En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 31 min 48 sec
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 3 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 7 heures 17 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 23 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 47 min 4 sec
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 6 heures 55 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 22 heures 56 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 23 heures 40 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 1 jour 28 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
"Quand on ne respecte plus le président, on ne respecte plus les institutions, la représentation nationale et les partis républicains."
© Reuters
"Quand on ne respecte plus le président, on ne respecte plus les institutions, la représentation nationale et les partis républicains."
Abysse

Date limite d'utilisation : à quel seuil d'impopularité François Hollande perdrait-il totalement la légitimité tirée de son élection ?

Publié le 15 novembre 2013
La cote de popularité de François Hollande a chuté à 15% selon un sondage YouGov, posant sérieusement la question de la légitimité du chef de l'État.
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cote de popularité de François Hollande a chuté à 15% selon un sondage YouGov, posant sérieusement la question de la légitimité du chef de l'État.

>>> A lire également : La chute libre : à 15% de popularité, François Hollande est-il encore loin du seuil de la paralysie totale ?

Atlantico : Selon un sondage YouGov pour i>Télé et le Huffington Post, la cote de popularité de François Hollande est de 15 %. A partir de quel seuil d'impopularité la légitimité du chef de l'État peut ou doit être remise en cause ?

Christian Delporte : La légitimité d’un président de la République, quel qu’il soit, repose sur le suffrage universel et non sur une opinion mesurée par des sondages. Si la forte impopularité révélée par les enquêtes d’opinion avaient dû entraîner le retrait du chef de l’Etat, tous les derniers présidents auraient démissionné : Mitterrand, Chirac comme Sarkozy. Le respect des règles constitutionnelles sont le gage de la démocratie. 

On peut évidemment préférer le régime des soviets où "les masses" déterminaient "la tenue et le rythme des élections" (Lénine) et où les électeurs avaient le droit de révoquer leurs élus ! On peut revenir à la Constitution de l’An I (1793), sous la Terreur (texte d’ailleurs jamais appliqué) où les électeurs pouvaient récuser des lois dont ils contestaient la légitimité ! C’est un choix. Mais nous sommes sous la Ve République.

De Gaulle, en l’instituant, avait prévu un système électoral majoritaire, précisément pour éviter l’instabilité politique. Tant que Hollande disposera d’une majorité à l’Assemblée (et sauf si – c’est peu probable- il décide de la dissoudre), il pourra gouverner. Bien sûr, des circonstances particulières pourraient le pousser au départ. Souvenons-nous qu’en 1968 De Gaulle lui-même avait pensé à la démission (et Mitterrand avait même proclamé la "vacance" du pouvoir). Bref, la question n’est pas celle de la légitimité mais de la possibilité politique de gouverner.

Quels types de problèmes la remise en cause de la légitimité du président de la République poserait-elle ?

En mettant en cause la légitimité d’un chef de l’Etat, c’est tout l’équilibre des institutions de la Ve République et du pacte républicain qui serait atteint. Quand on ne respecte plus le Président, on ne respecte plus les institutions, la représentation nationale, les partis républicains. Un climat de désobéissance à la loi, d’anarchie, d’atmosphère insurrectionnelle est toujours favorable à la montée des extrémismes.

Et puis, pensons aux effets à long terme. Pourquoi faire des élections si IPSOS, IFOP ou CSA se substituent à la souveraineté du peuple exprimée par le vote ? La crainte de l’impopularité, pour les gouvernants, serait la porte ouverte à la démagogie et l’impossibilité, pour toujours, de faire des choix courageux pour l’avenir du pays.

Quel que soit le niveau d'impopularité de François Hollande, il peut rester en fonction. Dans d'autres grandes démocraties, le Parlement a un pouvoir de contrôle sur la tête de l'exécutif. C'est le cas notamment en Grande-Bretagne ou aux États-Unis avec la mesure d'impeachment. Peut-on considérer cette carence comme un trou noir des institutions françaises ?

Depuis janvier 2012 et l’adoption par le Parlement de la révision constitutionnelle sur le statut du président de la République, il existe une forme d’impeachment, de mise en accusation à la française. Le chef de l’Etat peut être poursuivi pour "manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat", dans un cadre public, mais aussi privé.

Une telle procédure peut conduire à sa destitution, à condition qu’elle soit prononcée par les deux-tiers des juges de la Haute Cour. Le manquement aux devoirs est une notion à la fois large et floue. Mais, sauf accusation de haute trahison, de corruption ou de faits de mœurs graves, on voit mal comment des parlementaires pourraient poursuivre un chef de l’Etat.

Certains analystes conseillent à François Hollande de devenir un président non plus qui gouverne mais qui arbitre. Qu'est-ce que cela signifie ? Doit-il prendre de la hauteur, rendre sa parole rare, n'intervenir que sur les grands sujets ? Ce scenario est-il vraiment crédible aujourd'hui ?

La logique du quinquennat est implacable : il est le chef d’une majorité, un super-Premier ministre et, à ce titre, il est sur tous les fronts. L’équilibre voulu par De Gaulle en 1958 n’existe plus. Aujourd’hui le Premier ministre ne protège plus le président de la République : c’était vrai avec Fillon/Sarkozy, ça l’est aussi avec Ayrault/Hollande.

Le Président-arbitre, à la parole rare, fixant le cap, tandis que le Premier ministre s’attelle au quotidien et prend les coups, c’est le schéma que Hollande avait en tête en arrivant à l’Elysée. C’est aussi –surtout- ce qu’il mettait derrière sa formule de la "présidence normale". Il s’est vite aperçu que, surtout en temps de crise, il n’était pas pertinent.

Il pourra changer l’hôte de Matignon, y mettre un dur ou un mou, un fidèle ou un contestataire, cela ne modifiera en rien cette impitoyable logique des institutions nouvelles. En 2017, s’il se représente, c’est lui que les Français jugeront, c’est lui qui assumera entièrement le bilan.

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (62)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ecureuil
- 16/11/2013 - 19:00
Video supprimée
@ Bienconscient5454

Bonjour,

La vidéo que vous nous indiquez sur Youtube et référencée "http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9IiB850OC_l" semble avoir été supprimée par Youtube.
Voyez-vous un autre moyen d'y accéder ?

Je vous remercie d'avance de vos bons conseils.

Ecureuil.
nok
- 16/11/2013 - 18:18
A GML
Votre point n'est pas le mien Gérer des comptes - bancaires n'ont à voir avec la gestion de la France. Et quand on est politique, on a plus de facilité de faire prospérer son patrimoine, se référer à Cahuzac !
Maintenant, Hollande a été élu car il y a eu 52 % d'idiots qui n'ont fait fonctionné leur cérébral et n'ont pas détecté la fourberie de bon gros, (je ne suis pas tombé dans le piège)
En conclusion, notre bon gros est en très mauvaise posture et il ne lui sera impossible de renverser la situation, effectivement il va y avoir les élections et peu de français vont voter à gauche, entre 10 à 14 % pas plus !
rmgl
- 16/11/2013 - 16:12
FH sait parfaitement ce qu'il
FH sait parfaitement ce qu'il dit et fait. Il possède un ou plusieurs solides comptes bancaires donc il sait gérer.
Ces quelques points parmi d'autres prouvent une intelligence hors du commun car nul n'a été capable d'endormir tout un peuple comme lui et les siens.
Faire le bête et le faible, démontre un homme hors du commun car avec sa mollesse il se prépare une bonne retraite payée par les contribuables, voitures de fonction, secrétaires, téléphone gratuit, colloques à Capri…etc. et à vie. Des Français, lui et les siens il n'en ont rien à cirer.
Conclusion, lors des prochaines élections les socialistes seront encore au pouvoir.