En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 8 min 3 sec
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 1 heure 51 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 1 heure 31 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 3 heures 39 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 17 heures 21 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 18 heures 17 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 20 heures 18 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 31 min 58 sec
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 2 heures 40 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 16 heures 11 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 17 heures 35 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 19 heures 45 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 20 heures 30 min
Cure de désintox

Dépenses publiques : la France, accro à ses déficits

Publié le 03 mai 2011
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés examinent ce mardi le texte sur la maitrise des dépenses publiques qui vise à inscrire ce principe dans la Constitution. "Une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités" selon Aurélien Véron, Président du Parti libéral démocrate.

Nos gouvernements se sont tous révélés des drogués des déficits au cours des dernières décennies : c’est simple, le dernier budget en équilibre remonte à 1975. Pour assouvir son vice, un héroïnomane doit voler le prix de sa dose. Pour un élu, il suffit d’emprunter l’argent manquant sur les marchés de capitaux abondants, limitant la montée des impôts à une douleur tolérable. Ce paradis artificiel touche à sa fin. Le coup de semonce des agences de notation, qui ont mis sous surveillance négative les dettes américaines et japonaises, est de mauvais augure pour les prochains exercices budgétaires de notre pays.

La menace du défaut de paiement

La simple observation de nos déficits confirme une chose : le gouvernement vit très largement au-dessus de nos moyens. En face de recettes de 275 milliards d’euros en 2010, il a dépensé 452,7 milliards d’euros. Soit un déficit de 54 % de ses revenus (c’est-à-dire un « modeste » déficit de 7,7 % du PIB, montant bien moins vertigineux mais peu significatif). Imaginons un ménage qui gagne 3000 euros par mois, en dépense 4620 tous les mois, alors qu’il a déjà une dette de 208 000 euros sur le dos. On imagine difficilement une banque accepter de financer ce découvert colossal et permanent. C’est pourtant le terrible déséquilibre que nos politiques font subir à notre pays.

C’est sous la contrainte que notre classe politique va devoir se désintoxiquer et apprendre à vivre avec des budgets excédentaires. Car le principal défaut de la social-démocratie, c’est que l’argent des autres finit toujours par s’épuiser (« socialism works just fine until you run out of people's money », comme disait Margaret Thatcher).

Dans une cure de désintoxication, c’est la volonté qui prime avant tout ! On devine que c’est une démarche difficile, une responsabilité de tous les instants, où repousser l’effort ne fait qu’empirer la situation. Ce n’est pas la voie empruntée à ce jour par la majorité au pouvoir, ni par l’opposition, assez effrontée pour affirmer que « La question de la réduction des déficits n'est pas une question de règle mais de volonté politique ». Amusant d’entendre pareille leçon de ceux dont le programme pour 2012 nous assure, s’il est mis en œuvre, une dégradation brutale de la note financière de notre dette nationale. L’UMP veut soudain fixer une « règle d’or » qu’elle a été incapable de respecter pendant les 9 dernières années. Graver dans le marbre l’interdiction des déficits publics délivrera-t-il le gouvernement de sa tentation déficitaire ? Rien n’est moins sûr.

L’État a eu jusqu’ici la capacité d’emprunter cet argent sur les marchés financiers. Mais sa position autant dominatrice (un État fait rarement faillite car il peut toujours saisir l’épargne de ses citoyens) que réglementaire (les normes prudentielles rendent la détention de dette publique quasi obligatoire, sinon lourdement incitée pour les assureurs, les banques et une bonne part de l’épargne individuelle) est en train de faiblir. L’exemple grec est suivi de près par tous les acteurs des marchés de capitaux. La renégociation de plus en plus probable de la dette grecque promet d’émettre un message simple : dorénavant, un gouvernement de l’Union européenne peut être amené au défaut de paiement. Et si l’Irlande et le Portugal suivent, on ne se bousculera plus au portillon pour prêter à la France. Sa notation et ses taux d’emprunt se dégraderont.

La constitution, bouc émissaire ?

Le choix de modifier (une fois de plus) la constitution constitue surtout une occasion, pour nos politiques, de se défiler de leurs propres responsabilités. Au lieu d’annoncer un plan de retour à l’équilibre, s’appuyant sur l’idée simple de ne pas dépenser plus qu’on ne gagne, on imagine bien qu’un ministre préférera défendre un plan de rigueur en s’appuyant sur ce « maudit changement constitutionnel qu’il faut hélas respecter ». On imagine déjà le discours de la gauche si elle arrive au pouvoir en 2012. Elle pestera sur le dos de la droite psychorigide qui lui a imposé ce carcan idiot, pour mieux imposer les mesures douloureuses que la droite n’a jamais eu le courage de mettre en œuvre.

Détail qui a son importance, la limitation concerne exclusivement les dépenses courantes, pas les investissements. La frontière étant plus que perméable, les acrobaties budgétaires reprendront de plus belle à l’approche d’élections importantes. Nous savons que sans effort de volonté, le junkie trouve toujours un moyen d’avoir sa dose. Et la gauche, comme la droite, est accroc à cette drogue dure des déficits publics. Que voulez-vous, les deux camps sont extrêmement généreux avec notre argent. Les déficits ne disparaîtront pas, ils seront plus insidieux.

Il me parait important d’inscrire la réduction de la dépense publique dans un vrai projet de société pour les 10 ou 15 ans à venir. Les grands exemples de remise en état des finances publiques (et de l’économie, l’une ne va pas sans l’autre) sont le fait de personnalités politiques qui ne défendaient pas une baisse subie, mais choisie des dépenses publiques. Il est temps de voir émerger une nouvelle ambition politique en France, au service d’un projet de société ouverte sur le monde, libérée de ses entraves actuelles et du poids de notre Etat nounou. Nous ne résoudrons pas la question des déficits chroniques par la loi, par des ajustements comptables. Nous rembourserons notre dette en offrant des perspectives aux Français.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
breizh06
- 05/05/2011 - 09:44
Keep Cool (@LouisArmand)
Vous pouvez déjà anticiper une hausse majeure des impôts de succession, de la TVA, etc.. En 2012 on aura le choix entre l'étranglement par la droite ou par la gauche, mais avec les mêmes conséquences.

On peut rester en France avec l’option Free-Rider:
– un petit boulot déclaré
– un maximum de travail au noir
– des échanges de biens et services en direct
et ne pas se faire prendre par les Kapos.

LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:12
Ce n'est pas ma dette ! (suite 4)
Dans la vie, il est possible de refuser un héritage quand il représente trop de dettes. Du point de vu moral celà se comprend : on ne peut pas demander de payer ainsi des dettes d'un autre poour la seule raison qu'on en hérite.
Eh bien, au nom de ce principe, je ne vois pourquoi je ne peux refuser cette dette laissée par la génération précédente !
LouisArmandCremet
- 03/05/2011 - 16:08
Ce n'est pas ma dette ! (suite 3)
Cette lucidité pour les retraites (souvent dans un humour noir) et ces départs à l'étranger, je les mesure dans mon propre entourage. En tous cas, clairement ils n'ont aucune envie de payer les dépenses irreponsables de leurs ainés !