En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 20 min 50 sec
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 7 heures 22 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 10 heures 9 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 10 heures 26 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 11 heures 27 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 1 heure 3 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 11 heures 10 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 12 heures 2 min
Bonnes feuilles

Contraventions : comment contourner les obstacles volontairement dressés pour dissuader la contestation

Publié le 08 décembre 2013
L'ex numéro 1 du service des contraventions livre un guide de conseils aux automobilistes injustement condamnés et dénonce les dérives de la répression actuelle, les violations de leurs droits et la course effrénée à la rentabilité via une dictature des résultats mettant sous pression des policiers exténués. Extrait de "Le Grand Racket des automobilistes" (1/2).
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex numéro 1 du service des contraventions livre un guide de conseils aux automobilistes injustement condamnés et dénonce les dérives de la répression actuelle, les violations de leurs droits et la course effrénée à la rentabilité via une dictature des résultats mettant sous pression des policiers exténués. Extrait de "Le Grand Racket des automobilistes" (1/2).

L’Administration voit d’un très mauvais œil les requêtes en exonération qui ont pour effet de ne pas pouvoir percevoir le montant des amendes dans les meilleurs délais.

D’une part, vous avez pu vous rendre compte que la procédure de contestation est assez complexe et que pour s’en sortir il faut être très attentif, pour ne pas laisser filer les délais impartis par la loi ni se tromper de destinataire quant à la contestation.

D’autre part, les officiers des ministères publics dans les juridictions de proximité s’arrogent trop souvent le droit de rejeter les réclamations au motif que les moyens invoqués ont déjà été jugés, ou encore qu’ils considèrent la réclamation comme une demande d’indulgence et qu’ils refusent de l’accorder. Malgré plusieurs condamnations de la France par la Cour européenne de justice, cette dérive persiste et je vous indiquerai le moyen de refuser cette décision et de demander l’application du droit qui vous est reconnu par les textes.

Par ailleurs, certains agents verbalisateurs vous incitent à payer la contravention qu’ils viennent de relever à votre encontre pour vous éviter des ennuis. Ou encore vous assènent cette contre-vérité : si vous payez tout de suite, vous ne perdrez pas de points. Bien évidemment, tout cela est faux et je déplore vraiment que des personnels de la force publique puissent mentir aussi effrontément.

De quels ennuis parlent-ils ? Contester vous permet de faire valoir vos arguments sans que vous soyez hors la loi. Je ne mets pas en doute le fait que certains juges de proximité se considèrent plus comme des justiciers que comme des magistrats. Mais dans ce cas il y a des voies de recours que je traiterai dans un autre chapitre.

La perte de points est automatique pour les contraventions qui prévoient cette mesure et fait l’objet d’un traitement informatisé : la contravention payée entraîne d’office le retrait de points qui y est attaché. Combien d’automobilistes ont suivi, en toute bonne foi, ces pseudo-conseils et se sont fait avoir en recevant un avis de retrait de points envoyé par le Fichier national du permis de conduire. Même si ces contrevenants évoquent par courrier les affirmations de l’agent verbalisateur, cela n’a jamais eu pour effet la restitution des points. Dans le meilleur des cas, une réponse est fournie dans le sens que je viens d’indiquer, mais en général aucune réponse n’est même faite !

Fautifs, les agents verbalisateurs ? Sûrement ! Le ministère de l’Intérieur a-t-il fait un rappel à l’ordre dans les services ? Jamais. Trop content d’encaisser des « dividendes ».

Je vous conseille donc, lorsque vous vous estimez injustement sanctionné, de ne pas céder aux sollicitations de l’agent verbalisateur. Ne signez pas le procès-verbal et ne payez pas l’amende, mais contestez.

J’ai toujours considéré que relever une contravention est une décision qui n’appartient qu’au policier, mais qu’il a le devoir d’être loyal envers le contrevenant. Ce non-respect des règles ne risque pas d’améliorer les rapports entre les citoyens et sa police.

J’ai le souvenir d’une contravention qui m’avait été dressée par des gendarmes motocyclistes, en sortant de ma commune. Je me suis rendu compte que ces personnels avaient inversé le sens de circulation et l’on ne pouvait qu’en déduire que j’avais pénétré dans la commune, alors que j’en sortais. C’est avec un parfait cynisme que ce militaire m’a dit que je n’avais qu’à contester. J’ai perdu une demi-journée à la gendarmerie. Et si un gradé présent sur place a bien compris la supercherie, il m’a dit que les motocyclistes ne dépendaient pas de son autorité. J’ai eu un entretien avec un responsable, qui a mon sens n’en était pas un, et les termes méprisants qui m’ont été adressés n’avaient d’autre but que de me faire perdre mon sang-froid, afin que je puisse proférer des paroles répréhensibles, ce qui lui aurait permis de me mettre en garde à vue pour outrage. Je peux affirmer que c’est mon ancienne qualité de commissaire de police qui les a poussés à agir de la sorte.

Avec un air goguenard, le motard qui m’avait dressé procès-verbal m’a dit qu’il avait établi huit contraventions et que j’étais le seul à contester. Moi, je savais quoi faire et la contravention a été annulée par l’officier du ministère public. Mais qu’en a-t-il été des sept autres automobilistes ? Non, il n’y a pas de quoi relever la dignité de la fonction avec de tels procédés.

Voilà pourquoi il faut être attentif à bien lire ce qui est inscrit sur une contravention et ne rien lâcher lorsque l’on se fait abuser de la sorte.

Je constate aujourd’hui que la désinformation du public sur les moyens de contestation des contraventions est monnaie courante et surtout qu’il n’y a aucune fluidité de l’information lorsqu’elle existe et ne vient servir que les intérêts de l’État.

En effet, la seule information que l’on ait est une information verticale qui ne porte que sur la répression et rien d’autre.

Par ailleurs, ce manque de transparence, voulu par les pouvoirs publics, permet d’accréditer l’idée que la répression apporte des résultats, mais en se gardant bien d’en livrer une analyse objective, car ils en viendraient à admettre que les contraventions qui rapportent le plus n’ont aucune incidence sur la sécurité routière et la lutte contre la mortalité.

Selon une méthode bien connue et appliquée depuis des siècles et des siècles, plus le peuple est tenu dans l’ignorance, plus on peut lui faire avaler ce que l’on veut.

Si, a contrario, le citoyen était aussi bien informé sur ses droits en matière de contravention, il pourrait contester chaque fois que de besoin, ce que l’État ne veut absolument pas : ces contestations pourraient engendrer l’engorgement des services judiciaires et faire échec à cette politique arbitraire de verbalisation à outrance.

Conclusion : il est nécessaire de faire circuler l’information judiciaire horizontalement, c’est-à-dire en servant la défense des citoyens. Ce que font déjà un certain nombre d’associations et de professionnels du droit auxquels je me joins.

C’est, à mon sens, permettre au citoyen de se construire une formation et de le rendre conscient de ses droits. Apporter une connaissance à tous est déjà une avancée sociale. Combattre le petit nombre de ceux qui veulent maintenir le plus grand nombre dans l’ignorance, c’est déjà faire oeuvre de prévention.

Extrait de "Le Grand Racket des automobilistes", Philippe Vénère, (Cherche Midi Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Democrator
- 09/12/2013 - 00:13
Comment ne pas être d'accord ?
Et là nous parlons des infractions routières...
Il existe pour un chef d'entreprise 80 codes et 400.000 normes, bien entendu en perpétuelle évolution, sans compter la fiscalité..
N'importe quel Chef d'entreprise, a toujours en France cette très désagréable impression d'être toujours hors la loi, pour ne pas avoir respecté l'une des 3.000 pages de l'un des 80 codes, ou oublier d'observer l'une des 400.000 normes qui s'imposent à lui !
De fait, il faut lire, relire, calculer, recalculer, remplir, remplir, remplir les formulaires,... et finalement, plus beaucoup de temps pour développer de nouveaux produits, aller voir des clients...
Alors, si en plus je dois m'occuper de mes PV !
Mais enfin : la croissance est là, la reprise et là, la courbe du chômage s'inverse, les réformes sont menées !
De quoi pourrions nous nous plaindre sans paraitre indécents, alors que ce Président fait tout !
Y compris la guerre tout seul (va savoir pourquoi) au Mali, Centrafrique...
NB : chaque fois que la France est la seule à faire un truc, il faut s'inquiéter : 35H; Mail,...
jean fume
- 08/12/2013 - 21:08
Pour lutter contre "Le Grand Racket des automobilistes",
Il faut raisonner en terme de préjudice, et le faire savoir, aussi largement que possible, en commencent par l'agent verbalisateur.
L'état, à travers l'agent verbalisateur vous porte un préjudice ?
Préjudice pour préjudice, à vous en représailles, à porter à l'état un préjudice infiniment supérieur. Ce qui est aisé quand on est contribuable. De plus, faites vous plaisir en expliquant à l'agent verbalisateur, que les conséquences de ses actes, conduiront pour l'état, à une perte bien supérieure au bénéfice qu'il comptait en tirer.
C'est ça le monde des affaires !
Vinas Veritas
- 08/12/2013 - 10:23
racket organisé ?
policier municipal qui dresse une contravention à un véhicule arborant un macaron GIC pour stationnement sur emplacement réservé GIC.
C'est déjà irritant en sachant que les verbalisateurs ne reviennent jamais sur les papillons. il faut réclamer là disent-ils. L'organe qui ne conclu qu'en faveur des assermentés sauf carence flagrante dut s'incliner lorsque l'adresse manque.
Evitant la perte de temps de l'étape administritive facultative, je porte l'affaire devant le juge comme chaque fois puisqu'il annule en 5 minutes sur présentation le GIC. Méthode moins stressante, efficace, rapide et définitive sauf lorsque un juge bien hargneux conclu qu'il faut acquitter toute contravention.
Le manège dure 5 ans d'aller retour en remise en cause avec majoration à chaque étape. Puis la promotion laisse place à un juge tout neuf qui relègue l'ensemble des absurdes arrêts à la poubelle et annule quelques 20 000 francs cumulés pour une contravention de quelques francs donnée à tord.