En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 39 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 18 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 1 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 31 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 27 min
Bonnes feuilles

Affaire du Carlton de Lille : et si DSK n'était qu'un grand naïf ?

Publié le 13 octobre 2013
Avec
Accusé de proxénétisme, René Kojfer plaide non coupable et évoque avec Martin Leprince une instrumentalisation politique de l'affaire dont il ne serait qu'une victime collatérale, la cible principale étant Dominique Stauss-Kahn. Extrait de "Carlton, le dossier X de dsk" (2/2).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
René Kojfer est l'ancien responsable de la communication du Carlton.Martin Leprince est journaliste d'investigation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Accusé de proxénétisme, René Kojfer plaide non coupable et évoque avec Martin Leprince une instrumentalisation politique de l'affaire dont il ne serait qu'une victime collatérale, la cible principale étant Dominique Stauss-Kahn. Extrait de "Carlton, le dossier X de dsk" (2/2).
Avec

Fidèle à sa défense, Dominique Strauss-Kahn a affirmé à de plusieurs reprises qu’il ignorait totalement que de nombreuses jeunes femmes qui participaient à ses parties fines étaient des prostituées. À ses yeux, elles n’auraient été que des « libertines » qui ne cherchaient en aucune façon à tirer un avantage financier de leurs ébats. D’ailleurs, se défend-il, comment aurait-il pu le savoir puisque, lorsqu’elles sont nues, rien ne différencie une femme qui se fait payer d’une femme qui accompli un acte sexuel pour son seul plaisir ? Pour ce qui est de la façon dont les filles étaient habillées, il affirme qu’il avait souvent vu dans des soirées échangistes des jeunes femmes arriver en portant des vêtements classiques puis aller se changer pour se vêtir de tenues affriolantes qui les faisaient ressembler à des prostituées, sans pour autant qu’elles en soient. Il a aussi prétendu que, dans le libertinage comme ailleurs, il ne considérait en aucun cas les femmes comme des objets et que, dans le cadre des parties fines auxquelles il participait, il n’y avait jamais eu de sa part ni violence, ni rapport brutal, ni même une « vision dégradée de la femme ». Au cours de l’instruction, de nombreux témoignages tendent pourtant à dresser un portrait bien moins flatteur.

Pour ce qui est de sa connaissance éventuelle de la présence d’escort-girls lors des soirées, Dominique Strauss-Kahn a maintenu la même version depuis le début de l’affaire. Non, jamais, au grand jamais, il n’aurait pu se douter un seul instant que les filles que lui ramenaient Fabrice Paszkowski et David Roquet pouvaient être des prostituées. Ses arguments : « Je n’ai pas attendu Paszko pour satisfaire mes besoins sexuels, je les satisfais d’ailleurs depuis des décennies en dehors de Pasko » ; « Pour ce qui est de la différence d’âge, ce qui fait qu’un homme ou une femme séduit quelqu’un n’a rien à voir avec leur âge. La littérature et le cinéma sont pleins d’exemples. » Lorsque les policiers lui demandent comment il aurait réagi s’il avait su que des prostituées étaient présentes lors des rencontres sexuelles, DSK répond : « Je n’aurais pas souhaité participer à ces soirées, pour deux raisons. La première est que justement le libertinage suppose le consentement et le plaisir commun, ce qui n’est pas le cas à ma connaissance d’une prostituée. La seconde est que, autant je pensais pouvoir faire confiance à des hommes et des femmes avec qui je partageais le goût du libertinage, autant je n’aurais pas fait confiance à des prostituées qui sont susceptibles de faire l’objet de toutes sortes de pressions ».

Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir. Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir. Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il Dominique Strauss-Kahn certifie pareillement que lorsqu’il envoyait des SMS à Fabrice Paszkowski, il ne s’agissait en aucun cas de lui demander d’organiser des parties fines ou de lui faire rencontrer des escortgirls. Car, à ses dires, Paszkowski n’était pas pour lui un affilié chargé de le fournir en « chair fraîche » mais simplement un ami qui le conviait à des soirées où il n’était qu’un invité parmi d’autres. Questionné sur le nombre important de SMS échangés entre lui et Fabrice Paszkowski, dont le contenu était très majoritairement relatif à l’organisation des rencontres sexuelles, Dominique Strauss-Kahn se contentait de répondre qu’il s’agissait d’un « moyen simple de communication » pour convenir des dates de leurs rencontres. Lorsque Paszkowski utilisait dans ses messages la formule « meilleures candidatures » pour désigner des jeunes femmes susceptibles de participer aux voyages à Washington, DSK avance qu’il ne s’agissait pas de sélectionner des prostituées mais d’une référence aux nombreuses femmes qui se révélaient « séduites et intéressées » pour venir le voir.

Ainsi, l’ancien ministre avance que les jeunes femmes qui se déplaçaient de Paris jusqu’à Washington pour un séjour très bref dans le but unique d’avoir des relations sexuelles avec lui ne le faisaient pas parce qu’elles étaient payées mais uniquement parce que cette perspective les « séduisait ». Dans le même ordre d’idées, lorsque Paszkowski le sollicitait dans ses messages pour savoir si telle ou telle fille « l’intéressait », il ne s’agissait pas de lui demander quelle prostituée il souhaitait « consommer » mais simplement d’une « fanfaronnade » de la part de son comparse. Pourquoi Fabrice Paszkowski n’organisait-il des soirées que lorsque DSK était présent : « Je pense qu’il voulait m’impressionner », certifie l’ancien ministre. Pourtant, les SMS qu’écrivait l’ancien patron du FMI à son ami laissent entendre une tout autre musique : « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boite coquine à Madrid avec moi (et du matériel) ? » (13 juin 2009) ; « En dehors de la délégation, des copines ? » (7 janvier 2010) ; « Alors, qui auras-tu dans tes bagages ? » (23 janvier 2010). De son côté, Fabrice Paszkowski pouvait écrire à l’ancien ministre des messages tel que : « J’ai de très belles et nouvelles choses pour mon déplacement à DC !!! Je pars à Courchevel pour tester ce mercredi. Tu repars quand ? Tu me confirmeras tes dates fin mars ou tout début avril… » (20 février 2011). D’un point de vue sémantique, DSK jure que les différents termes employés comme « copines » ou « petite » ne désignaient pas des prostituées mais encore une fois des « libertines », admettant que le terme « matériel » était « inapproprié et inconvenant ». Surtout, affirme-t-il encore, il n’a jamais eu le sentiment que les parties fines étaient organisées « particulièrement » pour lui.

Dominique Strauss-Kahn ignorait-il tout de l’intendance gérée par Fabrice Paszkowski et David Roquet pour le « fournir » en nouvelles filles ? En tout cas, les deux hommes ne rechignaient pas à la tâche. Au cours de l’enquête, les policiers ont découvert un mail adressé par une escort à Fabrice Paszkowski qui ressemblait à un véritable casting. Photos à l’appui, elle décrivait plusieurs de ses « amies escort » : « N. 25 ans. Un corps canon ! Parfait de haut en bas. Vraiment très sympa, souriante et entreprenante. Taille 1,65 m pour 48 kg. Parisienne d’origine marocaine. » « V. 24 ans. Grande et mince. Super visage, super caractère. Taille 1,70 m pour 50 kg. 75D. » « A. 28 ans. Très élégante et charmante. Super caractère. Très intelligente et cultivée. Taille 1,65 m pour 50 kg. », etc.

Pour dénicher de nouvelles prostituées, Fabrice Paszkowski et David Roquet se rendaient parfois dans des clubs en Belgique. Selon un témoignage, ils ne se rendaient pas dans ces établissements pour leur bon plaisir mais seulement dans la perspective de recruter des filles. Peu de temps avant une partie fine organisée à l’hôtel Murano, les deux comparses s’étaient ainsi déplacés dans un club où, sans même boire un verre, ils se sont directement entretenus avec la patronne pour lui demander si certaines de ses employées pouvaient participer à leurs parties fines. La patronne s’est ensuite rendue dans une cuisine où se trouvaient les prostituées pour leur expliquer que les deux hommes avaient besoin d’escorts pour un déplacement à Paris.

Extrait de "Carlton, le dossier X de dsk", René Kojfer Martin Leprince, (Editions Jacob-Duvernet), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 13/10/2013 - 23:12
C'est cela, oui !!!
Vu le physique d'apollon de DSK, les jeunes femmes en question ne pouvaient être là que pour ça !!
C'est la plastique de DSK qui les faisaient se pâmer.
Comment pourrait-il en être autrement ?
Qui pourrait en douter un seul instant ?
Les gens sont d'une méchanceté !
Il se pourrait bien que ce soit même de la jalousie.
Les gens sont petits. C'en est dégoutant.
Atlante13
- 13/10/2013 - 18:20
Ben oui, il prend vraiment
les français pour des demeurés
Remarquez, quand on se suivent, il était le chou-chou des sondages et avait mis toute la presse française à ses pieds.
Cela explique peut-être le mépris qu'il affiche pour les français.
zouk
- 13/10/2013 - 15:09
DSK
Imagine-t-il que le monde n'est peuplé que d'imbéciles?