En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 min 14 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 34 min 14 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 50 min 49 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 39 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 4 heures 1 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 22 min 34 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 39 min 51 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 34 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 3 heures 28 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 36 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 heures 27 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 18 heures 25 min
Bonnes feuilles

Ils n'y avaient jamais mis un pied : les premiers pas des bleus du gouvernement au Conseil des ministres

Publié le 26 octobre 2013
Le débat démocratique a-t-il cours au salon Murat ? Y règle-t-on ses comptes ? Une cinquantaine de témoins directs qui ont opéré depuis 1958 ont raconté leur Conseil à Bérengère Bonte. Extrait de "Dans le secret du Conseil des ministres" (1/2).
Bérengère Bonte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bérengère Bonte est journaliste à Europe 1 depuis 1998. Elle est l’auteure de Sain Nicolas, première biographie de Nicolas Hulot, aux Éditions du Moment en 2010.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat démocratique a-t-il cours au salon Murat ? Y règle-t-on ses comptes ? Une cinquantaine de témoins directs qui ont opéré depuis 1958 ont raconté leur Conseil à Bérengère Bonte. Extrait de "Dans le secret du Conseil des ministres" (1/2).

« Le changement, c’est maintenant », disait le slogan de campagne du vingt-quatrième président de la Ve République. Manifestement pas pour le déroulement du Conseil des ministres.

Calé dans son fauteuil du Salon doré, ce mercredi 5 décembre 2012, à 9 h, François Hollande n’en laisse rien paraître mais il a sans doute passé une nuit assez agitée. Dans une heure, il ouvrira le Conseil avec autour de la table un ministre dans la tourmente. La veille, Mediapart a dégainé un scoop qui va déclencher l’affaire Cahuzac, des soupçons d’évasion fiscale contraignant à la démission le ministre du Budget trois mois et demi plus tard, le 19 mars 2013. Évidemment, le chef de l’État n’en dit mot, ni devant l’auteure de ce livre, ni en Conseil. Son entretien hebdomadaire en tête à tête avec le Premier ministre débute sur ArcelorMittal car Jean-Marc Ayrault a rendez-vous dans l’après-midi avec l’intersyndicale du site sidérurgique de Florange pour lui promettre d’éviter le plan social. Bref, il y a comme un avis de gros temps sur le gouvernement. Pourtant, le Président se rend disponible, comme prévu, pour livrer sa vision du Conseil des ministres.

D’abord, l’évidence qui sonne comme un aveu : il n’avait jamais mis un pied au Conseil. « Je suis devenu Président sans avoir été ministre. Je n’avais aucun souvenir de ce lieu. Je le connaissais comme Premier secrétaire ou conseiller à l’Élysée par les récits des uns et des autres. Mais je n’avais aucune attitude à adopter qui aurait été en rupture avec ce qui se faisait auparavant . » Dans cet apprentissage, il ne peut même pas compter sur son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lui-même novice, qui concède humblement que « c’est impressionnant ». Le reste du gouvernement ? Des bleus, eux aussi, pour la plupart ! Cinq seulement ont déjà siégé au salon Murat. Cinq sur trente-quatre : Laurent Fabius, Pierre Moscovici, Jean-Yves Le Drian, Marylise Lebranchu et Michel Sapin. « Au début, certains quittaient leur place en plein milieu du Conseil pour aller voir le secrétaire général », raconte un « ancien ». Un jour, Marylise Lebranchu, ex-garde des Sceaux de l’équipe Jospin, stoppe net une voisine sur le point de lever la main… « Je lui ai dit : “Non, ce n’est pas le lieu. Le Président a parlé, on ne parle plus”. »

Le plus haut gradé, Laurent Fabius, ancien Premier ministre et désormais patron du Quai d’Orsay, ne boude pas son plaisir d’être consulté par les nouveaux. Mais ces derniers disent tous avoir compris d’eux-mêmes la règle numéro un : oubliés le tu et le François. La question ne s’est d’ailleurs pas posée. Là où Nicolas Sarkozy avait imaginé dépoussiérer les usages, François Hollande tente de les restaurer. Dans la pratique, après des mois de campagne et des années d’empoignades au bureau national du PS, l’opération ne s’avère pas si simple. Les réflexes sont tenaces. Notamment pour les amis très proches.

Michel Sapin, le ministre du Travail et de l’Emploi, prend très à coeur la mue présidentielle de celui qui fut son voisin de chambrée à l’armée. « Il faut l’accompagner dans ce changement. Ce n’est pas seulement François Hollande qu’on a face à soi. Ce ne sont pas deux copains qui se parlent, c’est un ministre qui parle à un président de la République. Il faut aider à respecter la hiérarchie, faire accepter la lourdeur administrative. Sinon, les institutions ne marchent pas. »

D’autres usages ont plus de mal à passer auprès des novices qui ont parfois l’impression d’être infantilisés. Au Conseil du 12 septembre 2012, Jérôme Cahuzac boude ostensiblement. Parmi les communications inscrites à l’ordre du jour, figurent « les grandes orientations budgétaires et fiscales pour 2013 ». Le président Hollande lui donne la parole. Subitement, le ministre délégué au Budget se met à bafouiller son texte, le plus vite pos- sible. Comme une récitation d’écolier, sans ton ni conviction. Embarras du ministre de tutelle, Pierre Moscovici, assis à la gauche du Premier ministre. En fait, Cahuzac ne digère pas que Matignon ait réécrit au dernier moment une bonne partie de sa communication.

Il n’est pas le seul que cela offusque. Cécile Duflot enrage de sa première prise de parole totalement ratée. « C’était sur la politique du logement. Mon texte avait été vérifié, sur-vérifé, pesé au gramme et au mot près. Et on m’a dit : “Faut le lire !” Donc je me suis mise à lire ce papier, ce qui est tout le contraire de ce que j’aime faire. Je trouvais cet exercice un peu débile pour tout dire. Et je l’ai vécu doublement mal parce qu’à la fin on m’en a fait le reproche. »

Hormis ces petits moments de mauvaise tête de certains, les débuts du Conseil sous Hollande sont marqués par un retour à la tranquillité et à la solennité. « De l’amitié, pas de familiarité », a tranché le Président dès le premier jour. Lui, jusque-là si jovial, entre désormais sans serrer aucune main, lance un « Bonjour » à la cantonade et file directement vers son fauteuil. Ce 17 mai 2012, il prend quand même le temps de remercier ses troupes pour les efforts fournis pendant la campagne. Mais, immédiatement, et comme tous ses prédécesseurs, il leur demande de se mettre au travail. Et… de gagner la bataille des législatives. Pour un débu- tant, il apprend vite.

Extrait de "Dans le secret du Conseil des ministres", Bérengère Bonte, (Editions du Moment), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
winnie
- 27/10/2013 - 07:16
Rectification:
D'abord l'IMPOSTEUR n'est pas le 24 ième président de la V iéme république mais seulement le 7ieme.
Mais le propos n'est pas la ,on peut très bien ne pas avoir été ministre et avoir des idées novatrices et les mettre en place les conseillers qui sont des fonctionnaires connaissent eux les rouages du protocole.
C'est justement parce que ceux qui nous gouvernent sont ministres depuis 20 ou 30 ans que rien ne bouge .La France a besoin d'innovation ,de renouveau!