En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
"On est déjà dans la société de surveillance. Ce qui change est la perception du public".
Big Brother is watching you
4 euros pour obtenir votre adresse IP : mesurez-vous vraiment tout ce qu'il est possible de savoir de vous sur le net ?
Publié le 16 octobre 2013
Alors qu’on vient de se rendre compte, par des révélations du Washington Post, que la NSA collecte des centaines de millions de listes de contacts, un arrêté vient d'établir en France qu'il en coûte, entre autre - 4 euros aux autorités pour obtenir l'adresse IP d'un citoyen. Big Brother nous regarde donc déjà...
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu’on vient de se rendre compte, par des révélations du Washington Post, que la NSA collecte des centaines de millions de listes de contacts, un arrêté vient d'établir en France qu'il en coûte, entre autre - 4 euros aux autorités pour obtenir l'adresse IP d'un citoyen. Big Brother nous regarde donc déjà...

Atlantico : Alors que le Washington Post a révélé lundi 14 octobre, citant des documents d’Edward Snowden, que l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) collecte des centaines de millions de listes de contacts, vient de paraitre en France une tarification de ce que paient les autorités pour accéder à des informations sur les citoyens français (voir ici le détail tarifaire de votre vie privée). Notre société, par le biais d'organisation comme la NSA, est-elle en train de devenir une "société de surveillance" ? Si oui, quelles en sont les principales caractéristiques ?

Fabrice Epelboin : On est déjà dans la société de surveillance. Ce qui change est la perception du public, quel est le régime politique dans lequel on vit. Il y a une multitude de dimensions dans cette société de surveillance avec des systèmes (comme INDECT en Europe) qui consistent à relier entre elles les caméras de surveillance et permettent de traquer la population en temps réel ; ou la surveillance des communications des individus et des citoyens dans une multitude de pays dans le monde. On n’assiste donc pas à une transformation. La seule différence est qu’on n’est pas encore dans une période de crise aiguë, même si en France on s’en rapproche. Cette mise sous surveillance vise à ce qu’il n’y ait pas de perturbations sociales comme une révolution au Qatar ou des mouvements sociaux en France.

Quelle est l’ampleur de la surveillance sur le web ? La NSA surveille-t-elle absolument tout le trafic sur internet ?

La NSA surveille quasiment tout et à accès a l’essentiel des échanges entre individus sur Terre. L’Afrique et le Moyen-Orient sont essentiellement connectés au reste du monde à travers des points de connexion français que la NSA voit un peu moins bien mais à part cela, elle voit tout.

Qui sont les autres acteurs de cette surveillance organisée ?

Il y a des acteurs étatiques : la NSA, la CIA, le FBI et d’autres agences dont on n’a jamais entendu parler mais aussi des acteurs privés qui offrent divers services - comme des technologies - à ces agences de surveillance. Toutefois, il y a une grosse différence entre la doctrine française et la doctrine américaine. En France, ce que l'on pourrait appeler l’appareil industriel de surveillance a une relation très subtile avec l’Etat. Les technologies françaises sont faites d'un étrange mélange, ce sont des technologies des entreprises privées mais mises en œuvre par l’Etat.

Cependant, un regard sur notre histoire nous montre que cette société de la surveillance a eu des formes récentes et sombres. La France a par exemple eu un rôle important dans le développement de la tabulatrice Bull, pionnière de la mécanographie, qui a servi à établir le fichier juif sous Vichy... A nouveau la démocratie est menacée à nouveau et la France qui a avancé dans l'illusion démocratique mais est incapable de voir son histoire. Pire, il a fallu l'affaire Prism que la presse traditionnelle parle du sujet...

Les arguments de la sécurité et de la cyberguerre ont bon dos car la réalité est qu’on s’équipe contre les populations civiles. Demain, on peut avoir des émeutes racistes et on est en train de donner aux gouvernances le pouvoir de se maintenir sans aucun contrôle. On ne peut pas appeler cela une démocratie.

A qui profite cette surveillance et quel est le réel objectif de cette collecte d’informations ? Le but de la NSA est-il de pouvoir tout savoir sur tout le monde ou simplement de conserver une banque de données ?

Il y a eu au départ une demande modérément forte de certaines dictatures qui avaient senti qu’internet était dangereux car il permettait la liberté d’expression. Elles avaient l’avantage d’avoir des architectures de réseau très simples. Il était donc plus facile de mettre sous surveillance la Tunisie et la Libye. Avec le printemps arabe, la demande a explosé, ce qui crée un gigantesque marché. Cela profite à toute une industrie mais aussi à des gouvernements qui veulent assurer leur stabilité en cherchant à identifier les mouvements de foule, les opposants politiques etc.

Le but de la NSA est de lutter contre le terrorisme certes mais aussi de faire de l’espionnage industriel pour favoriser l’économie américaine et/ou faire de la surveillance diplomatique pour avoir un avantage lors de négociations internationales. Leur but est d’avoir la vision la plus large de ce qui se passe dans le monde et de comprendre finement les enjeux spécifiques comme des problématiques diplomatiques, c’est pour cette raison qu’ils ont mis sous surveillance le quai d’Orsay par exemple.

Le réseau Tor permet de naviguer de façon anonyme sur internet. En dehors de ce réseau de protection, comment se protéger contre cette surveillance accrue ?

Le réseau Tor est un élément de protection contre la surveillance mais ne protège pas complètement. Il faut comprendre les enjeux de la surveillance pour se mettre à l’abri et aucun logiciel ne permet de se protéger de la NSA. On peut utiliser divers protocoles comme OTR qui permet d’assurer le cryptage complet de la communication. On peut utiliser divers dispositifs techniques mais il n’y en a pas un seul. La meilleure façon de protéger une source est de ne pas la connaitre, c’est le principe de Wikileaks. 

Propos recueillis par Karen Holcman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nana de la falaise
- 17/10/2013 - 07:38
Utilisations pratiques
Pourrait-il y avoir une puce dans les lunettes et les clés, et aussi dans mon tube de rouge à lèvres : il y a un fouillis dans mon sac !
Sans oublier dans les enfants, les ados fugueurs, les époux infidèles et les vieillards avec Alzheimer.

Sans rire, tout cela ne me plaît guère mais il faut le voir comme un outil qui peut être utilisé pour le meilleur et pour le pire. Quelle époque formidable !
GOGGOS
- 17/10/2013 - 06:13
il n'y a plus d'adresses e mail inconnues
Près de 10 millions de Français sur facebook ont « donné » leur code confidentiel pour que facebook récupère leurs adresses e mail dans leur boite aux lettres ; pratiquement toutes les adresses sont publiques, même ceux qui refusent facebook et qui ne comprennent pas pourquoi ils reçoivent des publicités.
groumpf
- 16/10/2013 - 22:28
yabon
L'avantage de ces méthodes est leur confiance absolue dans les données informatiques.
Pendant qu'ils surveillent mon téléphone, je me promène ailleurs sans le dit téléphone que j'aurai prêté à un quidam pour être là où je veux qu'on pense que je suis.