En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

02.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

03.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 56 sec
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 14 heures 27 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 15 heures 36 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 17 heures 16 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 19 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 1 jour 50 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 26 min 7 sec
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 1 heure 18 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 14 heures 51 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 15 heures 53 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 17 heures 49 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 20 heures 14 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 21 heures 5 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 1 jour 23 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 1 jour 1 heure
© DR
Les séries TV participent à notre socialisation.
© DR
Les séries TV participent à notre socialisation.
Bonnes feuilles

De "Plus belle la vie" à "Mad Men", quels sont les mécanismes qui rendent accro aux séries télévisées ?

Publié le 16 novembre 2013
Aurélie Blot décrypte des séries télévisées à travers leurs héros les plus emblématiques afin de mieux comprendre comment les producteurs rendent les spectateurs accros à Monica, Dexter, Lynette Scavo ou à Dr House. Extrait de "Héros en séries... Et si c'était nous ?" (1/2)
Aurélie Blot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de civilisation américaine contemporaine, Aurélie Blot est l'auteur de 50 ans de sitcoms américaines décryptées : de "I Love Lucy" à "Desperate Housewives".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélie Blot décrypte des séries télévisées à travers leurs héros les plus emblématiques afin de mieux comprendre comment les producteurs rendent les spectateurs accros à Monica, Dexter, Lynette Scavo ou à Dr House. Extrait de "Héros en séries... Et si c'était nous ?" (1/2)

À la fin des années 1990, alors que le succès de Friends bat son plein aux États-Unis, un phénomène curieux s’empare des salons de coiffure. De plus en plus de jeunes femmes demandent la « coupe Rachel », ce dégradé légèrement gonflé qu’arbore dans la série le personnage de Rachel Green joué par Jennifer Aniston. Incontournable effet de mode, la nouvelle coiffure de la jeune femme devient culte jusqu’à envahir les rues de toutes les grandes villes américaines. Élue meilleure coiffure de l’année de 1995 à 2001 aux États-Unis, la coupe Rachel serait selon les médias « la coupe de cheveux la plus influente de tous les temps ». Elle a d’ailleurs traversé les frontières puisqu’elle fut également arborée par de nombreuses Françaises. Cette anecdote qui peut faire sourire en dit long sur l’influence des séries dans notre quotidien.

La coupe Rachel marquera les prémices d’un phénomène dont la mode vestimentaire va très vite s’emparer. Les grandes marques vont se féliciter de l’engouement des téléspectatrices pour certaines séries, tels les créateurs de chaussures de luxe Jimmy Choo et Manolo Blahnik qui, on l’a vu, doivent beaucoup au succès de Sex and the City et au déhanché de Sarah Jessica Parker. Depuis 2004, les vêtements de grandes marques portés par les actrices de Desperate Housewives sont répertoriés et mis en vente sur le site Internet SeenON! de ABC. Avec ce site, la chaîne ABC dévoile un but commercial à peine caché, les marques et les prix de l’ensemble des articles étant stipulés. Cependant, seules quelques admiratrices de la série particulièrement fortunées pourraient s’offrir les tenues de Bree Van de Kamp ou Gabrielle Solis.

Il semblerait que, plus qu’un site commercial, SeenON! permette surtout de prolonger le rêve, comme on rêve devant la vitrine d’un magasin.

Plus récemment, c’est Mad Men qui s’est invitée dans nos garde-robes. Cette série qui a pour cadre le New York des années 1960 a remis au goût du jour les jupes crayons, les talons aiguilles et autres accessoires vintage. Les hommes ne sont pas en reste puisque le costume et la chevelure gominée façon Don Draper font également leur petit effet sur les podiums et dans les pages des magazines. De nombreux ouvrages ont été publiés pour plébisciter le lifestyle Mad Men, et des articles dans la presse féminine ont mis en avant le personnage de la belle Joan Harris pour appeler à un retour aux rondeurs féminines assumées.

La mode se voulant éphémère, les références vestimentaires aux séries changent au fil des saisons. Ces derniers mois, c’est Girls qui a remporté un vif succès. Pour ressembler à son personnage favori de la série, un seul mot d’ordre : s’assumer telle que l’on est.

Cette technique de rapprochement induit une volonté des réalisateurs de séries de brouiller la frontière entre la réalité et la fiction. Nous l’avons vu, les personnages nous accompagnent au quotidien à travers des expressions, des gestes ou encore des réactions que nous allons reproduire. Alors qu’il y a encore quelques années nous prenions pour exemples les acteurs de cinéma, il semble qu’aujourd’hui les personnages de séries aient la part belle. Qu’on le veuille ou non, notre monde est empli de références « sérielles » visuelles et langagières.

De même, il est rare que lors d’une soirée entre amis les séries ne soient pas évoquées. Désormais, il y a toujours un moment où quelqu’un demande : « Quelle série regardez-vous en ce moment? », « Tu as vu le dernier épisode de Dexter ? »… Ou s’insurge : « Comment? Tu ne regardes pas Dr House! »

Tous ces phénomènes révèlent l’emprise des séries télévisées sur notre quotidien : nous parlons des séries parce que nous les aimons, parce que cela nous intéresse, mais aussi et surtout parce que c’est fédérateur. Elles participent à notre socialisation. Regarder une série, c’est communiquer, échanger, converser, partager. Les nombreux forums qui leur sont dédiés en sont l’exemple le plus probant : les téléspectateurs s’expriment tour à tour sur une intrigue ou la réaction d’un personnage, permettant ainsi à la série de persister dans le temps, en dehors de sa diffusion. En somme dans notre réalité.

C’est le cas de Plus belle la vie, qui tient en haleine près de cinq millions de téléspectateurs chaque soir depuis 2004. Une longévité que la série française doit à sa simultanéité avec le quotidien des téléspectateurs. En faisant évoluer les personnages au même rythme que nous et en suivant l’actualité au jour le jour, les scénaristes créent un sentiment de cohésion très fort, les personnages devenant des compagnons de vie. Le mariage gay entre Thomas, le serveur du Mistral, et Gabriel, le médecin, qui a eu lieu le 12 juillet 2013, illustre particulièrement ce procédé. L’intrigue faisant écho à l’actualité puisque le lendemain du tournage de l’épisode se célébrait à Montpellier le premier mariage gay, bien réel celui-ci. Une fois de plus, Plus belle la vie laisse filtrer l’actualité pour le plus grand bonheur de ses téléspectateurs. En prétendant vivre notre quotidien, les personnages nous apparaissent plus réalistes encore. Une proximité avec les héros entretenue par les producteurs et France 3 grâce à des forums sur lesquels les téléspectateurs peuvent converser non pas avec les acteurs mais avec les personnages ! Ainsi, ce n’est pas à Anne Décis que nous nous adressons mais à Luna Torres, cette jeune femme qui nous fait rire et nous émeut parfois, à l’instar d’une amie. Ce brouillage des repères entre fiction et réalité engendre un lien solide et induit une véritable addiction du téléspectateur envers la série. Aussi parce qu’ils se nourrissent de nos émotions pour étoffer leur personnalité et parce que nous reproduisons inconsciemment leurs réactions dans notre quotidien, quand nous ne nous en inspirons pas. Et qu’on le nomme identification, connexion, attachement ou projection, ce phénomène nous rappelle chaque jour un peu plus que ces personnages ne sont ni plus ni moins qu’une représentation de notre humanité. Parce que, au fond, ces héros, c’est nous.

Extrait de "Héros en séries... Et si c'était nous ?", Aurélie Blot (Plon Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sam75
- 17/11/2013 - 09:22
Plus belle la vie
Etre accro de cette daube bien pensante et nullissime, il faut etre un peu limite du bulbe.
Occidentale
- 16/11/2013 - 20:03
En rupture de ce qui se fait,
souvent tendues psychologiquement, avec art,
Les séries sur Arte
tubixray
- 16/11/2013 - 19:01
sous produit bas de gamme
Avis très personnel mais pour moi une série télé est un sous produit du cinéma au même titre que la techno ou le rap est un sous produit de la musique.
Bon allez j'ai déjà regardé plusieurs épisodes de: Mr Bean, Dr House, les comptes de la crypte...