En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

06.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 5 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 6 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 7 heures 57 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 13 heures 7 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 13 heures 36 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 16 heures 54 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 18 heures 34 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 6 heures 11 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 7 heures 6 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 9 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 13 heures 22 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 13 heures 53 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 15 heures 50 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 18 heures 6 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 18 heures 37 min
Bonnes feuilles

Les sept piliers qui permettraient à la France de retrouver le chemin de la croissance

Publié le 27 décembre 2013
Convaincu qu’il faut défendre et maintenir l’emploi en France, Pierre Gattaz expose ce qui fait défaut à notre politique économique au travers des sept piliers de la croissance, réflexions issues de son expérience de terrain et de son engagement dans l’action collective. Extrait de "Les 7 piliers de la croissance" (1/2).
Pierre Gattaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Gattaz est président du Medef et PDG du groupe Radiall, entreprise industrielle de 279 millions d'euros de chiffre d’affaires.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Convaincu qu’il faut défendre et maintenir l’emploi en France, Pierre Gattaz expose ce qui fait défaut à notre politique économique au travers des sept piliers de la croissance, réflexions issues de son expérience de terrain et de son engagement dans l’action collective. Extrait de "Les 7 piliers de la croissance" (1/2).

Après l’analogie du bateau dans la tempête, la France peut aussi être comparée à une entreprise traversant une crise.

Je suis conscient que comparer la France à une entreprise industrielle ou commerciale pourra en choquer certains.

Ils m’objecteront que la France est un pays, avec sa culture, son histoire, son patrimoine, son art, sa justice, son service public, ses obligations régaliennes de formation, de santé, de sécurité, d’emploi, ses jeunes, ses retraités, ses malades qu’il faut soigner et protéger, sa situation géopolitique en Europe et dans le monde : tout cela pourrait sembler très éloigné des objectifs d’une entreprise privée.

Mais à regarder de près, la France d’aujourd’hui n’a-t-elle pas les mêmes problèmes que ceux d’une entreprise: problèmes de croissance, d’exportation, de compétitivité, de gestion et de valorisation de son patrimoine (l’actif ), de remboursement de ses dettes (le passif ), de réduction de ses dépenses et de ses déficits, de baisse de son point mort de fonctionnement, de management et de motivation de son personnel et de ses cadres intermédiaires, de manque d’avantages compétitifs et différentiateurs par rapport à ses propres concurrents, de compétitivité-coût (coût du travail, de l’énergie, de la fiscalité…) et compétitivité hors coût (innovation, qualité, positionnement de son offre produit…), d’investissements pour l’avenir, de baisse de sa structure, c’est-à-dire d’efficience d’un service public de qualité (coût des fonctions supports) financé par la création de richesses et d’emplois de ses « forces vives » (en simplifiant les fonctions opérationnelles d’étude, de production et de vente)?

Là encore, si nous osons la comparaison de la France à une entreprise privée : celle-ci aurait un triple problème à régler :

– Problème stratégique :

• Elle ne sait pas où elle va (problème de stratégie et de plan à moyen terme).

• Ses équipes sont donc pessimistes et démobilisées, car il n’y a plus de projet pour le pays.

• Elle ne sait plus générer de croissance.

– Problème opérationnel et de compétitivité :

• Elle enregistre des pertes.

• Elle vit au-dessus de ses moyens, creuse ses déficits et consomme donc du cash.

• Elle importe plus qu’elle n’exporte.

• Elle n’arrive plus à rembourser sa dette, qu’elle creuse un peu plus tous les ans.

• Elle a un « point mort » trop élevé, témoin d’une structure trop grosse et inadaptée par rapport à son chiffre d’affaires.

– Problème de management et de motivation :

• Elle motive de moins en moins ses forces vives, ses locomotives (les « hauts potentiels »).

• Elle ne sait pas manager et motiver son personnel de structure (nos fonctionnaires).

• Elle paie de moins en moins bien l’ensemble de ses salariés, publics et privés, car les charges et les impôts sont devenus trop élevés.

Si la France était une entreprise privée, elle serait en dépôt de bilan. Ou elle aurait déjà disparu!

Le chômage: ennemi public n° 1

Tout cela, avec une conséquence dramatique sur l’emploi, qui est sans doute le problème numéro un à régler en France. Nous savons en effet qu’un chômage de masse n’est pas tenable durablement pour un pays, car il entraîne, sur le plan humain, des drames et des injustices de toutes natures. Il génère des pertes de repères chez les plus jeunes, qui sombrent parfois dans la délinquance, comme nous le constatons tous les jours. Il génère aussi le désespoir et parfois la déchéance chez les plus âgés. Sur le plan financier, le chômage est un fléau pour le pays, car plus il augmente, plus il coûte cher à l’État, ce qui accroît le déficit, et par conséquent oblige l’État à augmenter impôts, taxes et charges diverses sur les ménages et surtout sur les entreprises, ce qui renchérit le coût du travail, rend nos entreprises moins compétitives, qui in fine vont moins embaucher en France, voire débaucher. Un cercle vicieux peut s’amorcer très vite si nous n’y prenons garde. Nous l’avons sans doute déjà amorcé!

La croissance: muse bienfaitrice de l’économie

C’est pour cela qu’il y a urgence à régler les problèmes du pays, en lui redonnant à la fois le cap, la compétitivité, la confiance et la cohésion, pour recréer cette fameuse croissance qui permettra de régénérer de l’emploi pour nos compatriotes et des richesses pour le pays.

Car, comme pour une entreprise privée, « croissance » est le mot magique, à la source de bien des solutions, l’alpha et l’oméga de l’économie. Comme tous les chefs d’entreprise le savent, gérer une entreprise en croissance est beaucoup plus facile que gérer la même entreprise en décroissance. La croissance efface tous les défauts et toutes les (petites) erreurs de gestion: sureffectif, surstocks, sur-investissements… Pour filer une métaphore nautique, la croissance est un long surf dans les alizés au soleil.

La décroissance, c’est-à-dire en simplifiant la baisse de l’activité et des commandes, est beaucoup plus difficile à gérer, et impose souvent la réduction de toutes les dépenses, la restriction des embauches et parfois pire : des actes de gestion douloureux mais inévitables de réduction d’effectifs, d’abandon ou de cessation d’activités. La décroissance est acceptable et gérable lorsqu’elle est ponctuelle ou limitée dans le temps, comme une tempête ou un orage qu’il faut savoir affronter, tout en sachant que cela va s’arrêter. La décroissance devient compliquée et très difficile à gérer lorsqu’elle s’installe durablement. Ce n’est pas un état normal de l’économie, ni pour une entreprise, ni pour un pays.

La croissance n’est pas imposée par l’extérieur, par une force surnaturelle, par le hasard.

On ne peut pas l’attendre béatement, comme on attendrait un miracle de la Sainte Vierge.

La croissance, il faut aller la chercher. Il faut la générer, la provoquer.

5 – Les sept piliers de la croissance !

Comme dans le cas d’une entreprise privée, la croissance d’un pays provient de sept facteurs clés de succès, ce que j’appelle les « 7 C » de la réussite :

1/ un Cap, c’est-à-dire une stratégie, une ambition, associée à un esprit de Conquête pour redonner un sens collectif à nos efforts et à notre travail ;

2/ de la Confiance, et plus précisément un environnement réglementaire et politique de confiance qui fera que les créateurs de richesses et d’emplois agiront sur leur territoire, ou pas;

3/ et 4/ de la Compétitivité-coût et de la Compétitivité hors coût, pour se différencier et gagner dans la compétition internationale ;

5/ de la Cohésion pour réconcilier l’économique et l’humain, pour rassembler et aligner toutes les parties prenantes vers le but à atteindre ;

6/ de la Clairvoyance économique, car les règles économiques, comme le champ de bataille, sont mondiales, en n’oubliant jamais que « l’économie tire le social et non l’inverse » ;

7/ une Communication positive, pédagogique, pour expliquer le cap à suivre, les efforts à faire, les défis à relever, pour montrer une France qui gagne, et non pas une France qui tombe ou qui perd, pour diffuser un sentiment d’appartenance, de motivation et de fierté.

Et cette croissance retrouvée, alliée à ces sept facteurs clés de succès, que nous utilisons constamment dans toutes nos entreprises, recréera de l’emploi en France, et du bien-être à notre pays! CQFD!

Extrait de "Les 7 piliers de la croissance - Réflexions et tribulations d'un entrepreneur de terrain", Pierre Gattaz, (Nouveau Monde Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Inconnu
- 29/12/2013 - 14:46
@ Benvoyons.
Je ne suis pas sectaire, je sème généreusement. Vous pouvez l'ajouter au lot, comme bien d'autres.
un_lecteur
- 28/12/2013 - 03:30
Des mondes différents
Pierre Gattaz dirige un groupe qui fait 80%. De son chiffre d'affaire à l'étranger, qui produit aux USA, en Chine, en Inde - et en France.
Ce qui lui permet de voir la situation de ,la France bien mieux que la plupart de nos gouvernants, et que la plupart des intervenants sur ce forum.
Ce groupe à encore 8 usines en France. Il est bien bon de les y maintenir, au risque de se retrouver dans la merde comme Peugeot reste trop franco français.
http://www.zonebourse.com/RADIALL-5043/societe/
Tous les dirigeants des principaux groupes français sont dans ce cas : renault, total, air liquide, l'oreal...
Voir par exemple renault dont le patron est aussi PDG de nissan, ou Schneider electric dont la direction est éclatée en trois pôles : France, USA, Hong Kong et donc les deux principaux actionnaires sont américains.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Schneider_Electric#Gouvernance
Les dirigeants de ces entreprises et les dirigeants politiques français vivent dans des mondes différents, et ne peuvent plus se comprendre.
Blurp
- 28/12/2013 - 01:10
Des fonctionnaires
pour trois générations voire quatre qui passeront une grande partie du fruit de leur travail à rémunérer l'incompétence et l'absurde lourdeur!... voila donc les économies socialistes... Les fonctionnaires n'ont jamais été au service de la Nation mais à celui des socialistes qui les ont toujours protégés.