En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 23 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 9 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 5 heures 56 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 34 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 45 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 5 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 21 heures 54 min
© Reuters
Au XXIe siècle, les "super-riches" pourraient devenir "super-super-riches".
© Reuters
Au XXIe siècle, les "super-riches" pourraient devenir "super-super-riches".
Les riches, entre fantasmes et réalité

Qui seront les riches de demain ?

Publié le 19 octobre 2013
De plus en plus riches et de plus en plus cosmopolites, les "super riches" du XXIe siècle n'ont plus grand-chose à voir avec les Rotschild et autres Wendel. Sixième épisode de notre série "Les riches, entre fantasmes et réalité".
Nathalie Cariou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Cariou est consultante en intelligence financière. Elle accompagne les particuliers et les professionnels dans leur relation à l’argent et sur le chemin de leur indépendance, financière ou professionnelle. Elle est l’auteur de deux livres :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De plus en plus riches et de plus en plus cosmopolites, les "super riches" du XXIe siècle n'ont plus grand-chose à voir avec les Rotschild et autres Wendel. Sixième épisode de notre série "Les riches, entre fantasmes et réalité".

Atlantico : Alors que les équilibres économiques sont en pleine recomposition, le profil des "super-riches" semble lui aussi changer avec les mécaniques la mondialisation. A quoi les grandes fortunes de demain pourront-elles ressembler ?

Nathalie Cariou : L’idée d’un écart croissant entre la situation financière des riches et celle des pauvres dérange et elle est d’ailleurs régulièrement pointée du doigt. En un mot, toutes les études montrent que les riches sont de plus en plus riches ; et les pauvres de plus en plus pauvres. Les phénomènes de régulation de la richesse mondiale, qui ont existé au cours de l’histoire, sont en voie de disparition.

Qu’est-ce qui limitait, au fond, la richesse des riches ?

  • Les guerres – moins nombreuses ou moins coûteuses aujourd’hui ;
  • Les crises – que la mondialisation amortit considérablement pour ceux qui ont les moyens de diversifier leurs investissements ;
  • Les persécutions et autres spoliations – nettement moins "à la mode" sous des gouvernances démocratiques.


Les "super-riches" pourraient donc devenir "super-super-riches", et s’installer sous les cieux d’économies plus porteuses que nos économies occidentales. Attendons-nous à voir apparaître des milliardaires afghans, iraniens, irakiens ou pakistanais. Difficile à imaginer aujourd’hui dans ces pays dont l’instabilité politique est grande ... mais qui feront l’économie mondiale de demain !

Les années 1990 et 2000 ont été marquées par les fortunes du Web (Brin et Page, Jeff Bezos, Marc Zuckerberg...). Dans quels secteurs les prochains entrepreneurs à succès pourraient-ils s'émanciper ?

Il y a entrepreneur et entreprise ! Pour qu’un entrepreneur "apparaisse" sur le devant de la scène, il faut qu’il puisse "naître en partant de rien". Qu’il puisse développer son activité sans – presque – d’investissement de départ. Cela élimine des secteurs pourtant porteurs mais réservés, compte tenu des investissements nécessaires pour réussir, à des entreprises déjà installées : l’énergie et les matières premières par exemple. Nul doute qu’il s’agisse là d’un des secteurs porteurs de demain...

Mais comment imaginer qu’un "entrepreneur" puisse y avoir sa place ?

En toute logique, nos futurs entrepreneurs milliardaires devraient donc s’émanciper dans des secteurs moins demandeurs de capitaux. Les nouvelles technologies (NTIC pour les intimes) ne sont certainement pas mortes... et nous pourrions parier sur l’apparition d’un prochain "roi de l’internet ou des communications" dont le développement sera particulièrement impactant sur notre vie quotidienne. Œuvrera-t-il sur le web ou dans les communications (plutôt sans fil et à distance) ? Sera-t-il le maître des robots ou des équipements intelligents ? L’avenir (proche) devrait nous le dire ! Le progrès va vite et on peut s’attendre à ce que ce (ou ces) milliardaire(s) surgisse(nt) d’ici 10 ans à peine !

Mais je rajouterais deux autres profils à ce palmarès des milliardaires de demain :

  • Un dans les sciences médicales... car il s’agit à n’en pas douter d’un secteur à très haut potentiel économique.
  • Et un dans les loisirs... jeux en ligne ? nouveaux parcs à thème ? voyages dans l’espace ?

La planète entière est en recherche de nouveaux plaisirs, servant de dérivatif à un avenir parfois sombre, en tout cas incertain. Celui qui trouvera l’idée mondialement séduisante remportera le jackpot en la matière.

Sur les 1426 milliardaires que comptent la planète, 138 sont des femmes. Observe-t-on une tendance à la hausse en la matière ?

Globalement, le nombre de femmes milliardaires devrait augmenter. Lentement mais sûrement.

N’oublions pas que les fortunes se font le plus souvent au fil du temps, sur plusieurs générations, dans une logique familiale. Dans ce contexte, pour qu’une femme devienne "tête de pont", il faut qu’elle faut soit héritière, de son mari (notre Liliane Bettencourt nationale) ou de son père ; soit qu’elle soit amenée à reprendre la gestion du groupe familial.  Qui jusqu’à présent était davantage réservée à la gent masculine.

Résurgence de siècles d’invisibilité juridique de la femme ou manque d’intérêt des femmes pour le pouvoir, les matières techniques (la finance en est une), la richesse dépourvue de sens ? Autant de raisons qui ne devraient pas aller dans le sens d’une expansion rapide du nombre des femmes milliardaires !

On moque souvent l'émergence de milliardaires "self made-man" considérés comme vulgaires et sous-éduqués. Peut-on dire que les nouvelles grandes fortunes n'ont plus le même profil sociologique que celles qui les ont précédé ? 

Les qualités nécessaires pour faire fortune ne sont pas de celles que l’on découvre dans les livres ou au détour d’une "bonne éducation" : avoir la capacité de passer à l’action et de prendre des risques, en passant par-dessus la peur ;
être en prise directe sur le concret, pour détecter les tendances, monter un projet convainquant, savoir parler à ses clients et partenaires ; développer ses réseaux, car on réussit rarement seul...

Faut-il être éduqué pour réussir ? Non, au vu de ce que je viens d’expliquer. Faut-il ne pas l’être ? Non plus ! Car la culture nourrit l’âme autant que la richesse nourrit le compte en banque.

Il se trouve qu’à une époque où l’élévation sociale passait par l’éducation, nous avions tout à gagner à être "le mieux éduqué possible". De nos jours, l’élévation sociale est sûrement plus variée et ne passe plus exclusivement par la culture et l’éducation. Certains milliardaires (mais aussi des personnes qui sont bien loin de l’être !) auront sûrement sacrifié en cours de route la bonne éducation et le plaisir de l’érudition sur l’hôtel de l’argent  !

L'âge moyen des milliardaires russes et chinois est de 49/50 ans tandis qu'il est de 66 aux Etats-Unis et de 74 en France. Le "super-riche" de demain sera-t-il plus jeune pour autant ?

Ceux qui devaient hériter l’ont probablement déjà fait ! Les effets de la succession sont en effet l’une des principales raisons qui expliquent que les milliardaires français ont 74 ans en moyenne, quand les milliardaires chinois ou russes en ont 50. Les uns profitent d’une fortune construite depuis quelques générations, et probablement débutée au milieu du 19ème siècle ; les autres ont eu moins de temps pour "grandir". Ils ont pris les raccourcis de l'entrepreneuriat et ont donc accédé plus tôt à l’ultra-richesse.

Je ne suis pas certaine que le "super-riche" de demain aura nettement moins de 50 ans (en moyenne, car il y a bien sûr des exceptions) mais il ne devrait pas être beaucoup plus vieux non plus. Une fortune de plusieurs milliards demande quand même quelques années pour être bâtie et consolidée ! Comptez 10 ans pour être à la tête de plusieurs millions et 20 ou 30 ans pour être l’heureux propriétaire de plusieurs milliards.

A condition de vous y mettre, d’avoir l’état d’esprit qu’il faut, d’avoir l’idée qu’il va bien... ce qui n’est pas donné à tous. Mais le temps moderne, aidé par l’effet de levier de la mondialisation et des nouvelles technologies, va de plus en plus vite... et le temps nécessaire à la constitution des grandes fortunes accompagne le mouvement.

Plus de 90% des grandes fortunes sont citoyennes de leurs pays de résidence. Les nouveaux-riches ne garderont-ils pas finalement un ancrage très local en dépit de la mondialisation ?

Qu’est-ce que la mondialisation au fond ? Un levier d’enrichissement et un outil de diversification dont les riches se servent fort bien. Mais c’est aussi la capacité de communiquer avec l’autre bout de la planète : la possibilité de recevoir des informations d’un peu partout dans le monde sans bouger de chez soi. Ce dont les riches se servent également très bien. Inutile, aujourd’hui moins qu’hier et encore moins que demain, de se déplacer pour connaître le mode de vie (qui plus est de moins en moins différencié) ou les besoins de tel ou tel coin de la planète.

Et quand un déplacement est nécessaire, l’aller-retour Paris-New york prendra un à deux jours tout au plus.

Dans ces conditions, pourquoi un riche quitterait-il sa famille, ses attaches, sa culture pour aller s’installer dans un autre pays, quand il peut s’y transporter pour un court ou un long séjour en quelques heures d’avion à peine ? Certains répondront : pour des raisons fiscales... Certes ! Mais peut-être pour moins de monde qu’on veut bien le croire. D’autant que si le riche tient, sûrement comme vous et moi, à son sol natal, ses entreprises, elles, ne connaissent pas de frontières.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 20/10/2013 - 03:45
Richesse et pouvoir
Dans la plupart des sociétés, c'est le pouvoir qui apporte la richesse.
Quand quelqu'un ne faisant pas partie des cercles du pouvoir devient très riche, le pouvoir lui confisque ses biens ( en France, jacques cœur, fouquet...)
Il y a des très riches et des plus ou moins pauvres.
Dans les sociétés occidentales, la montée des classes moyennes à permis l'apparition de la démocratie et la possibilité de devenir très riche en dehors du pouvoir, sans être volé.
C'est le cas par exemple de Bill Gates, devenu très riche avec Microsoft et qui n'a jamais fait partie des cercles du pouvoir.
Ces sociétés restent une exception, et l'écrasement actuel des classes moyennes fait reculer cette exception.
On le voit bien en France en ce moment, ou la classe moyenne recule, ou le patron de free est attaqué par les cercles du pouvoir (il est même passé par la case prison), et ou la démocratie recule aussi.
Une parenthèse historique de deux siècles qui se referme.
Satan
- 20/10/2013 - 01:21
Les riches se sont les pauvres!
Et c'est Jésus qui l'a dit! Bande de mécréants!
gliocyte
- 19/10/2013 - 19:44
La mondialisation
Une sorcière pour beaucoup, un ange pour d'autres. Ni sorcière, ni ange à mon avis. Un simple fait. Au centre, une langue commune: L'anglais et en périphérie des moyens de communication quasi instantanés qui permettent la mise en inter-relation de tous en quelques milli secondes. C'est ni plus moins qu'un cadre.