En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

07.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 11 min 59 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 47 min 14 sec
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 1 heure 35 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 3 heures 31 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 13 heures 59 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 15 heures 26 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 36 min 23 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 56 min 45 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 2 heures 19 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 3 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 4 heures 16 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 21 heures 45 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 23 heures 21 min
Justice

De la difficulté à juger les politiques

Publié le 02 mai 2011
Avec P. P.
Charles Pasqua relaxé, le procès en appel de Clearstream qui s'ouvre ce lundi : les grands procès politiques durent souvent un temps considérable pour un résultat final souvent décevant. Faut-il pour autant parler de justice à deux vitesses ?
P. P.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître de conférences en droit à Sciences Po Paris et sympathisant de la majorité présidentielle, P.P écrit pour Atlantico sous pseudonyme..
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pasqua relaxé, le procès en appel de Clearstream qui s'ouvre ce lundi : les grands procès politiques durent souvent un temps considérable pour un résultat final souvent décevant. Faut-il pour autant parler de justice à deux vitesses ?
Avec P. P.

« Les ministres seront souvent dénoncés, accusés quelquefois, condamnés rarement, punis presque jamais ». Est-ce un commentaire sur la quasi concomitance entre la fin du second procès de l’Angolagate et le début de l’appel dans l’affaire Clearstream ? Cela se pourrait, puisque que ces deux procès concernent au premier plan deux grandes figures politiques : Charles Pasqua dans l’une, Dominique de Villepin dans l’autre.

En réalité, il s’agit simplement du commentaire que Benjamin Constant écrivait en 1820, il y a donc presque deux siècles, sur la situation des ministres de son temps. Nihil novi sub sole donc. Laurent Fabius, dans l’affaire du sang contaminé, Dominique Strauss Kahn dans l’affaire de la MNEF ont en leur temps subi cette loi d’airain.

Doit-on en déduire que les ministres en particulier, et les responsables politiques en général bénéficient d’une immunité de fait ? C’est la lecture la plus facile. Jouissant de protections au plus haut niveau, des interventions leur permettraient d’échapper à la justice des hommes. C’est oublier que pendant les années 1990 des responsables de droite comme de gauche ont été condamnés dans le cadre des affaires de financement illégal des partis politiques.

De la mort juridique à la mort politique

C’est aussi oublier que cette pseudo immunité de droit s’accompagne d’une peine automatique de mort politique. Un ministre mis en cause dans le cadre d’une affaire peut être privé durablement de toute perspective. Les « jurisprudences » des gouvernements Balladur et Jospin, qui imposaient à tout ministre mis en examen de démissionner, en avaient presque fait une règle constitutionnelle non écrite.

Deux types de raisons expliquent ce phénomène. Le premier tient à l’opinion publique. Alors même que les sociologues et les politistes ont proclamé la mort de l’intérêt général, il semble que notre société, singulièrement aidée en cela par les médias, ne supporte plus le moindre manquement éthique. Le comité de déontologie établi au Sénat, le déontologue bientôt nommé à l’Assemblée nationale, les déclarations d’intérêts des ministres sont les dernières manifestations de cette exigence. Peu importe qu’un ministre ait fait des choix catastrophiques pour son département ministériel, pour peu qu’on ne puisse pas démontrer qu’il a fait désigner pour la légion d’honneur un ami qui lui est cher.

Le temps de la justice pénale n'est pas celui des confrontations électorales

Si une décoration peut aboutir à la chute d’un ministre et au brouillage d’un des débats les plus importants de ce Quinquennat, il est naturel que le soupçon, et le simple soupçon, d’infractions plus sérieuses, comme le recel d’abus de bien social, la corruption, le trafic d’influence, la prise illégale d’intérêts affaiblisse considérablement un responsable politique. Mais cette sanction ne devient capitale qu’avec la mise en branle de la machine judiciaire. Car le temps du procès pénal n’est pas celui de la compétition politique, devenue quasi permanente. La justice pénale ne peut que difficilement suivre le rythme des confrontations électorales. Les infractions en cause sont complexes. Elles demandent des enquêtes approfondies et minutieuses.

Comme tout justiciable, les responsables politiques disposent de garanties procédurales dont la possibilité de faire appel n’est pas la moindre. Comme tous les justiciables bien défendus, ils n’hésitent pas à utiliser l’ensemble de ces garanties. Dès lors, avant qu’une décision définitive ne soit rendue, il peut s’écouler dix ans comme dans l’Angolagate ou sept ans comme dans l’affaire Clearstream. Des années pendant lesquelles, les médias, gardiens de cette prison de verre, se chargeront d’assurer l’effectivité de cette relégation intérieure. Des années, pendant lesquelles les responsables politiques pourront connaître la violence des perquisitions au domicile familial, la solitude des cabinets des juges d’instruction, la lumière brutale des prétoires correctionnels.

Toute action ministérielle doit être analysée dans sa globalité

Indiscutablement, un tel état des choses peut avoir un avantage. Il a sensibilisé les responsables politiques à l’état de notre Justice. Les débats sur l’état de nos prisons, sur les pouvoirs du juge d’instruction n’auraient sans doute pas eu la même intensité si les hommes politiques n’en avaient été, au moins pour un temps, les usagers. Mais que le prix peut être lourd pour la collectivité ! Lorsque les affaires rythment le débat politique, c’est autant de « temps de cerveau disponible » en moins pour les choix de fond auxquels nos sociétés sont confrontées.

Dès lors, peut-être la responsabilité politique classique mérite-t-elle d’être reconsidéré tant par les élus que par les électeurs suivant encore une fois les mots de Benjamin Constant : « Les ministres ont fait avec la société un autre pacte. Ils ont accepté volontairement, dans l’espoir de la gloire, de la puissance ou de la fortune, des fonctions vastes et compliquées qui forment un tout compact et indivisible. Aucune de leurs actions ministérielles ne peut être prise isolément. Ils ont donc consenti à ce que leur conduite fût jugée dans son ensemble. Or, c’est ce que ne peut faire aucune loi précise. De là le pouvoir discrétionnaire qui doit être exercé sur eux. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Didier Lejeune
- 02/05/2011 - 16:29
Voyons cela
C'est un test de démocratie qui en dira long sur la capacité qu'a notre pays à juger ses politiques avec la même diligence que les chauffards. A la vue du procès avorté de Chirac, c'est ma barré...
slavkov
- 02/05/2011 - 15:48
déjà vu ...
... reste à savoir, qui va gagner une invitation pour siéger dans le syndicat de la "magistrature" ...
JP van St Jans
- 02/05/2011 - 15:14
Du droit (fin) ?
Enfin, si Villepin est punissable, c'est bien de ne pas savoir ce qu'est un banque de compensation. S'il s'était tant soit peu renseigné, il n'aurait jamais suivi le galop des chevaux sans tête.
Sic transit.