En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 1 heure 18 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 1 heure 27 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 2 heures 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 1 heure 22 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 15 heures 4 min
© REUTERS/Francois Lenoir
Abdelaziz Bouteflika a été désigné par son parti, le FLN, pour la présidentielle de l'an prochain.
© REUTERS/Francois Lenoir
Abdelaziz Bouteflika a été désigné par son parti, le FLN, pour la présidentielle de l'an prochain.
Bis repetita

Vers un quatrième mandat pour Bouteflika : l'Algérie est-elle démocratiquement au point mort ?

Publié le 19 novembre 2013
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, sera le candidat du Front de libération nationale (FLN) à la présidentielle de 2014 , a annoncé le parti hier. Et ce, malgré ses ennuis de santé.
Ahmed Rouadjia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, sera le candidat du Front de libération nationale (FLN) à la présidentielle de 2014 , a annoncé le parti hier. Et ce, malgré ses ennuis de santé.

Atlantico : Le comité central du parti du Front de libération nationale (FLN) a proposé, samedi à Alger, la candidature de M. Abdelaziz Bouteflika à l'élection présidentielle prévue en 2014. Alors que les ennuis de santé avaient fragilisé l’hypothèse d’un quatrième mandat du président, cette décision est-elle une surprise ?

Ahmed Rouadjia : Rien n’est surprenant dans un pays où les paradoxes, les contradictions, voire même l’irrationnel et l’absurde paraissent comme étant choses "normales", et partant conformes au caractère opaque et quasi indéchiffrable du "système politique" qui préside au destin de l’Algérie, cette nation à la fois rebelle et conformiste, rieuse et goguenarde, pessimiste et sceptique… Comme tout le monde sait que rien n’est impossible dans ce pays de contrastes et de contradictions "violentes", voilà cette décision du Comité central Bis du FLN.

Car il y en a bel bien deux comités centraux et deux FLN, depuis le coup d’Etat du 29 août dernier fomenté par le clan présidentiel qui a porté à la tête du vieux Parti un certain Amar Saadani, après l’éviction de Abdelaziz Belkhadem, qui était pourtant le conseiller spécial de Bouteflika et le propagandiste intéressé à la fois en faveur du quatrième mandat et en faveur des confréries religieuses dont il se faisait l’apologiste intéressé et retors au point qu’il aimait à imiter leur costume, leur pose et leur mysticisme… Quant au nouveau secrétaire général, qui a été imposé en lieu et place de ce dernier démagogue et opportuniste, qui n’avait pas hésité par le passé à épouser non seulement l’idéologie de l’arabo-islamisme et du FIS dissous, mais la barbe même de ce dernier, il ne bénéficie guère plus que Belkhadem d’une image vraiment reluisante… L’un et l’autre sont perçus par la majorité de l’opinion publique algérienne comme le produit du système politique, corrompu et perverti jusqu’à la moelle pépinière.

Le quatrième mandat brigué par Bouteflika sous la pression constante de ses partisans plutôt intéressés que convaincus "philosophiquement" de sa "probité" ou de ses facultés intellectuelles et politique à sortir le pays de l’immobilisme politique dans lequel il s’enfonce jour après jour, obéit à la seule logique des intérêts à courte vue de ceux qui pensent l’Algérie non pas comme une nation à développer, à construire et à élever à la dignité des grandes nations industrieuses et imaginatives, mais comme une source d’enrichissement, une manne leur permettant de se remplir à ras- le bord les poches et le ventre…

Abdelaziz Bouteflika a-t-il la capacité physique (ou tout simplement la volonté) de mener un quatrième mandat ?

Il n’ a ni les capacités physiques et psychique ni la volonté de briguer un quatrième mandat. Bouteflika lui-même l’avait implicitement déclaré lors de son discours de mai 2011 à Sétif lorsqu’il avait lancé : "ajnânnâ tâb !" (nous sommes foutus, nous avons atteint notre seuil limite…). En disant cela, le président avait voulu témoigné de manière métaphorique de son "usure " et donc de son incapacité à aller au-delà de son troisième mandat. Mais ses partisans ne veulent pas entendre les choses de cette oreille, et prétendent que c’est le président qui "pousse" vers le quatrième mandat, alors qu’il est bel bien "poussé", exhorté et incité par eux à s’engager sur cette voie. Le but de ce "cercle présidentiel" que conforte une bonne partie de ce qui reste de l’appareil grippé du FLN, c’est de gagner du temps pour renforcer non seulement leurs positions du pouvoir, mais de trouver aussi dans "les réserves de la République" le profil d’homme présidentiable qui puisse remplacer de manière heureuse le président Bouteflika dont les jours semblent, au vu d’une foule d’indices, toucher à leur fin…

M. Bouteflika est à la tête de l’Algérie depuis 14 ans. Cette décision du FLN démontre-t-elle un blocage absolu des institutions démocratiques dans le pays ?

Oui, il est au pouvoir depuis 14 ans. S’il le pouvait, s’il avait la capacité physique, la force et l’enthousiasme de la jeunesse, il pourrait ne pas quitter le pouvoir jusqu’à la fin de ses jours. Comme tous les chefs d’Etat et monarques arabes "drogués" par le pouvoir absolu et l’amour de commander et de régner sans partage, le président Bouteflika aurait certainement aimé, s’il n’était affaibli par la maladie et l’âge, de proroger son mandat pour cinquante ans encore !! Mais je voudrais rectifier ici une erreur : la décision de reconduire le président n’est pas le fait du FLN comme s’il était monolithique, mais d’une partie du FLN gagnée corps et âme au président. Comme je l’ai dit, le FLN est brisé comme un atome en deux parties antagoniques, irréconciliables… L’éclatement de ce vieux parti, qui fut naguère le fer de lance de la guerre de libération nationale, le chef de fil des révolutionnaires du Tiers Monde, et la fierté et la dignité retrouvées du peuple algérien, est la conséquence de "ce blocage absolu des institutions démocratiques" dont vous faites état ; et ce blocage est le résultat inévitable de l’affaissement des valeurs éthiques du patriotisme algérien, et du sens de l’Etat-nation… Cet affaissement des valeurs patriotiques envisagées au sens positif d’amour pour les intérêts collectifs au détriment de l’égoïsme individuel, a eu pour effet de faire naître au sein de la société algérienne, politique et civile, une foule de corrompus qui parasitent tous les rouages de l’édifice étatique et qui en bouchent tous les pores…

La direction du FLN est en proie, depuis les législatives de mai 2012 à une crise ouverte qui a pris de l'ampleur après l'éviction fin janvier d’Abdelaziz Belkhadem. Il y a quelques jours, l’ancien chef de groupe parlementaire Abbas Mekhalif a aussi envoyé une lettre très critique envers M. Bouteflika et le Comité central. Cette décision de soutenir une nouvelle fois M. Bouteflika est-elle une conséquence de cette crise au sein du parti ; un « non-choix » du comité central qui ne veut pas se remettre en question ?

Encore une fois, je répète que le FLN n’a plus de "direction" mais deux : celle qui a été "réinventée" de toutes pièces et imposée par le clan présidentiel comme "représentative" du FLN et dont la figure de proue, imposée elle aussi d’en "haut", est représentée par Amar Saadani que d’aucuns vouent aux gémonies en raison de ses pratiques supposées à tort ou à raison de "corrompues" ; l’autre est représentée par le coordonnateur du mouvement de redressement, Abdelkrim Abada , qui accuse Amar Saadani et ses acolytes de "détourner le parti et la volonté de ses militants pour servir des desseins sordides".

Pour Abada qui mène de concert avec Abderrahmane Belayat, ancien coordonnateur du FLN, la fronde contre les "usurpateurs"du titre prestigieux de combattants et de libérateurs du pays du joug colonial, l’ennemi à abattre est ce Ammar Saadani qui a été imposé le 29 août dernier à la tête du Parti par les proches du président et dont les noms ne sont pas cités. L’hostilité entre les deux FLN existant de facto est désormais déclarée et prend des accents martiaux. Saadani que l’on traite comme un homme lige du président est persiflé par ses adversaires qui jurent de le démasquer et de le disqualifier aux yeux de l’opinion publique. Ainsi Abdelkrim Abada promet que l’on "ne vas pas se taire contre les agissements de cette personne qui se cache derrière des hommes influents au sein du pouvoir pour s’attaquer aux institutions du pays".

A cinq mois donc de l’élection présidentielle d’avril 2014, la lutte entre les divers clans au sein du FLN disloqué et à l’intérieur des cercles du pouvoir font rage. Les adversaires de Saadani que le clan présidentiel à imposé à la tête du parti le 29 août, tels Belayat, Abdelkrim Abada, et Salah Goudjil, un des coordonnateurs du mouvement de redressement du FLN, et qui fut un maquisard de la Wilaya 1 (les Aurès) se disent résolus à faire barrage aux ambitions démesurées de cet homme qu’ils accusent d’être corrompu tout en oubliant eux-mêmes qu’ils ne sont guère indemnes de telles pratiques…Toujours est-il que dans leur communiqué N°2, portant le sceau de Abderrahmane Belayat et parlant au nom des membres du comité central, les farouches opposants à ce Saadani déclarent être résolument "engagés à barrer la route aux aventuriers et au complot concocté par le scénario mis en place à l’hôtel El Aurassi le 29 août dernier." Et dénoncent le comportement des "auteurs de ce complot qui ont bafoué la légalité en voulant imposer le fait accompli à travers des procédés de terreur, de corruption, et en désinformant l’opinion nationale et internationale". Et le communiqué de ces opposants qui revendiquent une légitimité usurpée par la force, la ruse et "la corruption" déployée par leurs adversaires s’achève sur un appel à tous les militants du parti en vue d’ "une grande mobilisation pour faire échouer cette conspiration dirigée par le groupe de Saadani qui a opté pour la politique de la terre brûlée" avant de rappeler que la réunion organisée aujourd’hui, 16 novembre 2013, à l’Hôtel El Aurassi "n’est qu’une autre étape du fait accompli qui a imposé Amar Saadani à la tête du parti".

Abdelkrim Abada, Abderrahmane Belayat et leurs pairs du comité central qui s’opposent à ce diktat en appellent déjà aux militants du FLN pour qu’ils remettent "le parti sur les rails de la légitimité" et pour dénoncer enfin le coup de force fomenté par les tenants de "la corruption, le népotisme et le clientélisme" et qui sont "à l’opposé des valeurs de Novembre". Amar Saadani, qui leur a ravi la direction du parti aurait bénéficié des "appuis au sein du pouvoir et bailleurs de fonds", ce qui lui aurait permis de s’imposer comme nouveau chef de fil du FLN…

La lettre critique envoyée il y a quelque jours par l’ex-chef du groupe parlementaire à Bouteflika s’inscrit justement dans le contexte de cette crise multidimensionnelle de l’Etat, du vieux parti et de la société civile tout entière dont les repères s’effilochent en même temps que s’obscurcirent les perspectives de l’avenir…

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 19/11/2013 - 13:31
Ils remettent au "pouvoir" un type vieux et malade
comment peut-on diriger, objectivement, un pays quand on est vieux et malade ? à part profiter des avantages sans rien faire et se faire soigner gratuitement en France.
charlesingalls64
- 18/11/2013 - 12:43
L'Algérie est au point mort depuis 1962.
Et le restera.

Hydra
- 18/11/2013 - 09:42
Ah La France !
Pourquoi était-elle partie d'Algérie ?
Franchement, à choisir la France vaut mille fois toutes les dictatures qu'on a vu en Algérie !
Si c'était à refaire je voterais NON à l'indépendance !
Les gens sont malheureux en Algérie !
Les jeunes algériens veulent tous fuir de ce pays pourtant chéri !
Honte à vous voleurs "dirigeants" !