En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

04.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 15 min 55 sec
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 18 heures 21 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 19 heures 8 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 2 heures 3 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 3 heures 41 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 18 heures 49 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 19 heures 24 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 21 heures 3 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 22 heures 1 min
© Reuters
"Ne pas vouloir de bulles, c’est se priver des secteurs les plus porteurs d’une économie à un moment donné."
© Reuters
"Ne pas vouloir de bulles, c’est se priver des secteurs les plus porteurs d’une économie à un moment donné."
Ni savon ni chewing-gum

Mal nécessaire : la croissance économique est-elle impossible sans être accompagnée de bulles ?

Publié le 19 novembre 2013
Larry Summers, ancien secrétaire américain au Trésor, a déclaré que sans les différentes "bulles", il n'y aurait pas eu croissance dans les années 2000. Des propos qui font sens à condition de se pencher sur la véritable nature du phénomène des bulles, trop souvent perçu comme uniquement dangereux et inéluctable.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Larry Summers, ancien secrétaire américain au Trésor, a déclaré que sans les différentes "bulles", il n'y aurait pas eu croissance dans les années 2000. Des propos qui font sens à condition de se pencher sur la véritable nature du phénomène des bulles, trop souvent perçu comme uniquement dangereux et inéluctable.

Atlantico : Lors d’un discours prononcé au FMI le 8 novembre dernier, l’ancien secrétaire américain au Trésor Larry Summers a affirmé que nous n’aurions pas eu de croissance dans les années 2000 sans bulles. Quelle crédibilité faut-il accorder à une telle déclaration ?

Nicolas Goetzmann : Le concept de bulles est assez récent, et il est intéressant de noter que lorsqu’un secteur fait mieux que les autres, nous parlons immédiatement de bulle. Ce qui est en fait assez absurde. L’économie d’un pays se divise en une multitude de secteurs, qui, en fonction des circonstances du moment vont être plus ou moins attractifs. Certains secteurs vont "surperformer" largement et d’autres vont "sous performer". Les secteurs les plus rentables vont attirer une masse conséquente d’investisseurs et provoquer un surinvestissement qui peut provoquer ce que nous décrivons être une bulle.

Au bout du compte, ne pas vouloir de bulles, c’est se priver des secteurs les plus porteurs d’une économie à un moment donné. Il s’agit d’une mode à laquelle va succéder une autre mode, la haute technologie, Internet, l’immobilier, les matières premières, la Chine, la finance, le gaz de schiste, etc.

Vous pouvez constater assez clairement que la notion de bulles est employée à tort ou à travers dès qu’un secteur est en bonne santé et qu’il attire les investisseurs. Il serait évidemment inconscient de vouloir contrer ces phénomènes sans discernement, car cela consisterait à se méfier de toutes les poches de croissance de l’économie.  

Quels sont les risques attachés à ces phénomènes ? Les bulles sont-elles une menace pour l’économie ?

Une bulle peut représenter une menace si sa taille devient critique par rapport à l’ensemble de l’économie. Mais il est tout à fait possible de contrer un tel évènement et le meilleur exemple date de 1987. A ce moment, le marché actions américain venait de subir une hausse de près de 400% en moins de 5 ans, ce qui serait aujourd’hui qualifié de « mère de toutes les bulles » et serait la proie favorite des habituels vendeurs de bunkers. Cette supposée bulle a éclaté lors de ce que nous appelons aujourd’hui le « black Monday » le 19 octobre 1987. Le marché s’effondre de plus de 20% en une seule séance. Dès le lendemain, la Réserve fédérale américaine intervient sous l’impulsion de son nouveau président, Alan Greenspan. La Fed ouvre un comptoir à liquidités pour les banques et procède rapidement à des baisses de taux pour prévenir toute contamination à l’économie réelle. Les actions sont rapides, efficaces et permettent d’éviter le pire. Si la Fed n’avait pas réagi de cette façon, il était tout à fait possible de se retrouver dans une configuration semblable à 2008.

« L’explosion » d’une bulle n’est pas inéluctable. Combien de fois avons-nous entendu que le marché immobilier parisien allait s’écrouler ? Tous les ans depuis 2000. Le jour où une baisse aura lieu, ce qui est inévitable dans n’importe quel marché, nous pourrons lire « je vous l’avais bien dit » de la part de nombreux experts.

Les banques centrales sont-elles responsables de ces phénomènes ? Les politiques ultra accommodantes qui sont déployées à travers le monde font elles le nid de la formation de ces bulles ?

C’est l’hypothèse qui est retenue habituellement mais cela n’est même pas défendable. La période la plus critiquée est celle des années 2000, lorsqu’Alan Greenspan et Ben Bernanke ont été accusés de favoriser toutes sortes de bulles à travers le monde. La réalité est que le taux d’inflation n’a cessé de baisser depuis les années 1980 pour en arriver à une situation de déflation en 2009. La politique monétaire est hors de cause justement parce que dans son ensemble, l’économie n’a pas généré d’inflation. Et cette stricte maîtrise des prix montre bien que la FED a été bien plus contraignante que nous pouvons l’imaginer.

Pour vous faire une idée réelle de l’action d’une banque centrale, pour savoir si celle-ci est laxiste ou austère, le seul indicateur valable est de regarder la croissance nominale et sa stabilité dans le temps. Et celle-ci s’est écroulée en Europe et aux Etats Unis en 2008. C’est bien l’austérité monétaire que nous connaissons depuis la crise, et non la débauche ou l’irresponsabilité.

Il est même tout à fait clair pour moi que c’est l’absence de réaction de la FED et de la BCE en 2008 qui a favorisé la propagation de la crise à l’ensemble de l’économie. L’ampleur du soutien qui a été offert au marché par les banques centrales n’a été ni assez rapide, ni suffisant dans son ampleur pour permettre la stabilisation de l’ensemble. Si leur action avait été aussi efficace qu’en 1987, nous n’en serions pas là.

La taille des bulles immobilières et financières sont de la responsabilité du législateur. Aussi longtemps que les politiques monétaires ne favorisent pas une inflation globale supérieure, la responsabilité revient bien au cadre législatif qui entoure un secteur particulier. Les crédits immobiliers étaient délivrés sans apport, sans preuve de revenus, et cela a conduit à de nombreux défauts de paiement, point.

Les banques centrales sont constamment accusées de ne pas lutter contre ces phénomènes, mais étant donné que les autorités monétaires n’ont pas la capacité de cibler tel ou tel secteur, la mission est impossible. Si la FED venait à vouloir contrer une bulle sur les marchés financiers en relevant ses taux, elle provoquerait un affaiblissement de l’ensemble de l’économie. Venir lutter contre un tel phénomène n’a aucun sens aussi longtemps que le taux d’inflation « global » ne s’emballe pas, sinon le résultat serait de fragiliser l’ensemble de l’économie simplement parce qu’un secteur est en plein boom.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

04.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 19/11/2013 - 23:55
Faux M. Goertzman
L'état contrôle tout l'environnement "écologique" de l'économie en détenant les principaux leviers que sont la régulation et la taxation, s’étonner que l'environnement se retrouve dévasté et en dédouaner le régulateur c'est au mieux de l'incompétence, au pire de la propagande.
.
Exemple: En 2001 la FED abaisse les taux jusqu’à un niveau ridicule, de 2001 à 2006 poussé par le Community Reinvestment Act (qui promeut le prêt aux populations à risque) des millions de prêts immobilier limite sont contractés. En 2006 la FED remonte les taux en flèche rendant instantanément tout ces prêts toxique= explosion des subprimes.
ignace
- 19/11/2013 - 22:50
bulle : gaz de la finance qui s'eleve a la surface de la societé
Dans le langage courant, une bulle est une petite sphère de gaz qui s'élève à la surface d'un liquide (par exemple, bulles produites par un poisson ou un financier), ou une sphère de gaz pelliculée (par exemple, bulle de savon ou des suprimes).
Ces dernières ont fait l'objet de nombreuses études physiques et mathématiques. surtout par les économistes de salon
gliocyte
- 19/11/2013 - 17:20
@Benvoyons
Les pires bulles sont celles du Pouvoir en place: Zéro dans toutes les matières. Demander donc à Moscovci ce qu'est une bulle, il vous répondra que c'est ce qu'on obtient en soufflant dans une paille après l'avoir plongée dans un produit "fait pour". Il sera même fier de sa réponse concrète. C'est la seule qu'il sache donner.