Intégrant l'Ecole Polytechnique à 18 ans, François Audouze est entré très tôt dans le monde de l'entreprise. A 28 ans, il prend la direction générale d'une entreprise de commerce de gros de produits sidérurgiques de 400 personnes dont il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Audouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Intégrant l'Ecole Polytechnique à 18 ans, François Audouze est entré très tôt dans le monde de l'entreprise. A 28 ans, il prend la direction générale d'une entreprise de commerce de gros de produits sidérurgiques de 400 personnes dont il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En poursuivant les schémas politiques actuels, la France ne pourra pas enrayer son déclin. François Audouze propose des mesures radicales et courageuses pour entraîner les citoyens dans un élan de réformes qui permettront à leur pays de redevenir numéro 1. Extrait de "La France de l'excellence" (1/2).

Le Sage : Comme je viens de le dire, entrons dans le vif du sujet. Je suppose que je suis votre Président élu, que j’ai tous les pouvoirs et une majorité qui me permet de faire voter tout ce que je désire sans la moindre difficulté, et que les syndicats sont suffisamment coopératifs pour qu’il n’y ait aucun obstacle sur ma route.

Ma première mesure est d’annoncer la fin de l’emploi à vie des fonctionnaires.

Le Scribe : Permettez-moi de vous couper la parole pour vous dire que vous avez bien fait de m’avertir ! Car dès le premier instant, vous planez dans l’impossible ! Votre discours sur les chiffres était d’une grande clarté, mais vous allez achopper sur les réalités. Comment pouvez-vous imaginer que les millions de fonctionnaires, dotés de syndicats puissants qui peuvent bloquer le pays, puissent accepter d’être privés de cette protection cruciale pour eux de la garantie absolue de leur emploi.

Le Sage : Permettez-moi de vous répondre que vous n’avez pas l’attitude que je vous avais demandé d’adopter. Nous parlons de ce qu’il faut faire et non pas de ce que l’on peut faire. C’est au bout du chemin que vous jugerez.

Mais je vais plus loin. Ce que je propose est de la plus élémentaire justice. Souvenez-vous, il y a quarante ans, on disait que les fonctionnaires étaient nettement moins payés que les salariés du privé, à fonction égale, car c’était la contrepartie de la garantie de l’emploi. Aujourd’hui, vos fonctionnaires sont sensiblement plus payés que les employés du privé, et ils ont en plus la garantie de l’emploi. S’ils ont pu obtenir ces revalorisations, c’est grâce à la force des syndicats, qui peuvent déclencher des grèves à tout moment, puisque les grévistes ne perdront jamais leur emploi. Il faut dire aussi que ceux qui sont « en face » d’eux, les directeurs et autres responsables de la fonction publique qui gèrent les conflits, appliquent le plus souvent une gestion « pas de vague ». Il y a toujours une élection en vue et les gouvernants n’ont pas envie qu’il y ait le moindre trouble, et les syndicats le savent. On pourrait dire que « pas de vague » et « donner du grain à moudre » sont les deux mamelles de la gestion sociale des salaires des fonctionnaires.

Dans une Nouvelle France où tout le monde participe à la recherche de l’excellence et de la compétitivité, il est indispensable que tous les citoyens soient logés à la même enseigne. Dans un monde qui bouge, les carrières des salariés du privé ne peuvent pas être linéaires, car il faut s’adapter en permanence. Celles des fonctionnaires ne le seront pas non plus.

Le Scribe : Eh bien, on peut dire que vous démarrez fort !

Le Sage : Il convient d’entourer ces mesures d’un climat de compréhension. Souvent, votre pays abuse de la rétroactivité des lois. C’est le cas notamment des incitations fiscales. Le législateur, pour attirer des capitaux, offre des exonérations d’impôt. Les capitaux s’investissent, et quelques années plus tard les règles changent, ce qui rend les investisseurs, qui ont été bernés, de plus en plus timorés. Pour rendre cette fin des carrières « à vie » plus acceptable, voici les compléments de mesure : – les fonctionnaires de plus de 57 ans garderont leur inamovibilité ; – les fonctionnaires de 52 à 57 ans ne pourront pas quitter la fonction publique sans bénéficier d’un préavis de deux ans, sauf s’ils veulent l’écourter à leur convenance.

Le Scribe : Que faites-vous des domaines régaliens comme l’armée, la police, les services secrets, etc. ?

Le Sage : Le fait de rendre possible la fin d’un contrat ne veut pas dire qu’on veut le rompre. Comme dans l’industrie privée, un collaborateur efficace et engagé n’a aucune raison de craindre pour son emploi. Et c’est encore plus vrai pour les emplois d’État car des produits ou services ne sont pas soumis à une concurrence aussi forte que l’industrie. Il y a rarement la possibilité de substituer une offre de service concurrente dans la fonction publique régalienne.

Pour les domaines que vous citez, la règle sera la perpétuation des carrières et la force du secret d’État, garanti par contrat, sans qu’existe l’obligation de l’emploi à vie.

Le Scribe : Si vous voulez supprimer la garantie de l’emploi à vie, j’imagine que c’est pour dégraisser le mammouth, comme l’a dit Claude Allègre pour l’Éducation nationale ?

Le Sage : Nous aborderons ce sujet en son temps.

Extrait de "La France de l'excellence - 65 millions de citoyens devront sauver la France", François Audouze, (Editions du Rocher), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Geminislinger
- 17/12/2013 - 18:14
Un essai à l'eau, suivaaaaant
"Comme dans l’industrie privée, un collaborateur efficace et engagé n’a aucune raison de craindre pour son emploi." : j'ai beaucoup ri à cette phrase. Je ne sais pas si le Sage ou le Scribe se rend compte de l'énormité ou de l'obsolescence de l'énoncé (j'espère que non parce que s'il croit vraiment ça, je m'incline). Evidemment, on peut discuter de la définition de l'efficacité : après tout, virer 5000 personnes peut être considéré comme faisant preuve d'efficacité. quand je pense que cet auteur tente de paraphraser Socrate et les sophistes, ça me tue...J'espère qu'à un moment donné, le terme "fonctionnaire" est défini, c'est le minimum dans une discussion philosophique. je sais que je suis sur un site de droite, mais est-il de mauvaise foi ?
Je ne suis pas fonctionnaire mais je travaille pour l'Etat. Est-ce que j'en suis un par affiliation ? Est-ce que toutes les personnes travaillant pour l'Etat sont moins efficaces que les gens ne travaillant pas pour l'Etat mais pour une logique de gain à court terme de leur entreprise ? Existe-t-il encore la notion de long terme ?
ヒナゲシ
- 16/12/2013 - 01:25
Quand on veut donner des leçons…
gliocyte : « Savez-vous lire un article que
vous proposez ou contentez-vous de ne lire
que les gros titres?
Ce n'est pas la première fois que je vous
fais cette remarque […] »

Oui, et comme d'habitude, celui des deux qui est à côté de la plaque n'est pas celui que vous dites…
 
Bien sûr que j'ai lu le document. Et j'ai bien noté que le revenu moyen est supérieur dans le public. Et j'en tire cette conclusion :
le niveau de qualification moyen des agents du public est supérieur à celui du privé.
C'est la conséquence logique des deux constats suivants :
• celui que je mentionne en fin de mon mess ge du 15 à 2 h 18, selon lequel — *à qualification égale* — on serait plutôt moins payé dans le public ;
• le revenu moyen est supérieur dans le public.
 
S'il y avait revenu identique à qualification identique, l'écart de rémunérations devrait être *encore supérieur* à celui que vous relevez.
gliocyte
- 15/12/2013 - 08:41
@coquelicot
Toujours out, mon pauvre coquelicot. Savez-vous lire un article que vous proposez ou contentez-vous de ne lire que les gros titres? Ce n'est pas la première fois que je vous fais cette remarque, par exemple lorsque vous réalisez bêtement un copié/collé sans vous apercevoir que ce que vous écrivez est un non sens. Ah pauvre esprit malléable, le" politiquement correct" entre dans votre esprit comme le couteau dans du beurre.
Donc reprenons votre article avec la date de référence que vous omettez, ce qui est pourtant très important quand l'esprit est rigoureux

Revenu salarial moyen en 2011
Fonction publique: 21 970 euros
Secteur privé: 19 530 euros.

Bon vous reconnaissez quand même parfois que vous avez tord mais évitez donc de toujours vouloir en rabattre, un coquelicot qui veut se positionner en baobab, ça fait rire tout le monde. J'en suis même gêné pour vous.