En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 43 min 41 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 2 heures 8 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 4 heures 18 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 32 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 7 heures 4 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 9 heures 3 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 53 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 50 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 6 heures 21 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 8 heures 22 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 9 heures 9 min
© Reuters
Le président russe Vladimir Poutin.
© Reuters
Le président russe Vladimir Poutin.
Guerre froide, le retour

L'Ukraine dissuadée de se rapprocher de l'Europe : la Russie à la reconquête de son empire perdu, c'est maintenant

Publié le 26 novembre 2013
En menaçant les exportations ukrainiennes si le pays mettait en place une zone de libre-échange avec l'Union européenne, la Russie fait bien plus que de se livrer à la guerre commerciale. Elle avance un pion supplémentaire dans sa volonté de rétablir sa puissance sur les territoires de l'ex-URSS.
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En menaçant les exportations ukrainiennes si le pays mettait en place une zone de libre-échange avec l'Union européenne, la Russie fait bien plus que de se livrer à la guerre commerciale. Elle avance un pion supplémentaire dans sa volonté de rétablir sa puissance sur les territoires de l'ex-URSS.

Atlantico : Suite aux déclarations de Moscou soulignant les « conséquences négatives » qu’aurait sur les exportations ukrainiennes la mise en place d’un accord de libre-échange avec l’UE, le pays a abandonné les négociations. S’agit-il d’une simple passe d’armes commerciale ou au contraire du signe d’une ambition diplomatique majeure ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Il n’y a pas de guerre commerciale entre d’une part l’Union européenne et les États qui la composent, d’autre part la Russie. En effet, lorsque l’on regarde ce qui s’exporte de part et d’autre, on comprend que ce n’est pas là le fond de la question : la Russie exporte des produits énergétiques et miniers ;  les économies de l’UE exportent des produits manufacturés. S’il y a eu « guerre » commerciale, c’est la Russie vis-à-vis de l’Ukraine, pour faire plier Kiev. Les « conséquences négatives » sont là, dès août 2013, et les entreprises industrielles de l’Est ukrainien en sont à licencier.

Larvé, le conflit entre Moscou et Bruxelles se situe sur le plan géopolitique. Moscou veut donner forme à ce que l’on nomme, en Russie, « l’étranger proche ». Il s’agit là d’une sphère d’influence à direction russe, avec comme but la mise sous tutelle de la souveraineté des Etats concernés. Cette « doctrine Poutine » ressemble fort à une doctrine Brejnev « new-look ». Dans les représentations géopolitiques russes, la notion « d’étranger proche », ou encore de « sphère d’intérêts privilégiés », est une idée-clef.

Quelle est la place du cas Ukrainien dans l’ensemble de la stratégie diplomatique russe ?

L’Ukraine est centrale, dans la mémoire comme dans les conceptions géopolitiques russes. Vladimir Poutine veut refaire de la Russie une force d’opposition, une puissance tierce sur la scène internationale. Dans ce « schéma », l’Ukraine est considérée comme vitale, sur le plan de la masse critique comme sur celui du sens. Insistons sur ce point : l’Ukraine d’aujourd’hui s’efface devant la Rus’ de Kiev, le premier État russe, la matrice de la Russie contemporaine. L’idée est donc de rallier l’Ukraine à l’Union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan. Celle-ci est le socle de la future Union eurasienne. Ladite union serait une structure de puissance, avec pour objectif de compenser la dislocation de l’Union soviétique. L’Union eurasienne n’est donc pas un simple projet de marché commun, comparable à la CEE des années 1960-1970. De part en part, le projet d’Union eurasienne est stratégique et géopolitique.

Quelle place pour l’Union européenne dans cette logique russe ? Cherche-t-elle à y faire obstacle ?

Les gouvernements de l’Union européenne veulent  nouer des accords d’association avec leurs voisins immédiats : l’Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, les États du Sud-Caucase (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan). L’un des enjeux du "Partenariat oriental" est le développement d’une politique étrangère dans le voisinage de l’UE, sous une forme autre qu’une stratégie de pré-adhésion, à la différence des années 1990-2000. Le principal État de la région étant l’Ukraine, il est naturel que l’UE entende renforcer ses relations propres avec Kiev. Un accord d’association avec l’Ukraine ne serait pas exclusif, celle-ci conservant sa souveraineté. Il n’y a pas de menaces de Bruxelles à l’encontre de Kiev, c’est là toute la différence, mais une déception certaine.

Du côté du pouvoir russe, l’idée de manœuvre est de limiter la souveraineté ukrainienne, de prendre la direction des événements, avec pour discours justificatif le thème des « nations-sœurs ». Puisque l’on mobilise les affects, rappelons simplement que la Russie facture son gaz deux fois plus cher à l’Ukraine qu’à l’Allemagne ; il y a mieux en termes de solidarité slave-orthodoxe. Au vrai, la simple présence du Kazakhstan dans l’Union douanière monter le caractère fallacieux de ce discours.

En promouvant une forme de « réunionisme », les dirigeants russes entendent en fait revenir sur ce qui s’est passé en 1991, lors de la dislocation de l’URSS. C’est ce que craignent les pays d’Europe centrale et orientale, au contact de la Russie, et donc plus conscients des risques et menaces. Aussi ces pays sont-ils les principaux promoteurs du partenariat oriental. L’idée est de consolider le pluralisme géopolitique de l’aire post- soviétique et de promouvoir un « anneau » de pays libres, pacifiques et prospères dans le voisinage de l’UE.

Les ambitions russes sont-elles plausibles ou relèvent-elles du fantasme ?

Il y a bel et bien une volonté de puissance à l’œuvre, même si les projets russes négligent  la volonté d’indépendance des États post-soviétiques ; les dirigeants de ces États ne souhaitent certainement pas devenir de simples chefs de province. Au sein de la CEI (Communauté des États indépendants) ou encore de l’OTSC (Organisation du traité de Sécurité collective), Moscou se heurte de manière récurrente à l’obstruction et aux manœuvres de ces dirigeants.

Sans une pleine prise de conscience du phénomène, teinté de revanchisme, dans les classes politiques européennes, les dirigeants russes pourraient disposer de marges de manœuvres accrues. Les États européens n’ont fondamentalement pas intérêt à voir se recomposer une puissance révisionniste sur leurs frontières orientales. Le révisionnisme ici évoqué renvoie aux questions géopolitiques et aux conditions dans lesquelles, en 1991, les républiques fédératives de l’ex-URSS se sont séparées (transformation des limites des républiques fédératives en frontières internationales). Rappelons simplement le cas de la Géorgie : Tbilissi a perdu le contrôle de 20% de son territoire ; les pseudos indépendances de l’Abkhazie et de l’Ossétie du sud sont une annexion rampante. Bref, la Russie s’est étendue au-delà de ses frontières méridionales, dans une partie du Sud-Caucase.

Le pouvoir russe  manipule aussi les conflits dits « gelés » de Moldavie (Transnistrie) et d’Azerbaïdjan (Haut Karabakh). Moscou s’y présente en juge de paix mais elle est partie prenante. Poutine et divers officiels russes ont déjà remis en question les frontières de l’Ukraine, dans les zones partiellement peuplées de russophones (régions orientales de l’Ukraine, Crimée). C’est là un autre levier de pouvoir. Lorsqu’il invoque la « sécurité nationale » pour reporter l’accord d’association avec l’UE, nul doute que le Premier ministre ukrainien a aussi ce « scénario » à l’esprit.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 27/11/2013 - 17:49
La France est en concurrence directe avec la Russie
mais, les militants FN préfèrent défendre les intérêts des Russes aux intérêts français. Collaborer avec l'ennemi, c'est dans leur nature.
Equilibre
- 27/11/2013 - 00:08
En lisant l'article et les commentaires
excellents par ailleurs, hormis le débile mental sous xanax habituel, on a une vue plus profonde de ce qui se passe.
20dicte
- 26/11/2013 - 23:17
ils l' ont échappée belle eux
ils l' ont échappée belle eux au moins.