En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 41 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 43 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 38 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 12 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 48 sec
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 45 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 21 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 3 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 1 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 44 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 49 min
Pause verte

Jean-Vincent Placé : "On n'a pas été élu pour faire une politique sociale-libérale ni centriste"

Publié le 27 novembre 2013
Europe Ecologie-Les Verts, toujours coincé entre l'opposition et le gouvernement, se réunit en Congrès à la fin de la semaine. A cette occasion, le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé répond aux questions d'Atlantico.
Jean-Vincent Placé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Placé est un homme politique, nommé en 2016 secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, et président de l'UDE (Union des démocrates et écologistes). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Europe Ecologie-Les Verts, toujours coincé entre l'opposition et le gouvernement, se réunit en Congrès à la fin de la semaine. A cette occasion, le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé répond aux questions d'Atlantico.

Atlantico : Europe Ecologie-Les Verts se réunit en Congrès en fin de semaine. Vous êtes signataire, avec Cécile Duflot, de la motion « Pour un cap écologiste » arrivée en tête du vote des militants. Qu’en attendez-vous ?

Jean-Vincent Placé : Je souhaite que nous nous rassemblions sur une ligne claire ; nous voulons définir comment, dans les trois prochaines années, nous pouvons peser sur la politique du gouvernement, pour rendre sa politique plus écologique, évidemment, mais aussi pour rendre cette politique plus volontariste et plus ambitieuse en matière de réformes économiques, sociales mais aussi institutionnelles et sociétales. Ce que nous voulons, c’est peser davantage et organiser une coalition de la gauche parlementaire qui veut bouger les choses. La base est excédée parce qu’ après dix huit mois d’existence, le gouvernement n’a pas fait les réformes nécessaires et nous sommes enlisés. Il nous faut retrouver du mouvement ! Il y a nécessité urgente, pour la planète bien sûr, et pour l’économie française et européenne de changer de cap d’aller vers des investissements d’avenir écologiques, de faire en sorte que le pays aille mieux !

Quand vous parlez d’une orientation plus écologique, qu’est ce que cela signifie ?

C’est tout d’abord comprendre que l’écologie ce n’est pas une contrainte, que l’écologie ce ne sont pas seulement des taxes ! Le problème, c’est que le débat sur l’économie verte n’est porté par personne. Arnaud Montebourg porte l’économie productiviste traditionnelle, assez ringarde et sans résultats. Et l’économie innovante de la recherche sur la santé, l’agro-alimentaire, les énergies renouvelables, les transports collectifs, personne ne porte cela, alors qu’il y a là des gisements d’emplois formidables ! C’est, avec la protection de la nature et l’environnement, la biodiversité, le cœur même de l’action écolo ! Je reconnais que nous avons fait une erreur au départ, en pensant qu’on pouvait laisser le ministère de l’Écologie aux socialistes. Cécile Duflot y serait encore plus utile pour l'écologie qu'au logement où elle démontre déjà sa très grande capacité politique. On a vraiment besoin de quelqu’un qui, au-delà du monde associatif et des ONG, porte le message : « L’écologie c’est une solution, c’est porteur d’emplois et même d’économies pour les ménages grâce à la transition énergétique, la qualité de la santé ». C’est vrai qu’aujourd’hui on retient plutôt l’image de l’ écologie casse-pied, négative, et là il y a un véritable enjeu politique et de communication.

On a eu parfois le sentiment que vous bloquez les réformes du gouvernement...

Depuis le début nous l’incitons à être dans le volontarisme. Avec l’Europe, avec les marchés financiers, avec l’économie productiviste : depuis 18 mois, on s’est beaucoup complu à frayer un chemin au fil de l’eau d’acceptation de toutes les contraintes externes sans beaucoup d’imagination, de créativité et de volonté… Et aujourd’hui le peuple français est extrêmement insatisfait. On se retrouve avec des mécontentements qui se manifestent très violemment, je dirais même des jacqueries, comme en Bretagne. Moi, je demande très clairement un changement du cap économique, écologique, social, institutionnel et démocratique. Il n’est pas trop tard ; je vois que le Premier ministre a entendu cette demande avec sa volonté de réforme fiscale. Il faut aussi reprendre à zéro la réforme de l’Etat. Quant aux institutions de la Ve République, elles montrent, à travers les blocages, qu’aujourd’hui nous sommes arrivés au bout du système.

Vous applaudissez donc le projet de la réforme fiscale ?

L’applaudir serait exagéré. Je voudrais voir la réalité de cette réforme, mais je salue l’initiative du Premier ministre. Pour ma part, je n’ai jamais participé au « Ayrault bashing ». Et pour le coup, je soutiens François Hollande - disons, les propositions du candidat François Hollande, celles qu’il avait faites pendant la campagne électorale.

Êtes-vous d’accord avec le président de la République quand il dit que cela prendra le temps du quinquennat ?

Non ! Qu’est-ce que ça veut dire, le temps du quinquennat ? Qu’on va réformer les impôts en 2017 ? Il faut que des mesures décisives soient prises dans l’année qui vient ! L’intérêt de cette réforme est de remettre de la justice dans notre pays, que les plus possédants et ceux qui ont un patrimoine important paient plus que les plus démunis, que ceux qui polluent davantage payent plus que ceux polluent moins. Aujourd’hui, avec 47% de prélèvements, je reconnais que l’on est dans des zones rouges ! On pourra aller au maximum à 50%. Mais tout cela pouvait s’anticiper. J’avais dit l’année dernière au Premier ministre et à Jérôme Cahuzac que la réforme fiscale, cela se fait la première année pour qu’on puisse à la fois faire du rendement et de la justice. Or là, on se trouve dans une situation très difficile parce qu’il y a eu impréparation, imprévoyance et manque d’anticipation et de stratégie !

Vous n’avez pas été entendus parce que vous n’étiez pas très audible, ou parce que vous passiez pour celui qui casse la porcelaine ?

Après la victoire à l’élection présidentielle, le « pouvoir » exécutif s’est complu dans un isolement et un enfermement terrible, faisant la politique des Petits Marquis des cabinets de l’Elysée et de Bercy, n’écoutant pas sa majorité parlementaire - pas seulement nous, les socialistes non plus. C’était prétention et caporalisme - et aujourd’hui on est dans l’impasse. On court à la catastrophe si on ne change pas de ligne économique et sociale, si on ne remet pas plus de pression sur l’Europe de Bruxelles. Il faut tenter de sortir de ce débat mortifère sur l’austérité et la rigueur. Nous allons bientôt entrer en déflation. Les recettes fiscales ne rentrent pas, les déficits s’accroissent. Rien ne marche ! Dire que « l'on va inverser la courbe du chômage », c’est absurde, ça n’a aucun sens ! Où est le message politique ? Je n’ai jamais vu un gouvernement où l’on parle aussi peu d'éducation, de recherche, de culture alors qu’on est à gauche, qu’on a des valeurs ! On n’explique rien ! C'est d 'autant plus dommage que Vincent Peillon ou Aurélie Filippetti sont des très bons ministres. Ce n’est que vision comptable, fiscale, technocratique… Je n’ai jamais vu ça !

C’était mieux avant ?

Non, mais il y avait la politique. Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de ligne et il n’y a plus beaucoup de politique ! C’est d’ailleurs ce qui alimente le sentiment que les politiques ne servent pas à grand-chose, que l’administration est toute-puissante !

Cette désaffection ne provient-elle pas aussi du manque de lisibilité de la politique ?

Je ne pense pas. Certes, la communication n’est pas très bonne ; mais c’est une question de ligne. La ligne centriste, sociale-libérale, on n’a pas été élus pour faire cette politique-là.

Dans l’esprit de pas mal de gens, si !

Oui, les 4% qui ont permis de faire la différence et c’est de ceux là que s’occupe le président de la République ! Mais le président de la République devrait s’occuper des autres 48% !

Êtes-vous très inquiets pour les résultats des municipales ?

Je suis surtout inquiet pour le pays : je vois l’état de l’opinion, le mécontentement, les corporatismes qui montent. On a ce crédit d’impôts dont même les entrepreneurs considèrent qu’il est globalement inutile, qui ne « critérise » et ne « priorise » rien. On donne de l’argent à la grande distribution, comme si les Français allaient faire leur courses en Pologne ou en Roumanie, et on paye cela avec l’argent des ménages, c'est-à-dire la TVA. C’est absurde ! Et quand je constate que ce gouvernement augmente la TVA des transports publics, c’est tout aussi stupide ! On arrive à faire le contraire de ce qu’on avait dit, notamment par rapport à la TVA sociale de Sarkozy, et ça a comme seule conséquence de réduire la consommation et l’investissement, dont on aurait besoin dans ce pays .

Et en dépit de tout cela vous vous voyez toujours dans la majorité !

J’assume, et d’autant plus que nous sommes dans une situation de marasme. Si, il y a six mois, il y avait eu une réflexion pour sortir du gouvernement, peut-être aurais-je incité mes amis à le faire. Mais je ne voudrais pas être comparé à ces voyageurs de première classe qui ont quitté le Titanic avec des couvertures, dans des canots à moitié vides ! Il faut résister dans la tempête et faire face à la droite et à la montée de l’extrême droite, tandis qu’à gauche il n’y a pas d’alternative, notamment à cause de la ligne politique de Jean-Luc Mélenchon. Peut-être pourra-t-on travailler un jour avec les communistes de Pierre Laurent mais, au final, il faut s’accrocher à ce gouvernement et y peser davantage avec notamment la gauche du PS. Je pense que l’opinion commence à progresser dans cette idée, tout comme la majorité parlementaire. Et puis, je vous ferais observer que je critique certes, mais j’ai toujours assorti mes critiques de propositions - et j’ai l’impression qu’aujourd’hui elles rencontrent un écho.

Mais la hausse de la TVA est utile pour les finances du pays !

Il y avait d’autres moyens de procéder : puisqu’on voulait augmenter la TVA, pourquoi faire passer la TVA de 7 à 10% ? Cela ne rapportera que 3 milliards. Et pourquoi ne pas toucher davantage au taux haut (19,6%), qui ne concerne pas les produits de première nécessité et qui rapporte beaucoup plus ?

Regrettez-vous vos critiques au moment de l’affaire Leonarda ?

Non. C’est une des plus grosses erreurs politique du quinquennat ; cet arbitrage était scandaleux, et j’ai eu l’occasion de le dire. On m’a reproché d’avoir appelé à manifester, ce n’est pas le cas : j’ai soutenu la mobilisation lycéenne, c’est exactement le terme que j’ai utilisé et c’était bien naturel… D’ailleurs des camarades, lorsqu’ils n’étaient pas au pouvoir, soutenaient également d’autres mobilisations lycéennes ! A force de faire le contraire de ce qu’on préconisait dans l’opposition, on finit par ne plus avoir beaucoup de soutiens dans l’opinion !

Quand vous évoquez la réforme de l’Etat, pensez-vous réduction des effectifs ?

Dans l’Etat, le secteur le moins productif, c’est l’armée… J’ai proposé que l’on fasse trois milliards d’économies sur la territoriale et deux milliards sur le nucléaire (ce qui n’impacterait pas les sous-marins). A quoi servent les quelque 100.000 hommes de la territoriale ? Ils sont tournés vers l’Allemagne ? Cela n’a plus de sens. Je propose que l’armée soit composée de 20.000 hommes, parfaitement opérationnels, notamment pour des interventions type Mali, dotés de tout ce qu’il faut en armement (aviation, hélicoptères, services de renseignements, transmetteurs lourds). Mais on en est arrivé à maintenir des casernes pour la vie économique des cantons ruraux, comme on maintient les conseils généraux, ou encore on concentre l’administration centrale à Paris. L’administration centrale, c’est un vrai débat, mais il fallait le poser au début, quitte à ce qu’à effectifs constants, on renforce la présence de l’administration dans les quartiers et les services publics de banlieues. C’est la première année qu’il fallait faire les réformes. 2012 a été complètement gâchée, ça a été l’année zéro ! L’an deux on a à peine fait mieux ! Il reste l’an trois !

Propos recueillis par Anita Hausser

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (46)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
biturige
- 28/11/2013 - 18:07
meilleur rrapport
bonsoir cricri 1,bien vu ! Ces gens ,même avec un score électoral relatif veulent une part plus importante du gâteau ;las le gâteau ne grossit pas,c'est le nombre de bouches qui augmente ! De plus ces gens là ont l'estomac délicat ,ils entendent manger à la carte ,alors que la tambouille Socialiste devient insipide .Ils veulent bien prendre quelques coups de pieds au C...de leur propre camp ,à condition de rester partager la gamelle .Aussi tant qu'ils seront un petit poids d'appoint électoral ,le PS bottera avec des souliers de velours . En attendant et comme vous le dites :proportionnellement au nombre de voix obtenues et compte tenu du B.... qu'ils arrivent à mettre :c'est le meilleur rapport qualité prix de la politique française
cricri1
- 28/11/2013 - 07:26
on sait
on sait pourquoi vous avez été élu pour foutre le bordel
on le voit tous les jours
Res Publika
- 28/11/2013 - 00:23
Les Verts : 40 ans d'instrumentalisation de la science
Dans cet interview, JV Placé présente l'action écolo sous un jour inhabituellement positif, pro-actif alors que le maître-mot des écolos est habituellement : "ne-pas"; principe de précaution, décroissance, taxation, empêchement des déplacements de la construction, désindustrialisation, malthusianisme, etc...

Bien que pas directement lié à cet itv, je ne peux m’empêcher de poster ici un lien vers un post de mon blog qui très immodestement prétend mettre a jour les manipulations que les verts font de la science afin de légitimer leurs prédictions apocalyptiques :

http://rpublika.com/?p=14

Bonne lecture !