En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 7 heures 51 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 10 heures 32 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 13 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 17 heures 8 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 10 heures 13 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 11 heures 18 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 13 heures 50 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 14 heures 12 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 18 heures 46 min
Cure de désintox

Dépenses publiques : la France, accro à ses déficits

Publié le 03 mai 2011
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.

Nos gouvernements se sont tous révélés des drogués des déficits au cours des dernières décennies : c’est simple, le dernier budget en équilibre remonte à 1975. Pour assouvir son vice, un héroïnomane doit voler le prix de sa dose. Pour un élu, il suffit d’emprunter l’argent manquant sur les marchés de capitaux abondants, limitant la montée des impôts à une douleur tolérable. Ce paradis artificiel touche à sa fin. Le coup de semonce des agences de notation, qui ont mis sous surveillance négative les dettes américaines et japonaises, est de mauvais augure pour les prochains exercices budgétaires de notre pays.

La menace du défaut de paiement

La simple observation de nos déficits confirme une chose : le gouvernement vit très largement au-dessus de nos moyens. En face de recettes de 275 milliards d’euros en 2010, il a dépensé 452,7 milliards d’euros. Soit un déficit de 54 % de ses revenus (c’est-à-dire un « modeste » déficit de 7,7 % du PIB, montant bien moins vertigineux mais peu significatif). Imaginons un ménage qui gagne 3000 euros par mois, en dépense 4620 tous les mois, alors qu’il a déjà une dette de 208 000 euros sur le dos. On imagine difficilement une banque accepter de financer ce découvert colossal et permanent. C’est pourtant le terrible déséquilibre que nos politiques font subir à notre pays.

C’est sous la contrainte que notre classe politique va devoir se désintoxiquer et apprendre à vivre avec des budgets excédentaires. Car le principal défaut de la social-démocratie, c’est que l’argent des autres finit toujours par s’épuiser (« socialism works just fine until you run out of people's money », comme disait Margaret Thatcher).

Dans une cure de désintoxication, c’est la volonté qui prime avant tout ! On devine que c’est une démarche difficile, une responsabilité de tous les instants, où repousser l’effort ne fait qu’empirer la situation. Ce n’est pas la voie empruntée à ce jour par la majorité au pouvoir, ni par l’opposition, assez effrontée pour affirmer que « La question de la réduction des déficits n'est pas une question de règle mais de volonté politique ». Amusant d’entendre pareille leçon de ceux dont le programme pour 2012 nous assure, s’il est mis en œuvre, une dégradation brutale de la note financière de notre dette nationale. L’UMP veut soudain fixer une « règle d’or » qu’elle a été incapable de respecter pendant les 9 dernières années. Graver dans le marbre l’interdiction des déficits publics délivrera-t-il le gouvernement de sa tentation déficitaire ? Rien n’est moins sûr.

L’État a eu jusqu’ici la capacité d’emprunter cet argent sur les marchés financiers. Mais sa position autant dominatrice (un État fait rarement faillite car il peut toujours saisir l’épargne de ses citoyens) que réglementaire (les normes prudentielles rendent la détention de dette publique quasi obligatoire, sinon lourdement incitée pour les assureurs, les banques et une bonne part de l’épargne individuelle) est en train de faiblir. L’exemple grec est suivi de près par tous les acteurs des marchés de capitaux. La renégociation de plus en plus probable de la dette grecque promet d’émettre un message simple : dorénavant, un gouvernement de l’Union européenne peut être amené au défaut de paiement. Et si l’Irlande et le Portugal suivent, on ne se bousculera plus au portillon pour prêter à la France. Sa notation et ses taux d’emprunt se dégraderont.

La constitution, bouc émissaire ?

Le choix de modifier (une fois de plus) la constitution constitue surtout une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités. Au lieu d’annoncer un plan de retour à l’équilibre, s’appuyant sur l’idée simple de ne pas dépenser plus qu’on ne gagne, on imagine bien qu’un ministre préférera défendre un plan de rigueur en s’appuyant sur ce « maudit changement constitutionnel qu’il faut hélas respecter ». On imagine déjà le discours de la gauche si elle arrive au pouvoir en 2012. Elle pestera sur le dos de la droite psychorigide qui lui a imposé ce carcan idiot, pour mieux imposer les mesures douloureuses que la droite n’a jamais eu le courage de mettre en œuvre.

Détail qui a son importance, la limitation concerne exclusivement les dépenses courantes, pas les investissements. La frontière étant plus que perméable, les acrobaties budgétaires reprendront de plus belle à l’approche d’élections importantes. Nous savons que sans effort de volonté, le junkie trouve toujours un moyen d’avoir sa dose. Et la gauche, comme la droite, est accroc à cette drogue dure des déficits publics. Que voulez-vous, les deux camps sont extrêmement généreux avec notre argent. Les déficits ne disparaîtront pas, ils seront plus insidieux.

Il me parait important d’inscrire la réduction de la dépense publique dans un vrai projet de société pour les 10 ou 15 ans à venir. Les grands exemples de remise en état des finances publiques (et de l’économie, l’une ne va pas sans l’autre) sont le fait de personnalités politiques qui ne défendaient pas une baisse subie, mais choisie des dépenses publiques. Il est temps de voir émerger une nouvelle ambition politique en France, au service d’un projet de société ouverte sur le monde, libérée de ses entraves actuelles et du poids de notre Etat nounou. Nous ne résoudrons pas la question des déficits chroniques par la loi, par des ajustements comptables. Nous rembourserons notre dette en offrant des perspectives aux Français.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
breizh06
- 05/05/2011 - 09:44
Keep Cool (@LouisArmand)
Vous pouvez déjà anticiper une hausse majeure des impôts de succession, de la TVA, etc.. En 2012 on aura le choix entre l'étranglement par la droite ou par la gauche, mais avec les mêmes conséquences.

On peut rester en France avec l’option Free-Rider:
– un petit boulot déclaré
– un maximum de travail au noir
– des échanges de biens et services en direct
et ne pas se faire prendre par les Kapos.

LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:12
Ce n'est pas ma dette ! (suite 4)
Dans la vie, il est possible de refuser un héritage quand il représente trop de dettes. Du point de vu moral celà se comprend : on ne peut pas demander de payer ainsi des dettes d'un autre poour la seule raison qu'on en hérite.
Eh bien, au nom de ce principe, je ne vois pourquoi je ne peux refuser cette dette laissée par la génération précédente !
LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:08
Ce n'est pas ma dette ! (suite 3)
Cette lucidité pour les retraites (souvent dans un humour noir) et ces départs à l'étranger, je les mesure dans mon propre entourage. En tous cas, clairement ils n'ont aucune envie de payer les dépenses irreponsables de leurs ainés !