En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 22 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 23 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 19 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 52 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 41 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 25 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 10 heures 1 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 15 heures 38 sec
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 29 min
© Flickr
"Dans le cas d'une absorption de l'IR par la CSG, il y aurait probablement taxation dès le premier euro."
© Flickr
"Dans le cas d'une absorption de l'IR par la CSG, il y aurait probablement taxation dès le premier euro."
Sortez les calculettes

Quel impact concret aurait la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG ?

Publié le 26 novembre 2013
La mesure pourrait être au centre de la remise à plat de la fiscalité française annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui a commencé à consulter les partenaires sociaux.
Frédéric Bonnevay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bonnevay est Associé d’Anthera Partners. Il conseille des institutions financières en Europe et au Moyen-Orient.Il est notamment l'auteur de l'étude Pour un Eurobond - Une stratégie coordonnée pour sortir de la crise (Février 2010, Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mesure pourrait être au centre de la remise à plat de la fiscalité française annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui a commencé à consulter les partenaires sociaux.

Atlantico : La fusion de l'Impôt sur le revenu (IR) et de la CSG (Contribution sociale généralisée), un des 60 engagements pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle, est à l'étude dans le cadre de la remise à plat de la fiscalité française annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Quelles seront les conséquences pour les Français ?

Frédéric Bonnevay : Les conséquences pour les Français dépendront de ce que l'on entend exactement par fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG. Il s'agit de déterminer quel impôt absorbera l'autre.

Première possibilité, l'IR absorbe la CSG : techniquement, cette dernière devient un impôt qui inclut une forte part de progressivité. Second scénario, la CSG absorbe l'IR, et nous irons vers une taxe dotée d'une base extrêmement large permettant ainsi de percevoir des montants probablement supérieurs à ceux de l'IR sous sa forme actuelle. Dans ce cas, il faudrait s'attendre à une baisse des taux marginaux d'imposition actuellement les plus élevés.

La seconde option serait sans doute la plus efficace, dans une optique de collecte de recettes fiscales comme de soutien à la consommation et à l'investissement.

La première étape serait celle d'une harmonisation des assiettes fiscales (le montant à partir duquel est calculé l'impôt). Faut-il croire que le nouvel impôt sur le revenu taxera les Français dès le premier euro ?

Dans le cas d'une absorption de l'IR par la CSG, il y aurait probablement taxation dès le premier euro. Tous les contribuables seraient donc désormais concernés. Au delà de recettes fiscales plus importantes, cette réforme aurait probablement une vertu citoyenne : tous les Français seraient amenés à payer un impôt, même symbolique, et quitte à ce que les ménages les moins aisés perçoivent des aides nettement plus élevées que le montant d'impôt dont ils s’acquittent.

Un principe simple veut qu'un bon impôt soit un "impôt à faible taux et assiette large". Une fusion de l'IR et de la CSG irait-elle dans ce sens ?

Un impôt efficace, qui permet de drainer des recettes fiscales importantes sans pénaliser le tissu économique, associe un instrument unique à chaque mission unique. Cela se traduirait par un taux d'IR plus faible mais sur une base plus large, tout en laissant l'Etat-providence jouer, en parallèle, son rôle par une politique de redistribution en faveur des ménages les moins aisés.

L'Impôt sur le revenu est prélevé par l'Etat alors que la CSG est prélevée par l'Urssaf. Quel sera l'organisme en cas de fusion ?

Il s'agit d'une question extrêmement sensible qui est celle de la fiscalité affectée. En théorie, il existe un principe d’universalité de l'impôt selon lequel l'Etat perçoit des fonds issus de la collecte fiscale à partir desquels il finance les missions qu'il a la charge de poursuivre. Il existe néanmoins des exceptions : ainsi, le système social est-il en large part financé directement par certaines contributions.

Une fiscalité affectée, qui consiste à associer une dépense particulière à une recette précise, aurait certains mérites, en imposant de fait une meilleure lisibilité de la performance publique.

Cette simplification fiscale est-elle de bon augure ?

Cette simplification fiscale est de très bon augure dans l'hypothèse d'une refonte de l'IR sur le modèle de la CSG. Il faut en tout cas revoir l'architecture de notre fiscalité. Elle est à l'heure actuelle bien trop complexe et trop peu soucieuse d'efficacité. Nous nous contentons d'ajuster à la marge des impôts qui n'ont plus lieu d'être, de raboter, d'augmenter ou d'ajuster des dispositifs qui se superposent les uns aux autres. Ni les autorités publiques ni les contribuables ne s'y retrouvent. Il faudrait idéalement repartir d'une feuille blanche.

En matière de gestion des comptes publiques, nous devrons de toutes façons nous focaliser sur deux impôts dans les prochaines années: la CSG qui rapporte environ 12 milliards d'euros par point de pourcentage d'imposition supplémentaire, et la TVA qui génère 7 milliards de rentrées supplémentaires par point. Ces deux dispositifs fiscaux - surtout le second - constituent nécessairement les piliers d'un rééquilibrage des comptes publics.

Cet article a précédemment été publié sur atlantico (le 2012-10-17)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 27/11/2013 - 13:15
"un des 60 engagements pris par François Hollande" ?
Bof ..
Et les 30% de réduction de leurs salaires, ils en sont où ?
jurgio
- 27/11/2013 - 00:39
Vers une sainte simplicité...
très bien ! mais tout se décidera au parlement ! Ce sont des effets d'annonce. On suppose que la CSG and Co deviendront un impôt perpétuel qui sera pratique pour ceux qui font des gabegies des richesses publiques. On sait, d'autre part, avec crainte que l'ENA apprend essentiellement non la gestion d'une entreprise mais les mécanismes financiers nécessaires pour continuer à dépenser quand on n'a plus d'argent et qu'on ne peut plus trop faire de crédit. Quant au prélèvement à la source, pas question pour les syndicats : il faudrait diminuer le nombre de fonctionnaires bercialistes ! tandis qu'une bienvenue petite mixture CSG/IRPP leur donneraient par la simplification même de leur tâche de plus longs congés
vangog
- 26/11/2013 - 23:15
@rosie8156 Vous avez tout compris!
Et le bal des faux-culs qui a eu lieu dans la cour de l'Elysée-lupanar de la République des macs et des cocus, avait pour seul but de faire comprendre au bas peuple, que jamais l'archaïque pouvoir socialiste ne choisira le prélèvement à la source, seul possibilité de faire évoluer le Mille-feuille fiscal vers plus d'équité et de modernité...
Le plus bobo et le plus faisandé de tous les maquereaux de la République, Mailly est intervenu pour nous l'annoncer, comme préambule à la remise à plat...
Ce sera donc l'inverse de la modernisation fiscale, l'inverse de tout ce qu'ont choisi nos voisins libéraux.
L'archaïsme socialiste, fait de fusion entre CSG et IR, pour les 50% de foyers fiscaux qui ont le grand tort de créer l'initiative économique et l'emploi pour les plus pauvres, et qui devront payer pour la gabegie socialiste, en expiation pour leur défaite électorale...