En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
"Une monnaie chère est une monnaie trop forte par rapport à la croissance de la zone."
Paradoxe
Mais comment expliquer que l'euro soit fort alors que l'économie européenne est toujours profondément en crise ?
Publié le 20 novembre 2013
Depuis l’arrivée de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE fin 2003, on n’a plus jamais vu le cours de l’euro-dollar en dessous de 1,17.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l’arrivée de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE fin 2003, on n’a plus jamais vu le cours de l’euro-dollar en dessous de 1,17.

Je crois utile de rappeler quelques éléments de base.

1/ Une monnaie forte n’est pas une monnaie chère

Une monnaie forte est une monnaie crédible, dans une zone monétaire où l’inflation rode autour de 2% par an, avec encore assez d’activité pour rembourser un jour les dettes publiques et privées.  

Une monnaie chère est une monnaie trop forte par rapport à la croissance de la zone, ce n’est qu’un vecteur de déflation. L’achat de nos actifs par les non résidents est découragé. L’entrepreneur est découragé par rapport au rentier et par rapport à celui qui passe ses vacances à l’étranger. L’économie se déplace dans un sens qui n’est pas souhaitable (la question de savoir si nos exports sont handicapés est assez secondaire, ce n’est qu’un argument pour les gogo-mercantilistes). C’est pour lutter contre ce type de dérive que la banque nationale de Suisse a fait passer son bilan de 20% à 80% du PIB du pays entre 2007 et 2013. Le Japon lui pendant longtemps n’a rien fait, et on a vu le résultat. A ceux qui croient que le Yen ne s’appréciait que face au dollar, je donne ce graphique face au Mark allemand réputé hyper-fort (dans le graph l’euro avant 1999 correspond au Mark) (de toute façon, depuis 1999 il correspond aussi au Mark !!). On voit qu’un pays sans croissance est capable d’avoir une monnaie très chère qui s’apprécie sans cesse, il suffit pour cela d’avoir une banque centrale autiste, indépendante et/ou confrontée à des politiques faibles et divisés, il suffit en en mot de ne pas compenser la destruction monétaire du secteur privé par de la monnaie banque centrale, de laisser courir la déflation en refusant tout QE et tout taux d’intérêt négatif.

Bien entendu une monnaie plus chère a un avantage : elle aide à comprimer l’inflation. C’est vraiment l’urgence de nos jours en zone euro avec une mesure BCE à 0,7% sur 12 mois (so far from target ! so far from the mandate !) et des prévisions BCE pour 2014 à 1,3%.

2/ Ce n’est donc pas le marché stricto sensu qui fixe les taux de changes : il les fixe dans le cadre d’un différentiel de politique monétaire (et, au fond, d’un différentiel d’indépendantisme des banquiers centraux)    

Quand les officiels BCE prétendent que la cherté de l’euro est le témoignage de la confiance des marchés envers l’euro, ils se moquent du monde. Que l’on fasse la même politique monétaire que les suédois, les suisses, les américains, les anglais ou depuis 2012 les japonais, et on verra ensuite quelle sera l’orientation de l’euro. Les marchés n’ont qu’une confiance limitée dans la zone euro, dans sa pérennité et ses perspectives de croissance : sinon, comment expliquer que depuis 4 ans en monnaie commune un différentiel de plus de 40 points de pourcentage se soit formé sur les marchés actions entre le vieux continent et le monde anglo-saxon ? Comment expliquer le niveau des spreads de taux entre l’Allemagne et l’Italie ? Par contre les marchés ne doutent pas de la capacité de la Bundesbank et de ses alliés à bloquer toute détente monétaire significative. Dès qu’on laisse s’exprimer les marchés, ils votent, au besoin avec leurs pieds. Par contre quand on les comprime par un ordre monétaire restrictif, ils s’exécutent docilement, informés qu’ils sont qu’on ne lutte pas longtemps contre une banque centrale.

L’OPA hostile réalisée par la BCE sur les taux de changes a ceci de particulier qu’elle est à la fois très grave, illégale, bien acceptée par tout le monde et clairement revendiquée. « Je l’ai suffisamment dit et répété : je suis Monsieur Euro. Il n’y aucun doute à ce sujet : nous émettons la monnaie et ma signature est sur les billets », avait dit Jean-Claude Trichet (conférence de presse du 8 juin 2006). Comme par hasard, depuis que cette OPA a été enregistrée comme définitive, disons depuis l’arrivée de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE fin 2003, on n’a plus jamais vu le cours de l’euro-dollar en dessous de 1,17 (le niveau de son introduction au 1er janvier 1999, qui correspond aussi selon la plupart des estimations à sa valeur d’équilibre fondamentale).

3/ Une baisse de l’euro ne serait pas une dévaluation et constitue le préalable indispensable pour des réformes financières et structures sincères (cf France 1928 ou 1959, cf Suède 1994…)

Il y a tout dans le texte qui suit : Jacques Rueff, préface en 1954 aux « Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France » d’Emile Moreau (c’est ce livre qui a convaincu Milton Friedman que l’indépendance des banques centrales était une folie économique et un scandale politique) :

« La stabilisation de 1928 conduit à plusieurs conclusions de portée générale et de valeur permanente. La première, c’est qu’une opération d’assainissement financier ne peut se faire qu’à un niveau approprié de la monnaie. Assurément si le niveau existant établit une disparité importante entre le niveau des pris intérieurs et celui des prix étrangers calculés en monnaie nationale, il suscite des forces qui tendent à rétablir l’équilibre. En particulier dans le cas où le niveau du change est tel que les prix intérieurs sont sensiblement supérieurs aux prix étrangers en monnaie locale, ces forces sont celles qu’engendrent la dépression et le chômage. Elles tendent à provoquer la baisse des prix intérieurs et, notamment, celle des salaires nominaux. Mais dans le monde (tel qu’il est) les baisses de salaires, même si du fait d’une baisse concomitante des prix elles ne s’accompagnent d’aucune dégradation des niveaux de vie, éveillent de profondes résistances et suscitent d’âpres rancunes. En tout cas, elles ne sont consenties que sous la pression prolongée des nécessités. Elles ne peuvent donc intervenir qu’après une longue période de troubles économiques et de désordres sociaux. Qui veut faire une politique réaliste de prospérité et de paix sociale doit reconnaitre le niveau existant des salaires comme le plancher immuable de toute politique financière constructrice. (…) En laissant subsister un déséquilibre qui ne peut s’atténuer que par des baisses de salaires, on suscite le malaise social et on prépare, pour le lendemain, d’inévitables « fronts populaires ». Tant qu’un tel déséquilibre existe, la dévaluation de la monnaie ne crée pas une situation nouvelle ; elle se borne à reconnaitre la situation existante. Ce n’est donc jamais le jour où elle s’accomplit qu’une dévaluation est décidée, mais le jour où on laisse s’établir l’état de fait qui la rend indispensable ». 

Tout est dit depuis Rueff, Friedman et la crise des années 30, et il est inutile de conclure. De toute façon il ne vaut mieux pas, le débat est clos. Mario Draghi à Moscou le 15 février 2013 déclaré : « Le débat sur les changes est inapproprié, stérile et contre-productif ». Je perds donc mon temps et plus grave je vous fais perdre le votre. Retournez à vos moutons, laissez les sages de la BCE régler ces questions en toute opacité, et faites tranquillement faillite sans bien comprendre pourquoi.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Une attaque informatique d'une ampleur inédite frappe Internet
05.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
07.
Assurance chômage, santé, retraite : l’agonie des systèmes paritaires de protection sociale s’accélère...
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 25/11/2013 - 15:21
@JG : je lis les grands auteurs, pas leurs commentateurs
Pour Marx, ça donne comme "objectifs" (et surtout comme prédiction) :
 
- Abolition de l'État
- Abolition du Salariat
- Abolition de la propriété privée des moyens de production.
 
Certes, si les fascistes et les nationalistes n'avaient pas casser les jambes des socialistes européens au 20ème siècle, la transition aurait pu se faire dans le cadre du Socialisme (c'est à dire dans le cadre d'un État fédérant les conseils (communaux, régionaux, syndicaux), qui régulent les salaires et nationalise les entreprises).
 
Mais voilà : les socialistes européens ont été décimés par les fascistes et les nationalistes durant la seconde guerre mondiale ; et la Droite Gaulliste a repris pour son compte certains des progrès sociaux de la gauche pour éviter que la gauche elle-même n'accède au pouvoir.
 
Soit.
 
Le fait est que la famille, l'État, la Nation, le Salariat et la Propriété Privée des Moyens de Production disparaîtront. C'est purement mécanique.
  
Puisque vous n'avez pas voulu laisser faire les socialistes, c'est ce que vous nommez "libéralisme" qui s'en occupe. C'est certes beaucoup plus violent. Cela aboutira au même résultat.
JG
- 20/11/2013 - 22:55
Gauche bobo et droite mondialiste, même combat
Mon cher Isga (mais c'est valable aussi pour les admirateurs des politiques néolibérales de droite....) si vous voulez comprendre pourquoi Gauche et Droite en France convergent allègrement vers une politique catastrophique, je vous conseille la lecture des deux derniers bouquins de Jean Claude Michéa, remarquable agrégé de philo, fils de résistant communiste, ex de gauche (on peut revenir de tout....) :
- Le complexe d'Orphée : La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès (Ed Climat-2011)
- Les mystères de la gauche : De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu (Ed Climat-2013)
On comprend beaucoup de choses : c'est clair, bien écrit, souvent drôle, et tellement vrai....
Et hélas, indépendamment des polémiques débiles sur le pseudo-racisme des français (auxquelles mon cher Isga, vous participez à mon grand regret) je crains que les solutions économiques du FN ne soient pas toujours très brillantes : retour à la retraite à 60 ans avec une espérance de vie moyenne à 84 ans pour les femmes et 79 ans pour les hommes : AU SECOURS, renvoyez les à l'école...tous.... pour qu'ils apprennent ce que c'est qu'une recette et une dépense ! Qui va payer ????
jurgio
- 20/11/2013 - 22:25
totor t'as tort !
Heureusement qu'il y a aujourd'hui la grande distribution ! et si la France fait encore un peu surface c'est grâce à ses groupes internationaux. Il faut être né après 1980 pour penser le contraire.