En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 7 heures 56 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 9 heures 11 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 13 heures 35 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 15 heures 46 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 18 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 22 heures 22 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 15 heures 4 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 17 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 22 heures 40 min
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

La BCE peut-elle faire baisser l’euro demain ? Réponse, non !

Publié le 06 novembre 2013
La Banque Centrale Européenne se réunit jeudi sous la présidence de Mario Draghi. Va- t-elle tout faire pour enfoncer l’euro ? Il n’y a, de toute façon, pas un responsable politique français qui ne dénonce pas un rapport de change très défavorable à l’économie française.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque Centrale Européenne se réunit jeudi sous la présidence de Mario Draghi. Va- t-elle tout faire pour enfoncer l’euro ? Il n’y a, de toute façon, pas un responsable politique français qui ne dénonce pas un rapport de change très défavorable à l’économie française.

Louis Gallois célèbre aujourd’hui le premier anniversaire du « choc de compétitivité » dont il est l’un des pères. Il expliquait cette semaine, lors des « Rencontres de l’industrie » organisées par Les Échos, que l’industrie française était sans doute sortie de la zone à risque. « Le problème, explique-t-il, c’est qu'il faudra veiller au prix de l’euro face au dollar. L’euro fort peut étouffer la légère reprise. Au cours actuel, les industriels français sont très défavorisés sur les marchés extérieurs. »

L’impact de l’euro pour les entreprises qui vendent sur les marchés étrangers est presque aussi lourd, en termes de compétitivité, que le prix de l’énergie ou le coût du travail. L’euro est trop fort face à toutes les monnaies du monde, hormis la monnaie chinoise dont le cours est tenu. Il n’existe aucune raison objective pour que le dollar soit si faible et l’euro aussi fort, d’où la grogne des acteurs de l’économie.  

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
[NOUS SUIVRE SUR TWITTER]    [LIKER NOTRE PAGE FACEBOOK]

 Les membres du gouvernement, Pierre Moscovici ou encore Arnaud Montebourg, en on très rapidement fait un bouc émissaire. Le patron des patrons, Pierre Gattaz, en rajoute un peu mais avec prudence. Il sait que dans les rangs du Medef, le cours de l’euro ne gêne pas ceux qui travaillent essentiellement sur le marché européen et ceux qui importent en dollar une part importante de leur valeur.

Au niveau européen, les Allemands ne sont pas trop virulents. D’abord parce que 65% de leur commerce extérieur se fait dans la zone euro. Ensuite, parce que leur compétitivité est telle, qu'elle est capable d’absorber le différentiel de change. L’automobile allemande haut de gamme n’en souffre pas. La guerre contre l’euro fort est donc principalement française. Comment la mener ? Quelles armes faut-il dégainer ? Les politiques et les chefs d’entreprise n’ont pas de solution à proposer à la BCE parce qu'il n’y en a pas d’évidente.

1ère possibilité, on pourrait baisser les taux d’intérêt comme certains le réclament, mais cela n’aurait aucun effet. L’Europe a besoin de croissance et d’emplois : le chômage atteint 12%. L’Europe n’a pas de croissance et pas d’inflation : 0,5%.

2ème solution, faire marcher la planche à billet. Il y a quelque chose de cocasse à suggérer à la BCE, c’est de fabriquer de l’inflation, c’est ignorer que la seule mission de la BCE est de contrôler l’inflation. Cela dit, elle peut s’adapter aux circonstances. C’est d’ailleurs ce qu'elle a souvent fait depuis la crise. Mario Draghi n’est jamais resté crispé sur les termes du traité de Maastricht. Lui reprocher une position rigide revient à lui faire un mauvais procès.

Mario Draghi n’a jamais refusé l’accès à l’open bar monétaire quand on était en risque de rupture de liquidités. Ce qui veut dire que les banques sont allées chercher à la BCE autant d’argent qu'elles avaient besoin. Cette pratique n’a jamais engendré un centimètre d’inflation ou de reprise.

A priori, le président de la BCE a peu de solution sauf à plaider pour que chaque pays se réforme et que l'on puisse coordonner les politiques budgétaires. Ce jour-là, la BCE pourra fonctionner comme la Réserve fédérale. Il pourrait aussi parler haut et fort, inquiéter les marchés, dire qu’il est sincèrement préoccupé par cette Europe désunie. Mario Draghi n’ira pas jusqu’à cette extrémité.

Il n’empêche qu'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement Productif, croit dur comme fer au rapport de force. «La BCE a des solutions. Il faut faire pression » disait-il en invitant les chefs d’entreprise français à aller manifester à Francfort. En conclusion de ces « Rencontres de l’industrie », il a même suggéré à un Pierre Gattaz un peu médusé de prendre son sac de couchage et d’aller occuper le bureau de Mario Draghi jusqu’à ce que l’euro ait baissé. Le président du Medef n’a pas dit qu'il irait.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 06/11/2013 - 14:14
Bref, JM Sylvestre est un piètre économiste
Oui, il a une gueule de beau père idéale, et il a sa place à TF1 à côté de la miss météo. Mais franchement, ces analyses économiques ne serait même pas acceptée par un prof de terminal ES.
 
JM Sylvestre n'a pas démontré du tout que la BCE ne peut pas faire baisser la monnaie. Il a décrété, sans le démontrer, que baisser le taux d'intérêt n'aurait aucun effet. Cela consiste à poser en hypothèse ce que l'on cherche à démontrer, c'est de l'escroquerie.
 
Enfin, il s'appuie sur l'Open Bar monétaire de Draghi dont les entreprises n'ont pas vu la couleur. Nul doute que si les entreprises avaient eu accès à ce flux de nouvelles liquidités, elles l'auraient investi. Mais, Sylvestre ne dit pas que cet argent a fini dans la spéculation plutôt que dans l'économie réelle.
 
Bref, la principale préoccupation de Sylvestre, c'est de protéger sa petite épargne misérable d'une dévaluation monétaire.
 
Sylvestre défend donc la rente plutôt que l'investissement, le rentier/retraité plutôt que le jeune entrepreneur, l'Allemagne plutôt que la France.
 
lsga
- 06/11/2013 - 14:08
JM Sylvestre confond faire tourner la planche à billet
et fournir des liquidités aux marchés spéculatifs.
 
Quand Draghi a ouvert l'Open Bar monétaire aux banques, les entreprises n'ont pas vu un centime de cet Open Bar. L'ensemble de l'argent a été injecté par les banques sur les marchés spéculatifs.
 
Normal : ce n'était pas de la monnaie fiduciaire.
 
Ainsi, pour faire tourner la planche à billet, il faut imprimer des billets. Incroyable non ? JM Sylvestre s'inquiétait que la Banque de France augmente de 20% ses impressions monétaires, c'est pourtant précisément "faire tourner la planche à billet".
 
Une autre manière de procéder pour empêcher les banques d'engloutir la création monétaire dans le marché spéculatif, c'est de faire des banques étatiques chargées de redistribuer cette création monétaire. Typiquement : la banque publique d'investissement (BPI)
 
Si la création monétaire explose, et que cet argent est redistribué aux entreprises pour qu'elles investissent, nul doute que la monnaie baissera.
 
 
Si elle ne baisse pas, c'est un miracle, et cela permet de revigorer toutes l'économie européenne sans remettre en cause les petites économies minables de JM Sylvestre.
lsga
- 06/11/2013 - 14:01
wut ?
"[...]Il y a quelque chose de cocasse à suggérer à la BCE, c’est de fabriquer de l’inflation[...]"
 
Wut ?