En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 11 heures 40 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 13 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 21 heures 45 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 8 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 12 heures 11 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 19 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 21 heures 57 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 8 heures
Justice

De la difficulté à juger les politiques

Publié le 02 mai 2011
Avec P. P.
Charles Pasqua relaxé, le procès en appel de Clearstream qui s'ouvre ce lundi : les grands procès politiques durent souvent un temps considérable pour un résultat final souvent décevant. Faut-il pour autant parler de justice à deux vitesses ?
Maître de conférences en droit à Sciences Po Paris et sympathisant de la majorité présidentielle, P.P écrit pour Atlantico sous pseudonyme..
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
P. P.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître de conférences en droit à Sciences Po Paris et sympathisant de la majorité présidentielle, P.P écrit pour Atlantico sous pseudonyme..
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pasqua relaxé, le procès en appel de Clearstream qui s'ouvre ce lundi : les grands procès politiques durent souvent un temps considérable pour un résultat final souvent décevant. Faut-il pour autant parler de justice à deux vitesses ?
Avec P. P.

« Les ministres seront souvent dénoncés, accusés quelquefois, condamnés rarement, punis presque jamais ». Est-ce un commentaire sur la quasi concomitance entre la fin du second procès de l’Angolagate et le début de l’appel dans l’affaire Clearstream ? Cela se pourrait, puisque que ces deux procès concernent au premier plan deux grandes figures politiques : Charles Pasqua dans l’une, Dominique de Villepin dans l’autre.

En réalité, il s’agit simplement du commentaire que Benjamin Constant écrivait en 1820, il y a donc presque deux siècles, sur la situation des ministres de son temps. Nihil novi sub sole donc. Laurent Fabius, dans l’affaire du sang contaminé, Dominique Strauss Kahn dans l’affaire de la MNEF ont en leur temps subi cette loi d’airain.

Doit-on en déduire que les ministres en particulier, et les responsables politiques en général bénéficient d’une immunité de fait ? C’est la lecture la plus facile. Jouissant de protections au plus haut niveau, des interventions leur permettraient d’échapper à la justice des hommes. C’est oublier que pendant les années 1990 des responsables de droite comme de gauche ont été condamnés dans le cadre des affaires de financement illégal des partis politiques.

De la mort juridique à la mort politique

C’est aussi oublier que cette pseudo immunité de droit s’accompagne d’une peine automatique de mort politique. Un ministre mis en cause dans le cadre d’une affaire peut être privé durablement de toute perspective. Les « jurisprudences » des gouvernements Balladur et Jospin, qui imposaient à tout ministre mis en examen de démissionner, en avaient presque fait une règle constitutionnelle non écrite.

Deux types de raisons expliquent ce phénomène. Le premier tient à l’opinion publique. Alors même que les sociologues et les politistes ont proclamé la mort de l’intérêt général, il semble que notre société, singulièrement aidée en cela par les médias, ne supporte plus le moindre manquement éthique. Le comité de déontologie établi au Sénat, le déontologue bientôt nommé à l’Assemblée nationale, les déclarations d’intérêts des ministres sont les dernières manifestations de cette exigence. Peu importe qu’un ministre ait fait des choix catastrophiques pour son département ministériel, pour peu qu’on ne puisse pas démontrer qu’il a fait désigner pour la légion d’honneur un ami qui lui est cher.

Le temps de la justice pénale n'est pas celui des confrontations électorales

Si une décoration peut aboutir à la chute d’un ministre et au brouillage d’un des débats les plus importants de ce Quinquennat, il est naturel que le soupçon, et le simple soupçon, d’infractions plus sérieuses, comme le recel d’abus de bien social, la corruption, le trafic d’influence, la prise illégale d’intérêts affaiblisse considérablement un responsable politique. Mais cette sanction ne devient capitale qu’avec la mise en branle de la machine judiciaire. Car le temps du procès pénal n’est pas celui de la compétition politique, devenue quasi permanente. La justice pénale ne peut que difficilement suivre le rythme des confrontations électorales. Les infractions en cause sont complexes. Elles demandent des enquêtes approfondies et minutieuses.

Comme tout justiciable, les responsables politiques disposent de garanties procédurales dont la possibilité de faire appel n’est pas la moindre. Comme tous les justiciables bien défendus, ils n’hésitent pas à utiliser l’ensemble de ces garanties. Dès lors, avant qu’une décision définitive ne soit rendue, il peut s’écouler dix ans comme dans l’Angolagate ou sept ans comme dans l’affaire Clearstream. Des années pendant lesquelles, les médias, gardiens de cette prison de verre, se chargeront d’assurer l’effectivité de cette relégation intérieure. Des années, pendant lesquelles les responsables politiques pourront connaître la violence des perquisitions au domicile familial, la solitude des cabinets des juges d’instruction, la lumière brutale des prétoires correctionnels.

Toute action ministérielle doit être analysée dans sa globalité

Indiscutablement, un tel état des choses peut avoir un avantage. Il a sensibilisé les responsables politiques à l’état de notre Justice. Les débats sur l’état de nos prisons, sur les pouvoirs du juge d’instruction n’auraient sans doute pas eu la même intensité si les hommes politiques n’en avaient été, au moins pour un temps, les usagers. Mais que le prix peut être lourd pour la collectivité ! Lorsque les affaires rythment le débat politique, c’est autant de « temps de cerveau disponible » en moins pour les choix de fond auxquels nos sociétés sont confrontées.

Dès lors, peut-être la responsabilité politique classique mérite-t-elle d’être reconsidéré tant par les élus que par les électeurs suivant encore une fois les mots de Benjamin Constant : « Les ministres ont fait avec la société un autre pacte. Ils ont accepté volontairement, dans l’espoir de la gloire, de la puissance ou de la fortune, des fonctions vastes et compliquées qui forment un tout compact et indivisible. Aucune de leurs actions ministérielles ne peut être prise isolément. Ils ont donc consenti à ce que leur conduite fût jugée dans son ensemble. Or, c’est ce que ne peut faire aucune loi précise. De là le pouvoir discrétionnaire qui doit être exercé sur eux. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Didier Lejeune
- 02/05/2011 - 16:29
Voyons cela
C'est un test de démocratie qui en dira long sur la capacité qu'a notre pays à juger ses politiques avec la même diligence que les chauffards. A la vue du procès avorté de Chirac, c'est ma barré...
slavkov
- 02/05/2011 - 15:48
déjà vu ...
... reste à savoir, qui va gagner une invitation pour siéger dans le syndicat de la "magistrature" ...
JP van St Jans
- 02/05/2011 - 15:14
Du droit (fin) ?
Enfin, si Villepin est punissable, c'est bien de ne pas savoir ce qu'est un banque de compensation. S'il s'était tant soit peu renseigné, il n'aurait jamais suivi le galop des chevaux sans tête.
Sic transit.