En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 8 min 18 sec
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 21 heures 15 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 22 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 23 heures 17 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 4 heures 9 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 31 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 22 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 23 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
"La faiblesse de la France réside dans la capacité de faire passer une technologie au marché."
© Reuters
"La faiblesse de la France réside dans la capacité de faire passer une technologie au marché."
Peut mieux faire

Pourquoi la France est bonne en innovation mais peine à transformer l'essai

Publié le 08 octobre 2013
Dans le classement 2013 des 100 organisations les plus innovantes réalisé par l'agence Reuters, la France occupe la 3ème place, derrière les Etats-Unis et le Japon, ce qui en fait la championne d'Europe de l'innovation.
Yann Ménière est professeur assistant d'économie à MINES ParisTech et titulaire de la Chaire Mines-Télécom sur "IP et marchés de la technologie". Outre ses publications dans des revues universitaires, il écrit avec F. Lévêque un manuel sur «l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Ménière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Ménière est professeur assistant d'économie à MINES ParisTech et titulaire de la Chaire Mines-Télécom sur "IP et marchés de la technologie". Outre ses publications dans des revues universitaires, il écrit avec F. Lévêque un manuel sur «l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le classement 2013 des 100 organisations les plus innovantes réalisé par l'agence Reuters, la France occupe la 3ème place, derrière les Etats-Unis et le Japon, ce qui en fait la championne d'Europe de l'innovation.

Atlantico : En France sont déposés chaque année un nombre important de brevets auprès de l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) et notre pays reste un territoire attractif pour l'installation de centres de recherche de grandes entreprises internationales. Pourtant il ne parvient pas à être un grand pays d’innovation et malgré leurs records d’inventivité, beaucoup d’entreprises voient leurs ventes baisser. Comment l'expliquer ?

Yann Ménière : La France est un grand pays de recherche mais elle a du mal à transformer les résultats de la recherche en innovation au niveau des entreprises. En dehors de quelques exceptions comme le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), on n’a pas de culture ni de pratiques bien en place pour faire percoler les résultats de la recherche vers leur implémentation concrète dans les entreprises.

La France a-t-elle des difficultés à protéger ses innovations ? Pourquoi ?

Je ne pense pas que la France ait des difficultés à protéger ses innovations, à part peut-être dans les PME où il y a un manque de culture du brevet et de moyens pour les valoriser, mais la faiblesse est moins dans la protection que dans la valorisation et la capacité de faire passer une technologie au marché.

Nos concurrents étrangers parviennent-ils davantage à créer de la richesse à partir de l’innovation ? Y a-t-il une difficulté à financer le développement des entreprises innovantes et/ou une défiance à l’égard des entrepreneurs ?

Je ne pense pas que ce phénomène soit plus marqué en France qu’ailleurs, la difficulté dans notre pays est de mettre en place des mécanismes de valorisation qui font que les innovations sont exploitées avec un profit pour l’économie française. C’est la différence, par exemple, pour une université entre vendre un brevet et laisser partir la technologie à l’acheteur ou alors mettre en place un système de licence où elle continue d’avoir le contrôle de l’évolution de la technologie.

C’est assez variable mais le lien entre universités, centres de recherche et entreprises est mieux mis en place aux Etats-Unis, en Allemagne ou encore au Royaume-Uni. Il y a un découplage historique entre le monde de l’université et les grands organismes de recherche comme le CNRS, avec une certaine hostilité ou une méfiance des deux côtés. Ce phénomène s’observe moins en Allemagne par exemple. On a un problème d’interface entre ces deux univers en France à quelques exceptions près et on a besoin d’institutions pour fluidifier ces relations. Cela ne veut pas dire qu’il faut déposer des brevets sur tous les résultats de la recherche universitaire et demander des royalties à chaque fois. C’est une vision naïve de vouloir déposer des brevets et les vendre à des entreprises. Ce qui marche bien, ce sont les partenariats de long terme. Une licence en ordre de grandeur ce n’est pas très important par rapport à tous les contrats de recherche des partenariats de long terme pour développer une technologie. On a mis en place dans les universités françaises des cellules de valorisation dont la mission est de faire de l’argent avec des brevets et souvent, elles coûtent plus qu’elles ne rapportent. C’est une vision étroite du transfert de technologie. A partir du moment où les centres de recherche sont financées par de l’argent public, il y a un paradoxe car ils demanderont davantage d’être rémunérés par le privé pour des technologies développées avec de l’argent public. Il ne s’agit pas de demander un prix maximal mais d’utiliser les compétences de leurs études pour organiser au mieux la diffusion de cette nouvelle technologie vers le monde industriel.

Quels autres facteurs peuvent expliquer les difficultés françaises ?

La France est assez bonne sur les formations scientifiques. Il y a un découpage entre l’excellence de la recherche des grands organismes et le monde universitaire. On a des universités qui forment mais qui ne sont pas toujours bien placées dans la recherche sans véritable culture de coopération avec les entreprises et on a des grandes écoles qui ont des étudiants proches des entreprises mais qui ne font pas beaucoup de recherche. On a un système historiquement calé sur le secteur public et un problème de spécialisation. La France est bonne dans des technologies traditionnelles mais pas forcément dans des domaines très spécifiques et n’a pas de culture de la start up. Il ne faut pas regarder la valorisation des résultats de la recherche en se focalisant uniquement sur les brevets et en cherchant à les vendre à tout prix. Si on veut organiser de façon efficace la valorisation de la recherche sur les résultats de l’entreprise, cela doit s’appréhender en amont avec des partenariats de long terme.


Propos recueillis par Karen Holcman

Article déjà publié sur Atlantico le 03/09/2013

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 08/10/2013 - 23:56
2 cas principaux de tuerie de l'innovation
- la confier à une grosse boîte qui croit tout savoir
- faire appel à l’État : il ne vous paye même pas la fosse commune
gile
- 08/10/2013 - 19:59
Je suis septique

L'innovation doit nécessairement se traduire par des créations de produits et, bien souvent, par des créations d'entreprises, les fameuses start up.

Combien la France a-t-elle d'entreprises au nasdaq ? Il me semble q'elles ne sont pas nombreuses.

L'on nous raconte que la France a le potentiel scientifique mais ne possède pas la culture du passage de la recherche scientifique vers l'entreprise, c'est à dire les produits.

L'explication me paraît peu convaincante. Je pense que la fiscalité est pour beaucoup dans cette faiblesse française. L'affaire des pigeons a parfaitement illustré le problème.

Innover c'est souvent prendre des risques. Il faut donc que le jeu en vaille la chandelle. Peut être est-ce là le problème.

Hier je lisais un sujet sur les startup israéliennes. Elles sont nombreuses au nasdq et s'arrachent au prix fort par les grands groupes américains. Au point que la plupart de ces groupes ont installé dans ce pays leurs unités de RD.

N'y-a-t-il pas des exemples à suivre ?
Imragen
- 08/10/2013 - 19:06
@timi
Vous exagérez dans votre démonstration.
il existe des entreprises qui innovent et qui commercialisent leurs produits en France ou à l'étranger. Le Crédit d'Impôt Recherche a permis de financer une partie de ces recherches.
Regardez l'inventivité et le dynamisme de certaines industries de l'électroménager.
Mais en France, la recherche fondamentale (parfois ésotérique) est survalorisée par rapport à la recherche appliquée.
Et les chercheurs, même dans les entreprises, préfèrent parfois se faire plaisir plutôt que de rechercher des produits en avance et potentiellement rentables.