En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 26 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 3 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 42 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 51 min
© Reuters
En France, les 58 réacteurs nucléaires d'EDF fournissent entre 75 et 78 % de l'électricité du pays.
© Reuters
En France, les 58 réacteurs nucléaires d'EDF fournissent entre 75 et 78 % de l'électricité du pays.
Mise au point

Réduction du nucléaire : effets pervers environnementaux et coûts cachés, la vraie facture

Publié le 05 décembre 2013
Avec
En déclarant que l’objectif de François Hollande de réduire à 50 % la part du nucléaire français dans la production d'électricité en 2015 était irréalisable, Anne Lauvergeon, ex-patronne d'Areva, relance un vieux débat. Le nucléaire français ne semble pourtant pas vraiment menacé, tant le coût pour l'environnement et les comptes du pays seraient élevés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Barré est expert en industrie nucléaire et l'ancien vice-président du conseil scientifique et technique Communauté européenne de l'énergie atomique et ancien président du Standing Advising Group on Nuclear Energy (SAGNE) à l'Agence...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En déclarant que l’objectif de François Hollande de réduire à 50 % la part du nucléaire français dans la production d'électricité en 2015 était irréalisable, Anne Lauvergeon, ex-patronne d'Areva, relance un vieux débat. Le nucléaire français ne semble pourtant pas vraiment menacé, tant le coût pour l'environnement et les comptes du pays seraient élevés.
Avec

Atlantico : Anne Lauvergeon, ex-patronne d’Areva, a déclaré que l'objectif de réduction de la part de nucléaire dans la production d’électricité à 50 % à l'horizon 2025 de François Hollande était irréalisable. Quelle est aujourd’hui la part du nucléaire dans la production et l’utilisation énergétique en France ? Avons-nous la capacité d’en sortir et dans quels délais ?

Bertrand Barré : En France, aujourd'hui, les 58 réacteurs nucléaires d'EDF fournissent entre 75 et 78 % de l'électricité, soit un peu plus de 40 % de l'énergie "primaire" consommée. Peut-on réduire la part du nucléaire à 50 % à l'horizon 2025 ? Il faudrait déjà savoir qu'elle sera la consommation française à cet horizon ! Quelle sera, par exemple, la part des véhicules électriques dans 12 ou 15 ans ?
Si l'on suppose une consommation peu différente de celle d'aujourd'hui, ce sont 140 milliards de kilowattheures nucléaires qu'il faudra remplacer chaque année par un mélange d'énergies fossiles et renouvelables. Ce n'est pas impossible, mais ce serait extrêmement onéreux pour les ménages et pour les clients industriels, et les émissions françaises de CO2 liées à l'électricité augmenteraient considérablement.

Florent Detroy : La part du nucléaire dans la consommation d‘énergie en France n’a quasiment pas bougé depuis 10 ou 20 ans et elle s’élève à environ 75 %. Nous ne produisons en fait guère plus que ce que nous consommons puisque contrairement à ce que l’on pense parfois, notre balance commerciale énergétique n’est pas excellente.  Ce que nous vendons par exemple à l’Italie ou à l’Espagne, nous l’achetons en Allemagne.

Madame Lauvergeon jette donc dans la marre un pavé que tout le monde connait puisque aujourd’hui en France, la logique consiste à essayer de prolonger la vie des centrales nucléaires plutôt que de les fermer. En effet, Il est extrêmement coûteux de démanteler les nombreuses centrales qui arriveront bientôt à échéance (soit plusieurs dizaines de milliards d’euros selon la Cour des comptes, ndlr), trop, probablement, pour les fonds provisionnés à ce propos par EDF.

Deux grands pays comparables à la France sont actuellement engagés dans une démarche de sortie du nucléaire. Nos voisins allemands d’une part, le Japon d’autre part. Quel est à l’heure actuelle le bilan écologique et économique ? Quels ont été les relais énergétiques ?

Bertrand Barré : Aujourd'hui, le début de sortie volontaire du nucléaire en Allemagne se traduit par une augmentation de leur consommation de charbon et de lignite, au grand dam de l'environnement, et l'arrêt - probablement temporaire - des réacteurs japonais a entraîné une augmentation considérable des importations de gaz et de pétrole par le Japon, se chiffrant à 36 milliards de dollars supplémentaires par an.

Florent Detroy : Dans les deux cas, il y a eu une augmentation du prix de l’électricité. Au Japon, la baisse de l’utilisation du nucléaire a entrainé une augmentation de celle du charbon qui correspond à une tradition énergétique du pays ainsi que de celle du gaz (GNL) qui vient notamment d’Australie, d’Indonésie et du Qatar. Si écologiquement, l’impact a été nocif mais est difficile à chiffrer, économiquement il a fait passer le prix de l’unité de gaz au Japon à 17 dollars alors qu’en Europe il oscille autour de 10 dollars et entre  3 ou 4 aux Etats-Unis, à cause du gaz de schiste.

En Allemagne, c’est essentiellement le charbon qui a pris le relai du nucléaire. Et même si le pays a fait d’énorme progrès sur la question du charbon propre, celui-ci n’a pas fait ses preuves financièrement parlant, les centrales "pilotes" étant pour l’instant des gouffres financiers. Par ailleurs, le reste du remplacement, qui s’est fait par le renouvelable, a également couté très cher à l’Allemagne. Un impact écologique important, donc, mais surtout économique.

La France bénéficie-t-elle des moyens nécessaires pour assurer cette transition ou devra-t-elle acheter une partie de son énergie ailleurs si elle sortait progressivement du nucléaire ? Quelles en seraient les conséquences et les bénéfices ?

Florent Detroy : Je ne vois pas comment la France pourrait revenir au charbon, tant nous essayons de réduire nos émissions de CO2, et parce que je crois que le pays n’a de toute façon plus les équipements adéquats. Pour être honnête, je pense que personne ne l’envisage de toute façon.

Nous avons cependant ouvert l’année dernière de nouveaux ports, un dans le sud et un dans le nord, pour augmenter l’importation de gaz liquéfié. C’est donc plutôt de ce côté-là que nous pourrions nous orienter, mais là encore l’impact financier est très important.

Bertrand Barré : Si la France décidait réellement de réduire significativement sa production d'électricité nucléaire, cela aurait de sérieuses conséquences : augmentation des factures d'électricité, importations de gaz, en substitution directe et pour compenser l'intermittence de l'éolien et du solaire, perte de recettes pour l'Etat actionnaire d'EDF, perte d'emplois très qualifiés et diminution du prestige international du nucléaire français qui aurait un effet déplorable sur nos exportations de biens et services dans ce domaine "high-tech".

Quid des projets de fusion nucléaire annoncés comme révolutionnaires il y a quelques années ? Peuvent-ils changer la donne pour de bon ?

Bertrand Barré : La fusion nucléaire est un sujet de recherches passionnant, mais ses perspectives en tant que source d'énergie sont encore très lointaines : Qand ITER, la grande installation internationale en construction à Cadarache, réalisera ses premières réactions de fusion deutérium-tritium, ce qui est prévu pour 2027, la fusion aura à peine atteint le degré de développement qu'avait la fission en décembre 1942...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 06/12/2013 - 08:21
Noyaux un peu durs à gober
J'ai vu hier un journaliste faire un petit reportage au sein du bâtiment où se trouve le réacteur n° 1 (« daiichi ») de Fukushima ; son petit séjour sous combinaison protectrice n'a duré qu'une heure ou deux car, nous a-t-on appris — et là j'ai bondi de ma chaise —, la dose d'exposition admissible pour un journaliste a été définie comme 1/50e de la dose admissible pour les ouvriers qui y travaillent en ce moment.
 
Lesquels commencent juste à retirer les barreaux de combustible hautement radio-actif immergés dans la piscine — opération minutieuse et à haut risque qui, si tout se passe sans encombre, pourrait durer une année ; ensuite, nous a-t-on appris le démantèlement total de ce réacteur s'étalera sur plusieurs… décennies (combien de décennies, et à quel faramineux coût ?) !
fms
- 06/12/2013 - 08:05
le risque nucléaire est-il un défaut majeur?
il faut arrêter de croire que la technique triomphe de tout et que le carbone fossile rejeté dans l'atmosphère ne contribue pas à l'augmentation des déséquilibres climatiques.
enlève ton masque jipebe, on t'a reconnu Claude Allègre.
jipebe29
- 05/12/2013 - 23:48
Et le thorium ou le surgénérateur?
Il est très étonnant que cet article ne mentionne même pas la génération 4 du nucléaire, à savoir les centrales à thorium et celles à surgénérateur.
En effet, ces centrales à neutrons rapides sont faciles à conduire, elles peuvent s'arrêter et redémarrer très rapidement, leur coût du kWh est compétitif, d'autant que l'enrichissement n'est plus nécessaire, leurs déchets sont peu importants et au bout de 300 ans quasiment plus radioactifs, et elles peuvent fournir de l'énergie électrique pendant plus de 1000 ans. Voici la seule piste sensée pour les prochains siècles. Actuellement le CEA travaille sur un projet de centrale à thorium (projet Astrid), qui devrait être achevé d'ici une dizaine d'années. Donc il vaut mieux laisser fonctionner les centrales actuelles en attendant la génération 4, et surtout ne pas investir dans des EnR qui ont des défauts majeurs.

Voir: http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

Quant au CO2, il n'a aucun impact sur Tglobale:
http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em