En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 13 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 13 heures 49 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 15 heures 49 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 14 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 4 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 13 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 5 heures
Faut-il interdire les cris des joueuses lors des échanges sur le court ?
Faut-il interdire les cris des joueuses lors des échanges sur le court ?
Cris et chuchotements

Le potentiel érotique du cri des joueuses de tennis

Publié le 23 mai 2011
Le tournoi de Roland Garros a ouvert ses portes depuis dimanche. L'occasion de relancer un débat de fond : faut-il interdire aux joueuses de pousser un cri à chaque frappe de balle ?
Patrick Evrard est Professeur de Lettres modernes.Docteur ès Lettres et ès Arts du spectacle, il est chargé de cours à l'université de Paris VII- Denis Diderot. Responsable de la revue de littératures CONTRE-VOX. Il est l'auteur de L'érotique du tennis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Evrard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Evrard est Professeur de Lettres modernes.Docteur ès Lettres et ès Arts du spectacle, il est chargé de cours à l'université de Paris VII- Denis Diderot. Responsable de la revue de littératures CONTRE-VOX. Il est l'auteur de L'érotique du tennis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le tournoi de Roland Garros a ouvert ses portes depuis dimanche. L'occasion de relancer un débat de fond : faut-il interdire aux joueuses de pousser un cri à chaque frappe de balle ?

Le tournoi de Roland-Garros ne manquera sans doute pas cette année encore de redonner vie et voix à un débat crucial. Faut-il interdire les cris des joueuses lors des échanges sur le court ? Jusqu’où peut-on tolérer cette cacophonie suraiguë, ce tapage diurne qui perturbe les joueuses comme les spectateurs ? Ne pourrait-on pas pénaliser d’un point ou d’une amende les ahanements parasites ?

Pour comprendre la polémique, il faut remonter à la mythique finale qui opposa à la Porte d’Auteuil en 1992 Steffi Graf à Monica Seles, diva gratifiant chaque coup de raquette d’un « han hiii » aussi retentissant que disgracieux. L’écrivain britannique Martin Amis évoquera plus tard dans Visiting Mrs Nabokov (1997) les cris « stridents, bisyllabiques » comme « Ugh-eh ! » ou « Uhh ! » de la joueuse « barbare à entendre ».

Depuis cette scène originelle, le syndrome Seles a frappé de nombreuses joueuses comme Venus Williams, assumant son volume sonore depuis vingt ans parce qu’à l’âge de dix ans, Monica était sa joueuse préférée. Sans parler du cas de la belle Maria Sharapova dont les vocalises ont été mesurées à plus de 101 décibels en 2005 à Wimbledon, soit l’équivalent sonore du passage d’un train dans une gare. Un ex-petit ami a confié à la presse son étonnement face à au « silence radio » de la poupée russe sous la couette. Le débat n’est peut-être pas si futile puisque sur fond de guerre des sexes, il orchestre l’opposition entre deux philosophies et deux érotiques et met en jeu l’avenir même du tennis.

Cris et châtiment

Pour les traditionalistes, le cri n’a pas sa place au tennis, un sport « comme il faut », selon Bourdieu. Univers de la Loi et des interdits, ce sport a toujours visé à refouler tout afflux de vitalité, toute expansivité inquiétante, toute manifestation humorale (la sueur), à interdire le débondage comme la décharge amoureuse, à détourner l’énergie pulsionnelle vers des voies sublimes. Longtemps, joueurs et joueuses ont été des figures monolithiques incapables d’émotion qui se mouvaient dans  un univers abstrait de la féminité lunaire et du gel des sens. Dans le temple sacré de la terre battue, le corps beuglant est logiquement perçu comme obscène. Bande-son d’une cérémonie SM ou d’un porno trash, reportage animalier sur une truie qu’on égorge, enregistrement d’un accouchement sans péridurale : les métaphores peu flatteuses pour désigner les crieuses révèlent une même peur fantasmatique du corps et du sexe.

Dépositaire d’une morale puritaine et victime d’un regard libidineux, l’ancienne gloire Boris Becker juge les cris des joueuses « inadéquats et trop sexys » et s’effarouche de ce « quelque chose de sexuel » qui s’immisce dans l’échange et l’empêche de regarder.  Paradoxalement, les crieuses ne sont pas plus épargnées par les hédonistes voyeurs qui déplorent l’irruption d’émissions grotesques dans un climat de sensualité généralisée. La joueuse couinant représente le degré zéro de l’érotisme. Les belles joueuses russes comme Sharapova finissent par cumuler tous les griefs : « premières dans l’histoire du tennis mondial à ne pas montrer leur culotte », selon Patrick Besson, souvent éliminées aux premiers tours des grands tournois, elles frustrent le regard concupiscent par des cris déplacés.

L’invasion des bûcheronnes est aux yeux des puristes le signe d’une décadence tennistique qui a commencé au début du XXe siècle par l’américanisation du sport (la force et la vitesse plutôt que le toucher british), la démocratisation à travers le robotique Borg et son liftage pouvant être imité « par n’importe quel prolo », selon Gilles Deleuze. Il est loin le temps du lawn-tennis, ce passe-temps gracieux pratiqué par des aristocrates, qui exigeait distinction, élégance, fair-play, gratuité et désintéressement. A l’otium passé a succédé le temps cadencé d’un travail prolétarisé. Aux danseuses éthérées d’autrefois se sont substitués des corps-machines réglés et dociles, sans désir ni faiblesse, des corps taylorisés et stakhanovistes visant à améliorer leur rendement sans avoir honte d’exhiber leur force de travail.

Enfin, l’émission de cris parasites est contraire à l’éthique sportive. Martina Navratilova y voit un acte de tricherie caractérisée car la joueuse doit « pouvoir entendre le son émis par la balle dans la raquette adverse ». Même victorieuse de la Portugaise Michele Larcher de Brito à Roland-Garros en 2009, Aravane Rezaï soupçonna sa jeune adversaire d’employer « un truc tactique » visant à la déconcentrer et la déstabiliser. Certaines mauvaises langues insinuent même que l’Académie Nick Bollettieri en Floride serait spécialisée dans la sonorisation excessive des joueuses, de Seles à Sharapova en passant par Larcher de Brito. Une sorte d’Actor’s Studio pour futures beuglantes. Ainsi, ceux qui stigmatisent les cris féminins rêvent d’une échelle des fautes qui permettrait de différencier l’innocent gémissement poussé naturellement du couinement malfaisant, lourd d’intentionnalité. 

La vérité en cris

Les partisans du cri, joueuses et entraîneurs, avancent des arguments tournant autour de l’efficacité d’une pratique qui permet de mieux gérer sa respiration lors de l’effort. Selon un très sérieux professeur de physiothérapie, une joueuse augmenterait la vitesse de son service de 6, 4 km/heure quand elle crie au moment de frapper. Pour d’autres, les bénéfices seraient d’ordre psychologique. En renouant par le cri avec une forme d’animalité primitive, les joueuses réussiraient à aller jusqu’au bout de leur geste et à trouver une expression instinctive authentique. De l’exercice respiratoire au rituel exécuté de façon superstitieuse, il n’y aurait plus qu’un pas que les joueuses franchissent…

Pour les pervers, non les déviants sexuels bien sûr, mais ceux qui substituent à la loi la recherche du plaisir, la bande-son troublante peut apporter une prime au plaisir. Le film Ken Park (2007) de Larry Clark et Ed Lachman met en scène un adolescent perturbé et solitaire qui hait le bonheur mièvre et béat de ses grands-parents, un bonheur symbolisé par une partie de tennis filmée dans un bel éclairage automnal. Lui préfère se masturber en regardant une joueuse de tennis à la télévision qui pousse des cris à la manière de Monica Seles. A la tyrannie de la douceur de l’échange adulte, l’adolescent trouve son bonheur dans une sexualité autoérotique et sadomasochiste. Sur Facebook, on trouvera un étonnant groupe intitulé « Se branler en écoutant le cri des joueuses de tennis quand elles smatchent ».

Quant aux féministes, elles auront beau jeu de faire taire des discours sexistes et datés sur la nature et la beauté féminines au tennis. Comment peut-on condamner l’hystérie des cris féminins et s’émerveiller des rugissements virils et guerriers de Connors ou des gémissements stoïciens de Nadal ? Aujourd’hui, la représentation du corps conteste l’assignation de la femme au genre passif, soumis, dépendant et faible. Pourquoi les joueuses ne pourraient-elles se définir en dehors des caractéristiques du genre ? Pourquoi ne feraient-elles pas coexister le masculin et le féminin, le muscle et la grâce, Aphrodite et Mars ? Mélange de force et de féminité, Vénus Williams incarne jusque dans son nom la conjonction du flux guerrier et du flux érotique.

Le son du corps en fond de court, c’est beaucoup de bruit pour rien, diront certains. Pas sûr ! Les échos bruyants provoqué par la réception des hurleuses, ne peut pas faire de mal à un tennis féminin considéré comme ennuyeux. Un peu de cri primal dans un milieu réputé pour sa mythologie du blanc et sa loi du silence, est aussi profitable. Et puis, comment, au nom même de la liberté d’expression, pourrait-on étouffer ces cris humains qui servent à se donner du courage, à se libérer de la pression, à simuler, à jouir, à être, à jouer aussi ?

Pour ceux qui n’aiment « le cri » que dans sa version picturale angoissée, on conseillera l’usage des boules de quiétude ou de la pause-son. Ne pourrait-on pas envisager enfin que le cri, entre matière sonore et expression verbale, corps et langage, fasse partie intégrante du jeu. Cette composante nouvelle aurait pour effet de moduler l’intensité des sons, de faire surgir de nouveaux coups, d’inventer d’inédites stratégies, non primaires mais délicieusement retorses. Imaginez qu’en exploitant le décalage entre le son et l’image, la joueuse pousse en la surjouant une éructation titanesque tandis que son poignet décoche gracilement un minuscule amorti. Un coup troublant pour l’œil et l’oreille dont la perversité absolue dépasse l’entendement

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Brit in France
- 24/05/2011 - 09:19
N'importe quoi!
Au moment ou DSK nous fait réfléchir sur les attitudes envers les femmes, voici un article qui réclame l'arrêt des cris des joueuses de tennis.

Et les hommes alors? Décidément, cet article motre bien que le sexisme a un bel avenir devant lui en France.
Transatlantico
- 23/05/2011 - 16:36
cool merci pour la découverte !
Article sympa comme tout. Je n'avais pas encore pris conscience du côté érotique (quoique je scoupconne mon cerveau reptilien d'avoir capté l'effluve auditive). C'est marrant au début de la lecture je me disais que se questionner sur ce genre de "problème" est surement dans la nature des intégristes réligieux (de tous poils). Alors que tout de même, un corps c'est fait pour être vivant.
Transatlantico
- 23/05/2011 - 16:36
cool merci pour la découverte !
Article sympa comme tout. Je n'avais pas encore pris conscience du côté érotique (quoique je scoupconne mon cerveau reptilien d'avoir capté l'effluve auditive). C'est marrant au début de la lecture je me disais que se questionner sur ce genre de "problème" est surement dans la nature des intégristes réligieux (de tous poils). Alors que tout de même, un corps c'est fait pour être vivant.