En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 8 heures 15 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 12 heures 9 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 13 heures 13 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 14 heures 15 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 6 heures 33 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 7 heures 33 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 12 heures 40 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 13 heures 48 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 14 heures 54 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 15 heures 57 min
Quels avantages chez François Hollande ?
Quels avantages chez François Hollande ?
Interview Michel Sapin

François Hollande parti bas dans les sondages, c'est un avantage

Publié le 04 mai 2011
Alors que la campagne des primaires socialistes continue à être mouvementée, Michel Sapin qui fait campagne pour François Hollande détaille les avantages de son candidat. Interview.
Michel Sapin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Sapin est membre du bureau national du Parti socialiste.Il a été député de l'Indre et des Hauts-de-Seine, ministre délégué auprès du ministre de la Justice, ministre de l'Économie et des Finances et ministre de la Fonction publique et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la campagne des primaires socialistes continue à être mouvementée, Michel Sapin qui fait campagne pour François Hollande détaille les avantages de son candidat. Interview.

Atlantico : Une question simple pour commencer, pourquoi avez-vous choisi de faire campagne en faveur de François Hollande ?

Michel Sapin : Je pourrais vous répondre simplement "par amitié", mais ça ne suffit pas ! En politique, on doit privilégier la conviction et l'efficacité. François Hollande me paraît aujourd'hui, et surtout d'ici l'échéance de 2012, le socialiste qui dispose de la plus grande capacité à être non seulement présent au deuxième tour, mais aussi à être élu et à pouvoir le faire dans un rassemblement à gauche qui soit harmonieux et équilibré pour préparer la suite.

Puisque vous parlez d'harmonie, celle-ci n'est pas toujours au rendez-vous à l'occasion des primaires socialistes...

Les primaires peuvent être la meilleure comme la pire des choses. A nous d'en faire la meilleure ! François Hollande a été l'un de ceux qui a été peut-être le plus réticent à l'égart de ces primaires, mais il considère qu'aujourd'hui c'est un mécanisme qui est nécessaire puisqu'il faut bien choisir un candidat. Si celles-ci sont maitrisées, respectueuses et organisées de manière incontestable, elles peuvent constituer un élément de dynamique.

Mais les tensions qui semblent exister entre candidats -comme ont pu encore l'illustrer les démentis des proches de Martine Aubry suite à l'annonce sa non-candidature- ne rendent-elles pas ces primaires contre-productives ?

Toutes ces histoires de "pactes" correspondent à des discussions entre personnes et entre sensibilités. Pourquoi pas ? Cela fait partie des choses tout à fait légitimes et normales dans un parti pour éviter la multiplicité des candidatures. Mais cela ne concerne pas François Hollande. Aujourd'hui le gros avantage qu'il a par rapport à tous les autres c'est qu'il est serein et libre : il est difficile de savoir ce que pense Dominique Strauss Kahn car il n'est pas en mesure, compte tenu de ses fonctions, d'exprimer sa pensée et Martine Aubry est tenue par son rôle de rassembleuse en tant que première secrétaire du PS.

Si l'on veut que les primaires soient un moment réussi, il faut considérer que c'est un moment sur un chemin. La primaire en soi n'est pas un objectif, c'est une voie vers le premier et deuxième tour de la présidentielle. L'enseignement que je tire de l'élection de 2007, y compris des primaires socialistes précédentes, c'est qu'être au mieux de sa forme au moment de la primaire risque ensuite de vous mettre dans la situation de perdre l'élection présidentielle. Il faut donc encore en avoir sous le pied. Ainsi, François Hollande est parti plutôt bas par rapport à l'opinion et ne cesse de monter progressivement, lentement mais sûrement.

Et sur le fond ? On a entendu un certain nombre de critiques sur le programme de François Hollande, y compris à gauche notamment chez les partisans d'Arnaud Montebourg...

Ce sont des critiques qui peuvent en fait s'adresser au projet socialiste, et donc aussi bien à Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn que François Hollande. Montebourg se différencie du programme socialiste en marquant le trait  - je vais dire cela comme ça - sur un certain nombre de sujets : la démondialisation, le protectionnisme, etc. Objectivement, c'est une singularité de Montebourg et non pas une faiblesse de François.

Et quand François Hollande se présente comme un éventuel futur "Président normal"... on est quand même loin du "changer la vie" de François Mitterrand...

Ah, mais, un Président normal n'est pas celui qui ne change pas la vie ! C'est celui qui n'est pas "anormal". Or, nous vivons aujourd'hui avec un président de la République anormal, c'est-à-dire qu'il ne se conduit pas d'une manière digne d'un président de la République et c'est certainement l'un des aspects pour lesquels les Français ont de grandes difficultés avec Nicolas Sarkozy.

Pour François Hollande, la fonction nécessite de la sérénité, de la réflexion, de ne pas réagir pas à coup. Il s'agit de la critique d'un mode de vie, d'une expression anti bling bling, plus proche de celle des gens. Cela ne signifie pas pour autant que nous sommes dans la banalité : il faut avoir des aptitudes particulières pour prétendre à ces fonctions.

Quelles sont les propositions de François Hollande pour tenter de sortir de la crise ?

François fait des propositions depuis près de deux ans, notamment sur les problèmes de redistribution, de réformes fiscales, de la jeunesse. Le travail qui a été fait sur le programme socialiste - et j'y ai pris ma part - fournit un cadre dans lequel François Hollande se sent parfaitement à l'aise. Il est bien dans le projet socialiste, et à l'intérieur de ce projet, il peut préciser, proposer, prioriser tel ou tel aspect. Par exemple son contrat de générations entre jeunes et seniors est une sorte de déclinaison des emplois d'avenir du projet socialiste.

Il faut faire preuve de sérieux parce que dans une économie qui n'est pas sortie de la crise, qui est dans la difficulté européenne et mondiale, dans laquelle les finances publiques sont en déroute, rien ne peut être facile. Il faut lutter contre les déficits et prendre en compte la réalité. C'est ce sérieux qui permettra d'offrir la part de rêve, notamment aux jeunes.

Que pensez-vous de l'interview de Nicolas Sarkozy dans L'Express de cette semaine où il défend notamment Claude Guéant dans sa volonté de réduire l'immigration légale ?

Nicolas Sarkozy va de reniement en reniement. En 2007, il avait promu "l'immigration choisie", ce qui était une manière honorable de parler de la politique d'immigration. Il était beaucoup moins honorable quand il confondait identité française et immigration, ou quand il confondait immigration et insécurité.

Aujourd'hui, il est passé dans une course poursuite vis-à-vis des thèses du Front national et éventuellement des électeurs passés au FN. Il se trouve dans une manière d'être qui consiste à ne plus avoir de repère : il abandonne tous les symboles, comme le bouclier fiscal, et se trouve pris dans une sorte de tournis qui a comme seul objectif de tenter de maîtriser l'hémorragie vers le FN.

Est-ce que la question de l'intégration ou de l'immigration est un "problème" pour vous en France ?

L'immigration n'est pas un problème, c'est une question ! C'est un problème pour l'extrême-droite, ou pour une partie de la droite, pour Monsieur Guéant. La question c'est quelle est la place de l'immigration dans la France d'aujourd'hui ? Quels sont les besoins de l'économie française ? Quelles sont les principes d'ouverture au monde qui font que lorsque des Tunisiens quittent leur pays, dans un contexte particulier, on a aussi un devoir d'accueil et il ne faut pas prononcer des mots épouvantables comme "on les remet dans un bateau". C'est cela la politique d'immigration : elle est faite à la fois de contrôles aux frontières absolument nécessaires dans le cadre de Schengen mais aussi d'une réflexion sur les besoins de l'économie française. On le sait, l'économie française a besoin d'une immigration contrôlée. Même si la France est le pays d'Europe avec la natalité la plus forte, nul ne peut dire que nous réussirons demain en nous fermant aux autres. Ce serait d'ailleurs tourner le dos à ce qui s'est fait au cours des dix années précédentes.

La gauche "pêche-t-elle par naïveté" en matière d'insécurité comme l'avait dit Lionel Jospin en 2002 ?

Sur ces questions d'insécurité ou d'immigration, les électeurs se prononcent sur un bilan des dix dernières années ; c'est beaucoup 10 ans. Ce n'est donc pas par rapport à la politique de Lionel Jospin qu'aujourd'hui ils peuvent exprimer des critiques. Ils pourraient le faire par rapport à nos propositions, mais ils l'expriment en fait surtout par rapport à une réalité d'échec - échec du pouvoir d'achat, de l'emploi, ... - C'est donc l'échec global de Nicolas Sarkozy dont il est question. Cela nous donne d'autant plus de devoirs pour répondre à des préoccupations, comme celles par exemple de l'immigration ou l'insécurité. D'ailleurs je ne sais pas pourquoi on nous parle de naïveté : nous avons des propositions sérieuses sur ces sujets.

Pour conclure, vous étiez dans la même promotion à l'ENA que Ségolène Royal et François Hollande. Comment celui-ci a-t-il évolué depuis cette période ?

Par définition, on évolue tous. Je ne peux même pas dire qu'il a pris quelques kilos, puisqu'il en a perdu récemment... il a dû revenir à son poids de l'époque ! Mais il a pris de la bouteille, de l'expérience, une dimension d'homme d'État. Il ne voulait pas à l'époque devenir Président, mais sa volonté de s'engager dans le débat demeure.

Et Ségolène Royal ?

Ségolène Royal, c'est plus compliqué. Excusez-moi, mais je n'ai pas trop envie de parler d'elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lemmy
- 06/05/2011 - 11:03
à partir de plus bas...
on tombe de moins haut !
uncitoyencommelesautres
- 05/05/2011 - 09:57
(suite) Un pays fracturé comme jamais.
Hollande glisse le mot "France" dans son 1er discours de campagne, Royal avait tenté la même chose, Chevenement y . Le grand écart entre OUiistes/Nonistes n'est pas simple (le PS inaudible en est la preuve). la réalité est que le vainqueur ne pourra gagner sans rogner des voix nonistes, surtout que celle ci sont souvent plus mobilisées, si les bobos vont à la pèche au 1er tour, MLP sera au second.
uncitoyencommelesautres
- 05/05/2011 - 09:51
Problématique complexe.
Les "Ouiistes" on un soucis... ils sont minoritaires depuis 2005. (55/45), le NON (moitié de gauche, moitié de droite) possède une capacité de nuisance énorme même divisé. C'est pourquoi Marine Le Pen qui a compris ouvre à gauche pour siphonner ce réservoir. En face on ne sait plus quoi faire pour se partager les 45%... pas si simple. Sarko avait rusé en siphonnant les nonistes de droite (FN).