En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 27 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 59 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 33 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 12 heures 16 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 17 heures 16 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 4 heures 19 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 37 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 51 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 40 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 30 min
© Reuters
L'Etat envisagerait de reprendre l'abattoir de Lampaul-Guimiliau, dans le Finistère.
© Reuters
L'Etat envisagerait de reprendre l'abattoir de Lampaul-Guimiliau, dans le Finistère.
Gwenneg ebet

Ce dont meurt vraiment l'agroalimentaire breton

Publié le 20 octobre 2013
L'Etat pourrait venir à la rescousse des abattoirs Gad en Bretagne. Le site de Lampaul-Guimiliau est l'un des plus touchés par la vague de licenciements annoncée par la société d'abattage et de découpe de porcs.
Alexandre Gohin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Gohin est directeur de recherches à l'unité d'économie de Rennes, spécialiste des questions de politique agricole et d'impacts sur les marchés agricoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat pourrait venir à la rescousse des abattoirs Gad en Bretagne. Le site de Lampaul-Guimiliau est l'un des plus touchés par la vague de licenciements annoncée par la société d'abattage et de découpe de porcs.

Atlantico : Doux, Tilly-Sabco, Marine Harvest, Gad… Les plans sociaux se succèdent en Bretagne. Selon un élu local, le gouvernement aurait décidé d'acquérir l'abattoir Gad, à Lampaul-Guimiliau (Finistère). De quoi l’agroalimentaire breton meurt-il vraiment ? 

Alexandre Gohin : Tout le monde ne meurt pas. La filière laitière et bovine se porte mieux que celle du porc et de la volaille. Ceci s’explique de façon multifactorielle. Il y a 3 facteurs :

Premièrement, on est moins compétitifs à la transformation que nos concurrents européens. En Allemagne par exemple, les coûts de transformation sont moins élevés car ils emploient une main-d’œuvre moins chère. La main-d’œuvre n’est pas l’alpha et l’Omega, mais cela joue fortement. On peut avoir des abattoirs plus automatisés, et plus il y a  automatisation, moins on dépense de coût de travail. Cela a joué fortement ces dernières années.

Deuxièmement, il y a moins de production agricole à transformer. Les abattoirs transforment essentiellement de la matière première locale. Il est assez rare que les animaux vivants bougent, mais les carcasses peuvent bouger plus facilement. En Bretagne, plus ça va, plus la production d’animaux recule : on a perdu  ces trois dernières années l’équivalent d’un million de porcs sur 14 millions. Automatiquement, dès que vous avez moins de porcs à abattre, les outils ne servent plus. Il faut maintenant comprendre pourquoi il y a moins de production porcine. Les éleveurs ont perdu de l’argent ces derniers temps, le prix du terrain étant trop élevé. Si les éleveurs ne gagnent plus d’argent, il sont forcément tentés de ne plus continuer, les jeunes quant à eux ne veulent pas investir dans ce secteur là et préfèrent d’autres activités (la production de lait ou de céréales). Enfin, des éleveurs plutôt grands sont bridés dans leur développement, ils ne peuvent pas facilement étendre leurs activités à cause des contraintes environnementales.

Les gens ont fait beaucoup d’efforts pour réduire l’excèdent d’azote, mais cela contraint la production, puisqu’une des voies est celle de moins produire.  Il y a une dizaine d’années, on a voulu favoriser les systèmes de traitement collectifs (les éleveurs voulaient collectivement acheter des systèmes pour traiter leur lisier) mais la population s’y est opposée. En bref, les Bretons aimeraient avoir des voisins qui ne polluent pas mais la production devient alors plus difficile.  Résultat, aujourd’hui, le traitement des effluents liés aux productions porcines pénalisent le développement de la filière.

La troisième raison est liée à la qualité de nos produits. Une partie de la production (plus pour la volaille que pour le porc) est quand même de qualité sanitaire correcte mais de qualité gustative ordinaire. L’Europe aide ce type de production avec les subventions aux exportations. Il faut savoir qu’il y a une concurrence internationale (Brésil, Thaïlande) et ces pays ont aussi des subventions et un coût de main d’œuvre moins chère. L’Europe a donc subventionné les exportations afin de favoriser la compétitivité des productions. Ce soutien-là a diminué à travers le temps. Les Bretons et les Polonais sont les derniers à recevoir cette aide.

Tous les marchés ne demandent pas autant d’innovation qu’en France. Des demandes de qualité sont plus compliquées en France qu’ailleurs. Nous avons plus de mal à exploiter ces économies d’échelles du fait d’une demande plus disparate qu’à l’étranger.  

La région est-elle en train de subir les conséquences de la politique d’agriculture intensive mise en place dans les années 1960 – 1970 ? Y a-t-il une baisse des subventions européennes dans le cadre de la PAC ?

Cela est vrai pour le deuxième argument. Avant, la politique subventionnait les prix, ce qui n’incitait pas à faire beaucoup de qualité. Cet argument s’est beaucoup opéré de 1995 à 2010 : 90% des subventions aux exportations ont été supprimés sur cette période.

Dans l’actualité, il n’y a pas tellement de conséquences de la politique. La politique est essentiellement européenne et cette politique qui soutenait les prix avec des subventions a été remplacée par une politique d’aide aux revenus des agriculteurs. La PAC a beaucoup contribué dans le passé à affaiblir l’élevage en Bretagne, mais ce n’est pas la direction des dernières années ni ce qui est projeté à l’avenir.

Quelles sont aujourd’hui les relations de la filière viande avec la grande distribution ?

Elles sont difficiles mais ce n’est pas nouveau. Le but d’un distributeur est d’acheter le moins cher pour vendre le moins cher et se démarquer du concurrent. Il y a beaucoup de consommateurs qui cherchent le moins cher, on ne peut pas le reprocher.

Quelle est la responsabilité des entreprises agroalimentaires dans cette situation ?

Elles n’ont pas toutes investi de la même manière. Par exemple, Tilly-Sabco n’a pas fait beaucoup d’efforts pour se diversifier, elle restait sur un type de produit qui dépendait de subventions. D’autres sont davantage diversifiés. Le marché du poulet n’est pas extensible. Il y a un arbitrage entre le nombre de variétés proposé et les économies d’échelle qu’on peut réaliser.

Y a-t-il une passivité des pouvoirs publics face à ces problèmes ? Quelles mesures peuvent-être prises pour enrayer la situation ?

Le CICE permet de faire de la recherche pour être innovant. Il y a des politiques européennes pour faciliter la recherche & développement. On s’aperçoit que ceux qui font de la R&D s’en sortent mieux que les autres. Il faut militer pour aider les industries à se relever. Il faut également laisser plus de souplesse aux élevages pour se restructurer et accompagner les financements nécessaires. Pour autant, il ne faut pas baisser la garde sur les impacts environnementaux des entreprises mais leur permettre d’atteindre ces objectifs de la meilleure manière possible.

Aujourd’hui, il y a la volonté de relever le seuil d’autorisation. Il y a l’application de la directive européenne, la « directive nitrates » mais aussi des technologies innovantes comme la méthanisation et pour l’instant, on est en retard par rapport à l’étranger. 

Propos recueillis par Karen Holcman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Chesterfield
- 21/10/2013 - 11:31
Quelqu'un peut il me répondre ?
Quand je fais cuire une côte de porc, il y a plein d'eau qui en ressort.
C'est quoi??
un_lecteur
- 21/10/2013 - 08:44
Pourquoi l'agroalimentaire breton?
Si c'est un problème de compétitivité, il n'est pas spécifique à la Bretagne.
Est-ce un problème spécifiquement breton, ou national ?
jean fume
- 20/10/2013 - 23:34
"le gouvernement aurait décidé d'acquérir l'abattoir Gad" ?
Les vielles lunes qui les reprennent ?
Ils veulent faire des fonctionnaires du porc pour avoir des voix ?
A moins qu'ils soient assez stupides, pour croire qu'en faire des fonctionnaires va résoudre le problème ! On est à l'abri de rien.