En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Selon Graeber, la dette est naturelle dans la société humaine et elle préexistait même à la monnaie.
Decod'Eco
On a préféré la dette à l'or et nous n'avons pas fini d'en payer le prix
Publié le 25 octobre 2013
Au commencement était la dette... et pas l'échange. Une erreur d'analyse historique dont l'écho pourrait porter jusqu'à nous et à nos gouvernants qui favorisent aujourd'hui la "monnaie dette" à la "monnaie marchandise".
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au commencement était la dette... et pas l'échange. Une erreur d'analyse historique dont l'écho pourrait porter jusqu'à nous et à nos gouvernants qui favorisent aujourd'hui la "monnaie dette" à la "monnaie marchandise".

"

La Chine n’est pour l’instant ni assez ouverte ni assez endettée", déplore l’éditorialiste Jean-Marc Vittori dans Les Echos du 22 octobre. Il trouve que nous sommes en manque d’actifs sûrs à cause des États-Unis. Il faut une autre monnaie que le dollar, pense-t-il, mais la Chine n’exporte pas assez de sa monnaie". Pour monsieur Vittori, il manque "un immense gisement d'obligations publiques homogènes, pour que les investisseurs puissent acheter et vendre en masse".

Tout ceci est bien compliqué car monsieur Vittori nous parle de "monnaie dette". Dans son schéma, plus il y a de dettes, plus il y a de monnaie - et inversement. Manquer de dettes serait abominable. Un pays dont la balance commerciale est chroniquement dans le rouge importe des biens ou des services et exporte de la dette. Une telle situation est nécessaire à des échanges fructueux. Ainsi, les "réserves de change" des pays fournisseurs sont recyclées en obligations souveraines du pays client.

Il ne vient pas à l’esprit de notre éditorialiste d’évoquer un système de "monnaie marchandise". Dans un tel système, vous ne pouvez pas vivre à crédit indéfiniment. Lorsque vous êtes à court de marchandise, c’est fini, on ne vous prête plus...

Contrairement à ce que beaucoup imaginent, la monnaie marchandise fut non pas une régression mais une immense amélioration de la vie des bipèdes. Car au commencement était la dette... David Graeber, anthropologue et instigateur du mouvement Occupy Wall Street, s’est penché sur la dette, ses origines, sa moralité, ses règlements ou pas. Le résultat est un gros livre intitulé Dette : les 5 000 premières années.

Au commencement était la dette

Selon Graeber, la dette est naturelle dans la société humaine, elle préexistait même à la monnaie. Les jolies fables du troc qui figurent dans les manuels d’économie sont une pure invention théorique. Notre anthropologue en veut pour preuve que personne n’en a jamais retrouvé trace dans les populations primitives et l’Histoire.

Au commencement donc était la dette. Pierre le chasseur n’a jamais échangé son sanglier contre des chaussures à Paul le cordonnier. Lorsqu’il a eu besoin de chaussures, Pierre est allé trouver Paul et, contre des chaussures, Pierre s’est engagé à fournir à Paul du sanglier, probablement pour une certaine quantité répartie dans le temps. Un genre de contrat à terme, donc. Pierre et Paul se connaissent très bien et vivent dans le même petit village, la dette ne pose pas trop de problème. Si la communauté s’agrandit, une autorité supérieure enregistre la dette : un chef, un grand prêtre comme à Sumer. Mais au commencement était la dette.

Puis vint la monnaie. La monnaie a permis de rendre la dette anonyme et de la titriser. Pierre débite son sanglier et ses clients le payent en monnaie. Il achète des chaussures à Paul avec de la monnaie. Paul pourra acheter du cuir à Jacques avec cette même monnaie. La plupart des monnaies étaient des monnaies marchandises, une matière première fractionnable, aisément reconnue ; les essais de monnaies dettes furent précoces mais peu couronnés de succès.

La monnaie marchandise brise le lien direct entre débiteur et créditeur et permet d’accélérer les échanges. La monnaie dette est beaucoup moins anonyme - il y a des pays débiteurs vis-à-vis de citoyens d’autres pays ; c’est un système particulièrement vicieux en démocratie et surtout avec des démocraties armées.

Les citoyens endettés par des tyrans pouvaient réclamer un moratoire au motif de la "dette odieuse". Après tout, le tyran a profité de l’argent et les citoyens n’avaient pas voix au chapitre. Mais nous sommes aujourd’hui dans une situation bien différente avec le surendettement des Etats-providence : les citoyens ont voté et ils ont profité de la dette. S’ils en ont profité, il n’est pas juste qu’ils la répudient. David Graeber fait remarquer que les vieux systèmes de crédit se fondaient sur la confiance et l’honneur. Le système actuel tient par l’asservissement et la puissance militaire. Porte-avions, sous-marins et missiles nucléaires font beaucoup pour la confiance dont jouit le dollar.

Quand il n'y en a plus... il n'y en a plus !

La monnaie marchandise, comme l’or, est finalement beaucoup plus simple que la monnaie dette. Quand il n’y en a plus... il n’y en a plus. Mais elle a toujours déplu aux gouvernements dispendieux qui aiment manipuler ou créer la monnaie. C’est pour cette même raison que nous continuons à bien aimer l’or qui fut la monnaie marchandise la plus courante, avec l’argent.

Au début de l’année 2013, Goldman Sachs (GS) nous avait prévu la mort de l’or. Pour eux, l’économie des États-Unis allait atteindre une vitesse de croisière autonome, les opérations de création monétaire allaient être progressivement supprimées et les taux monteraient naturellement. L’or devenait inutile.

Alors que l’automne est déjà bien avancé, ce scénario américain idyllique a pris du plomb dans l’aile et l’or rebondit... Le plus gros acheteur de dettes américaines est aussi le plus gros acheteur d’or : c’est la Chine. A 1 300 $ l’once, tout l’or du monde vaut 6 700 milliards de dollars et 25% de cet or est sous forme monétaire, soit environ 1 700 milliards de dollars. La Chine détient 1 276 milliards de dollars de bons du Trésor. La diversification des réserves de change n’est donc pas une mince affaire, s’il faut presque tout l’or du monde. Sauf bien sûr si l’or vaut bien plus cher.

Mais si l’or vaut plus cher, que vaudront le pétrole, le cuivre, le blé, le sucre, etc. ? Les gens qui produisent ces choses utiles accepteront-ils de les lâcher contre de la monnaie dette ? Et si oui... laquelle ?

[Pour en savoir plus et lire plus d'analyses de Simone Wapler, c'est par ici]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Leucate
- 25/10/2013 - 22:57
Bretton Woods
Les accords de Bretton Woods consacraient le dollar comme monnaie des transactions internationales mais en contrepartie de USD était convertible en or, sa valeur étant fixée à 30$ l'once.
Ces accords furent dénoncés par les USA en 1971 confrontés à de très grandes dépenses de l'Etat fédéral.
La planche à billets marcha et le reste du monde finança la guerre du Vietnam et la course à l'espace.
Depuis, nous échangeons des ligatures de sapèques contre d'autres de coquillages, parce que nos monnaies, c'est cela, elles sont basées sur la "confiance" et l'estimation de nos économies.
lsga
- 25/10/2013 - 12:07
Pour les militants FN, les coupables sont les juifs...
http://www.nouvelordremondial.cc/2011/02/08/la-conspiration-juive-est-limperialisme-britannique/
Vinas Veritas
- 25/10/2013 - 11:24
Tant que les sociétés se sont
Tant que les sociétés se sont servies de matière sonnante la notion de richesse s’est trouvée limitée à un élément physique. Le fleuve pactole charriant de l’or peut bien donner à Crésus un sentiment d’absolu, il n’en résulte pas moins que cet absolu connait une fin.
Le passage à la monnaie fiduciaire et scripturale a détruit le lien intrinsèque entre la valeur et son support. En matière fiduciaire, Il est facile de créer un support de valeur sans en détenir, c’est l’inflation monétaire qui diffère de l’érosion monétaire lorsque la valeur, qui suit la quantité de matière de la pièce, diminue. Mais il ne peut y avoir de valeur négative dans ce système.
Le pire vient lorsqu’on comptabilise la valeur seule sans autre support que les nombre. Il n’y a aucune limite, ni en positif, ni en négatif.