En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 4 heures 33 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 5 heures 16 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 8 heures 28 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 10 heures 35 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 11 heures 34 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 4 heures 57 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 6 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 7 heures 59 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 8 heures 57 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 11 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 11 heures 55 min
Bonnes feuilles

Anomalie française : pourquoi il y aurait tout à gagner à diminuer massivement les charges sociales des entreprises

Publié le 08 décembre 2013
Contrairement à d’autres pays, la France a trop longtemps différé les réformes et n’a pas encore consenti les efforts indispensables à son redressement. Pour le mener à bien, il s’agit maintenant de dissiper la confusion des diagnostics et de mettre de l’ordre dans les mesures à envisager. Extrait de "La France doit agir" (2/2).
Jean-Louis Beffa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Beffa est président d’honneur de la Compagnie de Saint-Gobain et coprésident du Centre Cournot pour la recherche en économie. Il est notamment l’auteur de La France doit choisir (Seuil, 2012)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à d’autres pays, la France a trop longtemps différé les réformes et n’a pas encore consenti les efforts indispensables à son redressement. Pour le mener à bien, il s’agit maintenant de dissiper la confusion des diagnostics et de mettre de l’ordre dans les mesures à envisager. Extrait de "La France doit agir" (2/2).

La compétitivité coût est importante ; et il y aurait tout à gagner à supprimer une anomalie française, à savoir les prélèvements massifs qui pèsent sur le secteur privé et, plus particulièrement, la part excessive des charges sociales pesant sur les salaires dans les entreprises. Les prélèvements qu’ont à honorer les entreprises – supérieurs de 6 points de PIB en France par rapport à l’Allemagne – sont la première cause de la dégradation alarmante de leurs marges. Or, la restauration des marges des entreprises est une priorité, car la capacité d’investissement en dépend. L’écart de rentabilité entre les sociétés françaises et allemandes dépasse 100 milliards d’euros, évidemment en faveur de ces dernières. Pourquoi ? Parce qu’une société installée de l’autre côté du Rhin paie deux fois moins de charges.

Pour alléger la charge des entreprises, le gouvernement a instauré le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice). C’est un signal positif, car il indique que les pouvoirs publics ont pris conscience de l’enjeu que représentent les coûts de production. Mais les conséquences de cette mesure sur la compétitivité mondiale des entreprises françaises resteront limitées. Le Cice allège le coût du travail sur les salaires inférieurs à 2,5 SMIC. Il se traduit, pour les entreprises, par une réduction de 20 milliards de prélèvements à l’horizon 2015. Les entreprises pouvant d’ores et déjà inscrire dans leurs comptes les créances, l’Insee a pu calculer les effets de ce crédit d’impôt sur l’indice du coût du travail. La conclusion est que, entre début 2012 et début 2013, cet indice est resté stable. L’impact pour le secteur privé semble positif, dans la mesure où, sans le Cice, l’indice aurait poursuivi sa hausse. Il permet aussi à l’écart entre la France et l’Allemagne de se réduire, bien que ce phénomène soit surtout le fait de la hausse des salaires allemands. Mais malgré l’intention louable et ces résultats à première vue de bon augure, le Cice demeure un outil de compétitivité mal adapté, et ce pour deux raisons.

D’abord, il manque de simplicité. Les PME, par exemple, trouvent les mesures d’exercice et les conditions d’éligibilité trop complexes. Beaucoup risquent de passer à côté sans le savoir. Il est ensuite davantage un geste de confiance que de compétitivité. Trop général, il ne concentre pas les efforts sur les secteurs nécessaires. Il est ainsi facile de constater que le Cice favorise les secteurs économiques les moins exposés à la concurrence internationale. Le coût du travail diminue certes de 0,9 % en un an pour les métiers de la restauration ou de l’hébergement, de 0,8 % pour la construction, de 0,6 % pour le commerce… En revanche, pour l’industrie, la baisse n’atteint que 0,3 %.

La vérité est que cet instrument n’est pas bien adapté à la structure des coûts de l’industrie française. En posant le seuil relativement bas par rapport au SMIC, il privilégie les secteurs abrités de la concurrence mondiale où les salaires sont peu élevés et les besoins de main-d’œuvre importants. La Poste est par exemple l’entreprise française qui bénéficie le plus de ce crédit d’impôt, alors même qu’elle évolue dans un secteur protégé et centré sur le territoire français. Or, les secteurs de ce type sont précisément ceux qui bénéficient déjà des allégements de charges sur les bas salaires. Il est difficile de comprendre pourquoi une mesure en faveur de la compétitivité française laisse de côté les sociétés les plus exportatrices, c’est-à-dire celles qui se confrontent à la compétition mondiale.

Une autre base de calcul, plus utile, aurait pu être le montant des immobilisations et non la masse salariale. Cela aurait favorisé les firmes industrielles. Mais cette position n’a pas été le choix de la direction générale du Trésor et du ministère de l’Économie et des Finances. Bien qu’ils en appellent tous à un redressement industriel, force est de constater qu’aucun réflexe en faveur de l’industrie n’existe chez les responsables politiques français, tous partis confondus.

Quoi qu’il en soit, le Cice envoie aux entreprises un signal encourageant. Les producteurs n’ont pas été épargnés par la série de collectifs budgétaires, de lois de finances et de lois de financement de la Sécurité sociale. En trois ans, plus d’une cinquantaine de nouvelles mesures de prélèvement ont été instaurées. En amoindrir les effets est une bonne nouvelle. Mais les résultats du Cice demeureront limités. Sans aider le secteur industriel exportateur, premier garant de la compétitivité de la France, il ne permettra qu’à la marge des effets sur l’emploi, et ce pour deux raisons. D’une part, les services sont dépendants de la croissance française. Or celle-ci est à l’arrêt. D’autre part, les activités de services sont contraintes par le niveau trop élevé du salaire minimum français.

La véritable conséquence de la mesure sera un transfert de résultats et une montée des marges des entreprises de services, tout au plus. Il faut maintenant se pencher sur l’allégement des charges dans le monde de l’exportation mondialisée.

La loi sur la flexibilité et la sécurisation de l’emploi permet aux entreprises d’adapter leurs coûts salariaux aux fluctuations d’activité. Le but est de pouvoir comprimer les charges fixes. La diminution des charges patronales doit être financée par deux moyens : une hausse de la CSG et de la TVA. La hausse des taux de TVA proposée pour 2014 est un bon signe, mais elle ne suffit pas. Le taux intermédiaire passera de 7 à 10 % et le taux normal de 19,6 à 20 %, contre une baisse d’un demi-point du taux réduit à 5 %. Le taux normal était passé à 20,6 % en 1995 pour, déjà à l’époque, réduire le déficit, avant d’être revu à la baisse cinq ans plus tard. La TVA est la recette la plus importante en France, puisqu’elle totalise la moitié des prélèvements fiscaux. Mais ces hausses auront des effets limités : l’État escompte seulement 3 milliards d’euros supplémentaires.

Le moyen de massivement diminuer les charges sociales des entreprises passerait par la TVA sociale, qui revient à remplacer des coûts de production par des taxes sur la consommation. Le Danemark ou l’Allemagne l’ont instituée avec des effets significatifs sur la compétitivité des entreprises. En 2007, le gouvernement Merkel a fait voter une revalorisation de trois points du taux de TVA pour financer une partie de la protection sociale, sans modifier le taux sur les produits alimentaires. Dans le même temps, les cotisations sociales ont été réduites de l’équivalent d’un point de TVA. Cette mesure s’apparente ainsi à une TVA sociale. La TVA sociale a le mérite d’agir comme une dévaluation compétitive.

Mais la compétitivité coût ne suffira pas. D’autant plus que les Français restent largement rétifs à des mesures de modération salariale de l’ordre de celles que connaît l’Espagne depuis 2008, ou qu’a connues l’Allemagne entre 2001 et 2005. La forte réduction de la protection de l’emploi est aussi rejetée. Comment dès lors sortir du piège des marges bénéficiaires étriquées ?

Il convient d’accompagner les mesures de compétitivité coût, indispensables mais aux effets insuffisants, d’une compétitivité hors coût, qui repose sur la capacité d’innovation et l’amélioration constante des services associés et de la qualité. C’est là l’essentiel de la tâche. À charge aux entreprises de la mettre en œuvre. C’est une action de longue durée, dont les effets ne se feront voir que dans cinq ans. L’État ne peut s’y substituer. Mais la puissance publique a néanmoins un rôle primordial : celui de définir quel environnement économique et social elle compte créer pour ses entreprises.

Extrait de "La France doit agir", Jean-Louis Beffa (Editions du Seuil), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
GOGO
- 09/12/2013 - 12:42
]@ ravi de la creche
Mr Beffa n'est pas né de la dernière couvée ,il est curieux qu'il propose celà Bizarre !!!
Il fut l'un des grands du Cac , très influent ...parce que diminuer massivement les charges c'est diminuer massivement toutes les formes d'assistanat de la retraite du plombier à la'aide au logement des vieux ou de la mère isolée en passant par les chômeurs etc.......
Révolutionnaire Mr Beffa ..................?
ignace
- 08/12/2013 - 23:07
Solutions imparables a la crise FRANCAISE

solution : SMIC a 555 euros pour 39 heures travaillées
supprimer charges patronnales
SS privée a la charge des salariés et citoyens
baisser toutes les retraites de 25%
retraite a 70 ans
supprimer 3 millions de fonctionnaires
rendre l’école payante
imposer les multinationales a 3%
supprimer la fiscalité sur les dividendes et les rentes

mettre le FN au pouvoir

comme orangina...bien agiter...et attendre!!!!!!!!!!!!

Ravidelacreche
- 08/12/2013 - 12:01
diminuer massivement les charges sociales
Tiens?! Il y en a qui viennent de se réveiller !