En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Le procès Chirac reporté ?

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 1 min 18 sec
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 30 min 12 sec
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 1 heure 21 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 4 heures 16 min
décryptage > France
Vers une pénurie?

L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..

il y a 4 heures 54 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 1 jour 30 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 min 51 sec
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 1 heure 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 1 heure 50 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 3 heures 13 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 4 heures 40 min
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 19 heures 16 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 23 heures 35 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Un SDF range ses affaires sur le banc qu'il occupe.
© Reuters
Un SDF range ses affaires sur le banc qu'il occupe.
La loterie du QI

Inégalités : ce qu'on perd en efficacité (y compris pour les réduire) à s'obstiner à faire semblant qu'elles n'existent pas

Publié le 06 décembre 2013
Avec
Outre-Manche, Boris Johnson a récemment fait part de l'obsolescence de ce que l'on appelle "la lutte contre les inégalités" qui est selon lui révélatrice d'une conception erronée des rapports sociaux. L'occasion de relancer un débat déjà vieux, mais qui n'a toujours pas trouvé de réponses...
Alain Cohen-Dumouchel est marchand, philosophe, et Ingénieur diplômé d'un DESS de gestion. Entrepreneur, passionné de philosophie politique, il est persuadé que le libéralisme se doit de retrouver sa place à gauche. Il est aussi animateur du blog : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Cohen-Dumouchel est marchand, philosophe, et Ingénieur diplômé d'un DESS de gestion. Entrepreneur, passionné de philosophie politique, il est persuadé que le libéralisme se doit de retrouver sa place à gauche. Il est aussi animateur du blog : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Outre-Manche, Boris Johnson a récemment fait part de l'obsolescence de ce que l'on appelle "la lutte contre les inégalités" qui est selon lui révélatrice d'une conception erronée des rapports sociaux. L'occasion de relancer un débat déjà vieux, mais qui n'a toujours pas trouvé de réponses...
Avec

Dans une récente intervention publique, le maire de Londres Boris Johnson s'est illustré par des propos dignes de feu Madame Thatcher en déclarant que certaines inégalités relevaient d'un fait naturel et que ce n'était pas le rôle de la société de chercher éternellement à les combler (voir ici). En se positionnant sur un tel sujet, M. Johnson ressuscite un débat déjà vieux de trois siècles quant à l'origine des inégalités et les politiques qui devraient en découler. Partagez-vous tout d’abord le constat du Maire de Londres ?

Gaspard Koenig : C'est un débat encore plus vieux, puisque Platon présentait déjà les vertus comparées du communisme, de l'aristocratie et de la démocratie. On peut discuter des chiffres tant qu'on veut, mais il y a une attitude morale voire esthétique fondamentalement différente entre les "partageux" qui regardent le monde avec envie et ressentiment en rêvant de l'aplanir, et ceux qui apprécient les différences et les contrastes. Boris Johnson fait partie de cette dernière catégorie, un peu nietzschéenne si l'on veut. Son discours était un modèle de franchise et aussi d'humanité. Il faut le lire en entier !

Alain Cohen Dumouchel : La phrase exacte du maire de Londres est "...une dose d'inégalité est essentielle pour entretenir une certaine envie qui est, tout comme l'avarice, une impulsion vertueuse pour l'activité économique." Je crois que cette affirmation est une évidence et, en tant que libéral de gauche je n'y vois rien de choquant. Les inégalités en économie permettent une meilleure allocation des ressources. Dans les régimes où la propriété est garantie et protégée, elles favorisent les échanges qui profitent toujours aux deux parties, riches ou pauvres, forts ou faibles. Vivre dans une économie égalitaire qui ne produit pas de richesses, voire qui les détruit, n'améliore le sort de personne.

Cette constatation  n'empêche pas un philosophe comme John Rawls de poser une condition à l'acceptation des inégalités : pour lui, leur accroissement doit obligatoirement profiter aux "moins bien lotis". C'est ce que Rawls appelle le "principe de différence" : "il n'y a pas d'injustice dans le fait qu'un petit nombre obtienne des avantages supérieurs à la moyenne, à condition que soit par là même améliorée la situation des moins favorisés."

Sachant que l’égalitarisme n'a pas toujours porté ses fruits, peut-on essayer d’établir ce que nous ont coûtés les errements d’une telle politique ?

Gaspard Koenig : J'irai beaucoup plus loin : l'égalitarisme conduit par nature à la tyrannie, puisqu'il est nécessaire que le pouvoir central définisse les conditions d'existence de chacun, dans les moindres détails. Ce que cela nous a coûté? Les 3000 guillotinés de la Terreur, les 100 millions du morts des communismes du 20e siècle (source : Le Livre Noir du Communisme). Inutile de prendre des gants avec l'égalitarisme. Je n'admets ni l'excuse de la bonne foi, ni celle des bonnes intentions. Les égalitaristes sont des criminels. Leur passion, c'est de supprimer les libertés.

Alain Cohen Dumouchel ; Je laisse ce travail aux économistes. Ils sont très forts pour expliquer le passé. Mais plus que l'égalitarisme, c'est le planisme qui produit des ravages en économie. Prévoir une certaine forme de redistribution automatique, parfaitement prédictible, à assiette large et taux faible, n'est pas un gros handicap pour l'économie. Prétendre diriger, administrer l'économie est toujours contre productif et peut même s'avérer catastrophique. Les exemples et les comparaisons ne manquent pas : les fameuses "30 glorieuses" gaullistes ont fait beaucoup moins bien que dans une Allemagne plus libérale. les allemands sont partis de beaucoup plus bas et ont fini nettement plus haut.

Peut-on essayer de définir ce que devrait être le rôle des pouvoirs publics face à un tel phénomène ?

Gaspard Koenig : Ah, "le rôle des pouvoirs publics", ce cher fantasme! Mais rien du tout, en l'occurrence. D'abord, contrairement à ce que veut nous faire croire Piketty en manipulant les chiffres, les inégalités sont stables depuis vingt ans en France : le coefficient de Gini établi par l'OCDE est clair sur ce point. Et savez-vous quelle est la part de l'impôt sur le revenu payée par le top 10% des contribuables? 72%. Donc on devrait d'abord leur dire merci avant de hurler aux inégalités. Ensuite, que les pouvoirs publics s'occupent de fournir un filet de sécurité aux plus démunis, qui n'existe pas aujourd'hui : ça, c'est une fonction régalienne essentielle. Et qu'ils assurent à tous l'égalité des chances, avec une bonne école primaire et secondaire, ce qui est loin d'être le cas (il n'y a qu'à voir le dernier classement Pisa). Pour le reste, qu'ils nous fichent la paix. L'idée que l'impôt doive être redistributif est une invention assez récente : l'article 13 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 donne à la "contribution commune" le seul rôle de payer "l'entretien de la force publique et les dépenses d'administration". L'impôt doit payer les services publics, un point c'est tout.

Alain Cohen Dumouchel : Pour tous les libéraux les pouvoirs publics ne doivent pas se mêler d'économie. Pour un libéral de gauche, en dehors de ses fonctions régalienne et de financement de l'éducation, l'Etat peut avoir un rôle redistributeur à la condition qu'il soit décorrélé du système électif. Une femme ou un homme politique ne doit pas pouvoir utiliser la redistribution coercitive pour se faire élire. Promettre des "avantages" à une clientèle électorale pour obtenir son vote, voilà l'un des drames des sociales démocraties. C'est ce qui explique que leurs dépenses ne peuvent que monter. En revanche ni les français ni, à ma connaissance, aucun peuple n'ont jamais été consultés pour décider du montant souhaitable ou maximum de la redistribution. Celle-ci devrait être claire et chiffrable pour pouvoir faire l'objet d'un vote. Il faut arrêter de la cacher dans des milliers de dispositifs opaques et clientélistes.

Sans une réforme institutionnelle majeure, les dépenses publiques des sociales-démocraties ne pourront donc jamais baisser sur le long terme. Même les dépenses publiques de l'Allemagne ou du Royaume-Uni recommenceront à grimper, c'est une certitude.

Le chantier des inégalités repose souvent sur l'idée que les écarts de revenus génèrent mathématiquement de la pauvreté et de l'injustice. Qu'en est-il concrètement ?

Gaspard Koenig : Je ne vois pas très bien où est la mathématique là-dedans. Margaret Thatcher, dans son dernier discours aux Communes, a brillamment montré que les socialistes (qu'ils soient de gauche ou de droite) préféreraient que "les pauvres soient plus pauvres, du moment que les riches sont beaucoup moins riches". Chacun sait que les sociétés en pleine croissance sont les plus inégalitaires : regardez les pays émergents aujourd'hui, comme la France du 19e siècle. Le tassement des niveaux de vie est un signe de faiblesse.

Par ailleurs, on peut (et on doit) lutter contre la pauvreté et pour la mobilité sociale sans lutter contre les inégalités - au contraire! Toute l'hypocrisie française, c'est de prendre aux riches sans jamais donner leur chance aux pauvres, sans s'attaquer aux rentes que le système a générées.

Alain Cohen Dumouchel : Ça c'est absolument faux. Le XIXe siècle est très inégalitaire car c'est le moment où se forment les grandes fortune mais c'est également celui ou des millions de personnes sortent de la pauvreté comme jamais auparavant. La Chine contemporaine connait un peu la même histoire.

En revanche on ne peut pas dire que les inégalités soient le seul moteur de l'élévation du niveau de vie. Il existait avant le grand démarrage industriel des sociétés très inégalitaires et très pauvres, et il en existe encore. Ce sont toujours des endroits où la propriété privée n'est pas un droit reconnu à tous les individus et où les échanges sont limités. C'est l'établissement d'un droit de propriété privée stable qui permet avant tout le recul de la pauvreté. La propriété privée - qui est quelque chose de nouveau dans l'histoire de l'humanité - crée à la fois de la richesse et des inégalités. Il faut relire l'ouvrage de Jacques Marseille "L'argent des français" pour s'en convaincre.

Pour le célèbre économiste Friedrich Von Hayek, les inégalités sont de fait un phénomène nécessaire pour générer de l'envie, donc de l'activité économique tandis que trop de redistribution décourage le travail. Cette théorie peut-elle encore se démontrer aujourd'hui ?

Gaspard Koenig : Ce n'est pas une théorie économique, c'est un principe philosophique : l'inégalité est un moteur pour la société. "L'envie" ne joue pas un rôle très important chez Hayek. Ce qui est primordial, c'est la multiplicité des expériences possibles que l'inégalité permet.

Alain Cohen Dumouchel : Cette affirmation ne date pas de Hayek et reste assez périphérique dans sa pensée. C'est un point de vue simpliste s'il est isolé du reste de sa philosophie. Hayek affirme que si l'on veut "améliorer" la société il faut, par tâtonnement, trouver des règles qui s'appliquent à tous et non, par exemple, tenter de "punir" certaines catégories au nom de la "justice sociale". Plus que les inégalités, c'est la liberté des acteurs économiques dans le cadre du droit (civil et commercial), ce que Hayek appelle la Catallaxie, qui crée le niveau de complexité et de prospérité de nos sociétés. C'est un ordre spontané qui ne résulte pas de la volonté d'un législateur. Hayek dénonce le constructivisme des "architectes" sociaux qui veulent bâtir une "société meilleure". Il y voit une erreur scientifique sur la source du droit. La loi ne découle pas de l'autorité, c'est l'autorité qui découle de la loi communément admise par un groupe social.

Peut-on distinguer, comme le faisait le philosophe américain John Rawls les "bonnes inégalités" qui maintiennent le pouvoir d'achat des pauvres des "mauvaises inégalités" qui finissent par exclure les plus démunis du marché du travail ?

Gaspard Koenig : C'est la distinction de la bonne conscience par excellence, dont Rawls est un champion. Il voudrait gagner sur les deux terrains : ne pas être égalitaire et se ranger néanmoins du côté des gentils. Ce qui exclut les plus démunis du marché du travail, c'est la protection abusive dont bénéficient les insiders.

Alain Cohen Dumouchel : Le point de vue de Rawl (1971) est intéressant pour un libéral contemporain mais il ne peut servir de modèle car son principe de redistribution reste une construction très planiste et étatiste. S'il respecte bien l'individualisme méthodologique qui est l'un des socles de la pensée libérale, Rawls est passé à côté de la notion d'ordres spontanés, brillamment développée par Hayek.

Par exemple si l'on considère le SMIC qui est un des instruments de la politique sociale ; fixer un salaire minimum c'est en quelque sorte décréter un certain niveau de vie, mais en même temps c'est exclure du marché du travail tous ceux dont le travail vaut moins que ce salaire. Dans ce cas, on s'aperçoit qu'une mesure prétendument sociale provoque l'exclusion. Il est donc extrêmement difficile et en fait, nous dit Hayek, épistémologiquement impossible pour un "ingénieur social" de distinguer une bonne et une mauvais inégalité.

Jusqu'ici, le débat s'est dans l'ensemble orchestré entre "rousseauistes" égalitaristes et les partisans d'Adam Smith qui estiment que les écarts de revenus sont une juste compensation des avantages et des désavantages de chaque profession. Peut-on s'affranchir d'une telle binarité ?

Gaspard Koenig : Non. Il existe d'un côté le marché libre, de l'autre la contrainte étatique. J'ajoute que Hayek, puisque vous le citiez, distinguait intelligemment, en reprenant des termes kantiens, la "valeur" du "mérite". La valeur de mon travail, c'est le marché qui lui donne un prix. Mon mérite, c'est un jugement personnel. Je vais vous donner un exemple : j'estime avoir eu beaucoup plus de "mérite" à écrire des livres qu'à travailler dans une banque comme je l'ai fait quelques années. Pourtant, la "valeur" sur le marché de mes livres était bien inférieure à celle de mon activité bancaire. Est-ce qu'il faut sans plaindre? Mais pas du tout! Et c'est là l'erreur des égalitaristes qui, finalement, accordent beaucoup trop d'importance à l'argent. Respectons les lois du marché qui donnent la mesure de notre valeur pour la société, sans en faire l'étalon du mérite personnel !

Alain Cohen Dumouchel : On peut tout à fait s'affranchir de ce dilemme et c'est Bastiat dans ses "Harmonies économiques" qui l'exprime : "Je crois que l'invincible tendance sociale est une approximation constante des hommes vers un commun niveau physique, intellectuel et moral, en même temps qu'une élévation progressive et indéfinie de ce niveau. Je crois qu'il suffit au développement graduel et paisible de l'humanité que ces tendances ne soient pas troublées et qu'elles reconquièrent la liberté de leurs mouvements. Je crois ces choses, non parce que je les désire et qu'elles satisfont mon cœur, mais parce que mon intelligence leur donne un assentiment réfléchi."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Le procès Chirac reporté ?

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 08/12/2013 - 02:21
Caporalisme & fausse recette « libérale »
prochain : « Le directeur n'a pas
le droit de choisir son équipe…
mais ce n'est qu'un des symptômes
du système inefficace, un autre le
manque de sélection et de mobilité »
 
Manque de… « sélection ».
C'est-à-dire ? Sélection de qui, de quoi ?
 
Quant au « droit de choisir son équipe », on ne voit pas très bien en quoi ça améliore les choses.
Dans son rapport « Regard sur l'éducation 2012 » (p. 522) un graphique montre le pourcentage de décisions prises par les différents échelons administratifs en matière de gestion du personnel.
Y compris, donc, l'établissement scolaire lui-même.
☞ http://www.oecd.org/fr/edu/EAG2012_e-book_FR_200912.pdf
 
Or on constate qu'il y a des pays où les établissements ont — pour la gestion de personnel — davantage d'autonomie qu'en France, mais qui ne font pas mieux (parfois même nettement moins bien) aux tests de PISA : le cas le plus flagrant est le Royaume Uni ; on peut citer aussi les États-Unis, l'Islande, la Suède, la Hongrie.
À l'opposé, l'autonomie des établissements est la même en France et en Corée, cette dernière arrivant 5e aux tests de PISA…
jerem
- 07/12/2013 - 01:10
@Benvoyons - 06/12/2013 - 11:14
en n'oubliant pas non plus que lors de la derniere reforme , ils ont su mettre les conseils et expert comptables dans les professions qui ne peuvent etre exercée en meme temps qu'un mandat de député MAIS ont maintenu tranquillement l'avocat dans la partie compatible ....

Deja qu'ils ont eu droit a se faire titrer avocat apres quelques mois a des fonctions de parlementaires ou ministres , cela aurait été dommage de ne pas cumuler lors des recasages ....

Alors les délires sur les fonctionnaires ....
(qui evidemment ne sont jamais de droite comme juppé par exemple ...)
jerem
- 07/12/2013 - 01:03
@@Benvoyons - 06/12/2013 - 11:14 bien mieux
http://www.youtube.com/watch?v=Dq8CyzMJNWY

cela vous remettra les pendules de l'histoire à l'heure .