En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 31 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 26 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 58 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 39 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 24 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 38 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 2 min
Cure de désintox

Dépenses publiques : la France, accro à ses déficits

Publié le 03 mai 2011
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.

Nos gouvernements se sont tous révélés des drogués des déficits au cours des dernières décennies : c’est simple, le dernier budget en équilibre remonte à 1975. Pour assouvir son vice, un héroïnomane doit voler le prix de sa dose. Pour un élu, il suffit d’emprunter l’argent manquant sur les marchés de capitaux abondants, limitant la montée des impôts à une douleur tolérable. Ce paradis artificiel touche à sa fin. Le coup de semonce des agences de notation, qui ont mis sous surveillance négative les dettes américaines et japonaises, est de mauvais augure pour les prochains exercices budgétaires de notre pays.

La menace du défaut de paiement

La simple observation de nos déficits confirme une chose : le gouvernement vit très largement au-dessus de nos moyens. En face de recettes de 275 milliards d’euros en 2010, il a dépensé 452,7 milliards d’euros. Soit un déficit de 54 % de ses revenus (c’est-à-dire un « modeste » déficit de 7,7 % du PIB, montant bien moins vertigineux mais peu significatif). Imaginons un ménage qui gagne 3000 euros par mois, en dépense 4620 tous les mois, alors qu’il a déjà une dette de 208 000 euros sur le dos. On imagine difficilement une banque accepter de financer ce découvert colossal et permanent. C’est pourtant le terrible déséquilibre que nos politiques font subir à notre pays.

C’est sous la contrainte que notre classe politique va devoir se désintoxiquer et apprendre à vivre avec des budgets excédentaires. Car le principal défaut de la social-démocratie, c’est que l’argent des autres finit toujours par s’épuiser (« socialism works just fine until you run out of people's money », comme disait Margaret Thatcher).

Dans une cure de désintoxication, c’est la volonté qui prime avant tout ! On devine que c’est une démarche difficile, une responsabilité de tous les instants, où repousser l’effort ne fait qu’empirer la situation. Ce n’est pas la voie empruntée à ce jour par la majorité au pouvoir, ni par l’opposition, assez effrontée pour affirmer que « La question de la réduction des déficits n'est pas une question de règle mais de volonté politique ». Amusant d’entendre pareille leçon de ceux dont le programme pour 2012 nous assure, s’il est mis en œuvre, une dégradation brutale de la note financière de notre dette nationale. L’UMP veut soudain fixer une « règle d’or » qu’elle a été incapable de respecter pendant les 9 dernières années. Graver dans le marbre l’interdiction des déficits publics délivrera-t-il le gouvernement de sa tentation déficitaire ? Rien n’est moins sûr.

L’État a eu jusqu’ici la capacité d’emprunter cet argent sur les marchés financiers. Mais sa position autant dominatrice (un État fait rarement faillite car il peut toujours saisir l’épargne de ses citoyens) que réglementaire (les normes prudentielles rendent la détention de dette publique quasi obligatoire, sinon lourdement incitée pour les assureurs, les banques et une bonne part de l’épargne individuelle) est en train de faiblir. L’exemple grec est suivi de près par tous les acteurs des marchés de capitaux. La renégociation de plus en plus probable de la dette grecque promet d’émettre un message simple : dorénavant, un gouvernement de l’Union européenne peut être amené au défaut de paiement. Et si l’Irlande et le Portugal suivent, on ne se bousculera plus au portillon pour prêter à la France. Sa notation et ses taux d’emprunt se dégraderont.

La constitution, bouc émissaire ?

Le choix de modifier (une fois de plus) la constitution constitue surtout une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités. Au lieu d’annoncer un plan de retour à l’équilibre, s’appuyant sur l’idée simple de ne pas dépenser plus qu’on ne gagne, on imagine bien qu’un ministre préférera défendre un plan de rigueur en s’appuyant sur ce « maudit changement constitutionnel qu’il faut hélas respecter ». On imagine déjà le discours de la gauche si elle arrive au pouvoir en 2012. Elle pestera sur le dos de la droite psychorigide qui lui a imposé ce carcan idiot, pour mieux imposer les mesures douloureuses que la droite n’a jamais eu le courage de mettre en œuvre.

Détail qui a son importance, la limitation concerne exclusivement les dépenses courantes, pas les investissements. La frontière étant plus que perméable, les acrobaties budgétaires reprendront de plus belle à l’approche d’élections importantes. Nous savons que sans effort de volonté, le junkie trouve toujours un moyen d’avoir sa dose. Et la gauche, comme la droite, est accroc à cette drogue dure des déficits publics. Que voulez-vous, les deux camps sont extrêmement généreux avec notre argent. Les déficits ne disparaîtront pas, ils seront plus insidieux.

Il me parait important d’inscrire la réduction de la dépense publique dans un vrai projet de société pour les 10 ou 15 ans à venir. Les grands exemples de remise en état des finances publiques (et de l’économie, l’une ne va pas sans l’autre) sont le fait de personnalités politiques qui ne défendaient pas une baisse subie, mais choisie des dépenses publiques. Il est temps de voir émerger une nouvelle ambition politique en France, au service d’un projet de société ouverte sur le monde, libérée de ses entraves actuelles et du poids de notre Etat nounou. Nous ne résoudrons pas la question des déficits chroniques par la loi, par des ajustements comptables. Nous rembourserons notre dette en offrant des perspectives aux Français.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
breizh06
- 05/05/2011 - 09:44
Keep Cool (@LouisArmand)
Vous pouvez déjà anticiper une hausse majeure des impôts de succession, de la TVA, etc.. En 2012 on aura le choix entre l'étranglement par la droite ou par la gauche, mais avec les mêmes conséquences.

On peut rester en France avec l’option Free-Rider:
– un petit boulot déclaré
– un maximum de travail au noir
– des échanges de biens et services en direct
et ne pas se faire prendre par les Kapos.

LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:12
Ce n'est pas ma dette ! (suite 4)
Dans la vie, il est possible de refuser un héritage quand il représente trop de dettes. Du point de vu moral celà se comprend : on ne peut pas demander de payer ainsi des dettes d'un autre poour la seule raison qu'on en hérite.
Eh bien, au nom de ce principe, je ne vois pourquoi je ne peux refuser cette dette laissée par la génération précédente !
LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:08
Ce n'est pas ma dette ! (suite 3)
Cette lucidité pour les retraites (souvent dans un humour noir) et ces départs à l'étranger, je les mesure dans mon propre entourage. En tous cas, clairement ils n'ont aucune envie de payer les dépenses irreponsables de leurs ainés !