En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

ça vient d'être publié
pépites > International
Idéologie
Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping
il y a 2 min 47 sec
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
L'avenir de la Syrie au cœur de la réunion tripartite entre l'Iran, la Turquie et la Russie
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Santé
Santé

Vers de nouveaux médicaments capables d’atténuer les douleurs liées au vieillissement

il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
"Macron's Moment"
Emmanuel Macron dresse le bilan de son mandat et de la crise des Gilets jaunes dans le magazine Time
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Politique
Réformes

Cet obstacle qui bloquera toute véritable simplification administrative aussi longtemps qu’il ne sera pas levé

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Environnement
Mobilisation

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
Grand oral

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Environnement
Solutions

Pourquoi la taxe carbone ferait plus de mal que de bien

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
En même temps

Emmanuel Macron, l’homme qui voulait parler immigration à l’oreille des Français et réformes courageuses à celle des élites mondialisées

il y a 7 heures 51 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "Les Dictateurs" de Jacques Bainville

il y a 1 heure 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les aiguilles se décentrent et quand les couleurs se concentrent : c’est l’actualité des montres quand vient l’automne
il y a 1 heure 56 min
pépites > Justice
LFI
Trois mois de prison avec sursis requis contre Jean-Luc Mélenchon
il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Calendrier
Xavier Bertrand "pense" à la présidentielle de 2022
il y a 4 heures 18 min
décryptage > France
Un vrai café
Financement

SOS, le groupe associatif capable de rassembler 200 millions d’euros pour sauver les cafés de nos campagnes (oui, mais les sauver de quoi au juste...?)

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Religion
Dieu reconnaîtra les siens

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
Droite sociale et régalienne

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > France
Prévisions

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 22 heures 3 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 22 heures 52 min
Au cœur du problème

(Mal) penser la sortie du nucléaire tue ? La difficulté des Verts à conjuguer pragmatisme, esprit rationnel et idéologie

Publié le 11 décembre 2013
Avec
Alors que la sortie du nucléaire en Allemagne s'avère très coûteuse sur le plan écologique, le groupe EELV à l'Assemblé nationale persiste dans le discours idéologique, notamment en proposant la création d’une commission d’enquête sur la filière nucléaire, sur laquelle l'Assemblée nationale doit se prononcer ce mercredi.
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe. Il est en effet plus que jamais utile de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe. Il est en effet plus que jamais utile de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la sortie du nucléaire en Allemagne s'avère très coûteuse sur le plan écologique, le groupe EELV à l'Assemblé nationale persiste dans le discours idéologique, notamment en proposant la création d’une commission d’enquête sur la filière nucléaire, sur laquelle l'Assemblée nationale doit se prononcer ce mercredi.
Avec

Atlantico : L'opposition automatique au nucléaire est une constante chez les Verts qui citent souvent en exemple l'Allemagne. Le pays a réduit sa part de nucléaire en réactivant les centrales à charbon, industrie à fortes émissions de CO2. Même si la sortie du nucléaire, en France, ne suivrait pas forcément l'exemple allemand, les Verts paraissent sectaires sur ce sujet.  Est-ce que, chez eux, le dogmatisme ou le sectarisme priment sur le pragmatisme ?

Alain Renaudin : Oui. Ce n'est pas exclusif aux Verts, mais chez eux le sectarisme est particulièrement marqué. Il y a aujourd'hui une forme de consensus sur le fait que le dogmatisme et le militantisme chez Europe Écologie – Les Verts passe avant le pragmatisme. Le parti est aujourd'hui dans une situation paradoxale, où il critique beaucoup le système énergétique mais sans dire clairement pourquoi, ni proposer très clairement des alternatives.

Ses membres revendiquent l'arrêt ou la réduction du nucléaire en France. Soit, on peut être d'accord sur le principe. Mais comment est-ce que l'on compense la diminution de la production d'énergie ? Quand on regarde l'exemple de l'Allemagne, on s'aperçoit que la réouverture des usines à charbon, ce n'est pas l'idéal non plus. Ce parti a une vision dogmatique. D'ailleurs il ne devrait même pas être un parti politique, car l'environnement devrait dépasser les clivages.

Thomas Guénolé : Les Verts ne sont pas plus sectaires sur le nucléaire que, par exemple, le PS sur les 35-Heures généralisées, l'UMP sur la supériorité intrinsèque supposée du secteur privé à tout propos, le Front de gauche sur les nationalisations, ou le FN sur l'imputation de tout problème sociétal aux immigrés. Il y a du sectarisme dans tous les partis politiques. Parti : le mot lui-même indique qu'on se définit comme une section séparée de l'ensemble pour affirmer sa spécificité... partisane.

A lire également : Réduction du nucléaire : effets pervers environnementaux et coûts cachés, la vraie facture

Est-ce que cela est dû à la personnalité des dirigeants d'EELV (Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé) ? A la nature-même des idées écologistes ?

Alain Renaudin : Il y a évidemment un problème de leadership au sein du parti. Il y a trop de turnover, trop de chapelles, encore une fois parce que l'approche est trop dogmatique, voire trop philosophique. EELV manque de cohésion. Ce n'est pas un vrai parti politique. D'une part, quand ils ont une candidate à l'élection présidentielle, ils ne la soutiennent pas et préfèrent conclure des alliances pour obtenir des ministères. Ensuite, il n'y a pas de leader naturel. Le meilleur score d'EELV a été obtenu lors des dernières élections européennes, en 2009. A l'époque, le parti avait un vrai chef en la personne de Daniel Cohn-Bendit. Il n'est plus là et les autres leaders sont moins "durables". Pour un parti qui prône le durable, ses chefs sont plutôt jetables.

Thomas Guénolé : D'abord, le tandem Duflot-Placé a mis systématiquement en avant les engagements sur le nucléaire pour vanter les mérites de l'accord d'alliance avec le PS pour le quinquennat. C'est donc l'un des rares sujets sur lesquels même Jean-Vincent Placé ne peut pas faire volte-face. 

Qu'est ce qui dans l'histoire d'EELV explique ce sectarisme ? Les multiples mouvements qui composent le parti sont-ils également en cause ?

Alain Renaudin : Il y a un problème de fond qui veut que l'on considère que l'économie de marché n'est pas bonne pour l'environnement. Il est vrai que l'on a eu une croissance industrielle qui a été néfaste, depuis un siècle, du point de vue environnemental. Mais une fois que l'on a dit ça, que fait-on ? Les Verts en viennent à vouloir une alternative, mais cette alternative, personne ne la connaît. Il faut donc réfléchir à la manière dont l'écologie peut être mise au service de la croissance et comment on peut mettre l'économie au service de l'environnement. Il y a une vraie équation à résoudre et Europe Écologie – Les Verts n'y arrive pas.

Je ne dis pas qu'ils ont une tendance à la flagellation, mais on a du mal à sortir d'un discours environnemental punitif, ou incantatoire, ce qui n'est pas forcément mieux. L'environnement peut être une solution mais chez EELV il n'y a pas assez de stratégie, d'économie, de recherche de consensus.

Thomas Guénolé : La fracture profonde entre l'écologie issue de la gauche anticapitaliste des années soixante et soixante-dix, d'un côté, et l'écologie d'ingénieur façon Nicolas Hulot, de l'autre côté, est en train de disparaître : les tenants de l'écologie d'ingénieur quittent le parti les uns après les autres, ce qui explique l'hémorragie massive de militants depuis la grande vague de 2009-2012.

De fait, le tandem Duflot-Placé et ses affidés ont préféré verrouiller l'appareil du parti pour ne pas en perdre le contrôle et rétrécir ainsi au niveau d'avant 2009, plutôt que de prendre le risque de perdre ce contrôle mais rester aux 15 % issus de la dynamique Cohn-Bendit/Hulot. 

On ne retrouve pas vraiment ailleurs d'équivalent d'une situation aussi hallucinante. D'abord le tandem Duflot-Placé parvient à la tête d'une maison mourante, les Verts d'avant 2009, poste de pilotage dont plus personne ne veut à force d'écroulement électoral. Ensuite la locomotive Cohn-Bendit/Hulot permet une percée électorale spectaculaire jusqu'à tourner autour de 15 % de l'électorat. Puis, sur cette base, s'opère une grande distribution de postes et de sièges, faisant du tandem Duflot-Placé et de ses affidés les al-Saoud de la vie politique française : du pétrole est trouvé sous leurs pieds, ils n'y sont pour rien, mais les voilà riches. Enfin, les mêmes tuent la poule aux œufs d'or, en bloquant par jeux d'appareil la prise d'EELV par Daniel Cohn-Bendit. Il y a eu là soit du cynisme carriériste très poussé, soit de la bêtise, mais je n'imagine pas de troisième hypothèse.

Y-a-t-il d'autres exemples que le nucléaire pour lesquels les Verts font passer le sectarisme avant le pragmatisme ?

Alain Renaudin : Il y a les transports où, là-aussi, personne n'a la solution, mais un parti qui se dit être celui de l'environnement devrait être le premier à proposer des alternatives aux carburants hydrocarbures. Ce serait intéressant d'avoir des propositions d'EELV sur les alternatives au tout pétrole, sur les alternatives au tout-routier, etc.

Les Verts sont peu audibles parce qu'ils n'ont pas de vision à moyen terme, ce que je trouve à titre personnel très dommageable. Je suis agacé du tort que fait EELV à l'environnement.

Thomas Guénolé : Plutôt que de sectarisme, je parlerais d'incohérence lourde des positionnements. D'un côté, un parti qui se veut écologiste ne devrait pas s'exprimer autant sur ce qui n'a rien à voir avec l'écologie : les sans-papiers, la dépénalisation du cannabis, par exemple. De l'autre, un parti qui se veut écologiste devrait s'exprimer beaucoup plus sur des thèmes écologistes qu'il n'aborde quasiment pas aujourd'hui : le zéro-déchets et la "croissance bleue" en mer, par exemple.

Cette tendance est-elle inhérente à Europe Écologie – Les Verts, ou la retrouve-t-on dans d'autres familles politiques ?

Alain Renaudin : Ils se rapprochent, d'un certain point de vue, des partis extrémistes, soit du Front de gauche et du Parti communiste, soit du Front national. E tous les partis d'extrême, en sommes, indépendamment du curseur politique. L'approche anti euro du FN comme l'approche anti-marché des communistes ressemble à l'anti-nucléaire des Verts.

Thomas Guénolé : Plus profondément, les écologistes français sont contre le nucléaire comme le peuple de droite est anticommuniste : c'est un marqueur fondamental de leur identité politique.

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoient une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Monsieur le grand rabbin vous avez encore quelques petites choses à apprendre sur le Coran…

04.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

07.

Vous avez la parole : quand Xavier Bertrand propose un retour à Raffarin

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 11/12/2013 - 20:38
?
Au Japon il a eu 4 explosions pourquoi arrêter 50 qui n'ont pas explosé? c'est un mystère...
fms
- 11/12/2013 - 17:56
3 pages de dénigrement...
aucun fond, aucune analyse.
Comme le lobby nucléaire ne peut se battre sur de vrais arguments, il passe aux attaques personnelles et au dénigrement systématique de ses opposants.
juste minable !
la fin est proche pour ce lobby :o)
Daniel carton
- 11/12/2013 - 17:43
Pas si simple
L'abandon du nucléaire en Allemagne s'avère très coûteux "sur le plan écologique" . Oui , mais surtout sur le plan économique . Que vous le vouliez ou non les renouvelables actuels n'amortiront pas les investissements colossaux . Vous me direz , la planete n'a pas de prix . Mais pourtant ,si les investisseurs privés se désengagent comme c'est le cas , tout reposera sur encore sur plus de dette souveraine et une multiplication de la facture . Sans compter qu'il faudra toujours une centrale qu'on démarre et qu'on arrête à volonté quand le vent et le soleil nous joue des tours