En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
La réforme des rythmes scolaires est de plus en plus critiquée.
Un problème de plus
Comment la réforme des rythmes scolaires sape un peu plus l’autorité des maîtres et des parents
Publié le 05 décembre 2013
La réforme des rythmes scolaires est de plus en plus critiquée, tant par les élus qui n'ont pas les moyens de la mettre en œuvre que par les professeurs dont la voix n'est pas entendue, ou faiblement écoutée. Derrière, ce sont l'autorité et la place de l'école dans l'esprit des enfants qui en pâtissent.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme des rythmes scolaires est de plus en plus critiquée, tant par les élus qui n'ont pas les moyens de la mettre en œuvre que par les professeurs dont la voix n'est pas entendue, ou faiblement écoutée. Derrière, ce sont l'autorité et la place de l'école dans l'esprit des enfants qui en pâtissent.

Il devient difficile de s’y retrouver dans cette réforme des rythmes scolaires, tant les soubresauts de sa mise en place n’ont de cesse et tant les voix s’élèvent d’un peu partout pour en dénoncer les travers. Et pourtant, les rythmes biologiques des enfants sont ce qu’ils sont, plus favorables aux apprentissages le matin et nécessitant également une heure régulière de coucher et de lever pour les enfants. Mais alors, pourquoi cela ne marche t-il pas ? Le faible effectif des communes ayant tenté l’aventure indique qu’elle n’avait sans doute pas été suffisamment discutée avec les édiles au préalable, alors même qu’une majorité du paysage communal est ancrée à gauche. Pourquoi tant de prudence ? On a largement évoqué la question des moyens et le gouvernement a mis en avant ses aides. On également parlé des bouleversements induits dans les habitudes des français, soit, le ministre a répondu qu’il fallait du temps pour permettre à de nouvelles habitudes de se substituer aux anciennes, c’est vrai.

Le décalage des discours

Mais ce qui surprend est d’abord le décalage entre le discours des élus de terrain engagés dans cette réforme et les acteurs de ce même terrain la vivant au quotidien. Ceux-là mêmes, élus et responsables, qui se félicitent de la réussite de la mise en place de ces nouveaux rythmes sont comme les autres assaillis par les mouvements de protestation et le seront sans doute encore plus ce 5 décembre par la grève des enseignants accompagnés des personnes encadrant les ateliers périscolaires.

Mais d’autres questionnements plus silencieux sont à l’œuvre, en premier lieu les phénomènes liés aux locaux et aux adultes. Cette école "sanctuaire" selon le vœu de plusieurs ministres en réaction à l’affaire Léonarda,  en particulier, n’est pas une vue de l’esprit. Les salles de classes sont en effet, dans l’inconscient des enfants, éminemment associées à l’apprentissage, au travail, elles représentent un cadre symbolique avec ses rituels et surtout ses lois du "vivre ensemble" sous l’autorité d’un "maître" qui y instaure des règles à la fois entre les élèves eux-mêmes et entre lui et les élèves, le tout par rapport à la tâche scolaire qui, rappelons-le, est obligatoire. Cette image est très forte dans l’esprit des élèves et l’autorité de ce cadre se voit entamée par la pratique périscolaire, souvent in-situ, plus ludique, moins astreignante et surtout, ne revêtant plus ce caractère obligatoire. La symbolique du cadre est donc mise plus ou moins à mal et nous savons tous à quel point les questions d’autorité et de vivre-ensemble n’ont pas besoin de cela en ce moment. Mais encore, le rapport à l’adulte y est différent. On passe d’un maître qui a autorité, que l’on vouvoie (ou que l’on devrait vouvoyer), qui a mission de service public, à qui l’enfant reconnait en général une forme de légitimité, à un "animateur", que l’on tutoie, qui présente non pas des travaux normés relevant de l’obligation scolaire, mais une activité entre "presque copains", du moins, du point de vue de l’enfant et qui en plus, n’est pas obligatoire.  A la confusion des lieux s’ajoute la confusion des adultes. Et elle n’est pas anodine tant il est important, avec les enfants d’aujourd’hui, toujours prompts à attaquer les cadres, que les adultes entre eux, parents et enseignants, entrent en cohérence éducative. Cela devient, avec la multiplication des adultes ayant "mission" éducative, de plus en plus difficile. Bien sûr, il y a d’autres adultes déjà dans le circuit, les professeurs de sport ou de musique par exemple, mais ceux-là, ont, comme les maîtres, des règles à faire valoir, des cadres intangibles, ceux de la discipline sportive, la mesure de la musique, dont ils sont les garants. A l’inverse, l’animateur périscolaire n’a pas grand-chose d’intangible à présenter, et de fait, l’exercice de son autorité en est rendu plus difficile. Nous avons déjà en exemple, les repas de cantine dont on sait qu’ils sont souvent particulièrement bruyants, pour ne pas dire plus. Sans compter une logique réticence des maîtres à voir d’autres adultes investir leur lieu de travail.

Le sujet de l’enfant lui-même est tabou

S’il y a bien un paramètre dont on n’a pas mesuré, ou pas voulu mesurer l’ampleur de l’intervention dans le processus de changement de rythme, c’est l’enfant lui-même : c’est tabou. La régularité de ses lever et coucher est meilleure pour son rythme biologique, oui, à condition que l’on arrive à le faire  se lever et se coucher à des heures régulières, ce qui n’est pas le cas dans tous les foyers tellement les rythmes de travail des parents sont différents d’une famille à l’autre, tellement, ce n’est un secret pour personne, la capacité à envoyer son enfant au lit à heure fixe n’est pas optimale chez tout le monde. Toutes les études sur le sujet l’ont montré : les enfants d’aujourd’hui se couchent trop tard, ont souvent des ustensiles électroniques à disposition dans leur chambre et il est parfois difficile, voire exténuant d’avoir cette exigence de régularité. D’où la fatigue constatée à l’issue des premières semaines de pratique des nouveaux rythmes. Mais encore, les enfants ont vite compris qu’à la différence du temps scolaire qu’ils reconnaissent comme obligatoire, le temps périscolaire est un menu à la carte et au final c’est bien comme dans un menu qu’ils piochent leurs activités périscolaires et ce sont eux qui ont souvent le dernier mot, y compris quand ils ne veulent rien d’autre que "rentrer à la maison jouer à la console ou regarder la télévision". Ils l’ont dit sans ambages aux quelques journalistes venus les interroger directement. A la différence des maîtres qui appliquent le programme obligatoire, les maires, eux, doivent "séduire" les enfants (et leurs parents électeurs) avec des activités attractives et surpasser l’attrait du "rentrer à la maison". Le phénomène était largement prévisible tant on connait depuis longtemps celui du "zapping sportif" avec ces enfants qui décident, parfois deux à trois fois l’an, tous les ans, de changer de club, de discipline, au grand dam des clubs et des parents, avec souvent, au bout du compte, des adultes qui plient devant les désidératas de ces enfants à qui l’on promet pourtant, au bout de la route, une vie professionnelle plutôt contraignante : tout un paradoxe. Ne noircissons pas le tableau, il y a aussi des enfants qui vont pouvoir pratiquer une activité à laquelle ils n’avaient jusqu’ici pas droit. Cela ne pouvait-il pas se réaliser en dehors du circuit scolaire ?

Idée sans doute généreuse à l’origine, la modification des rythmes scolaires a des effets secondaires parce qu’ont été négligés des paramètres que beaucoup de professionnels de terrain connaissent, ce qui donne à cette réforme un caractère plus idéologique que concret. C’est effectivement une bonne idée mais elle souffre d’impréparation et au vu des dernières évaluations PISA qui ont fait grand bruit il y a quelques jours, on se prend à penser que ce n’était peut-être pas par là qu’il fallait commencer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
issartier
- 05/12/2013 - 12:40
le but de Peillon
le but de Peillon and Co est bien de saper l'autorité des parents et enseignants soupçonnés s'opposer au changement de civilisation . Les "post-enseignants" sont formés pour détruire leur autorité.C'est tout au moins ce qu'il a dit.