En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 53 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 53 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 1 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 37 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 8 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 45 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 5 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 8 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 22 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 20 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 45 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 17 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 47 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 54 min
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

La BCE peut-elle faire baisser l’euro demain ? Réponse, non !

Publié le 06 novembre 2013
La Banque Centrale Européenne se réunit jeudi sous la présidence de Mario Draghi. Va- t-elle tout faire pour enfoncer l’euro ? Il n’y a, de toute façon, pas un responsable politique français qui ne dénonce pas un rapport de change très défavorable à l’économie française.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque Centrale Européenne se réunit jeudi sous la présidence de Mario Draghi. Va- t-elle tout faire pour enfoncer l’euro ? Il n’y a, de toute façon, pas un responsable politique français qui ne dénonce pas un rapport de change très défavorable à l’économie française.

Louis Gallois célèbre aujourd’hui le premier anniversaire du « choc de compétitivité » dont il est l’un des pères. Il expliquait cette semaine, lors des « Rencontres de l’industrie » organisées par Les Échos, que l’industrie française était sans doute sortie de la zone à risque. « Le problème, explique-t-il, c’est qu'il faudra veiller au prix de l’euro face au dollar. L’euro fort peut étouffer la légère reprise. Au cours actuel, les industriels français sont très défavorisés sur les marchés extérieurs. »

L’impact de l’euro pour les entreprises qui vendent sur les marchés étrangers est presque aussi lourd, en termes de compétitivité, que le prix de l’énergie ou le coût du travail. L’euro est trop fort face à toutes les monnaies du monde, hormis la monnaie chinoise dont le cours est tenu. Il n’existe aucune raison objective pour que le dollar soit si faible et l’euro aussi fort, d’où la grogne des acteurs de l’économie.  

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
[NOUS SUIVRE SUR TWITTER]    [LIKER NOTRE PAGE FACEBOOK]

 Les membres du gouvernement, Pierre Moscovici ou encore Arnaud Montebourg, en on très rapidement fait un bouc émissaire. Le patron des patrons, Pierre Gattaz, en rajoute un peu mais avec prudence. Il sait que dans les rangs du Medef, le cours de l’euro ne gêne pas ceux qui travaillent essentiellement sur le marché européen et ceux qui importent en dollar une part importante de leur valeur.

Au niveau européen, les Allemands ne sont pas trop virulents. D’abord parce que 65% de leur commerce extérieur se fait dans la zone euro. Ensuite, parce que leur compétitivité est telle, qu'elle est capable d’absorber le différentiel de change. L’automobile allemande haut de gamme n’en souffre pas. La guerre contre l’euro fort est donc principalement française. Comment la mener ? Quelles armes faut-il dégainer ? Les politiques et les chefs d’entreprise n’ont pas de solution à proposer à la BCE parce qu'il n’y en a pas d’évidente.

1ère possibilité, on pourrait baisser les taux d’intérêt comme certains le réclament, mais cela n’aurait aucun effet. L’Europe a besoin de croissance et d’emplois : le chômage atteint 12%. L’Europe n’a pas de croissance et pas d’inflation : 0,5%.

2ème solution, faire marcher la planche à billet. Il y a quelque chose de cocasse à suggérer à la BCE, c’est de fabriquer de l’inflation, c’est ignorer que la seule mission de la BCE est de contrôler l’inflation. Cela dit, elle peut s’adapter aux circonstances. C’est d’ailleurs ce qu'elle a souvent fait depuis la crise. Mario Draghi n’est jamais resté crispé sur les termes du traité de Maastricht. Lui reprocher une position rigide revient à lui faire un mauvais procès.

Mario Draghi n’a jamais refusé l’accès à l’open bar monétaire quand on était en risque de rupture de liquidités. Ce qui veut dire que les banques sont allées chercher à la BCE autant d’argent qu'elles avaient besoin. Cette pratique n’a jamais engendré un centimètre d’inflation ou de reprise.

A priori, le président de la BCE a peu de solution sauf à plaider pour que chaque pays se réforme et que l'on puisse coordonner les politiques budgétaires. Ce jour-là, la BCE pourra fonctionner comme la Réserve fédérale. Il pourrait aussi parler haut et fort, inquiéter les marchés, dire qu’il est sincèrement préoccupé par cette Europe désunie. Mario Draghi n’ira pas jusqu’à cette extrémité.

Il n’empêche qu'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement Productif, croit dur comme fer au rapport de force. «La BCE a des solutions. Il faut faire pression » disait-il en invitant les chefs d’entreprise français à aller manifester à Francfort. En conclusion de ces « Rencontres de l’industrie », il a même suggéré à un Pierre Gattaz un peu médusé de prendre son sac de couchage et d’aller occuper le bureau de Mario Draghi jusqu’à ce que l’euro ait baissé. Le président du Medef n’a pas dit qu'il irait.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 06/11/2013 - 14:14
Bref, JM Sylvestre est un piètre économiste
Oui, il a une gueule de beau père idéale, et il a sa place à TF1 à côté de la miss météo. Mais franchement, ces analyses économiques ne serait même pas acceptée par un prof de terminal ES.
 
JM Sylvestre n'a pas démontré du tout que la BCE ne peut pas faire baisser la monnaie. Il a décrété, sans le démontrer, que baisser le taux d'intérêt n'aurait aucun effet. Cela consiste à poser en hypothèse ce que l'on cherche à démontrer, c'est de l'escroquerie.
 
Enfin, il s'appuie sur l'Open Bar monétaire de Draghi dont les entreprises n'ont pas vu la couleur. Nul doute que si les entreprises avaient eu accès à ce flux de nouvelles liquidités, elles l'auraient investi. Mais, Sylvestre ne dit pas que cet argent a fini dans la spéculation plutôt que dans l'économie réelle.
 
Bref, la principale préoccupation de Sylvestre, c'est de protéger sa petite épargne misérable d'une dévaluation monétaire.
 
Sylvestre défend donc la rente plutôt que l'investissement, le rentier/retraité plutôt que le jeune entrepreneur, l'Allemagne plutôt que la France.
 
lsga
- 06/11/2013 - 14:08
JM Sylvestre confond faire tourner la planche à billet
et fournir des liquidités aux marchés spéculatifs.
 
Quand Draghi a ouvert l'Open Bar monétaire aux banques, les entreprises n'ont pas vu un centime de cet Open Bar. L'ensemble de l'argent a été injecté par les banques sur les marchés spéculatifs.
 
Normal : ce n'était pas de la monnaie fiduciaire.
 
Ainsi, pour faire tourner la planche à billet, il faut imprimer des billets. Incroyable non ? JM Sylvestre s'inquiétait que la Banque de France augmente de 20% ses impressions monétaires, c'est pourtant précisément "faire tourner la planche à billet".
 
Une autre manière de procéder pour empêcher les banques d'engloutir la création monétaire dans le marché spéculatif, c'est de faire des banques étatiques chargées de redistribuer cette création monétaire. Typiquement : la banque publique d'investissement (BPI)
 
Si la création monétaire explose, et que cet argent est redistribué aux entreprises pour qu'elles investissent, nul doute que la monnaie baissera.
 
 
Si elle ne baisse pas, c'est un miracle, et cela permet de revigorer toutes l'économie européenne sans remettre en cause les petites économies minables de JM Sylvestre.
lsga
- 06/11/2013 - 14:01
wut ?
"[...]Il y a quelque chose de cocasse à suggérer à la BCE, c’est de fabriquer de l’inflation[...]"
 
Wut ?