En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Jean-Marie Le Pen fait polémique avec sa déclaration sur Christiane Taubira sur France Inter.
Tout pour le "buzz"
Christiane Taubira "anti-française" pour Jean-Marie Le Pen : France Inter s’est-elle transformée en machine à inventer de fausses polémiques ?
Publié le 19 novembre 2013
Les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur l'antenne de France Inter ont suscité une levée de bouclier. Des propos tenus à la marge de la présentation des candidats FN aux municipales par un personnage en retrait de la vie politique : l'ampleur de la polémique dépasse de loin son contenu.
Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Jamet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur l'antenne de France Inter ont suscité une levée de bouclier. Des propos tenus à la marge de la présentation des candidats FN aux municipales par un personnage en retrait de la vie politique : l'ampleur de la polémique dépasse de loin son contenu.

Atlantico : France Inter a diffusé une intervention de Jean-Marie Le Pen (enregistrée dimanche 17 novembre) où celui-ci qualifie Christiane Taubira "d'anti-française", rajoutant "Je pense qu'elle a été choisie parce qu'on pensait que sa couleur pourrait lui servir de bouclier quand elle aurait à proposer des choses absolument inacceptables". Ces propos, présentés comme sulfureux, ont provoqué un tollé dans de nombreux médias et dans une partie de la classe politique. Y voyez-vous un dérapage ?

Dominique Jamet : Dans le contexte actuel de l’affaire Taubira, il est évident que toute personne publique dont on entend qu’elle fait des déclarations autour de ces problèmes d’appartenance ethnique est immédiatement signalée à la collectivité et stigmatisée. L’hypothèse de Jean-Marie Le Pen que Christiane Taubira soit ministre à cause de sa couleur de peau n’est basée sur rien et elle n’est rien d’autre qu’une hypothèse, justement. Et même si ce propos peut choquer dans la période où nous sommes, ou même si on peut le trouver stupide, on voit où sont les limites assignées à la liberté d’expression. On a vraiment l’impression qu’un certain nombre d’hommes politiques et de journalistes se trompent d’époque ou de métier. Autrefois, il y avait des fonctionnaires qui travaillaient dans des bureaux de la censure, pour le théâtre ou les journaux, et il y a des gens qui ont manifestement la vocation anachronique d’être des censeurs…

La volonté de faire intervenir Jean-Marie Le Pen – adepte des déclarations sulfureuses – alors même qu'il n'occupe plus de fonctions politiques majeures, n'est-elle pas une stratégie délibérée qui consiste à générer la polémique ? France Inter ne cherche-t-elle pas le « buzz » au détriment de l'info vraiment pertinente ?

La journaliste de France Inter qui est allée chercher Jean-Marie Le Pen, alors que Marine Le Pen présentait à ce moment-là les candidats du FN pour les municipales, n’était peut-être pas dénuée d’arrière-pensées. Elle a réussi un joli coup car on obtenait de Jean-Marie Le Pen qui en est coutumier ce que l’on appelle – selon le mot consacré – un « dérapage ». Ne tombons pas cependant dans une paranoïa symétrique de celle qui sévit à l’heure actuelle où toutes sortes d’organes d’information prétendent qu’il y a un déferlement incroyable du racisme, voire du fascisme, en France, à partir de trois ou quatre exemples plus ou moins probants, et plus ou moins misérables. Ne disons donc pas sans preuve que France Inter est complice d’un vaste complot cherchant à provoquer les provoquer les propos choquants pour mieux pouvoir le dénoncer.     

La rediffusion de l'intervention de Jean-Marie Le Pen est assez peu relayée sur le site même de France Inter. Comment analyser cette stratégie de ne pas mettre en avant la déclaration qui fait débat et de se focaliser uniquement sur l'aspect "dérapage" ? 

Je ne suis pas dans les mystères et les couloirs de la rédaction de France Inter. Peut-être a-t-on lancé un ballon d’essai en espérant le voir repris, mais je ne peux pas avancer de certitudes évidemment. La première hypothèse qui peut venir à l’esprit est que l’on n’a pas trouvé cela à la hauteur de ce que l’on en espérait. Jean-Marie Le Pen est quand même en retrait – sans chercher à revenir sur le devant de la scène – et ce n’est pas lui qui représente la pensée du Front national. A plusieurs reprises ces derniers temps, des militants du FN d’un rang moins élevé, et moins ancien, ont défrayé la chronique par des déclarations ou des comportements provoquants ; ils ont été à chaque fois presque immédiatement désavoués, suspendus ou exclus du FN. France Inter n’espérait pas que Marine Le Pen désavouerait son père ni ne l’exclurait à la suite d’une déclaration relativement anonyme. Sans doute s’est-on rendu compte qu’il s’agissait de propos qui n’étaient finalement pas officiels et qui ne relanceraient pas une diabolisation du Front national.

Plus généralement, générer des polémiques à l'intérêt discutable ne contribue-t-il pas à la perte de crédibilité de France Inter qui, selon Médiamétrie, a perdu 450 000 auditeurs en un an ? 

Déontologiquement, ce n’est pas ce qui est le plus conforme à ce que devrait être le journalisme. Il est de fait que depuis plusieurs années, France Inter ne semble pas répondre – ou alors de moins en moins - à la définition de ce qu’est une station de service public. A France Inter, on ne se gêne pas pour afficher des préférences politiques qui vont toujours dans le même sens. France Inter est une station largement monocorde, et sa voix actuellement est pour le moins de gauche, et gouvernementale. C’est probablement cela qui explique la mauvaise humeur et le détachement d’un grand nombre d’auditeurs ces derniers mois. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
05.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
06.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
Commentaires (51)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 20/11/2013 - 23:02
@Daisy.A vous avez raison. Taubira est morte...
politiquement, va sans dire, et ceux qui la soutiennent , ci-dessous, affichent des arguments de plus en plus confus...limite psychotique!
ヒナゲシ
- 20/11/2013 - 22:52
…borgne !
À la question
« Pour lequel des candidats suivants
avez-vous voté au second tour de
l’élection présidentielle, le 6 mai
dernier ? »
• 58 ont répondu Hollande ;
• 20 ont répondu Sarkozy.
 
Les 58 hollandiens représentent ainsi 74 % des 78 (sur 105) qui ont voté pour Hollande ou Sarkozy…
☞ www.harrisinteractive.fr/news/2012/Results_HIFR_Medias_14062012.pdf
 

➂ Quant à votre assertion Ifop/« valeurs de gauche » j'ai eu beau écumer le site de l'IFOP, mais n'ai rien trouvé qui y ressemble de près ou de loin…
Sans doute n'ai-je pas été suffisamment malin, mais je ne doute pas que vous pouvez nous en retrouver la trace… ?
 
La vraie et seule question qui vaille à mes yeux est la suivante : quand bien même il serait avéré que la classe journalistique est plus à gauche que la moyenne, on se demande bien ce qui empêche les esprits de droite et motivés de fonder leurs propres médias où ils écriront tout ce qui leur passe par la tête !
Si, comme vous semblez l'affirmer, une bonne partie de la population est de droite, alors les médias en question ne pourront que rencontrer un franc succès…
Alors, où est-ce que ça coince ?
ヒナゲシ
- 20/11/2013 - 22:52
La France…
Ilmryn : « Faut vraiment soigner cette
méchante allergie à la réalité »
 
Et vous cette intolérance à la rigueur et à l'exactitude.
 
➀ « Les journalistes sont à 86% à gauche
dont 47% très à gauche (enquête:
Observatoire des journalistes et de
l'information médiatique) »
Il s'agit en fait d'un sondage « sauvage » où l'on a demandé à 5298 internautes qui fréquentaient le site de l'OJIM quelle était *leur perception* de l'orientation politique des journalistes…
Ce n'est pas exactement la même chose.
« Sondage » sans le moindre début de valeur scientifique, évidemment…
☞ www.ojim.fr/sondage-independance-et-pluralite-des-journalistes/
 
➁ « 74% des journalistes votent à gauche
selon une consultation Harris… »
Harris a fait savoir — via son compte Twitter — qu'il souhaitait faire une enquête sur les journalistes & la politique.
In fine, 105 journalistes ont répondu à l'appel.
Valeur *scientifique* : à peu près la même que celle d'un « sondage » sur 105 personnes prises au hasard sur le marché du vendredi matin à Montreuil, c'est-à-dire du pipi de chat.
 
猫  猫     猫