En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y-a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 15 min 14 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 35 min 4 sec
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 58 min 9 sec
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 1 heure 48 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 17 heures 10 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 18 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 19 heures 52 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 22 heures 9 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 22 min 29 sec
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 56 min 41 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 1 heure 32 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 15 heures 31 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 17 heures 33 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 19 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 22 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Paris perdu

Une occasion ratée pour la droite ? Les 7 erreurs de NKM

Publié le 07 décembre 2013
Sûrement trop souvent habituée aux victoires locales, Nathalie Kosciusko-Morizet arrive à Paris en donnant le sentiment de ne pas bien maîtriser son sujet. Tour d'horizon des erreurs commises qui pourraient lui être fatales.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sûrement trop souvent habituée aux victoires locales, Nathalie Kosciusko-Morizet arrive à Paris en donnant le sentiment de ne pas bien maîtriser son sujet. Tour d'horizon des erreurs commises qui pourraient lui être fatales.

Après l'inénarrable sortie de NKM sur le monde si poétique du métro, le doute sur la pertinence du choix de la tête d'affiche de l'UMP, déjà présent chez les connaisseurs de la vie politique parisienne, se répand. La greffe de Longjumeau a-t-elle la moindre chance de prendre dans la capitale ? N'est-elle pas en train de dévisser et pourra-t-elle même terminer la campagne, à ce rythme d'amplification de son discrédit ? L'épisode de l'accord extravagant avec l'UDI et le Modem ne fait que confirmer la panique qui a saisi NKM ces derniers jours.

Revue des sept erreurs commises.

1 - Elle confond 2008 et 2014

La députée de l'Essonne a donné un ton résolument bobo à ses interventions. On la voit déambuler dans la Nuit blanche, proposer la création de dancings dans des stations de métro désaffectées, faire les troquets de Pigalle foulard au vent avec le "maire de la nuit", créature des débitants de boissons, imaginer de dépenser des dizaines de millions d'euros pour créer un pont qui permettra à une piste cyclable d'enjamber la Seine, etc.

Mais les Parisiens de 2014, surtout ceux qui votent à droite et au centre, ne sont plus ceux de 2008, qui ont apporté leurs voix aux listes Delanoë. Ils sont comme tous les Français, inquiets avant tout de la dégradation de la situation économique et sociale. Les affèteries branchées sont hors sujet. Le score des candidats du Front national risque d'en être le principal bénéficiaire.

2 - Son projet est consternant

Tout en prétendant diminuer les dépenses d'un milliard d'euros en six ans, NKM multiplie les annonces coûteuses et parfois même ruineuses. Outre les dépenses ineptes pour reconvertir la Petite ceinture en déambulation vélocipédique, l'ouverture plus tardive du métro et des équipements publics aurait un coût considérable pour un public dont il ne faut pas perdre de vue qu'il est malgré tout réduit. Quant à la couverture de 1,4 kilomètres de Périphérique qui s'autofinancerait grâce à des ventes de terrain à des endroits particulièrement peu propices à la construction sauf pour quelques bureaux supplémentaires dans un marché saturé, elle serait une plaie béante dans les finances de la ville.

3 - Le choix de ses équipes est suicidaire

N'ayant, au départ, qu'une envie modérée d'être candidate à Paris, NKM a entendu en tirer deux bénéfices "cash" : la notoriété et la possibilité de placer quelques affidés qui pourraient lui être utiles plus tard en formant une sorte de garde rapprochée. Du coup, lorsqu'elle n'était pas face à des barons indéboulonnables, elle a décidé de faire investir le plus souvent des candidats inexpérimentés et dépourvus pour la plupart de consistance politique. Telle est la cause unique de la multiplication des dissidences dont l'auteur de ces lignes est un cas parmi déjà dix autres. Il ne faut donc pas y voir, comme le prétend NKM, la conséquence d'un souci de renouvellement mais celle des vieilles pratiques autoritaires, verticales et abusives, du parachutage. NKM est un vieux politicien dans une enveloppe modernisée.

4 - Vanité et déclarations à l'emporte pièces

Très rapidement, se déclarant tueuse en politique alors que ceux qui le sont vraiment ont naturellement pour règle de le dissimuler, NKM s'est singularisée par une communication mal maîtrisée, un comble pour quelqu'un qui mise tout sur l'image et le paraître.

Croyant sans doute que ses immenses qualités lui vaudront la bienveillance granitique des médias, elle s'exprime sans prudence, montrant une connaissance insuffisante des dossiers parisiens. Sa sortie sur l'absence de bus à Paris après 21 heures en fut un exemple édifiant tout comme sa consultation sur son affiche électorale furieusement narcissique.

Tout ceci trouve son origine dans une carrière jusqu'à présent trop protégée. Héritière d'une circonscription à 29 ans, alors que le commun des politiciens doit se battre des décennies pour en obtenir une, elle a dû croire que ce succès était dû à son seul mérite. La campagne actuelle va certainement lui apprendre que ce n'était pas le cas. Trop tard hélas pour la droite et le centre parisiens.

5 - L'entêtement

Manifestement, lorsqu'une erreur est commise, dans son projet comme dans ses choix humains, il n'est jamais question de faire marche arrière, même discrètement. Les élus sortants et militants évincés sont méprisés, déclarés aigris. Aucune autre solution n'est proposée que celle qui, précisément, est à l'origine du conflit.

Hélas, la ténacité n'est pas l'entêtement et, en politique, un excès de psycho-rigidité est un péril grave.

6 - L'union ... mais contre elle

Ce qui va se produire à coup sûr, ce n'est pas que les "dissidents" jettent l'éponge, mais qu'ils se multiplient et se fédèrent. La faiblesse grandissante de NKM démontrera à tous qu'une autre solution est possible, pour la droite et le centre, que de passer sous ses fourches caudines et d'accepter ses oukases.

Oscillant en permanence entre la tentation d'accorder beaucoup aux centristes et de les écraser, elle a fini, dans la panique, par accorder des positions éligibles à des candidats totalement inconnus dans les arrondissements où ils sont censés se faire élire et qui en ignorent tout. Cela ne fera que multiplier les conflits locaux.

7 - La spirale de l'échec

La victoire comme la défaite sont affaire d'énergie et de dynamisme. Aujourd'hui, les impairs de la candidate, moqués partout comme ses déclarations sur le métro, nourrissent des défauts plus profonds.

Le bilan de Delanoë et d'Hidalgo, malgré une com' bien huilée, est chaque jour un peu plus perçu comme mauvais. Mais le système clientéliste du parti socialiste à Paris est robuste.

Depuis 2001, ce sont plus de 100 000 personnes qui ont bénéficié, directement ou indirectement, des largesses de l'Hôtel-de-Ville : HLM, subventions associatives, recrutements, avantages en tout genre, etc. Ce socle de redevables va jouer un rôle déterminant dans une ville où le corps électoral est d'environ 1,3 million de personnes, dont une part importante ne vote pas. Bref, les socialistes partent avec une avance de 10 % des voix, amplifiée par le mode de scrutin et la répartition des sièges de conseillers de Paris.

Pour combattre ce verrouillage, il fallait un sans faute. Pour l'heure, NKM en est plutôt au sans succès.

Reste donc peu de temps à tous ceux qui veulent éviter cet échec annoncé pour se mobiliser. Sinon, au soir du second tour des municipales, alors que la gauche reculera dans toute la France, elle gagnera des arrondissements à Paris, ville condamnée à subir six ans de plus un système prédateur qui l'anémie peu à peu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (70)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cloette
- 08/12/2013 - 20:16
Hidalgo ?
no pasaràn !
cloette
- 08/12/2013 - 13:57
Je dis ça comme ça
Dans le fond ne pourrait-elle pas se désister, pour ,par exemple, Rachida Dati, qui aussi bobo qu'elle mais capable de par ses origines magrhébines ,de rafler les voix des "quartiers" ...Elle est ambitieuse comme Hidalgo et NKM, mais plus charmeuse ...
LeditGaga
- 08/12/2013 - 13:13
@catoneo... relativisons, diantre !
Merci d'apporter de l'eau au moulin des détracteurs de Ségolène NKM !
En effet, pour désigner le candidat UMP à la mairie de Paris, vous nous rappelez que 20.000 encartés se sont déplacés, la modeste victoire revenant à votre égérie avec guère plus de 50 % des voix !
Petit rappel : la population de Paris - sans les banlieues - est de 2.211.000 habitants, ce qui ramène le pourcentage de vos coreligionnaires à moins de 1 % de ladite population et que partant, votre "fer de lance" est encore au ras des pâquerettes !
Mais vos chiffres nous ont quand même beaucoup fait rire... revenez plus souvent, je vous trouve plus performant(e) que Roumanov !