En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 57 min 8 sec
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 1 heure 54 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 5 heures 42 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 19 heures 22 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 20 heures 29 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 1 heure 33 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 2 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 4 heures 43 sec
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 5 heures 26 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 18 heures 49 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 20 heures 10 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 20 heures 49 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 21 heures 51 min
Bonnes feuilles

De l'absurdité des normes françaises : "J'ai le choix entre une amende pour ma fosse septique ou une amende pour les arbres"

Publié le 01 décembre 2013
Au dernier pointage, le Journal officiel de la République française recensait 400 000 normes, qui sont en train de détruire notre pays. Extrait de "Absurdité à la française" (2/2).
Philippe Eliakim
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Eliakim dirige le service Révélations du magazine « Capital ». Auparavant il a été journaliste à Libération et à L'Événement du Jeudi. Il a écrit deux livres parus chez Robert Laffont : Mensonges ! (2004) et Éloge des chauves (2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au dernier pointage, le Journal officiel de la République française recensait 400 000 normes, qui sont en train de détruire notre pays. Extrait de "Absurdité à la française" (2/2).

Il était une fois une gentille dame qui vivait dans une grande maison à l’orée de la forêt. Depuis que son mari était décédé et sa fille partie travailler au loin, elle demeurait seule en sa chaumine, mais les arbres étaient ses amis. Lorsque la nuit venait, elle aimait guetter le grognement discret des blaireaux en chasse, et les sangliers ne lui faisaient pas peur, même quand ils venaient nasiller jusque sous ses fenêtres : elle était chez elle, dans les grands bois de Suzac. Un jour, une femme sonna à la porte de son logis. Elle ne descendait pas d’un balai, et n’avait point le nez crochu des sorcières. Rassurée, la dame tira la chevillette et la bobinette chut. « Entrez, entrez ! Que puis-je pour vous », s’écria-t-elle joyeusement, car c’était jour de soleil et que les clématites éclataient de senteurs sucrées. « Service public d’assainissement non collectif », répondit l’étrangère d’une voix sépulcrale, en pénétrant dans la maison. Sans un regard pour les petits pots de myrtilles qui coloraient l’appui de fenêtre, elle se fit conduire à la seule chose qui l’intéressait en ces lieux enchanteurs : la fosse septique.

Mieux vaudrait maintenant mettre les enfants au lit, car la suite de l’histoire ne ressemble pas à un conte de fées. Après avoir courtement examiné l’installation, parce qu’elle avait une longue tournée à terminer et qu’elle n’arrivait pas trop à soulever les regards de fonte, la contrôleuse conclut d’un air pincé que cet équipement n’était pas aux normes. « Il l’était quand nous l’avons fait construire avec la maison, en 1970 », se défendit la forestière. « Peut-être, mais depuis, les normes ont changé, nous devons protéger à tout prix les nappes phréatiques de la contamination par les matières fécales », répondit l’assainisseuse. « Mon système fonctionne parfaitement, nous n’avons jamais eu de problème avec », insista la propriétaire. « Je n’en doute pas, mais ça ne change rien, balaya l’inflexible, en lui tendant un formulaire à signer. Vous allez devoir faire installer une nouvelle fosse compacte toutes eaux dans les quatre ans. » Cela réglé, elle se dirigea vers la minuscule maison d’amis bâtie à quelques mètres de là, huma pareillement ses cuves souterraines, fit le même diagnostic et prescrivit la même potion. « Une nouvelle fosse compacte toutes eaux ici aussi, dimensionnée pour une habitation de quatre personnes, s’il vous plaît. » « Quatre personnes ? s’exclama, stupéfaite, l’administrée. Mais la maison n’a qu’une seule chambre, et elle n’est jamais occupée. La dernière fois qu’on y a dormi, c’était il y a dix ans, peut-être. » « Une fosse pour quatre personnes, répéta la fonctionnaire, agacée d’être interrompue. Je reviendrai dans quatre ans, voir si le travail a été fait dans les normes. »

Bon, bon, se dit la dame une fois la visiteuse disparue, deux fosses septiques toutes eaux toutes neuves, ça va chercher dans les combien ? Avec les travaux préparatoires, et vu la disposition des lieux, il faut compter au moins 15 000 euros chacune, lui répondit son maçon, après un tour d’inspection dans le jardin. Zut ! soupira la future payeuse en son for intérieur, multiplié par deux, ça va aller chercher dans les 30 000 euros, de quoi engloutir pas mal de mois de ma maigre retraite. Est-ce que je vais devoir manger des brisures de riz pendant le reste de ma vie pour pouvoir payer cette note ? Mais non, mais non, la rassura-t-on le lendemain au siège du Service public d’assainissement non collectif (le Spanc) de Royan, où elle s’était rendue pour obtenir des informations, et où elle fut bien gentiment reçue. Votre maçon y a été un peu fort sur le devis. En réalité, vous pouvez très bien vous en tirer pour 20 000 à 25 000 euros tout compris. C’est beaucoup mieux, accorda la dame, oui c’est vraiment une très bonne nouvelle, seulement il y a un problème. Pour installer les fosses et creuser les zones d’épandage, il va falloir arracher des arbres, il y en a des dizaines autour de la maison, et leurs racines courent partout. Et vous savez que, chez moi, arracher les arbres, c’est strictement interdit, je suis dans une forêt protégée, je n’ai même pas le droit de sectionner un arbuste. Comment vais-je m’en sortir ? Ça, madame, ça ne nous regarde pas, l’interrompit l’agent d’assainissement, ici, nous nous occupons des eaux usées, pas des arbres protégés, ça nous fait déjà assez de travail comme ça. Maintenant si vous n’avez rien d’autre à nous demander, je crois que nous allons vous laisser, il y a du monde...

À l’heure où nous écrivons ces lignes, Monique Schwartz n’a toujours pas résolu cette contradiction kafkaïenne. « J’ai le choix entre une amende pour les fosses ou une amende pour les arbres », résume-t-elle. Ce sera plutôt l’amende pour les fosses, car investir 25 000 euros dans cette affaire, franchement, elle n’y pense pas une seconde. « Je n’ai pas les moyens. » Et l’Administration aura du mal à la prendre par les sentiments écologiques, car cette folle dépense ne servirait absolument à rien. D’abord parce que le volume des rejets d’une seule personne est bien trop insignifiant pour polluer n’importe quelle nappe phréatique – à ce qu’on sache les centaines d’animaux de la forêt de Suzac ne font pas leurs besoins dans des canalisations aux normes, et personne ne s’en soucie. Et puis parce que, de toute façon, la nappe est beaucoup trop profonde à cet endroit pour risquer d’être jamais salie avec des eaux usées. « Elle est située à 18 mètres sous terre, il n’y a aucun danger de pollution », confirme la mairie de la commune, Saint-Georges-de-Didonne, en Charente-Maritime.

Extrait de "Absurdité à la française, enquête sur ces normes qui nous tyrannisent", Philippe Eliakim, ( Editions Robert Laffont ), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 02/12/2013 - 05:05
@ mich2pains.............
D'un naturel procédurier et paperassier, j'avais envisagé, durant ma retraite, de rejoindre une association de défense des consommateurs ou qque chose de similaire. Car devant les cas qui sont cités ici, visiblement il y a de quoi faire.Finalement, vous savez, le jardin et la piscine pour le printemps et l'été, le sanglier le reste du temps, ça ne laisse pas bcp de temps libre. C'est dommage, j'aurais certainement été utile, mais bon.....
prochain
- 01/12/2013 - 22:47
au secours! La Saucisse@...
Les Femens ont uriné sur la photo de leur pr. devant l'ambassade sans même torcher la ch...Zola fait du 3000 t / m dans sa tombe.
Inconnu
- 01/12/2013 - 22:09
Une vieille maison devenue inhabitable.
pour cause d'absence d'isolation thermique et de système de chauffage, absence d'eau courante, fenêtre pourries derrière des volets pourris, toit fuyant, etc, est dans la famille.
Ce qui a permis, au bout de trois ans, d'obtenir finalement le dégrèvement de la taxe pour locaux vacants. Exceptionnelle faveur administrative pour ce Ritz !
Débarque le SPANC. "Vous devez équiper ce bâtiment d'une fosse septique aux normes dans le délai imposé".
- Mais c'est inhabitable ! "Ne discutez pas, c'est la LOI, et nous avons le pouvoir de vous contraindre, à terme" !
Bon, qu'est ce que je fais, maintenant, en terrain régulièrement inondé ? J'édifie un château d'eau, puis je le transforme en station de recyclage d'eaux usées ? Parce que si je rase seulement le bâti, il restera bien toujours l'ancien égout à mettre aux normes, Monsieur SPANC ?
C'est authentique, cela se passe en Moselle, en 2013...
AUX FOUS, INTERNEZ CES FONCTIONNAIRES !