En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Éditorial

Les soulèvements de Kiev sont-ils vraiment représentatifs de la volonté des Ukrainiens ?

Publié le 12 décembre 2013
Avec Yves Derai
Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch est confronté depuis plus de dix jours à une spectaculaire contestation de rue réclamant un rapprochement avec l’Union européenne (UE) et un changement de régime à Kiev.
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch est confronté depuis plus de dix jours à une spectaculaire contestation de rue réclamant un rapprochement avec l’Union européenne (UE) et un changement de régime à Kiev.
Avec Yves Derai

Hier matin, sur une radio, 8h30, la présentatrice du journal en substance :

"- Des milliers d’Ukrainiens affluent vers la Place de l’Indépendance. Des affrontements entre la police et les manifestants auraient lieu actuellement. Nous sommes en ligne avec notre envoyé spécial à Kiev...

- Oui, eh bien je ne peux malheureusement pas vous confirmer les affrontements..."

Malheureusement ! Comme si notre sympathique reporter regrettait l’absence de violences qui, évidemment, auraient donné une ampleur encore plus spectaculaire au rassemblement.

La crise ukrainienne et les commentaires d’éditorialistes et d’experts français qui n’ont pas dû mettre un pied en Ukraine depuis la chute du Mur de Berlin m’inspire une réflexion : il va peut-être falloir arrêter de regarder toutes les révoltes populaires avec des yeux de Chimène et passer du romantisme révolutionnaire à l’analyse politique.

A Kiev, en effet, des millions de gens espéraient que l’Ukraine rejoigne l’Union européenne et se détache de Moscou. Mais qu’en est-il dans le reste du pays ? Selon la plupart des études conduites par des instituts indépendants du pouvoir, il existe une Ukraine russophone et russophile qui préfère rester dans sa zone d’influence historique. Que donnerait un referendum proposant aux électeurs l’alternative Union Européenne vs Union douanière (Russie, Kazakhstan, Biélorussie) ? Difficile de le dire. Les sondages se contredisent. Selon celui de GfK Ukraine (réalisé du 2 au 15 octobre 2013), 45% des Ukrainiens sont favorables à l'accord d'association avec l'UE, tandis que seulement 14% veulent se joindre à la Biélorussie et au Kazakhstan dans un bloc économique qui serait dirigé par la Russie. Les résultats sont beaucoup plus équilibrés selon un autre sondage de l'Institut international de sociologie de Kiev (réalisé du 9 au 20 novembre 2013), qui indique que 39% des Ukrainiens sont favorables à l'accord d'association avec l'UE et 37% préfèrent s'associer avec la Russie.

Carte des différentes ethnies et langues en Ukraine

Quant à savoir si le président Viktor Ianoukovitch doit quitter immédiatement le pouvoir, là aussi, le sujet ne fait pas l’unanimité. Certains sondages le donnent au coude à coude avec le leader de l’opposition, le boxeur Vitaly Klitschko, que notre ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a couvert de louanges même si l’on est en droit de douter des capacités d’un tel personnage à diriger un grand pays...

Résultats des élections présidentielles en Ukraine de 2010

L’élection présidentielle est prévue en mars 2015. La démocratie est loin d’être parfaite en Ukraine. Le pouvoir judiciaire demeure trop dépendant du pouvoir exécutif, la corruption règne dans les élites politiques et économiques. Mais depuis la Révolution orange, il y a eu plusieurs alternances dans le pays. De la même manière que Ianoukovitch a battu Ioulia Timochenko à la régulière en 2010, il pourrait tout à fait être mis KO par le champion du monde poids lourd dans un an et demi. Le procédé du "dégage, machin" que l’on a trop vite applaudi lors des "printemps arabes" ne doit pas tenir lieu de modèle démocratique. Le verdict des urnes me semble, à tout prendre, le moins injuste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pierre29000
- 13/12/2013 - 14:54
Oui la Russie est visee, et le communisme
@Le Lampiste

Oui la Russie est visee, et en effet dans le debat sur holodomor il y a la recherche d'une part de revanche contre les soviets.
Cependant, je pense qu'on peut etre pro-Russe comme moi, et attache a la verite historique, au devoir de memoire et aux valeurs
democratiques.
Je constate que Iouchtchenko a ete empoisonne a la dioxine et que Timoshenko est en prison.
Ianoukovitch n'a pas ces problemes.
Ianoukovitch représente ces russophones dont les parents sont venus s'installer en Ukraine pour combler la saignée démographique de la famine.
Je lis en ce moment "L'Année noire 1933 : la famine en Ukraine, Albin Michel".
Je m'interesse a la responsabilite de la France, dans le soutien au Stalinisme et dans le negationnisme de holodomor.
La gravité de la famine est contestée par quelques historiens revendiquant leur fidélité communiste, comme la
Française Annie Lacroix-Riz, qui enseigne à Paris-VII, qui dénonce ainsi une "opération de propagande", "un bobard".
Curieusement cette enseignante n'est pas poursuivie pour negationnisme de crimes contre l'humanite.
La France et la Russie n'ont pas reconnu officiellement le caractère génocidaire de holodomor.
amike
- 13/12/2013 - 06:59
@ignace: Trop facile, car bien sûr, en 2005, VOS 55% allèrent à
Dupont Aignant. A moins que ce soient Verts ? Ou les Communistes ? Mais "non", biens sûr : Le Front National ... Ou finalement les anti-chiraquiens ?

Le résultat d'un référendum (oui ou non) est asymétrique : Oui = on sait, Non = on reste dans la même situation, puisqu'il s'agit d'un refus d'une proposition. Alors que faire dans la situation où était l'Europe, avec NOTRE Chirac et NOTRE Jospin qui - avec le traité de Nice - ont abouti à une organisation bloquée ?

Hé bien, après l'élection majeure suivante, on tranche : VOTRE Dupont-Aignant : 5% - C'est clair, non ?
ignace
- 13/12/2013 - 01:07
mich2pains referendum europe
rappelez vous qu'en 2005 55% des français avaient dit NON
en 2008 votre M Nicolas est allé a Lisbonne pour dire OUI en s'asseyant sur le vote democratique
que faisiez vous en 2005 ?

Puis-je rajouter à vos sages remarques l'idée d'un REFERENDUM populaire organisé ici , en France , pour savoir si NOUS , FRANCAIS souhaitons l'entrée d'un énième pays dans l ' U.E !
Pour ma part , mon vote serait un " NIET " , clair , net et définitif .
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/soulevements-kiev-sont-vraiment-representatifs-volonte-ukrainiens-russie-union-europeenne-viktor-ianoukovitch-vitaly-klitschkoyv-924488.html#4uAKVDq4WRqlDoty.99