En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 7 min 12 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 38 min 46 sec
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 11 heures 51 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 14 heures 54 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 18 heures 22 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 20 heures 20 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 20 heures 57 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 21 heures 53 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 12 min 57 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 28 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 15 heures 19 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 18 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 21 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 21 heures 57 min
© Reflexologie-sante.fr
Les banques ont trop prêté et sont devenues le talon d'Achille de l'Europe.
© Reflexologie-sante.fr
Les banques ont trop prêté et sont devenues le talon d'Achille de l'Europe.
Décod’Eco

Les banques, talon d'Achille de l'Europe

Publié le 01 octobre 2013
La dangerosité des banques européennes n'est plus à prouver... et les banques françaises ne sont pas particulièrement bien placées en la matière. Explications.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dangerosité des banques européennes n'est plus à prouver... et les banques françaises ne sont pas particulièrement bien placées en la matière. Explications.

Les banques sont le talon d’Achille de l’Europe. Leur dangerosité n’est plus à prouver - il suffit de regarder le classement fait par Goldman Sachs des banques européennes à plus fort effet de levier (donc les plus dangereuses). Vous pouvez le retrouver ici, mais sachez que parmi les cinq premières, trois sont françaises (Crédit Agricole, Natixis, Société Générale).

Ce n’est pas complètement de leur faute - elles ont été prises dans l’engrenage de leurs relations un peu trop proches avec les États. Je m’explique : les banques sont les principaux acheteurs de dette obligataire non seulement de leur propre pays mais aussi des États de la Zone euro.

Quand la crise de l’euro s’est déclenchée, ces obligations se sont avérées être de véritables bombes à retardement au cœur des actifs des banques. A cela se sont ajoutés les crédits immobiliers issus de bulles immobilières (je pense tout particulièrement à l’Espagne ou l’Irlande) et les défaillances d’entreprises ou de particuliers. Défaillances qui se sont multipliées avec l’explosion du chômage, l’effondrement de la consommation et la récession.

Les banques européennes ont déjà fait l’objet de plusieurs vagues d’aides. De leur État, de la Troïka ou encore de la BCE via le LTRO (Long Term Refinancing Operations). Malgré ces aides, malgré les bons résultats des banques au premier semestre 2013. Les grandes banques européennes sortent du long tunnel de la crise, titrait en août dernier Les Échos, publiant le tableau suivant :

Pour faire vite et vous donner une idée de l’ampleur du risque que représentent les banques, disons que les actifs d’une banque sont pondérés selon un calcul de risque. Ainsi la dette souveraine d’un État est considérée comme pas du tout ou très peu risquée et “consomme” donc presque aucun fonds propres… Tout est dit, non ? La crise de l’euro nous a prouvé qu’un État pouvait faire quasi-faillite. Cela a été le cas de la Grèce, qui n’a pas officiellement fait faillite mais qui a restructuré (beaucoup de jargon en ce domaine) une très grande partie de sa dette.

Ceci précisé, revenons aux banques européennes. Sur le total de 117 milliards de dollars de fonds propres que les banques vont devoir trouver très rapidement pour satisfaire à Bâle III, 61% concerne les banques européennes. A elles seules, elles doivent trouver 70 milliards d’euros d’ici 2019 (date limite fixée par Bâle III).

Les banques européennes sont donc confrontées à deux problèmes majeurs :
 - trouver des liquidités pour satisfaire aux règles de Bâle III ;
 - et purger leurs bilans des actifs douteux. Elles ont déjà évacué 2 900 milliards d’euros. Mais il leur en reste 3 200 milliards d’euros au bas mot.

Comment vont-elles faire ? Augmenter leurs activités de trading, très certainement. Mais aussi attendre l’aide qui vient d’en haut… celle de la BCE.

Des milliards, et vite !

L’institution de Francfort envisage en effet un nouvel LTRO, le troisième du genre. Qu’est-ce qu’un LTRO ? Simone Wapler donnait la réponse dans sa Stratégie : “Ces opérations (d’une durée de trois ans) consistent pour la BCE à créer de l’argent en acceptant en gage des créances pourries. Sont éligibles par exemple la dette souveraine portugaise, des prêts automobiles espagnols… Ces créances plus que douteuses sont apportées par la banque commerciale à qui la BCE va prêter de l’argent“.

Fin 2011 et début 2012, la BCE a ainsi lancé deux LTRO, pour un montant total de 1 000 milliards d’euros. Petite citation des Échos : “Rappelant que les banques de la Zone euro ont remboursé une grande partie des deux premiers LTRO accordés fin 2011 et début 2012, Mario Draghi a jugé que cela constituait d’un côté un bon signe car cela montre que les banques ne sont pas dépendantes du financement de la BCE’“.

Je me permets une petite parenthèse ironique dans cette Quotidienne. Que pensez-vous que représente “une grande partie des deux premiers LTRO” ? 50% ? 60% ? 80% ? Non… 32,3%, soit 323 milliards d’euros (chiffres datant d’août dernier).

Les banques ont donc remboursé 323 milliards d’euros sur les 1 000 prêtés, et Mario Draghi envisage un nouveau prêt. Pourquoi ? Officiellement parce que “les excès de liquidités” s’assèchent sur les marchés. Ce qui veut dire qu’il y a de moins en moins d’argent (les banques remboursent les liquidités prêtées par la BCE) mais aussi que celui-ci circule moins. Ce qui nous ramène à ce bon indicateur de la santé des banques que sont les prêts interbancaires, et le taux auquel elles se prêtent entre elles.

Ces prêts sont à la base du fonctionnement des banques. Quand elles se montrent réticentes à se prêter de l’argent entre elles, ce n’est pas très bon signe. Or dernièrement ce taux est de nouveau en hausse.

Simone Wapler résume ainsi la situation : “Les banques ont trop prêté. Faute de croissance, les créances deviennent de plus en plus douteuses. Pour masquer des pertes, on maquille une crise de solvabilité (la banque devrait s’asseoir sur ses mauvaises créances, quitte à faire faillite) en crise de liquidité (la banque a simplement une fin de mois difficile à passer)”.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

- Nouveaux prêts aux banques par la BCE
- Nouveau prêt à la Grèce
- Nouveaux risques au Portugal
- Remontée des taux obligataires dans toute l’Europe (ce qui risque à terme de peser sur votre assurance-vie)

Le problème des banques européennes est très loin d’être réglé.

[Pour un audit approfondi du véritable état des banques françaises - et comment mettre votre argent à l'abri si les choses venaient à mal tourner -, continuez votre lecture...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires