En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Historiatravel.com
Reconstitution de la bataille de Leipzig.
Bicentenaire
Unité de l'Europe ? La bataille que les Allemands célèbrent en grande pompe et que les Français oublient totalement
Publié le 18 octobre 2013
La bataille de Leipzig fut le plus grand affrontement des temps modernes jusqu'à la Première Guerre mondiale. Il s'y est joué l'avenir politique de l'Europe.
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bataille de Leipzig fut le plus grand affrontement des temps modernes jusqu'à la Première Guerre mondiale. Il s'y est joué l'avenir politique de l'Europe.

Célébrée Outre-Rhin le 18 octobre la bataille de Leipzig est passée à la postérité sous le nom de « la bataille des peuples », Die Völkerschlacht en allemand, ou bien « bataille des Nations » en France puisque plus de dix nations s’y affrontent, durant trois jours, du 16 au 19 octobre 1813.

C’est toute l’Europe qui est en arme contre Napoléon, rassemblant Russes, Prussiens, Autrichiens, Allemands et Suédois, 320 000 soldats coalisés affrontent 175 000 combattants français : le plus grand affrontement des temps modernes jusqu’à la Première Guerre mondiale... Pendant quatre jours, la Grande Armée de Napoléon tient tête à la coalition des monarchies européennes. La supériorité numérique des coalisés est écrasante et malgré une incroyable résistance française, l’Empereur ne peut empêcher la défaite provoquée par la trahison des troupes suédoises de Bernadotte et de la défection des divisons saxonnes en pleine bataille… Au soir du 19 octobre, on compte 100 000 hommes hors de combat. La défaite de Leipzig anéantit ses derniers espoirs.

Il s’agit là du moment crucial du reflux de la Révolution française et de ses idéaux après 20 ans de guerre contre la vieille Europe féodale. C’est le début de la fin du grand empire, la fin de la « Grande Nation » comme on appelait alors la France. Cette bataille est aussi « une sorte de jugement dernier où se venge le passé, où se mêlent les vivants et les morts, où apparaît ce qui était caché, la faiblesse du Grand Empire construit sur du prestige et des illusions. »  comme dit si bien le grand historien Jacques Bainville. Ce qui s’écroule aussi à Leipzig c’est  l’idée d’un « empire européen français ». Même si ce rêve survivra avec l’empire colonial, la vocation impériale de la France s’achève sur les rives de l’Elster. Désormais, elle n’en n’aura plus véritablement ni les moyens ni la capacité…

Enfin, cette défaite marque la fin de la carte allemande que Napoléon n’a pas su exploiter, qu’il a gâché, ivre d’ambition et de pouvoir. L’enjeu de cette gigantesque mêlée était pourtant l’équilibre européen. Cette bataille marque la défection des troupes allemandes alliées à Napoléon et leur ralliement à la Prusse, c’est-à-dire au principe d’une défense unitaire du sol allemand. C’est à Leipzig que naît le sentiment d’appartenance à une nation allemande. Guerre de libération de la nation allemande ou d’un patriotisme allemand créé par Napoléon et qui s’est retourné contre lui.

Mais quelle place conserve cette bataille titanesque dans les imaginaires collectifs français ? Si Napoléon est de plus en plus critiqué en France tout au long de son bicentenaire 1999-2015, et spécialement depuis 2001 avec la loi Taubira, l’influent hebdomadaire allemand « Der Spiegel » lui a consacré sa couverture.

Les Français, eux, oublient leur histoire et ne se souviennent même pas de l’invasion du territoire de 1814, conséquence de la défaite de Leipzig qui avait tant marqué les esprits de « trois générations » (Bainville)

Pourtant, c’est bien Napoléon qui jette les bases d’un système fédératif européen même si c’est une vision très centralisée de la construction communautaire, autour de la France et de Paris dont il faut faire la capitale de l’Occident. Mais, il entrevoit tout de même une Europe bâtie sur les acquis de 1789, sur la diffusion du Code Civil et délivrée du système féodal. Napoléon est pleinement conscient que l’Europe forme un espace particulier, avec son histoire, ses traditions et ses mœurs : « Une de mes plus grandes pensées avait été l’agglomération, la concentration des mêmes peuples géographiques qu’ont dissous, morcelés les révolutions et la politique. Ainsi, l’on compte en Europe, bien qu’épars, plus de trente millions de Français, quinze millions d’Espagnols, trente millions d’Allemands : j’eusse voulu faire de chacun de ces peuples un seul et même corps de nation… »

Napoléon l’a rêvé, il a failli la réussir mais il faut y croire plus que jamais. Un jour viendra où l’Europe déjà unie se donnera de véritables liens politiques. Dans le monde d’aujourd’hui, cette Europe forte parviendra à préserver le sentiment patriotique des différents peuples qui la composent. Napoléon reste bien le précurseur de l’Europe...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
04.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
05.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 18/10/2013 - 13:37
La guerre, c'est l'empire et l'empire, c'est la guerre
Tant qu'un pays, ou une bande de neurocrates débiles aujourd'hui, voudra commander le continent, alors les divergences se feront jour, lentement, et la pseudo-unité finira par voler en éclat, d'une manière ou d'une autre, par les armes s'il le faut.
C'est ce qui se profile à terme, ici, en Europe, grâce à l'UE et au neuro. Seule une Europe des nations a une chance de réussir, et pourtant, je pense ses chances pas forcément énormes.
RBD
- 18/10/2013 - 13:02
précurseur ?
Cela flatte le sentiment national d'affirmer que Bonaparte est le précurseur, mais c'est oublier (à dessein) Charlemagne, Charles Quint...
Sinon oui, les programmes scolaires français, même jadis, évitaient toujours Leipzig et bien des défaites subies par les armées de l'Empire. Dans le contexte de la IIIe république, on préférait éviter d'évoquer une grande défaite française sur le sol allemand.
totor101
- 18/10/2013 - 11:49
histoire de France
il est bien connu que l'histoire de France (officielle) ne parle que des VICTOIRES !
c'est la même chose chez nos voisins.... donc il célèbrent nos DÉFAITES......