En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
"La France se vide de ses "Bac+10" et se remplit de "Bac-10".
Les rats quittent le navire
Le nouveau visage de l'exil fiscal, celui des classes moyennes supérieures qui partent dans d'autres pays européens
Publié le 12 novembre 2013
Grande-Bretagne, Belgique, Italie, Suisse et plus récemment Portugal. Aujourd'hui, l'exil ne se veut plus uniquement fiscal et c'est tout un pan d'une France aisée, éduquée, entreprenante, vertueuse dans la dépense et motivée par le travail qui s'exile (première partie).
François Tripet est avocat fiscaliste.Avocat au Barreau de Paris depuis 1978, il est essentiellement un " patrimonialiste international " qui, avec son équipe, apporte son concours et son assistance à plus d'un millier de familles réparties sur les cinq...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Tripet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Tripet est avocat fiscaliste.Avocat au Barreau de Paris depuis 1978, il est essentiellement un " patrimonialiste international " qui, avec son équipe, apporte son concours et son assistance à plus d'un millier de familles réparties sur les cinq...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grande-Bretagne, Belgique, Italie, Suisse et plus récemment Portugal. Aujourd'hui, l'exil ne se veut plus uniquement fiscal et c'est tout un pan d'une France aisée, éduquée, entreprenante, vertueuse dans la dépense et motivée par le travail qui s'exile (première partie).

Les raisons qui poussent les exilés à partir sont le plus souvent dictées par un environnement fiscal délirant qu'aucun politique n'a le courage de réformer. De ce point de vue, certains pays d'Europe paraissent attractifs. Les motifs qui ne feront pas revenir les exilés sont profondément ancrés dans notre paysage national. Résultat, la France se vide de ses "Bac+10" et se remplit de "Bac-10".

Le Syndicat des Impôts vient de déclarer que les exilés ont un impact marginal sur l'économie, faisant écho au ministre des Finances qui chiffre à moins de 1000 par an les contribuables soumis à l'ISF qui s'exilent . Cela rappelle Honecker qui, voyant s'enfuir des milliers de ses compatriotes par les brèches hongroise et autrichienne quelques mois avant la chute du mur de Berlin, déclarait : "nous ne verserons pas une larme pour eux" . La première vertu des gouvernants, en matière fiscale, est l'aveuglement. En 2000 ans d'histoire, on ne trouvera guère que Ciceron, Sully, Montaigne et Necker qui aient fait preuve de lucidité fiscale. Depuis cinq ans, la France vit une hémorragie sans précédant que nombre de médias complaisants s'efforcent de nier avec une application toute scolaire.

Mais revenons d'abord aux définitions car on confond trop souvent  "exilés", "expatriés" et "émigrés".

  • L'expatrié est celui à qui l'on ordonne de s'installer à l'étranger : sa présence permet de relayer la France sur les théâtres d'opération extérieurs où se nouent les valeurs ajoutées.

  • L'émigré est celui qui s'en va, faute de trouver un travail dans son pays : il maintient le contact avec la métropole, y revient souvent à l'âge de la retraite quoique de plus en plus d'émigrés deviennent des exilés (Les Kennedy ont fuit l'Irlande affamée...pour ne plus y revenir !).

  • L'exilé est celui que les lois de son pays contraignent à partir : juifs d'Espagne en 1492, huguenots français en 1685 ou Rothschid en 1981. L'exilé fait la fortune du pays d'accueil et le déclin du pays intolérant. Ce constat historique ne souffre pas d'exception. Dans le cas de la France, on assiste depuis 2005 à une augmentation significative des exilés et, depuis 2011, à une prodigieuse accélération du nombre des émigrés .


En Europe, les destinations sont principalement la Grande Bretagne, la Belgique, l'Italie, la Suisse, tout récemment le Portugal. Les entrepreneurs se dirigent plutôt vers la Grande Bretagne, les retraités vont s'installer au Portugal, les gens aisés préfèrent Londres, Bruxelles et la Suisse. L'accroissement des flux est véritablement impressionnant : 130 000 Français en Grande Bretagne en 2007, près de 500 000 aujourd'hui.

Les raisons qui poussent les exilés à partir sont le plus souvent dictées par un environnement fiscal délirant, fruit d'un système fiscal unanimement reconnu comme profondément malade et inadapté, qu'aucun politique n'a pourtant le courage de réformer ! Les destinations de la Belgique, du Royaume-Uni  et du Portugal sont prisées en raison d'attractivités fiscales dans le domaine de l'imposition de la fortune, des plus-values ou des droits de succession. Les candidats ont souvent plus de 50 ans et disposent d'un patrimoine supérieur à 4 millions d'euros. Ils ne partent pas "seulement" avec leur patrimoine mais aussi avec leur pouvoir de décision et leurs réseaux qui sont les atomes grâce auxquels se nouent les affaires.

Les émigrés sont massivement des jeunes diplômés ou de jeunes entrepreneurs : ils vont vers l'Europe du Nord. Cet exode est totalement inédit, postérieur à 2008, profondément inquiétant par son ampleur (à noter qu'un récent sondage révèle que près de la moitié des jeunes diplômés ne se voient aucun avenir en France !). Ce phénomène fait songer, dans une certaine mesure, à l'Iran des années 1960 où l'excellence du système universitaire jetait des quantités de diplômés sur le marché du travail d'une économie incapable de les absorber, les poussant à émigrer massivement vers l'Amérique du Nord et l'Europe.

Certains analystes pensent que ce phénomène récent ne sera pas durable et que le retour à la prospérité économique aura tôt fait de convaincre les brebis déçues de revenir dans la "mère-patrie". Comme la plupart des politiques (souvenez vous de Philippe de Villiers, Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy avec leur fameux slogan "France, love it or leave it" !), ces analystes commettent la lourde erreur de croire que la France est si "unique" qu'un Français ne pourra pas longtemps s'en passer ! Les nouvelles générations n'ont aucun attachement à la "patrie" et n'ont même pas l'amour de leur langue maternelle, préférant s'en remettre aux repères de la "world civilization" pour s'en sortir concrètement .

En revanche, les motifs qui ne les feront pas revenir sont profondément ancrés dans notre paysage national : l'instabilité des lois et des règles du jeu, l'omniprésence d'une administration paralysante, l'égalitarisme fanatique qui fait de l'aisance financière ou de la réussite une obscénité sociale.  Messieurs Moscovici et Cazeneuve, Grands Argentiers de France, viennent de nous en administrer la preuve éclatante : ils ont osé se vanter d'avoir mis en place 58 mesures liberticides visant à définitivement éradiquer la fraude et l'évasion fiscales, sans se rendre compte qu'ils offrent ainsi aux jeunes générations la promesse de faire de la France le second goulag de la planète, après la Corée du Nord ! Il ne leur suffisait pas que la France soit le seul pays au monde où le communisme ait réussi, encore fallait-il la transformer en première prison planétaire !

Il est déjà loin le temps où "l'exil" ne s'accouplait qu'avec "fiscal", permettant à Bercy de proclamer que toutes nos souffrances ne pouvaient venir que de ces êtres asociaux baptisés du nom de "fraudeurs". Aujourd'hui, c'est toute un pan d'une France aisée, éduquée, entreprenante, vertueuse dans la dépense, motivée par le travail  qui s'exile. Il importe peu de savoir s'ils sont 500 000 ou 5 millions et qu'il en reste encore 60 ou 65 millions à demeurer au pays. Le navire se vide de ses "Bac+10" et se remplit de "Bac-10", laissant le capitaine désemparé, un peu à la manière d'un pédalo qu'un méchant coup de vent menacerait de couler au milieu du bassin des Tuileries...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (79)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 13/11/2013 - 13:16
@2bout : tu préfères le pire ?
vous êtes d'une intelligence les décompléxés, c'est fou.
 
pas étonnant que vous ayez fait perdre toutes les élections à la droite depuis 2007.
 
2bout
- 13/11/2013 - 12:20
Isga,
Ayrault n'est pas modéré, il est statique. Ne pas confondre.
Aubry, évidemment que c'est pire, mais au moins ce sera mieux puisque plus rapide.
lsga
- 13/11/2013 - 11:52
@2bout: c'est votre programme
c'est vous qui êtes en train de donner le pouvoir aux Keynésiens fondamentalistes, aux jacobins intégristes. Assumez VOS responsabilités.
 


Ayrault était très modéré, de centre gauche, appliquant une politique de centre droit (augmentation du temps de travail, baisse des salaires, baisse des prestations sociales, baisse du budget de l'État).
 
Vous avez eu sa peau, maintenant, assumez.
 
 
Et puis pour rappel : Marx, c'est l'abolition de l'État, alors laisse le en-dehors de tous ça stp.