En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 6 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 8 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 10 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 46 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 28 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 26 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 9 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 14 min
© Reuters
"94 % des sites fédéraux des dix dernières années qui se sont révélés être des flops monstrueux."
© Reuters
"94 % des sites fédéraux des dix dernières années qui se sont révélés être des flops monstrueux."
Le buzz du biz

L'Obamacare en état de mort cérébrale avancée à cause de l'administration américaine

Publié le 31 octobre 2013
La rubrique du buzz du biz s’intéresse aux "nouveaux entrants" sur le marché, à leurs dynamiques innovantes et aux obstacles qu’ils rencontrent. Aujourd'hui, focus sur l’incapacité du gouvernement américain à appréhender le numérique.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rubrique du buzz du biz s’intéresse aux "nouveaux entrants" sur le marché, à leurs dynamiques innovantes et aux obstacles qu’ils rencontrent. Aujourd'hui, focus sur l’incapacité du gouvernement américain à appréhender le numérique.

A l’heure du tout numérique, un gouvernement peut-il être un bon webmaster ? Quand on voit la prolifération des sites publics français, pas tous sexys, il n’y a pas trop de doutes. Pourtant, aux Etats-Unis, pays gouverné par l’administration la plus hype du monde, la réforme de la santé du président Obama (Obamacare) vient clairement montrer les limites de l’activisme public dans le numérique.

Pour s’opposer à la réforme phare du président, le Parti Républicain en appelait aux grands principes. Ses représentants (notamment sa frange libertarienne) ont clamé, non sans talent mais avec excès, leur attachement à une vision de la liberté, radicale et entière : la mutualisation publique des dépenses sociales dans un régime obligatoire est une contrainte imposée sur les choix personnels. Point de vue est un peu difficile à comprendre en France, tant nous sommes drogués à la dépense publique, au contrôle social qu’elle implique et à l’irresponsabilité individuelle qu’elle engendre : il nous est totalement sorti de l’esprit que l’assurance individuelle puisse être défendue.

Qu’importe, car si Obamacare est en état de mort cérébrale, ce n’est pas pour d’ordre moral, mais pour de très techniques détails. Le site mis en place par l’administration Démocrate est un désastre cataclysmique.

Lors de sa première semaine de vie, à peine 1 % des utilisateurs ont pu s’enregistrer dans le dispositif.  Au 25 octobre, environ 20 millions de personnes ont tenté de s’y connecter une première fois, à peine 500 000 y sont parvenues… La déception est d’autant plus grande que le site a coûté la bagatelle de 600 millions de dollars, dont près de 94 millions pour le principal prestataire CGI Federal.

Le problème trouve en partie sa source dans le refus des Gouverneurs républicains (les méchants) de mettre en place des plateformes internet dans leurs Etats, ce qui a contraint l’administration fédérale (les gentils) à les suppléer en last minute. Mais il est beaucoup plus structurel : il révèle l’incapacité du gouvernement américain à appréhender le numérique.

La première raison de cet échec tient, comme souvent, à une réglementation inadaptée, qui ne laisse pas vraiment la place aux entreprises les plus innovantes ni les plus performantes. Le Federal Acquisition Regulation, qui encadre les achats publics, est d’une telle complexité que, d’après deux spécialistes politiques du numérique, il garantit la sélection de l’entreprise « qui navigue le mieux dans cet océan de paperasse, mais pas nécessairement celle qui travaille le mieux ». CGI Federal avait été homologuée il y a quatre ans pour répondre aux commandes du gouvernement, pas vraiment remise en cause depuis…

De façon plus technique, la mauvaise compréhension de l’administration américaine de l’outil numérique se relève aussi dans la façon dont la plateforme a été conçue : le développement du site n’a pas été participatif ("open source") du tout. Au demeurant, il n’a même pas été testé avant sa mise en ligne.

La seconde raison, plus structurelle encore, tient à l’inadéquation profonde qu’il y a entre le modèle « mastodonte public » et le monde contemporain. Une nouvelle fois, la mésaventure Obamacare démontre qu’un cadre administratif dinosauresque, impotent et dépassé est totalement inadapté pour une économie moderne. En fait, ce sont près de 94 % des sites fédéraux des dix dernières années qui se sont révélés être des flops monstrueux.

Le numérique oblige à remettre en cause nos habitudes dans nos échanges mais aussi dans la façon de gérer le "back-office". L’avantage du privé est d’être soumis directement à la contrainte de performance : s’il ne s’adapte pas, il meurt (Cf. Blackberry). Ce n’est, malheureusement, pas le cas des administrations ni de leurs cocontractants lorsqu’ils bénéficient de réglementations indument protectrices… Les plonger dans le bain de l’économie de l’effervescence leur ferait le plus grand bien !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gdb
- 01/11/2013 - 02:45
plus grave que cela
L'echec du site web Obamacare n'est pas qu'un probleme technique. C'est plus grave que ca. Le systeme de subvention prevu par Obamacare (argent donne a ceux - actuels ou futurs electeurs democrates - qui ne pourront pas payer les hausses de cotisations) oblige a tenir compte et integrer la multitude de situations sociales individuelles presentes dans le pays. Traduire en site web toute cette complexite est chose impossible, au moins actuellement. La faillite a laquelle on assiste est celle du projet Obamacare lui-meme, dans son principe. L'echec du site web n'est qu'un symptome, le mal est beaucoup plus profond.
gdb
- 01/11/2013 - 02:31
@ jerem, qui est l'ane?
Renseignez vous avant d'ecrire, svp. Les contrats sub prime ont ete conclus par des organismes de pret beneficiant de la garantie de l'etat federal (decision politique de Bill Clinton - decision desastreuse - de favoriser l'accession a la propriete des couches populaires insolvables d'apres les criteres des banques privees). On retrouve bien ici aussi, puisque vous mettez en avant cet exemple, la main de l'Etat, agissant comme partenaire economique avec toute l'incompetence qui le caracterise.
ABCD
- 31/10/2013 - 19:56
Obamacare fait une réputation au nom d'Obama.
Obamacare takes care about Obama's good name.