En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
info atlantico
© Reuters
Le silence est d'or... la parole aussi

Sympathisants PS : 25% voudraient voir Manuel Valls à Matignon et 25% Martine Aubry

Publié le 26 octobre 2013
Les différentes passes d'armes entre ministres autour de la question des Roms et de l'affaire Leonarda ont confirmé les divisions de la gauche au gouvernement. Face à ces tensions internes, force est de constater que l'opinion publique exige du changement.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les différentes passes d'armes entre ministres autour de la question des Roms et de l'affaire Leonarda ont confirmé les divisions de la gauche au gouvernement. Face à ces tensions internes, force est de constater que l'opinion publique exige du changement.

(Cliquer pour agrandir)

Atlantico : Ce sondage révèle que Manuel Valls serait le choix préféré des Français pour Matignon en cas de remaniement, cependant il arrive "seulement" à égalité avec Martine Aubry auprès des électeurs socialistes. François Hollande doit-il choisir son futur Premier ministre en fonction de sa majorité ou en fonction de l'opinion publique ? 

Jérôme Fourquet : En terme de ligne politique, l'électorat socialiste est très divisé, ce qui explique les difficultés de François Hollande. Il doit donc commencer par s'adresser à son camp en respectant un certain nombre d'équilibres. C'est toute la difficulté de l'exercice. Il a également une autre contrainte : trouver quelqu'un qui est "taillé pour le job", qui a une capacité suffisante d'écoute de la société française et qui est reconnu par ses pairs comme suffisamment légitime. Troisième contrainte : il faut aussi quelqu'un qui soit en bon terme avec le président de la République. La plupart des personnalités peuvent satisfaire une, voire deux de ses conditions, mais plus rarement trois de ces qualités.

On peut penser que Martine Aubry serait en adéquation avec le PS. Elle aurait l'autorité et la légitimité nécessaire, mais elle a notoirement des relations compliquées avec François Hollande. Manuel Valls a l'autorité nécessaire, éventuellement l'écoute des Français, mais aujourd'hui les positions qu'il tient ne sont soutenues par une fraction de l'électorat socialiste et une partie du PS le rejette de plus en plus. Quant à Ayrault, il bénéficie toujours de sa proximité avec le président de la République mais le lien avec les Français est distendu et son autorité est de plus en plus questionnée. Il n'y a pas une personnalité qui se détache, mais des choix différents en fonction des scénarios. 

Arnaud Montebourg et Ségolène Royal, qui communiquent beaucoup, s'effondrent tandis que la stratégie du retrait de Martine Aubry semble davantage payante. Quels enseignements faut-il en tirer ?

Est-ce que Martine Aubry bénéficie de la stratégie du silence de Jacques Pilhan pour créer la demande ? Je n'en suis pas convaincu. Manuel Valls communique lui aussi beaucoup et est plébiscité malgré tout. Dans les périodes de crise, il y a une prime à l'expérience et à l'autorité. Arnaud Montebourg est peut-être jugé trop jeune aux yeux des électeurs pour prétendre à occuper ce poste. Il pâtit aussi sans doute de son côté franc-tireur. Quant à Royal, sa côte a beaucoup pâlit ces dernières années. Par ailleurs, les Français doivent se dire que le fait qu'elle, l'ex-compagne du président de la République, pourrait poser toute une série de problèmes.

Lors des primaires Manuel Valls n'avait recueilli que 5% des suffrages des sympathisants PS tandis que Montebourg était devenu "le troisième homme". Comment les rapports de force ont-ils évolué au sein de la gauche et dans l'opinion ? 

La comparaison avec la primaire n'est pas aisée car il manque le vainqueur de cette primaire : François Hollande. On constate néanmoins que Montebourg a effectivement perdu du poids dans la bataille depuis la primaire. Cela s'explique par les difficultés qu'il a rencontré dans son ministère. Il a eu à gérer un certain nombre d'échecs, notamment Florange. Son style franc-tireur lui a aussi fait perdre des points. Durant les périodes difficiles, à gauche comme à droite, il y a une prime à ceux qui jouent collectifs. Manuel Valls, quant à lui, tire son épingle du jeu car il a accru sa notoriété et sa surface politique à gauche, mais aussi et surtout à droite.

 


(Cliquer pour agrandir)

Méthodologie du sondage

Ce sondage a été effectué sur un échantillon de représentatif de la population française de 1002 personnes âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) sur une période allant du 23 au 25 octobre 2013.

 

 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 27/10/2013 - 11:53
@miab3 Non, Valls ne "vire pas quelques ROMS"!
Apres avoir corrigé l'inversion du sens des mots qui pollue le discours des bisounours français, la véritable phrase est:
"Valls déplace quelques ROMS", contents de trouver un nouveau terrain de jeu pour leurs trafics sordides, et de nouvelles associations pour les subventionner grâce à l'argent du peuple français...
miab3
- 27/10/2013 - 10:11
l'UMPS
Et il y a encore des Français pour soutenir ces 2 partis de saboteurs ? Les immigrés peut être ? Parce que Valls qui vire quelques Roms ... mais nous en fait entretenir combien ? Tapez sur internet : " Roms logés à l'hôtel " ... vous n'allez pas en croire vos yeux , et il n'y a pas que les Roms et nous travailleurs , on rame à bord de ce qui reste du pédalo .
cloette
- 27/10/2013 - 09:05
Bon sang, mais c'est bien sûr
Hollande va nommer Taubira premier ministre . J'en rigole à l'avance !